Catch

Les Raw sont fatigués

La déception est un sentiment qui ne déçoit jamais.

François Mauriac

 

Au lendemain d’une Nuit des Champions qui a globalement tenu ses promesses niveau spectacle et où quatre nouveaux champions ont été couronnés, l’attente est grande en ce lundi pour savoir comment vont se poursuivre les guerres qui se mêlent au sein de la WWE. Et surtout pour voir si la fédération poursuit sur sa bonne lancée du PayPerView ou décide de revenir mollement au rythme de croisière des shows hebdomadaires.

 

 

En tout cas, moi, j’suis hyper content d’être de retour.

 

 

Nalyse de Raw du 22 septembre

 

 

Monday Night Raw se déroule ce soir à Memphis Tennessee, ville natale de Jerry Lawler, où a eu lieu plus tôt cette année la désormais mythique Daniel Bryan Invasion. Mais point de troll barbu ce soir, et en vérité, rien qui deviendra mythique dans quelques années, je le crains.

 

 

Prélude par un Lunatique

 

Adoré par la foule, Dean Ambrose ouvre le bal, suite àson retour la veille après plusieurs semaines d’absence. Il visionne avec nous les images de la vicieuse attaque de Rollins et Kane qui lui a coûté un mois de sa carrière. Mais loupé, Ambrose n’est pas fini, au contraire, il a envie encore et encore de détruire Seth Rollins, son ancien comparse et désormais petit protégé de l’Autorité. Il saisit une chaise et s’assoit, promettant de ne pas quitter le ring avant d’avoir réglé cette affaire dans la violence.

 

 

J’espère que ce sera moins long que chez le coiffeur, c’est pour ça que j’y vais plus.

 

 

Alors qu’on attend la venue de Seth, de Kane ou de qui que ce soit de l’Autorité, la musique de John Cena retentit et le rouge Marine rejoint le chien fou entre les cordes. Ça ne plait pas au Lunatique, vexé de se faire voler la vedette.

 

Cena lui explique qu’ils sont dans la même situation, puisqu’ils ont une dent contre Rollins pour des raisons diverses. Il soutient que sans l’intervention du traître, il serait déjà champion à la place de Lesnar. Je me suis permis à ce moment là de hausser un sourcil circonspect, tant la Bête est résistante, mais le Marine n’en a pas tenu compte, affirmant que ce soir, il veut casher les fesses du chacal bicolore. Voilà t’y pas qu’Ambrose, au lieu de l’encourager et de lui dire « vas-y on lui défonce la gueule ensemble ! » demande à John de ne pas se mettre sur sa route. Et les deux, après s’être toisés, enlèvent leurs oripeaux et se préparent à s’affronter. Comme quoi, être gentil ne rend pas forcément très intelligent. Mais il est vrai que Dean Ambrose n’aime pas travailler en équipe, ça c’est vu ces deux dernières années.

 

L’Autorité au grand complet rapplique. Kane, Rollins et Orton accompagnent le couple princier. Le COO de la compagnie demande aux deux énervés de se calmer et proclame que ce soir, Seth Rollins n’affrontera personne, par contre, Cena et Ambrose auront un match… Et on ne saura jamais contre qui, puisque John décide de ne plus obéir, sort du ring, et fonce vers les cravatés, suivi de près par Dean.

 

 

T’as envie de taper Rollins, j’ai envie de taper Rollins. Qu’allons-nous faire d'après toi ?

 

Hé bien, mon bon John, j’en conclus que je vais te casser la gueule, et après je casserai celle de Seth.

 

Ho, Ho ! Les deux agités, vous allez vous calmer oui !

 

Non.

 

Bing ! Pif ! Paf ! Poum !

 

 

S’ensuit un chaos total, Rollins fuyant dans les tribunes, ses deux ennemis à ses trousses. Il finit par disparaître en volant une voiture à un pauvre quidam qui passait par là, laissant Ambrose et Cena fort marris. Mais marrie aussi est l’Autorité, furieuse de voir les rebelles réussir si facilement à porter la main sur leur protégé. Le chacal étant sur la route de Memphis, Triple H et Stephanie décident que ce soir, Kane affrontera Ambrose et Orton se cognera Cena, une affiche qui mériterait le qualificatif de « Too many in a lifetime ». L’objectif étant, bien sûr, de se débarrasser des têtes brûlées. Les deux sbires ne semblent pas ravis d’avoir à disputer de tels matchs. C’est pas comme si ça faisait des semaines qu’ils s’autobookent des affrontements contre leurs rivaux.

 

 

Intercontinental Championship

 

Malgré tout, le show continue. Le Miz, tout nouveau champion Intercontinental, défend déjà son titre contre celui à qui il a dérobé l’or la veille, Dolph Ziggler. Le champion vient avec sa doublure Sandow, tandis que Ziggler a laissé R-Truth dans les vestiaires de Nashville, où il court encore après Damien, probablement.

 

 

Une paire en plus pour un euro de plus.

 

 

Le match est vif, nerveux et agréable à suivre. Ziggler, frustré par sa défaite de la veille, donne tout ce qu’il a pour reconquérir son bien. Superkicks, Clotheslines, tout y passe, mais le champion fait mieux que se défendre, et place notamment un spectaculaire Neckbreaker depuis les cordes sur le côté extérieur du ring.

 

 

Cet instant où tu te rends compte que le saut dans le vide, c’était pas une si bonne idée.

 

 

Par deux fois, Sandow tente d’aider son mentor, mais est repoussé par le Show Off. Finalement, le Miz utilise la fourberie qui lui a souri la veille, c’est-à-dire un Roll up en mettant cul nu son adversaire. Sauf que ce coup-ci, Dolph renverse la prise, et laisse lui-même entrevoir la face cachée du MoneyMaker.

 

 

 

C’est la pleine lune.

 

 

Un, deux, trois, ça y est ! Ziggler est de nouveau champion, sous les vivats d’une foule qui a été de son côté pendant tout le match. Et joli affrontement entre les deux natifs de Cleveland, bien meilleur que la veille. Avec ce nouveau changement de titre, la rivalité n’est pas encore finie, et c’est tant mieux, tant les deux protagonistes et la doublure semblent prendre un plaisir enfantin à raconter leur histoire.

 

 

Damien, je croyais que tu faisais tout comme moi, pourquoi t’as pas baissé ton caleçon ?

 

 

In Bo we trust

 

Troisième manche entre Bo Dallas et Jack Swagger, et aucune en PayPerView, ce qui est plutôt dommage pour une rivalité de midcard. La foule est partagée, et les « We the people » répondent aux « We bolieve ! »

 

Par contre, Swagger en gentil, non je ne m’y habitue vraiment pas. Avec sa coiffure ridicule et sa tête de brute idiote, ce mec a tout, à mon avis, pour être un des top heels de la fédération. Au lieu de jouer les héros patriotes, il aurait bien mieux sa place aux côtés de Triple H en protégé de l’Autorité, pour remplacer un Kane inefficace par exemple.

 

 

Et maintenant, en vérité, je vous le dis, je vais faire léviter Jack Swagger par la seule force de mon esprit, parce que je Bolieve !

 

Envole moi, envole moiiii…

 

 

Ce soir le match est vite expédié, Swaggman faisant rapidement abandonner le pauvre Bo sur son Patriot Lock. Deux victoires pour Jack, sans contestation, l’histoire est pliée. Qu’attend les deux catcheurs pour la suite, voilà qui est plus difficile à prévoir tant ils semblent loin du main event, mais quand même bien ancrés en milieu de carte. Probablement une nouvelle rivalité sans grand enjeu. A moins que l’un ou l’autre ne parte à l’assaut d’une ceinture intermédiaire. Swagger pourrait vouloir goûter au titre américain, ou à l’intercontinental contre son ancien partenaire.

 

 

Hé merde, maintenant tout le monde va dire que je suis un Boloss…

 

 

Total Débiles

 

Summer Rae accompagnée de Layla, sa nouvelle copine depuis qu’elle lui a piqué son mec mais on a déjà tous oublié, affronte Natalya accompagnée de Rosa Mendes qu’on a aussi déjà oubliée.

 

 

– Whou, regardez ce qu’on sait faire avec nos doigts, un cœur !

– Attends Summer, c’est un peu trop compliqué pour toi on dirait. Tu sais, les superstars de la WWE sont des athlètes surentrainés.

 

 

A l’origine de ce match, une dispute entre les deux blondes lors du dernier épisode de Total Divas. Summer prend la parole en expliquant à quel point il est dur d’être la plus sexy, tant cela suscite de la jalousie. Puis, les femelles s’affrontent. Elles arrivent à placer quelques jolis mouvements quand même, un coup de pied de Summer, des attaques de Nattie, et cette dernière s’impose grâce à la prise de soumission familiale. Voilà comment on règle en quelques minutes un litige commencé à Total Divas, la WWE a un peu de suite dans les idées. Mais pas trop. En général, ce genre de rivalités ne dure pas plus d’un match. Dommage peut-être, car je pense que les deux blondes ont un potentiel qui n’a jamais été pleinement exploité. Contrairement à Rosa avec ses seins refaits et sa tête de cadavre en plastique qui ne sait rien faire d’autre que prendre une pause mi-aguichante mi-idiote.

 

 

Ouiii, elle a gagné ma copine ! Et moi je… ben je suis sa copine !

 

 

Ambrose Vs Kane

 

Revoilà Ambrose, ce coup-ci pour fighter comme il se doit. Et contre l’un des hommes qui l’ont envoyé au repos forcé.

 

J'aimerais prendre quelques secondes pour analyser la gimmick de Kane de ces derniers mois. Souvenons-nous, il s'était vendu à l'Autorité il y a un an en enlevant son masque, en enfilant un costume cravate et en devenant corporate et Chef des opérations. A mon sens, cela signifiait qu'il n'allait plus catcher mais donner des ordres. Sauf que quelques semaines après, il catchait à nouveau et perdait même à WrestleMania. Tout ça l'a énervé, il a remis son masque, il s'est remis à catcher. Il a perdu contre Bryan, et un jour à force de perdre il a enlevé son masque, de l'air de dire "Tout ça c'est fini". Et le revoici en costume cravate. Sauf qu'il catche toujours autant. Alors ça veut dire quoi ?

 

A chaque changement de son costume, on nous vend ça comme une révolution, mais finalement les choses se passent toujours de la même façon : il perd. Il perdait contre les gentils en monstre, il perd contre les gentils en cravaté. Et ce soir, il va perdre, ayant encaissé en pleine tête le finisher d’Ambrose, lorsque Rollins surgit de nulle part pour sauver son allié et s’attaquer au lunatique. Entretemps, Kane l’aide et porte un Chokeslam sur le chien fou.

 

 

Le selling, mes amis, le selling, c’est ça qui fait le catch.

 

 

Au lieu de profiter de leur avantage numérique pour à nouveau anéantir leur rival sur une barre de parpaing, voire sur une plaque de béton ou une planche à clous puisque ça n’a pas suffi, les deux sbires de l’Autorité s’en vont gentiment. Triple H leur avait demandé d’achever le rebelle, on ne peut pas dire que mission soit accomplie. Pourtant, ils vont fièrement en coulisses retrouver leur leader. Ce dernier calme les ardeurs de Seth, qu’il juge difficile à canaliser. L’architraître a à peine le temps de répliquer qu’il se fait attaquer par Ambrose, décidément pas calmé. Il faut encore une fois la venue de la sécurité pour maîtriser le fauve, que Stephanie ordonne d’enfermer dans un placard à balais pour le neutraliser.

 

La méfiance de Triple H vis-à-vis de son poulain prouve bien, pour participer au débat qui agite en ce moment les plus hautes sphères du CDC Universe, que dimanche Rollins a pris de lui-même l’initiative d’intervenir dans le main event pour casher sa mallette, comportement qui me parait logique au vu de la situation, le champion se trouvant alors en difficulté comme rarement.

 

 

TagTeam match pour nous occuper

 

Pas d’autre revanches de ceintures au programme ce soir, et pour cause, un combat à six oppose les Uso et Sheamus aux Rhodes et Cesaro. Récemment champions, les frères scintillants peuvent fanfaronner alors que le Suisse n’a pas réussi à s’emparer de l’or américain.

 

 

We are the Dusty men, We are the Dusty men !

 

 

Le match est long, et voit à peu près toutes les combinaisons possibles sur le ring. Stardust et Sheamus notamment se livrent une belle bataille, dans laquelle interfère Cesaro. Le rythme s’accélère ensuite, les Uso virevoltent de partout, et on croit bien la fin arrivée quand Goldust réussit à contrer un Splash en Final Cut. Sheamus réussit à venir casser le décompte, et les Uso l’emportent.

 

 

Sheamus apprend les règles du base-ball.

 

 

– Hé ben, on est pas vernis…

-Toi en tout cas, tu ne l’es plus.

 

 

On imagine que les Samoans, après le long et beau règne qu’ils nous ont donné, auront droit à une revanche au prochain PayPerView. De toute façon à part eux, il n’y a plus aucune équipe valable derrière. Pour Cesaro, la situation est plus délicate maintenant qu’il a perdu.

 

 

America is beautiful

 

Mark Henry est sur la scène, très ému. Hier soir, il n’a pas réussi à prouver la grandeur de l’Amérique face à la Russie, et il vient s’excuser. Il n’était pas physiquement à 100%… La conquérante Russie vient l’interrompre. Lana affirme qu’Henry, comme tous les Américains, est une grosse merde (je synthétise mais l’idée est là). Sûre de sa force, elle propose un nouvel affrontement entre les deux colosses. Encore un rematch ? Henry accepte, après tout, après avoir été humilié devant le monde entier la veille, qu’a-t-il à perdre ? Et de fait, il perd, une nouvelle fois détruit par l’Accolade du Bulgare, ce coup-ci sans abandonner mais en tombant dans les pommes, ce qui est à peine plus glorieux.

 

 

Les lois de l’anatomie selon Henry : un coup de pied dans le dos fait mal au ventre.

 

 

Qui arrêtera le monstre bulgare ? Après tant de victoires probantes sur les défenseurs de l’Amérique, de Big E à Henry en passant par Swagger, les victimes de Rusev sont de beaux morceaux, en tout cas physiquement. On a eu droit à trois affrontements entre lui et Swaggie, mais là je pense que l’histoire est finie pour le World's Strongest Man. Il serait temps pour la belle et la bête de montrer de l’intérêt pour un objectif plus prestigieux, la ceinture US, par exemple ?

 

 

Quoi de neuf, docteur ?

 

On se détend, moment de dérision pure puisque Titus O’Neil et Heath Slater affrontent Adam Rose et son lapin. Tout le monde se demande qui se cache dans le gros Bunny blanc, bien sûr. Certains pensent que c’est Sami Zayn. Je ne connais pas assez ses moves pour juger, mais on l’a vu lutter pour la ceinture NXT alors se frotter à deux lowcarders insignifiants me paraitrait être une belle régression.

 

Par contre, les quelques prises du lapin me semblent être de telle qualité que cela exclut à mon avis Darren Young.

 

 

Voilà le meilleur catcheur de la soirée. Pour vous dire le niveau.

 

 

En tout cas, sa présence donne un petit boost à la jeune carrière de Rose, qui avait disparu des écrans. Leur entente est excellente, et grâce à un superbe kick du lapin, le chef de l’Exotic Express donne la victoire à son équipe. Joie et bonheur pour sa bande de décérébrés sautillants, mais on en saura pas plus sur l’identité du grand lagomorphe. Car le lapin n’est pas un rongeur, sachez-le.

 

 

On l'a identifié. En fait c'est Emma.

 

 

Ho les filles, ho les filles

 

Nikki Bella a une affreuse casquette à piques. Elle appelle sa sœur, qui vient pour une énième discussion. En fait, elle veut lui demander quelque chose de bien précis : qu’elle cesse de se faire appeler Bella, car elle ne mérite pas ce nom de famille. Puisqu’elle s’est mariée, elle peut très bien prendre le nom de son petit et laid époux. Qu’on insulte son mari, Brie, elle aime pas ça. Au lieu de proposer à sa jumelle de s’appeler Nikki Cena, elle la gifle et tente de lui porter un Yes Lock, mais comme elle n’est pas très douée, elle y arrive pas, et Nikki peut fuir.

 

 

– Mais comment il fait, Daniel ?

-Haaa, t’es nulle, elle est nulle !

 

 

Pas très loin, puisque Nikki a un match ce soir, et contre rien de moins que la nouvelle triple championne, AJ Lee. Hier soir, Nikki était incluse dans le match de championnat féminin, mais c’est comme si rien ne s’était passé tant personne n’y fait allusion.

 

Aux commentaires, décidément un exercice qu’elle apprécie, se trouve Paige, l’ancienne détentrice de la ceinture papillon. L’Anglaise assiste au deuxième match féminin de la soirée. Malgré la nette domination physique de Nikki, qui se débrouille pas trop mal entre les cordes, la petite geekette réussit à placer sa Black Widow et à l’emporter. Entretemps, elle a bousculé Paige qui n’a pas apprécié, bien évidemment, et qui veut récupérer la ceinture. Hell in a Cell approchant, je maintiens mon souhait de voir ces deux-là se battre dans une cage. Mais je regrette qu’on n’entende pas plus la voix de la Crazy Chick, ni celle de la belle Anglaise.

 

De par sa durée et tous les changements de titre qu’elle a entrainés, cette rivalité est la plus importante des Divas de ces dernières années, et personnellement, je trouve que le talent des deux jeunes femmes la rend intéressante. On ne va plus pisser pendant le match des filles, c’est mauvais pour la vessie, mais c’est déjà pas mal. Il ne faudrait pas grand-chose, un peu plus de temps de parole, des promos vraiment passionnées comme celle de Paige ce dimanche, pour en faire une vraie feud de légende. Mais malheureusement, les bookers n’iront pas jusque là, je le crains.

 

 

JBL aurait préféré s’asseoir plus à gauche. Il en a marre de la cacher sous le chapeau.

 

 

Cena Vs Orton, cent quatorzième round

 

Orton et Cena se retrouvent face à face sur le ring, sans aucun enjeu, ce qui est plus rare. Kane et Rollins sont au bord du terrain, pour mieux voir sans doute. Le mec qui a acheté la place premier rang juste devant l’endroit où Kane se tient a de quoi faire la gueule.

 

Cena nous présente son nouveau t-shirt, tout bleu foncé, tout vilain « keep calm and never give up ». Voilà qui est original. Surtout avec une casquette rouge.

 

 

Voilà enfin le roi de la classe, l’homme trop bien sapé.

 

 

Alors c’est parti pour un match qu’on a vu trop souvent et dans toutes les stipulations possibles. Pendant quinze longues minutes, les deux lutteurs vont étaler toute leur gamme de prises habituelles, sans passion ni conviction, juste pour faire le job. On s’emmerde ferme. Quand Orton domine, il frappe lentement comme d’habitude. Quand Cena domine, il est énervant. De plus, on sait très bien que sans enjeu particulier et avec deux méchants aux abords du ring, le match ne finira jamais normalement.

 

Enfin, lorsque le Marine coince son adversaire dans un STF, Kane et Rollins se décident à intervenir en tabassant le nouvel homme en bleu. Ouf, le match est fini, on peut passer au beatdown.

 

 

Je ne comprends pas le public de Menphis. Avoir écourté ce match aurait mérité un double face turn pour Kane et Rollins, de mon point de vue.

 

 

Les trois comparses trainent Cena aux abords du ring, où siège depuis le début du match une « surprise » préparée par l’Autorité, et camouflée sous une couverture noire. Bien sûr, on a tous deviné depuis belle lurette qu’il s’agit d’un nouveau tas de parpaings. Kane soulève la couverture noire… Et Ambrose surgit de l’obscurité pour se jeter sur ces rivaux !

 

 

Et, hop ! Le lapin qui sort de la boîte !

 

 

C’est la panique dans le camp des méchants, on se demande où ont pu passer les parpaings, pendant qu’Ambrose se prive pas de distribuer des beignes.

 

Finalement, avec l’aide d’un Cena ressuscité, Ambrose réussit à détruire Kane et Orton sur le ring. Mais la vraie raison de leur ressentiment, Rollins, a déjà fui à l’extérieur et regarde la scène depuis le public. Tout n’est pas fini.

 

 

Pris par l’excitation, Ambrose exécute une danse russe endiablée, alors que Cena et Kane optent pour une valse.

 

 

Vous m’aurez pas, je suis au concert de Pascal Obispo !

 

 

Au lendemain d’un PPV qui a entrainé beaucoup de changements, dont la totale remise en question de la domination de Brock Lesnar n'est pas le moindre, on ne peut pas dire que les choses aient progressé ce soir. A part un début de show intéressant avec un nouveau changement de titre pour la sympathique rivalité intercontinentale, rien de nouveau sous le soleil, et on s’est même souvent emmerdés ferme. On sent bien que, sans l’absence de Reigns, ce show aurait sonné très différemment. Mais était-on obligés de nous infliger un nouveau Cena-Orton, dont on savait très bien qu’il ne finirait pas normalement ? Et où sont Lesnar et Heyman pour vanter la résistance de la Bête, qui n'a jamais craqué face aux assauts de Cena, ou pour remettre les idées en place à Rollins en lui arrachant le crâne ?

 

Il semble que la WWE ait choisi de remplacer le superman samoan par le Marine contre Rollins. Etait-ce juste pour un soir ? Cena va-t-il avoir droit à un troisième match de championnat en cage, pour clore la rivalité ? Ou quelqu’un d’autre deviendra le nouveau challenger, mais qui ? Trois heures de show sont assez longues pour faire avancer les histoires principales. Pourtant ce soir, nous ne savons toujours pas si Jericho est reparti à la retraite, les Wyatt ont disparu de la circulation après avoir raté leur premier PPV depuis un an. Quant au champion malmené la veille, il n’est pas venu dire un mot. Pourtant, il ne lui aurait pas fallu faire beaucoup de kilomètres pour rejoindre la salle de ce soir…

 

Hell in a Cell est encore loin, et souvent la WWE se permet un petit relâchement le lendemain d’un PPV, histoire de reposer les corps et les esprits. Accordons-leur le bénéfice de l’attente, et voyons si dès la semaine prochaine, les storylines repartiront sur un rythme de fou. Ou pas.

 

 

Il y en a un qui semble sceptique.

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut