Catch

La fin d’une ère ?

My foot's gonna shake hands with his face.

Sheamus, au sujet de son affrontement à Payback avec Cesaro

 

Un go home show, c’est généralement aussi convenu qu'un pattern d'attaque de John Cena : on montre les différents acteurs du PPV à venir, en mettant en valeur celui qui s'est fait bastonner par son rival la semaine précédente. Si une superstar n'affronte pas son adversaire du week-end à venir, c'est que celui-ci va venir foutre la merde. Enfin, pas la peine de trop attendre d'avancées scénaristiques avant la semaine suivante.

Au menu ce lundi : la grande fête de la midcard, deux frères que maman a dû bercer trop près du mur, le retour d'un champion et une signature de contrat qui va forcément mal se passer.

 

 

– Dis-le que tu vas prendre des cours de théâtre !

– Jamaiiis !

 

Nalyse du Raw du 26 mai

 

 

Le copieux programme de la soirée 

– Steph et Hunter s'adressent au WWE Universe

– RVD vs Cesaro

– Drew McIntyre vs El Torito

– Bray Wyatt parle à la Cenation

– Rusev vs Zack Ryder

– Batista-Orton vs Cody-Goldust

– Bo Dallas vs Sin Cara

– Steph confronte Daniel Bryan

– Emma vs Alicia Fox

– Damian Sandow vs Adam Rose

– Sheamus vs Alberto Del Rio

– Signature de contrat entre le Shield et Evolution

 

 

Comme souvent, le show s'ouvre sur un discours du couple Triple H-Stephanie.

La fille du boss demande à D-Bry de restituer ses ceintures, alors que Paul Levesque rappelle aimablement au Shield qu'il n'aurait pas dû chercher la merde et ferait bien de s'abstenir de venir signer le contrat ses membres veulent survivre à Payback. Le segment est certes prévisible, mais agrémenté d'un bonus qui, je n'en doute pas, aura fait plaisir à tout le monde : le licenciement du Genial Manager de Raw.

Une tatane d’Hunter, un Chokeslam de Kane qui passait par là, un Tombstone Piledriver pour la route et un « You're fired » qui ne vaut pas ceux de Mc Mahon père, mais qui fait plaisir quand même. Au revoir Maddox. C'est un sacré soulagement que d'être débarrassé d'un type qui n'a servi strictement à rien depuis son glorieux bourre-couilles sur Ryback à Hell in a Cell 2012, et qui donnait moins de lustre à la fonction de GM que Big E ou Ambrose aux ceintures mineures ces derniers mois.

 

+ : après avoir assisté à la répète du Chokeslam à Orchies, je me sens privilégié

– : segment un peu longuet

 

 

Faudrait ptet se calmer là, les avocats du Big Show lui ont obtenu un main event de PPV pour moins que ça…

 

 

RVD vs Cesaro

 

Mais quel est le secret de Wade Barrett ? Chaque semaine il livre des matches tout à fait dispensables, vient nous casser les couilles avec ses news pas drôles pour un sou, et pourtant, j'ai toutes les peines du monde à ne pas l'aimer. Entre sa musique d'entrée, sa voix, son « I'm afraid I've got some baaaad newwws » (qui fait mouche même quand on sait que celle-ci ne sera pas drôle) et son rire sardonique, il faut bien admettre que son gimmick, aussi mal exploité qu'il soit, lui colle à merveille. Le mec a tellement de charisme, que ce soit avec un micro à la main ou sur le ring qu'on lui (enfin tout du moins que je lui) pardonne aisément toutes ses insuffisances.

Mais pourquoi parler du champion IC quand il n'est même pas impliqué directement dans le match ? Parce que sa distraction va permettre au Suisse de placer un German Souplex victorieux dans ce Challenger vs Challenger, et parce que le seul moment marquant du match fut son explication, à la table des commentateurs, de son attaque sur RVD la semaine précédente.

 

– Qu'avez-vous à dire à Rob van Dam qui vous reproche la lâcheté de votre agression ?

– Je ne voulais pas l'agresser, mais simplement démontrer la versatilité du Bull Hammer, une attaque qui se porte dans toutes les positions, y compris de dos.

 

Quant à RVD, ses derniers combats m'ont rappelé le Taker à Mania. Laissez-le reposer en paix, je vous en prie. Quand le mec fait des sauts et des coups de pieds, il arrive encore à peu près à maintenir l'illusion qu'il sait catcher, mais dès qu'il fait autre chose (courir, frapper avec la partie supérieure du corps), quelle calamité ! L'exemple le plus frappant étant une Clothesline à la suite de laquelle Cesaro a eu toutes les peines du monde à passer par-dessus la troisième corde.

Après le match, Sheamus est allé féliciter le King of Swing à sa manière : pour s'assurer qu'il n'esquive pas une nouvelle fois sa poignée de main, le Celtic Warrior lui a placé un bon Brogue Kick des familles, avant de saluer, avec les mains cette fois-ci, son challenger du week-end.

 

+ : la versatilité du Bull Hammer, la tronche d'Heyman après le Brogue Kick

– : les air coups de poing de RVD

 

 

 

Drew McIntyre vs el Torito, alias la nalyse dont on se fout et qui tient en deux lignes

 

Petit taureau domine DMI mais se fait encercler par les 3 ½ MB. Hornswoggle lui arrache la queue, il quitte donc le ring humilié sous les éclats de rire des vilains rockeurs. LOL.

 

 

Eh toi, je te reconnais, t'étais pas le rival de Randy Orton y a pas longtemps ?

 

 

Wyatt s'adresse à  la Cenation

 

Le speech en lui-même et ce qui suit, on s'en tamponne. C'est cousu de fil blanc : je suis méchant, je vais vous le prouver (agression des commentateurs), mais, qui voilà pour m'arrêter ? John Cena le chevalier blanc et ses fiers compères les Usos qui sauvent le pauvre Jerry Lawler.

L'idole de ma moustachette finit sur un discours aussi plat que prévisible. En substance : vous êtes que des vilains et même que vous faites des choses pas très gentilles, mais moi je suis gentil alors je vais vous taper.

 

Breeef, parlons plutôt de ce qui est vraiment intéressant : leur match de dimanche. Quand bien même il a tout pour donner envie,  je suis convaincu (genre autant que du 22-0) qu'on va assister à une bonne grosse purge.

 

Bray Wyatt est un mec très, très moyen in-ring, mais fabuleux en dehors. Son gimmick est intenable et pourtant il le maîtrise à merveille grâce à un très bon jeu d'acteur, une véritable présence et des sidekicks formidables. Du coup, je suis toujours excité par l'annonce de ses combats, mais déçu par leur contenu.

À l'inverse, on a John Cena. Un mec qui fait toujours le taf dans le ring, et qui est nécessaire à la WWE, mais qui a un gimmick et un acting que je trouve proprement gerbants. Du coup, je ne mate ses matchs que dans l'espoir de le voir perdre, et je ne regarde même pas les combats qu'il ne peut que gagner (j'avais zappé le main event de WM 29 pour m'épargner sa gueule triomphante). À Mania 30 puis dans sa foulée, la WWE a sans doute laissé passer la dernière chance de voir son gimmick un tant soit peu évoluer, et c'est bien dommage.

 

Et puis merde, cette stipulation : un Last Man Standing avec John Cena ? Ça veut dire nearfalls sur nearfalls, un contexte parfait pour faire ressortir toute la médiocrité du jeu d'acteur du Marine en mode Never Give Up.

 

 

+ : Harper qui étend JBL : ce n'est pas désagréable qu'il la ferme pendant 10 minutes, fut-ce pour laisser parler Cena.

– : ce match va plomber mon impression générale du show, ça me déprime d'avance

 

 

Jerry, tu penseras à me rendre mon t-shirt?

 

 

Zach Ryder VS Rusev

 

Zack Ryder entre en scène avec un drapeau américain et commence à parler. Je crois que c'est la première fois que je l'entends prononcer autre chose que des onomatopées, et, à ma grande surprise, Woowoowoo a l'air encore plus bête quand il prend la parole. Intervention divine d'un ange descendu sur terre, Lana interrompt le benêt, et envoie Rusev s'occuper de lui en à peu près autant de temps qu'il en faut à Sheamus pour coller un Brogue Kick à Daniel Bryan.

Big E intervient, fait passer l'immonde bolchevique par dessus la troisième corde et brandit la bannière étoilée sous les « Youessai-Youessai » de la foule. Comme quoi y a sans doute pas besoin de Real Americans pour toucher la corde nationaliste, il suffit de foutre un Russe (qui ne l'est pas) en face.

 

+ : que Lana est belle quand elle s'énerve.

– : si elle cherchait à démontrer le déclin américain, elle aurait tout aussi bien fait de laisser Zack Ryder parler.

 

 

Les Real Americans, c'est plus ce que c'était

 

 

Batista & Orton VS Cody & Goldust

 

Autant Batista est bien plus convaincant aujourd'hui qu'à l'époque du Rumble pour ce qui concerne la puissance et la vitesse d’exécution, autant je commence sérieusement à me faire du souci pour la cardio de Big Dave. Non mais sérieux, est-ce que le mec ne fait absolument aucun sport, gonflette mise à part, ou bien a-t-il vraiment des problèmes cardiaques ? Il a dû passer cinq minutes sur le ring, dont une moitié passée à administrer un tabassage en règle à Goldust (le combat étant devenu un Elimination Match  après que Cody s'était mangé un RKO) et il semblait pourtant à bout de souffle.

Si l'affrontement a été correct et donne un avant-goût de ce que peut donner un No Hold Barred Elimination Match quand il n'y a plus que trois compétiteurs, je reste déçu par le traitement adressé aux frangins, Cody en tête, qui valent bien mieux que ce rôle de simple jobbers.

 

+ : pour une fois, le maquillage qui se barre de Goldust. Ça renforce le côté victimisation du petit vieux.

– : ça fait mal de voir les frangins là quand les Usos alternent les rôles de valets de Cena et les rivalités insipides contre deux bouffons aux bonnets rouges

 

 

– Cody, Dave a pas l'air bien…

– Bordel, le médecin lui avait pourtant dit de pas descendre la rampe en courant !

 

 

Sin Cara (ou qui que ce soit) VS Bo Dallas

 

L'homme sous le masque perd rapidement contre le frère de Bray Wyatt qui n'a pas le temps de montrer grand-chose dans le ring, sinon ses bourrelets. En dehors, par contre, le gimmick m'intrigue. A-t-on affaire à un Face complètement gogol, ou à un Heel timbré qui se croit Face ?

Quand on ne sait pas, la règle est de regarder l'adversaire, et de considérer qu'il est de l'autre côté de la barrière. Son opposant du soir ? On ne sait même plus trop qui est sous le masque, alors son inclinaison… Restent des clips ahurissants de niaiserie et des discours improbables post-matchs (« mec t'as été super, bolieve et un jour tu seras peut-être comme moi »), pour se faire une idée.

En tout cas, deux choses sont claires :

– il est bien le frère de son frère, avec son gimmick improbable, sa tronche et son discours de dément.

– alors que son catch va certainement me laisser indifférent, lui non. Je vais le détester ou l'adorer, en fonction de ce qu'il va faire dans les quelques semaines à venir.

 

 

Matez les mecs, ce type se bat en couche !

 

 

Stephanie confronte Bryan

 

Bryan refuse de rendre ses ceintures, mais la fille du boss est magnanime. S'il les restitue lors de Payback, elle consentira à ne pas virer sa douce.

Il y aura donc de la parlotte en PPV, ce qui laisse fortement suggérer une interaction plus musclée avec quelqu'un qui n'est pas booké pour le show, genre un proche de l'autorité, qui n'aime pas beaucoup le champion actuel, mais qui aime bien les flammes de l'enfer, à tout hasard.

 

 

 

Emma VS Alicia Fox (alias l'autre compte-rendu en deux lignes)

 

Emma gagne sur un roll up (bah oui hein, combat de meufs), Alicia s'énerve sur tout ce qui bouge et joue la démente. Elle est bien gentille mais n'est pas AJ qui veut.

 

 

 

Damian Sandow AKA Davy Crockett VS Adam Rose

 

Je ne m'attarderai pas sur celui qui est passé en quelques mois de sauveur intellectuel des masses à Gag Heel. Je sais bien que je ne suis pas le seul à ressentir une immense impression de gâchis, et il me coûterait d'admettre que son nouveau rôle lui convient plutôt bien.

Parlons plutôt du Sud-Africain, qui donne plutôt dans le divertissement pour enfants lui aussi, mais qui s'énerve quand même quand on touche à ses Rose buds. L'agression n'est pas venue de Magneto/Crockett/Sandow bien sûr, celui-ci tenant désormais rarement plus de deux minutes sur le ring, mais du très Américain Américain Jack Swagger, qui a osé toucher à un mec déguisé en citron.

Le tout va déboucher sur un affrontement qui soulève quelques interrogations.

– Comment Adam Rose combat-il ? Même à la NXT je ne l'ai pas vu faire de combat de plus de trois ou quatre minutes (sur trois combats, certes).

– Me lasserai-je un jour de son entrée festive comme j'ai fini par me lasser des « YES YES YES » ?

– Que vont devenir les Swagger et Zeb s’ils perdent contre celui qui semble être, au mieux, un low-midcarder ?

– Le match va-t-il être comique ou sérieux ?

Si la perspective de cet affrontement ne me fait guère vibrer, je dois néanmoins avouer qu'il est assez nettement celui qui recèle le plus de mystères pour moi.

 

 

+ : merci à l'Exotic Express de m'avoir rappelé l'existence des hippos gloutons

– : le mec ne sait dire que deux choses (« party time all the time », et « don't be a lemon, be a Rose bud »), soit, mais il était pas déguisé en citron son pote, là ?

 

 

– Eh toi avec le patriote avec un drapeau américain, comment tu t'appelles ?

– Woo ! Moi c'est Zack monsieur.

– Putain, mais arrête tes conneries Zeb !

 

 

Sheamus VS Del Rio (alias la nalyze rapide parce que mon stream merdait)

 

Ça commençait pas mal, mais je n'ai pas vu la suite. Je présume que Sheamus était bien dans le combat, mais que Cesaro est intervenu et a foutu la merde sous le regard tendre et complice de Paul Heyman, ce bel homme.

En tout cas, c'est marrant de voir à quoi tient la carrière d'un catcheur. Alberto Del Rio est passé en un an de top 5-10 des meilleurs membres de la fédé de Stamford au titre officieux de meilleur membre du roster sans rivalité significative. Et alors que je me demandais pourquoi cette situation ne me choquait pas plus que ça, j'ai réalisé qu'il lui manquait deux des choses pour lesquelles je l'aimais tant il n'y pas si longtemps : ses voitures et Ricardo. En fait, c'est comme Sandow, son peignoir et son micro/verre de cognac, rien de tel pour effacer un cacheur populaire que de priver petit à petit ses suiveurs de ce pour quoi ils l'aiment.

 

 

Cool, il semblerait que j'ai vu juste (en même temps, je ne me mouillais pas trop)

 

 

Evolution VS Shield

 

Qui dit signature de contrat dit rarement échange d'amabilités. Les six hommes se sont chauffés au micro avant de joindre les actes à la parole. The Shield semblait prendre l'avantage quand HHH a sorti le Sledgehammer et tabassé à tout va. Ses comparses l'ont alors rejoint, le temps sans doute pour Batista de reprendre son souffle, et le trio a administré une Triple Power Bomb à Roman Reigns.

Mais plus que le combat, c'est ce qu'il symbolise qui est important. Les deux clans l'ont dit et répété, ils livreront à Payback leur ultime affrontement. Dimanche, le Shield peut renvoyer Paul Levesque dans ses bureaux et Batista à Hollywood, et s'assurer de marquer à jamais la WWE. Il peut aussi subir une défaite dont il lui sera très difficile de se relever.

Pour être sûr que le public pige bien la portée de ce qui va se passer dimanche, et parce que Bryan est blessé évidemment, le main event portera mieux son nom que jamais, puisqu'il sera le seul affrontement majeur d'un PPV qui sera essentiellement jugé sur la performance des deux factions.

 

+ : les différentes vidéos de promo pour ce combat

– : le match étant clairement booké pour porter le PPV à bout de bras, Orton, Rollins & Co n'ont vraiment mais alors vraiment pas intérêt à se louper

 

 

Au final, un show assez plaisant, malgré l'existence l'intervention lourdingue de John Cena et quelques segments convenus, mais qui sont la base des go home shows. Parmi les points positifs : pas mal de combats, une valorisation des midcarders et des ceintures mineures, et enfin l'éviction de Brad Maddox, qui pourrait laisser la place à un GM utile si Triple H devait prendre du recul après le prochain PPV.

 

 

– Je fatigue Boss, je peux m'asseoir ?

– Putain Dave tu peux pas attendre 5 minutes ?

 

 

Bonus : mes pronos pour Payback

 

Torito VS Hornswoggle (Mask vs Hair Match)

Torito sans l'ombre d'un doute. Lui retirer son masque reviendrait à casser toute la gimmick des Matadores, et le peu de crédibilité dont ils jouissent. Non pas que l'idée me déplaise, mais ça m'a l'air hautement improbable.

 

Big E vs Rusev

Ca sent le passage de flambeau entre Big Men. Big E est sur la pente descendante, la WWE n'a jamais su exploiter les capacités de l'haltérophile, et il serait hautement étonnant de voir Rusev perdre son premier combat significatif.

 

Adam Rose vs Jack Swagger

Une pièce sur le Sud-africain sans trop hésiter. Il est face, il est hype et il fait son premier combat contre un méchant bien moins crédible maintenant que Cesaro n'est plus là (un comble pour un véritable américain). La grande question et la principale source de suspense à mon sens est de savoir ce qui va advenir du Gimmick Tea Partesque en cas de défaite. J'ai l'impression qu'il ne tiendrait plus, et qu'il va falloir que Swagger gagne si la WWE tient encore aux « We the People ». Mais puisque la corde nationaliste est désormais utilisée par Rusev (ou plutôt par ses adversaires), je doute que ça pose un gros cas de conscience aux bookers.

 

Bryan vs l'Autorité acte 36

Difficile de penser que Bryan n'obtempère pas, mais en même temps, il semblerait étonnant qu'un compromis soit trouvé sans heurts. Ça tombe bien, Kane n'a rien de prévu dimanche.

 

Paige vs Alicia Fox

Je ne saurais dire à quel point mon prono est objectif ou non, mais je n'arrive pas à concevoir une défaite de la Britannique. Alicia et son gimmick de sous-AJ, je n'arrive pas à accrocher une seconde, puis j'aime pas sa gueule.

J'ai l'impression que la breloque au papillon ne changera pas de propriétaire avant un moment, et j'attends juste avec impatience qu'AJ ait fini de consoler Punk et vienne réclamer son dû.

 

Bad News Barrett vs RVD

BNB sans trop de mal, puisse-t-il mal maîtriser son Bull Hammer et envoyer RVD en repos forcé pendant quelque temps.

 

Sheamus vs Cesaro

Sheamus est fort, cool, le public l'aime, ma meuf aussi, et il donne de l'éclat à une ceinture qui en manque singulièrement depuis bien longtemps. Mais de là à l'imaginer battre un Paul Heyman guy en plein push, n'exagérons rien.

 

John Cena vs Bray Wyatt (Last man Standing)

Bray va me faire sourire deux-trois fois, Cena me donner envie de vomir à chaque nearfall d'un côté ou de l'autre, et le match sera indigent au possible. Harper et Rowan vont essayer d'intervenir, mais oh stupeur, les Usos qui traînent avec Cena depuis un mois et n'ont pas de match prévu ce week-end interviendront pour permettre au leader de la Cenation de remettre l'univers de la WWE dans le droit chemin.

 

The Shield vs Evolution (NHBEM)

Batista a une promo de film à faire très prochainement + un nouveau GM va être nommé (ce qui implique sans doute un peu de recul de HHH) + une victoire d'Evolution pourrait prolonger une rivalité qui doit et va s'arrêter là = j'ai peine à imaginer les chiens de garde s'incliner.

Le scenar qui semble prévisible : on termine en Orton + Hunter vs Reigns, qui sort Spear sur Superman Punch sur Spear, élimine Orton et remporte sa « finale » contre the Game.

 

 

Et ne faites pas comme dimanche dernier, pensez à aller voter !

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut