Catch

TLC 2014 : Tables Story

– Tu n'es qu'un jouet. Tu n'es pas le véritable Buzz l'Éclair. Tu es un pantin articulé. Tu n'es qu'un jouet en plastique.
– Quel curieux personnage, vraiment déprimant.
Woody et Buzz l'Éclair, Toy Story
 
Et si les objets avaient une conscience ? Et s’ils étaient animés des mêmes facultés que nous, humains : des rêves, des espoirs, des sentiments, des aspirations… Et si, à la nuit tombée, alors que nous sommes trop occupés à sortir les poubelles (QUI ONT UNE ÂME !) ou à nous mettre violemment sur la poire (LES FRUITS NE PENSENT PAS !), les objets de la vie quotidienne – et en particulier les tables, les échelles et les chaises – prenaient vie ? C’est peut-être bien ce qui s’est passé ce dimanche soir à Cleveland dans l’Ohio, à l’occasion d’un étrange rassemblement d’humains, de tables, d’échelles, de chaises et même… de marches d’escalier.
 
 
Puisqu'on vous dit que ce jouet ne s'animera plus !
 
 
Nalyse de TLC
 

 
Moi, Courte Échelle : Bon les filles, vous êtes prêtes ? Ce soir, nous avons une seule et unique mission : aider le cocu Dolph Ziggler à retrouver sa belle intercontinentale.
Petite Échelle : Diable, ce n’est pas une mince affaire, depuis qu’elle s’est fourvoyée avec l’autre pouilleux de Harper. Comment allons-nous procéder ?
Moi, Courte Échelle  : En le laissant nous grimper les unes les autres, pour l’aider à atteindre l’immaculée Ceinture Blanche.
Grande Échelle : Pas sûre que cette catin albinos le mérite.
Ceinture Blanche : Hé les filles, je vous entends !
Grande Échelle : C’est bon toi, fais pas la belle comme ça !
Moyenne Échelle : Tiens voila Dolph ! Quelle ambiance, les gens sont drôlement excités non ?
Moi, Courte Échelle  : Normal, Dolph vient de Cleveland, Ohio.
Grande Échelle : Je croyais qu’il venait de Hollywood , Florida…
Moi, Courte Échelle  : Chut !
 
Harper s’empare de moi, la Courte Échelle, et me balance sur le frêle Dolph. Avant de s’employer à planter une de mes soeurs dans le sol, les pattes bien écartées. Il commence à grimper mais son ascension s’arrête rapidement. Harper empoigne l’une des nôtres et la projette violemment sur le visage du voleur de shows, avant de la fracasser dangereusement sur son crâne. La punition continue mais le blond contre en me projetant à mon tour sur le crado du marais. Dolph est debout, c’est un tête-à-tête entre lui et moi. Vite Dolph ! Soulève-moi vers les cieux. Grimpe-moi dessus ! Ta belle est là ! Mais ce délicieux instant est interrompu par le vil barbu qui me frappe vigoureusement les côtes, faisant lourdement chuter l’amoureux transi. Et ce n’est pas fini : il me balance sans prévenir sur le jeune épris et achève son oeuvre d’un plongeon en plein dans ma face alors que je suis tenue par le bondissant blondinet.
 
 
Combat d'aisselles.
 
 
Le pouilleux est de retour, lorgnant la gracieuse Ceinture. Il pue, il ne la mérite pas ! Oh, j’ai entendu les rumeurs, j’ai entendu les conversations des autres Échelles, tous les ragots sur la belle Blanche. On parle de blanchissement, d’opérations chirurgicales pour se refaire une jeunesse… et mieux retomber dans les bras des premiers venus, sans mérite, juste pour faire la passe. Mais moi je sais, je sais qu’elle s’abaisse à toutes ces choses impures pour mieux revenir autour des hanches des méritants. Et Dolph est de ceux-là, non ? C’est l’excitation dans la foule, qui veut voir les anciens amoureux se retrouver sous la lune de Cleveland. Harper s'apprête a exécuter Dolph, mais ce dernier le contre d’un saut chassé et resté bloqué entre les cordes à cause d’une Échelle. Alors que nous voulions l’aider, nous le faisons souffrir ! 
 
C’est un dîner en amoureux entre Dolph et Moyenne Échelle. Mais loin de tout romantisme, c’est une catapulte, mi-humaine, mi-Échelle que Harper a construite. L’impact est violent quand la troisième corde tranche la gorge du valeureux blondinet. Cela fait très longtemps que mes soeurs de métal n’avaient pas assisté à telle violence. Nous n’y parviendrons jamais, ce pouilleux est trop fort, trop fou, trop dérangé ! Harper a glissé sa tête entre mes cuisses, il se sert de moi comme d’une arme en me balançant dans tous les sens. Les deux belligérants ensanglantés se retrouvent au sommet, échangeant des coups avant de chuter lourdement sur le bois du ring. Dolph contre et Petite Échelle en profite pour pulvériser le front du puant du bayou !  Dolph, revigoré, se sert de Petite Échelle comme d’un pont-levis pour m’atteindre, alors que je trône fièrement, tout mon corps pointant vers la belle Blanche. Les deux ennemis se retrouvent en face à face, et d’une claque sèche retentissant à travers tout l’espace, notre cher Dolph sèche Harper, le renvoyant à la dure réalité du sol, avant de s’emparer de sa belle !
 
Ceinture Blanche : Mon Dolph, nous voila enfin réunis, après tant d’outrages. Ce vieux pouilleux m’a souillée et je suis heureuse de te retrouver sous le ciel de Cleveland !
Petite Échelle: Ils vont tellement bien ensemble.
Grande Échelle: Tout ça pour ça… 
Moi, Courte Échelle : Qui sait, peut-être que cette fois, cela durera plus longtemps.
Moyenne Echelle : Mais alors Dolph, il est de Cleveland ou de Hollywood ?
 
 
Echelle réduite.
 
 
– Salut à toutes et à tous, et bienvenue au Match de Championnat pour le Titre par Équipes ! Je suis Slammy Award, et je serai votre hôte pour ce duel à quatre qui s’annonce fantastique !
– Tout à fait M’sieur Award, je suis Little Slammy et je dirais même plus : ce duel à quatre s’annonce prodigieusement fantastique !
– Merci Little Slammy, je crois que nos avisés spectateurs avaient compris la première fois.
– Mais de rien M’sieur Award, c’est important de répéter.
– The Miz, le champion par équipes en titre entre dans le ring. Ce soir, il sera opposé aux jumeaux Uso qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau.
– Et n’oubliez pas Mizdow, son partenaire, sans qui tout cela ne serait pas arrivé !
– Merci Little Slammy pour cette précision, même si nos cultivés spectateurs savent bien que c’est The Miz qui porte l’équipe.
– Je dirais même plus : qui supporte l’équipe !
– Le combat a déjà commencé, et The Miz maitrise parfaitement sa partition.
– Il galère un petit peu quand même…
– C’est un acteur ! Il sait jouer plusieurs rôles.
– Il sait même jouer le rôle de l’acteur moins célèbre que sa doublure.
– Merci Little Slammy pour cette précision, mais retournons au combat voulez-vous. Regardez cette impressionnante prise de soumission portée par The Miz sur l’un des Usos !
– Je dirais même plus : c’est l’un des Usos qui porte une magnifique prise de soumission sur The Miz.
– Ma foi Little Slammy, je n’aime pas ce que je vais dire mais je crains que vous n’ayez raison.
– Je vous en prie M’sieur Award, je comprends que vous ayez fait erreur, j’ai moi-même un parent sénile et rongé par le poids des années, noyé dans son puits de connaissances aussi sec qu’un whisky bien servi, ce parent est mort depuis.
– Euh… merci Little Slammy.
– De rien M’sieur Award. Revenons au match, qui n’a d’autre intérêt que de mettre en valeur la popularité grandissante de Mizdow, l’ombre devenue lumière, au détriment de son partenaire, doublé par sa propre doublure. L’histoire est belle et… mais M’sieur Award, que faites-vous ? Vous ne pouvez participer au match !
– Je ne puis laisser Mizdow voler ainsi la vedette !
– M’sieur Award, en intervenant ainsi, vous avez offert la victoire aux jumeaux !
– Certes, le geste est laid, mais la dignité du Miz est trop précieuse pour ne pas intervenir et mettre un terme à ce grotesque spectacle.
– Vous êtes donc prêt à tout pour étouffer l’éclosion des jeunes talents…
– Tout à fait Little Slammy, et je dirais même plus :  prêt à étouffer les jeunes talents… littéralement.
 
 
Statues-co.
 
 
Quand on arrive dans le ring
Tout l'monde change de trottoir
On a pas l'air solides
Mais on fait peur à voir
 
Une bande d’escaliers a pénétré illégalement dans l’enceinte.  Ils semblent désorientés et peinent à marcher. L’un d’entre eux, visiblement le meneur, prend la parole.
 
– OK, écoutez-moi ! Nous sommes les nouveaux gamins du quartier ! TLC c’est fini, maintenant c’est S ! Tables, Échelles, Chaises, votre temps est révolu ! Alors je sais qu’ici, y’en a qui nous prennent pas vraiment au sérieux. Genre on sert à rien, à part se faire marcher dessus toutes les semaines. Mais on va vous montrer qu’on en a dans le ventre. Genre les deux gros barbus là, ouais vous les deux là qu’avez rien à faire. Venez voir de quel métal on se chauffe ! Allez les gars, encerclez-les, on va se les farcir. Je m’occupe du roux ! Oh oui, tu m’as l’air bien con-con toi ! On va commencer tranquillement par quelques tapes dans la gueule !
– Chef, chef ! Y’a l’gros chauve pas roux qu’veut nous déplacer !
– Ben empêchez-le ! Je peux pas tout faire !
– Chef, chef ! On arrive pas à l’empêcher ! Et y’a le roux qu’vous avez laissé s’échapper qu’vient d’ fout’ un sacré coup de pied dans l’Pascal !
– L’passkalle ? C’est quoi ça ?
– Ben c’est çui qui vient d’s’ prend’ un sacré coup de pied ! Pendant qu’ vous f’siez vôt’ discours, on s’est dit avec les copains qu’ça serait cool de s’donner des noms.
– Mais vous avez pas autre chose à foutre bordel, plutôt que vous baptiser ? Genre je sais pas, peut-être riposter ?
– Chef, chef, on est submergés mais vous inquiétez pas chef, l’Pascal a appelé du renfort !
– Comment ça du renfort ?
– Ben d'autres escaliers qu’viennent nous aider.
– Oui merci, je connais la définition de renfort, je suis allé à l’école, moi. Mais c’est pas vrai, c’est quoi ce truc ? Qu’est-ce que vous foutez les uns sur les autres ? 
– Chef, on s’est dit qu’on allait faire la position de la muraille. Comme ça les deux chauves ils pourront pas sortir. C’est l’Pascal qui a eu l’idée.
– Mais vous êtes complètement pas finis ma parole. Comment ils font les renforts pour entrer si vous bloquer le passage ? J’en ai connu des cons, mais alors celui-là c’est un sacré con ! Et pourquoi vous riez ?
– Chef chef c’est l’Pascal, il vient de faire une sacré blague. Comme on forme un mur, qu’l’Pascal est un con et qu’le gros chauve vient de nous exploser, ben on peut dire qu’il a explosé le mur du con.
– Je crois que je me sens mal. J’ai des pulsions meurtrières. J’ai des envies de pousser quelqu’un dans moi-même.
– Chef, chef, qu’est-ce vous faites ? Pourquoi vous étranglez le gros roux en comptant jusqu’à trois ? Chef, chef ! Ah la la chef, faut vraiment pas vous marcher dessus, hein chef.
 
 
Comment ça marche un escalier ?
 
 
En tant que pensionnaires de la Troupe des Tables Comédiennes, nous avons une grande responsabilité. En effet, notre mission est tout simplement de vous offrir le meilleur spectacle. Et l’histoire que nous allons vous raconter ce soir est simple : déterminer si John Cena reste prétendant au titre du Champion de la WWE. Eh oui, tout comme on oublie facilement que Luc Besson a fait de bons films, on oublierait presque qu’il y a un Champion à la WWE. On avoue, la pression est tellement grande que nous ne sommes pas venues les pieds croisés. Ah ben oui, on a répété. Vous me direz, depuis la dernière apparition de Brock Lesnar, on a eu le temps. On s’est entrainées dans les plus prestigieuses salles du vieux continent, sur les plus nobles rings d’Europe : de Londres à Berlin, de Rome à Paris. Chaque jour, une nouvelle ville, chaque semaine un nouveau pays. Nous avons répété méticuleusement chaque séquence du spectacle que nous allons vous offrir. Mais ce soir, c’est pour de vrai. Finies les répétitions, finis les ajustements. Ce soir c’est le grand soir. Les caméras sont là, les abonnés du Network en veulent pour leur argent ! Nous avons même droit à la présence du respectable Paul Heyman. Que le spectacle commence !
 
Et la première d’entre nous fait son entrée, mais… mais que font ces deux pingouins à la prendre par les pieds, l’empêchant d'exécuter son art ! C’est Noble et Mercury, que font-ils là ? Lachez-la ! Heureusement, Cena les renvoie à l’extérieur. Un léger accrochage, la pression sans doute. Nous pouvons reprendre le spectacle. L’une d’entre nous s’accroche méthodiquement au turnbuckle, prête à recevoir sa victime. Mais une fois encore, ces deux énergumènes viennent saboter le spectacle. C’est un scandale ! Il faut que tout le monde se ressaisisse. C’est ce que fait la troisième table qui se positionne à l’angle opposé. Tiens bon, petite ! C’est le grand soir ! Fais simplement ce que tu es censée faire, comme tu l’as fait des dizaines de fois de l’autre coté de l’Atlantique. Et voilà ! Les gorilles interviennent à nouveau et changent le cours du scénario…  Ils s'apprêtent à balancer Cena à travers la table alors qu’elle est destinée à Rollins ! Heureusement le soldat ne flanche pas. 
 
Mais que fait cette barrière ? Je ne la vois pas dans le script ! John c’est nous que tu dois utiliser  ! Ils perdent tous la boule ! C’est un match de tables, UN MATCH DE TABLES ! Revenez immédiatement ! Ou on se barre et vous aurez l’air fin à chercher une table ! Mais que…  lâchez-moi, lâchez-moi, je ne veux pas finir dans ce poteau ! Je ne dois PAS FINIR DANS CE POTEAU ! Jee -haaaaaaa. CRAC ! Au secours, j’ai mal…  Je crois que je peux voir la moitié de mon corps séparée de mon autre moitié… Je … suis … incapable de bouger. Je ne peux qu’assister au destin funeste de ce lamentable spectacle.
 
 
Phobie d'écolier : tomber sur la table de deux.
 
 
Il faut que je me ressaisisse, le spectacle doit continuer ! Et ces deux tables côte à côte, elles peuvent y arriver. J’ai confiance, ces deux tables, elles sont bien positionnées. Bien mes filles, vous n’avez plus qu’a attendre que Rollins balance Cena à travers vous avant de… mais, mais non ! Revenez ! Et voila qu’ils utilisent une mallette. C’est n’importe quoi, mon royaume pour une mallette. Ah, c’est donc ça le futur ? Ça brille, c’est joli, mais ca ne rompt pas. Et Cena qui dort sur une table… Est-ce que quelqu’un en a quelque chose à cirer du script ? Oh mais.. il vient de se relever et de passer Rollins à travers une table ! C’est fait ! Mais pourquoi tout le monde continue à s’agiter ? Pourquoi l’arbitre n’a pas sonné la fin du match ? Une seule réplique à retenir et le type se loupe ! Ah, voilà la doublure ! Allez, je veux la même. C’est pas tous les soirs qu’on a droit à une seconde chance en plein direct. Bon… OK, ce sont les deux sagouins de toute a l’heure qui passent à travers… Ce n’est pas le résultat attendu, mais j’avoue : ca fait du bien de voir ces saboteurs finir au tapis. Allez, c’est impro totale ce soir, cela fait longtemps que ça m’était pas arrivé. Cena et Rollins explosent les deux tables en même temps ! C’est la bronca dans le public qui devine que quelque chose ne va pas. On ne peut pas finir la pièce sur un nul. Allez, un rappel, ils en font bien dans les concerts ! Les arbitres se battent pour déterminer le vainqueur, alors on recommence !
 
Mais qui est ce gros chauve qui débarque et attaque l’un des acteurs… un vigile ? Il a passé le casting ? Et cette musique de mercenaires qui retentit ? Que fout la régie ? Je le reconnais lui, avec sa panoplie militaire, c’est pas un mec de la sécurité ? Il s’était blessé lors d’une précédente représentation. Il vient mettre un terme à l‘intervention du gros chauve en le propulsant a travers l’une des nôtres ! C’est du n’importe quoi mais on en est à un point où on kiffe tout ce qui se casse. Cena en profite pour passer Rollins à travers la table. ENFIN ! LE spectacle se termine. L’improvisation aura été totale mais au moins, on a sauvé les meubles.
 
 
Win-Win.
 
 
Mais qu’est-ce que je fous là dedans ? C’est tout noir et tout humide. Je n’y vois rien. C’est tout sombre et ça ne sent pas très bon. Je sens que ça s’agite à l’extérieur. Je peux entendre des cris hystériques et des commentaires libidineux. Bon ça va faire bien cinq minutes que je ça dure cette affaire, il serait temps que je sorte, je commence à me sentir mal. Ah ben tiens, v’là une grosse main qui m’attrape et m’appuie sur la tête. Atchoum ! Oups pardon AJ ! Pas fait exprès ! Tu sais bien que la vie de spray c’est pas facile. Désolé pour la victoire de Nikki.
 
 
Êtes-vous s'prêts ?
 
 
Au menu de ce soir : des chaises, des chaises et encore des chaises. Le gourmand gourmet Ryback va tenter de vaincre le nouveau record d’avalage de chaises sans vomir, sans tourner de l’oeil et sans perdre un match contre Kane ! Nous, chaises, sommes englouties les unes après les autres, Ryback ayant apparemment oublié qu’il pouvait rendre la pareille à son adversaire. Mais c’est la grande bouffe pour le Big Guy qui nous avale sans broncher, nous gobe sans moucher et nous ingurgite sans flancher. Kane ne fait que passer les plats et finit écrasé comme une crêpe !
 
 
Double-chairsburger.
 
 
Les tables, les échelles, les chaises, les escaliers… et pourquoi pas les drapeaux tant qu’on y est ? C’est ce que Rusev a dû se dire en bulgare quand il s’est levé ce matin et m’a vigoureusement empoigné comme seul un homme de l’Est sait le faire. Je suis resté planté là, dans le coin du ring, à observer un vieux programme russe rediffusé en boucle depuis 251 jours. Mon destin de drapeau n’est pas prêt de changer, tant qu’ils n’auront pas décidé du héros américain qui vaincra l’irrespectueux Bulgaro-Russe.
 
 
Drago Malefoy gisant dessous un faux Ivan Drago devant un vrai drapeau mal fait.
 
 
Je suis la rocking chair d'Abigail. Je suis la rocking chair dans laquelle Bray Wyatt s’est assis pendant des années. Le portant dans ses délires, ses élucubrations, ses désillusions. Mais ce désaxé d’Ambrose m’a détruite. Nourri par sa folie, il m’a méticuleusement démembrée. Mon corps s’est éparpillé en mille morceaux. Mais mon esprit a survécu. Il s’est propagé à travers tout l’espace. Je suis devenu “eux”. Je suis devenu les tables, les échelles, les chaises. Je suis partout. Je suis “nous”.
 
Et nous ne sommes pas là pour rêver. Nous observons les deux âmes perdues déambuler sur la rampe d’accès. Nous sommes partout, sous les pieds d'Ambrose qui bondit sur son adversaire depuis la table atroce des analystes. Nous sommes là, cachées sous le ring. Nous sommes les chaises étranges que le lunatique transforme en arme dévastatrice. Nous sommes la table livide qu’il installe méticuleusement pour y pulvériser son adversaire. Nous sommes le kendo stick malsain qu’il empoigne et fait tournoyer en hurlant à la mort. La folie a gangrené l’air que fend Dean avant que nous ne l’engloutissions dans une gerbe de bois. Nous sommes brisées mais nous sommes utiles.
 
 
Je suis le verre poisseux de ce spectateur passif.
 
 
Nous voulons l’empaler, oui nous le voulons. Nous le voulons et nous le faisons. La pommette de Dean est éclatée, noyant son crâne de milliers d’os. Ses lombaires s’éclatent sur les barreaux malsains d’une échelle soumise au Mangeur de Mondes. Il nous mord. Dean Ambrose nous mord à s’en arracher les dents. Nous sommes l’échelle poisseuse sur laquelle Dean grimpe pour scinder a nouveau l’air en deux. Nous sommes la chaise nuisible avec laquelle le Lunatique s’acharne sur sa victime. Nous accueillons le corps horizontal de Wyatt, invitant son tortionnaire instable à exploser ses organes internes. Deux fois. La foule contaminée réclame une troisième exécution, mais sa demande honteuse n’est pas immédiatement satisfaite. Les corps des combattants tourmentés reviennent au ring. Aucune prise fatale ne suffit à les éliminer de ce monde.
 
Nous décapitons Wyatt. Sa glotte explose. Dean nous grimpe honteusement dessus. Il est au plus haut des sommets. Son corps meurtri s’abat sur Bray, nous explosant à notre tour, malgré notre résistance. C’est l’illumination pour Ambrose qui extirpe frénétiquement un écran de contrôle. Nous sommes l’écran de contrôle. Il tente de nous asservir et de nous contraindre à achever Bray. Mais le cable qui nous relie à la terre est trop court. Dans un hara-kiri non désiré, notre bourreau arrache le cordon et nous explosons dans un million de pixels. Aveuglé par sa folie et l'explosion du moniteur, le païen Dean sombre bruyamment dans l’obscurité crue et totale. Et nous offrons la victoire à Bray Wyatt. Notre libérateur.
 
 
COCAINE. COCAINE EVERYWHERE.
 
 
Je suis la Nalyse de TLC.
 
Je suis la Nalyse poisseuse et malsaine du Tables, Ladders & Chairs 2014.
 
Tu crois vraiment que je suis pété petit ? Oui mon gars, c’est à toi que je m’adresse, lecteur des Cahiers du Catch ! Nous n’aimons pas être snobées, lecteur. Ou non-partagées, ou non-commentées. Absolument, tes Nalyses ! À partir de maintenant tu devras prendre soin de tes Nalyses parce que sinon… Nous le saurons, lecteur ! Nous les Nalyses…
 
 
…nous voyons tout.
 
 
Alors pas de violence !
 
 
Réflexe !
 
 
10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut