Catch

Nouvelle donne

You'll never see our names in this category.

Dean Ambrose, au sujet du trophée récompensant la meilleure trahison de l'année, lors de la cérémonie des Slammy Awards 2013

 

On ne parle que de ça depuis maintenant plus d'une semaine et la question est sur toutes les lèvres des fidèles de Stamford : quel sera le nouveau partenaire de Goldust ? Et aussi, accessoirement, pourquoi Seth Rollins a-t-il tourné le dos à ses camarades du Shield au profit de l'ignoble Triple H ? Le Bouclier peut-il continuer à exister en effectif réduit ? Quant à l'Evolution, s'offre-t-elle une cure de jeunesse, après avoir subi la désertion d'un vieil animal aussitôt remplacé par un loup aux dents longues ? Ce 1098e épisode du show rouge se doit d'apporter son lot d'explications. Et elles ont intérêt à être convaincantes.

 

– Ah ça, c'est sûr, on peut dire que tu nous l'as mise bien profond Seth !

– Je sais, je sais. Allez, sans rancune les mecs ?

 

 

Nalyse de RAW du 9 juin 2014

 

Cette semaine à RAW, la priorité est clairement définie : il faut redessiner les storylines majeures. Par contre, au niveau de la midcard, quelqu'un semble avoir appuyé sur le bouton « pause ».

 

Chérie, je crois qu'on parle de nous là.

 

 

J'en étais convaincu (et j'en aurais parié ma chemise), le show allait forcément débuter avec l'Evolution 2.0, ce qui aurait permis au traître de l'année de s'expliquer. Perdu. C'est le couple princier qui ouvre les hostilités ce soir. Triple H et Stephanie ont une annonce de la plus haute importance à formuler : ils ont enfin pu statuer sur le sort de Daniel Bryan. Cela fait maintenant de longues semaines que la fédération est représentée par un champion incapable de défendre son titre, il est grand temps que les choses évoluent enfin. Le couperet tombe : le porteur des ceintures suprêmes est officiellement destitué de ses titres. La sanction est sans appel, d'autant plus que le chirurgien ayant opéré le cou de la Chèvre confirme par le biais d'une vidéo qu'il serait dangereux de remonter sur le ring pour le prochain pay-per-view. Voilà qui réjouit au plus haut point The Authority : après avoir clamé haut et fort depuis des mois que Bryan n'avait pas la carrure pour être le visage de la WWE, ces salauds finissent par obtenir le dernier mot.

 

Cette annonce semblait inéluctable, alors pourquoi avoir temporisé à ce point ? Peut-être y avait-il une chance que le Barbu achève sa convalescence en seulement trois ou quatre semaines (à l'instar de Punk en décembre 2012). Mais peut-être aussi que les derniers diagnostics médicaux se sont révélés plus alarmants que prévu, ne laissant d’autre choix que le retrait des ceintures. D'ailleurs si l'on se fie aux propos tenus par Steph', c'est en regardant sa télé comme n'importe quel spectateur lambda que l'American Dragon aura appris la nouvelle de sa propre destitution. Ah ? Comment alors expliquer que les deux breloques soient suspendues au-dessus du ring ? Un cambrioleur aurait-il été envoyé chez Bryan afin de lui subtiliser ses biens ?

Toujours est-il que nous savons dorénavant que l'enjeu principal de Money in the Bank 2014 sera de décrocher les deux trophées tant convoités. Cette situation est une première et aura pour conséquence directe de nous priver cette année d'un porteur de mallette. C'est assez frustrant comme cas de figure, d'autant plus que je voyais bien Cesaro comme candidat idéal pour tenir ce rôle. Alberto Del Rio (qualifié la semaine dernière) est le premier participant de ce MITB Ladder match et Triple nous apprend que Randy Orton sera le second. C'est beau d'être pote avec le patron, ça permet d'obtenir des putain de passe-droits sans avoir à fournir le moindre effort ! Pas de quoi être véritablement surpris quand on connaît le mode de fonctionnement de HHH depuis SummerSlam 2013. Par contre, à la place de Seth Rollins, j'aurais bien aimé recevoir le même traitement de faveur en guise de bienvenue au sein de l'Evolution. Ç’aurait été la moindre des choses après m'être montré si coopératif envers le Cerebral Assassin ! En même temps, il faut bien reconnaître que pour l'heure, Rollins a d'autres chats à fouetter comme nous le verrons un peu plus tard.

Pour conclure cette série d'annonces, le Game nous promet la destruction finale du Shield puisqu'en fin de show, ils seront opposés à la Wyatt Family dans un combat handicap à deux contre trois.

 

 

Je suis un gros privilégié ultra favorisé? Ouais et pour fêter ça, j'ai décidé de me faire une petite semaine « coke 'n' putes » !

Et je vous emmerde.

 

 

En attendant, Sheamus et Bad News Barrett s'affrontent afin de déterminer lequel des deux hommes pourra rejoindre Alberto et Randy afin de tenter de décrocher le Graal dans trois semaines. Le combat est serré, très disputé et je constate avec plaisir que l'Anglais arrive à faire jeu égal avec le rouquin. Le rythme est bon, le public est captif et sursaute à chaque tombé mais aucun des deux ne veut lâcher. C'est pourtant l'Irlandais qui finit par l'emporter grâce à son dévastateur Brogue Kick. Sûrement le match de la soirée à mes yeux, mais je ne peux que m'offusquer de la résistance quasi surhumaine dont a fait preuve Sheamus. (Elle est bien loin l'époque où le Wasteland de Wade lui permettait de plier ses combats.)

 

 

Et pourtant, je lui ai fait bouffer un paquet de coups de pompe !

 

 

Toujours pour le même enjeu, Rob Van Dam et Cesaro, ont eux aussi réglé leurs comptes… mais sur une cadence autrement plus mollassonne. Pourtant les deux hommes nous ont habitués à mieux, mais il faut croire que ce soir, le cœur n'y est pas. Heureusement que le tout s'accélère un peu lorsque le King of Swing passe la seconde. Il finit d'ailleurs par l'emporter assez logiquement et pourra ainsi lui aussi aller faire le mariole au sommet de l'échelle.

 

 

Comme quoi, les photos peuvent être trompeuses. En voyant celle-là par exemple, on serait tenté de croire que le match a été éblouissant.

Bah non.

 

 

Pas de surprise à ce stade : tous les catcheurs qualifiés pour le main event de MITB sont on ne peut plus légitimes. Reste encore trois places libres. Ça permettra de remplir une partie des deux prochains RAW.

 

Parce que ce n'est pas si simple de remplir trois heures d'émission en maintenant un certain niveau qualitatif. Beaucoup de segments cette semaine étaient là pour boucher les trous et nous faire patienter avant le grand oral de Seth Rollins.

La glaciale Lana est donc venue chercher sa cheap heat en montrant des images d'Obama entretenant maladroitement son physique dans une salle de gym. Images ensuite opposées à celles de Poutine pratiquant des arts martiaux et posant torse nu sur un cheval. Difficile de dire lequel des deux Présidents est apparu le plus ridicule après la diffusion de ces documents embarrassants, mais aux yeux de Lana, il ne fait aucun doute que les États-Unis sont en plein déclin et selon elle, la Russie sera le prochain grand pays dominant la planète. Et j'allais presque oublier : Rusev était également de sortie et accompagnait la belle Russe. Il s'est essuyé les pieds sur Zack Ryder. Encore. L'affrontement a à peine laissé le temps à Ryder de nous montrer son nouveau slip. Un squash de plus pour Rusev et la forte impression qu'il régresse (déjà) puisque la rivalité avec Big E semble bien lointaine et enterrée. J'ai vraiment le sentiment que les rôles sont inversés dans ce duo atypique : le manager fait tout le boulot alors que le catcheur semble n'être qu'un simple accessoire.

 

 

Dans notre couple, c'est moi qui porte la culotte.

 

 

Nous avons également découvert cette semaine que Goldust avait choisi comme partenaire éphémère le formidable R-Truth. Cette alliance n'a bien évidemment pas suffi à triompher du redoutable duo Rybaxel. Vivement la semaine prochaine : Cody Rhodes prétend avoir trouvé l'équipier idéal pour son frère et j'ai bien hâte de savoir de qui il s'agit. Vraie surprise ou pétard mouillé ? Il a déjà annoncé qu'il ne s'agissait pas de lui-même. Les paris sont ouverts…

 

 

– Hé fiston, il paraît que t'es à la recherche d'un nouveau partenaire ? Ça tombe bien, je suis dispo !

– Faudrait voir à pas trop abuser non plus. Maintenant tu rentres à l'hospice s'il te plaît Papa.

 

 

Vous pensez que le quota de remplissage est atteint à ce stade ? Ce serait sans compter sur la séquence backstage au cours de laquelle Summer Rae est venue pourrir le joli maquillage de Layla.

 

 

Et encore, le mot « pourrir » est assez loin de la vérité !

 

 

Ce qui l'a contrainte à effectuer son entrée aux côtés de Fandango dans un état déplorable. Mais finalement pas plus humiliant que ce qu'a dû endurer ce pauvre Damien Sandow. Voulant sans doute être raccord avec Fandango, il portait un juste au corps ultra moulant, couleur chair, pour probablement ressembler le plus possible à un danseur de ballet. Tout ça pour se faire exploser par les Usos qui passaient par là. Victoire expéditive des jumeaux après un match rapide au cours duquel Sandow aura reçu quelques encouragements de la part du public. C'est déjà ça, mais ça reste une maigre consolation pour celui qui décrochait la précieuse mallette il y a presque un an tout rond. La descente aux Enfers continue pour Sandow et il lui sera assez difficile de sortir de cette mauvaise passe, je le crains.

 

Quoi ? J'ai pas la classe ultime habillé comme ça ?

Vous préféreriez peut-être que je porte une robe de chambre tant que vous y êtes ?

 

 

Je me suis promis d'être exhaustif alors je dois aussi vous parler du combat de Bo Dallas : cette semaine, il faisait face à Xavier Woods et il a évidemment gagné et il a toujours une sacrée tête de con et il a souhaité à Daniel Bryan un bon rétablissement. Le duel était chiant, mais fort heureusement assez court. Le public a quand même trouvé le temps de lancer un petit chant « CM Punk ». Je suis assez subjugué par la ténacité qu'affichent les spectateurs à réclamer en vain la présence de Phil Brooks. Quel gâchis d'être parti.

 

 

Voilà avec quoi Daniel Bryan occupe son temps libre pendant sa convalescence.

 

 

Encore un combat moisi à évacuer : Jack Swagger a affronté Santino (Colter ayant décidé qu'il fallait renvoyer chez lui au plus vite l'Italien. C'est sûr que c'est plus facile que de s'en prendre à Sheamus par exemple). J'ai bien cru que le Real American allait subir une déshonorante défaite, mais quelques claques balancées par son manager lui ont permis de regagner suffisamment de motivation pour éviter le Cobra et empocher la victoire. Ce match n'apporte rien, mais au moins, l'honneur est sauf pour Jack (enfin, disons qu'il aurait pu tomber encore plus bas). Pas la moindre trace d'Adam Rose… Il n'était pas censé être en rivalité avec Swagger ? Moi qui aurais voulu voir un peu l'Exotic Express…

 

 

Me déplacer pour aller à Raw ? Et puis quoi encore, j'étais bien trop occupé à faire la teuf !

 

 

Cette semaine, les meufs se sont bastonnées et c'est encore une fois la championne Paige et Alicia Fox qui s'y sont collées. Ça commence à être sacrément répétitif cette histoire entre les deux donzelles et on a le sentiment qu'il n'y a plus grand-chose à raconter. Paige l'a emporté, mais une fois encore, ce fut laborieux. Alicia a pourtant affiché une nette domination doublée d'une belle agressivité (plaçant même une jolie Supplex), mais c'est bien la jeune Anglaise qui au final réussit à placer son PTO pour faire abandonner la Renarde. Le temps passe et il semblerait que le soufflé retombe petit à petit au sujet de Paige : dans l'ensemble je dois bien admettre qu'elle accumule les victoires les unes après les autres, mais cela s'effectue sans panache et surtout sans imposer sa marque. Et puis il faudrait aussi que quelqu'un lui dise que le hurlement n'est pas une prise de catch ! En revanche, après sa défaite, Alicia a une fois de plus pété un câble bien comme il faut en se défoulant sur Aksana (pourtant venue aux abords du ring lui apporter son soutien) ! Fox est bonne à interner, apportez-lui une camisole de force, mais pas tout de suite, je veux encore profiter de ses crises de folie. C'est la seule Diva qui sort vraiment du lot actuellement, profitons-en.

 

Je ne suis pas folle, je suis simplement d'humeur changeante.

 

 

Avant que Seth Rollins ne vienne rendre des comptes au WWE Universe, ses ex sont venus vider leur sac sur le ring et dire tout le bien qu'ils pensent de ce sale traître qu'ils considéraient comme un frère. Les 3MB, venus faire les malins juste avant, n'avaient pas réalisé que le moment était mal choisi pour provoquer les deux tiers restants du Shield et se firent éparpiller aux quatre coins de la salle en quelques instants. Dean et Roman sont catégoriques et promettent qu'ils casseront la gueule aux trois membres de l'Evolution. On les sent meurtris, blessés et durement affectés par le coup de poignard reçu la semaine passée et seule la vengeance pourra les apaiser. Ambrose est convainquant, Reigns l'est un peu moins et éprouve quelques difficultés à trouver le bon rythme pour imposer son discours.

 

 

Je… euh… suis… euh… pas… content. Du tout.

 

 

C'est ensuite au tour de Rollins d'être interviewé par Michael Cole : il nous explique que de son point de vue, il ne comprend même pas que ses actes aient pu créer une quelconque polémique. C'est lui l'Architecte qui a construit le Shield. Alors il s'estime libre de le détruire à sa guise. Il prétend (et a fichtrement raison) être arrivé au sommet en équipe. Par conséquent, le temps est venu de penser à lui et à sa carrière, ses ex-collègues (qui n'étaient que des instruments) n'auraient fait que le ralentir. Bref, il lui faut évoluer et y avait-il meilleur moyen de le faire qu'en rejoignant l'Evolution ?

 

Le grand oral de Rollins a été plutôt réussi et convainquant : ce gros bâtard égoïste (copieusement hué) préfère donner priorité à sa carrière, quand bien même il lui aura fallu sacrifier ses frères d'armes. Un point me chagrine toutefois un peu : si sa trahison est le fruit d'une réflexion personnelle menée en accord avec lui-même, alors pourquoi Triple H fanfaronnait-il la semaine dernière en affirmant qu'il avait prévu un plan B ? Car si je m'en tiens aux déclarations de Rollins, alors le COO n'avait rien prévu du tout, mais a seulement eu la chance de bénéficier du retournement de veste de Seth.

 

 

Veste qui lui va à ravir soit dit en passant.

 

 

Même si ce n'est qu'un détail, je n'ai pu m'empêcher de tiquer en voyant en coulisse Ambrose et Reigns attendre sagement d'être provoqués par Rollins. À leur place, ça fait bien longtemps que j'aurais débarqué sur le ring pour lui bousiller la gueule ! C'est ce qu'ils finiront par faire, mais c'était sans compter sur la Wyatt  qui rôdait dans les parages pour sauver le traître bicolore. Cena, toujours remonté contre les dégénérés du bayou, finit par se pointer afin d'équilibrer les forces en présence. Ça tombait vachement bien vu que le Shield se cherchait un troisième larron pour le combat final.

 

Nous voilà arrivés en fin de soirée. Le main event est lancé et démarre sur les chapeaux de roue avec un Dean Ambrose tout feu tout flamme ayant manifestement de l'énergie à revendre. Son compagnon samoan n'est pas en reste, mais un Big Boot bien placé permet à la Family de reprendre le dessus de manière durable. Le salut ne peut venir que de Cena qui attend impatiemment le tag, ce qui finit par arriver tant bien que mal. Cependant, la présence du Marine est rapidement contenue par la bande à Bray qui, une fois encore, reprend le dessus. Super John sait encaisser et c'est ce qu'il fait jusqu'à trouver une ouverture pour passer le relais à Reigns. Le match qui jusque-là ronronnait un peu trop paisiblement à mon goût, s'emballa soudainement. Chaque participant y alla de sa petite intervention. L'homme fort du Shield  conclut le match à l'aide d'un monstrueux Spear dont il a le secret. Le Shield est affaibli, mais prouve une fois encore (même en effectif réduit) que leur détermination peut faire la différence pour décrocher la victoire.

 

 

– Bah et moi ? Je compte pour du beurre?

– Ta gueule John !

 

 

La guerre entre le Shield et les hommes de Triple H est loin d'être finie. Les forces en présence se mettent en place. Triple H est persuadé d'éradiquer aisément ce qu'il reste du Bouclier, mais il devrait savoir que la vengeance est une puissante source de motivation. Par ailleurs, je trouve curieux d'avoir placé Orton dans la course au titre mondial dans la mesure où son aide pourrait être précieuse afin d'épauler son mentor. Nous acheminons-nous vers un affrontement deux-contre-deux à MITB, Hunter faisant équipe avec son jeune disciple ? En tout cas, les hommes en noir semblent plus soudés que jamais et entendent bien se serrer les coudes jusqu'à mettre la main sur Rollins.

Ce dernier a-t-il lancé sa carrière à un échelon supérieur ou retombera-t-il durement une fois la rivalité terminée ?

 

 

Chapeau, ça c'est de la trahison ! C'est en se comportant de la sorte qu'il ira loin ce Seth Rollins. Et je sais de quoi je parle !

 

 

8 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut