Catch

L’année 2014 en mots : Du 1er janvier à Wrestlemania

And the Streak… is over.

Michael Cole, à Wrestlemania XXX

 

C’est parti pour notre grande rétrospective de l’année! En prévision des CDC Awards et de la Ceinture de Plomb, voici un rappel, en quatre parties, comme l’année dernière, des principaux événements de 2014.

 

 

Certains n’en sont pas encore revenus.

 

 

Retour sur l’année 2014 : Premier trimestre

 

 

Janvier

 

La WWE se veut plus qu’une entreprise de divertissement : un véritable univers où le client serait un membre agissant et influent. Elle ne peut donc qu’être satisfaite au cours de ce trimestre crucial qui voit le public, lors de la road vers Wrestlemania, peser lourdement sur ses choix de booking et, surtout, adhérer en masse à son nouveau projet totalitaire, le Network. Période réellement historique que ce début d’année 2014, dont on parlera encore dans des années pour plusieurs événements plus que marquants : un Rumble pris en otage par un public furieux, le départ soudain de CM Punk, le triomphe absolu de Daniel Bryan et, last but not least, la fin de la Streak, rien que ça!

 

Au 1er janvier, la situation est la suivante : Randy Orton détient le championnat unifié depuis qu’il a décroché les deux ceintures à TLC, le 15 décembre, face à John Cena. Il s’agit de la première unification des deux titres de champion du monde depuis l’instauration du World Heavyweight Championship, en 2002. Orton devrait donc être le roi absolu de la compagnie… mais le booking ne transmet pas exactement cette idée, puisque le champion est présenté avant tout comme la créature de Triple H, vil patron d’une Autorité plus retorse que jamais.

 

Le Rumble et, au-delà, Wrestlemania XXX, superbe chiffre rond qui se doit d’être marqué d’un show époustouflant, est dans toutes les têtes. Et on se rend rapidement compte qu’entre les désirs des têtes pensantes de la compagnie et les aspirations du public, il y a une certaine distance, pour ne pas dire un gouffre. La WWE met en avant la feud éternelle opposant Orton, le sublime spécimen d’humanité dénué de scrupules, à Cena, l’homme de rien qui s’est hissé à force d’efforts et de volonté jusqu’au sommet. Leur revanche, programmée au Rumble, doit être épique, tout comme doit l’être le retour, après quatre ans d’absence, d’une autre grande star des années 2000, Batista, qui vient de finir de tourner les Gardiens de la Galaxie. Ce devait, au départ, être un grand secret, mais l’info a fuité dès décembre, si bien que la WWE n’a eu d’autre choix que d’assumer et d’annoncer à l’avance, par quelques vignettes, la réapparition de l’Animal. Mais d’Orton, Cena et Batista, les spectateurs n’ont que faire : on les a trop vus au cours des années précédentes, c’est Bryan, Punk et le Shield qui sont plébiscités, et dans une moindre mesure la Wyatt Family.

 

Or tous ces braves gens sont impliqués dans des feuds de midcard, malgré le soutien sans faille des foules. De façon assez inexplicable, l’ultra-populaire Daniel Bryan effectue en début d’année un semblant de heel turn puisqu’à la surprise générale, il semble rejoindre le groupe de dégénérés conduit par Bray Wyatt, qui n’a cessé de le harceler pendant plusieurs semaines. Vêtu d’une combinaison informe, le leader du Yes Movement obéit pendant un Raw ou deux aux injonctions du gourou satanique… mais dès le 13 janvier, après un match en cage où, associé à Wyatt, Bryan perd contre les Uso, ce qui déclenche un beatdown en règle infligé au Dragon par Wyatt, Harper et Rowan, l’anomalie prend fin. Bryan dégomme ses tourmenteurs, sous une pop du tonnerre, et s’installe au sommet de la cage pour Yesser de tout son cœur en compagnie d’un Univers qui lui est entièrement acquis.

 

Allez, on peut se l’avouer, on a tous fait ce même geste à ce moment devant notre écran.

 

 

Ce même soir, un autre turn intervient. Les New Age Outlaws étaient associés à CM Punk dans un match contre le Shield, et abandonnent le Sauveur Straightedge à son sort au beau milieu du combat. Ils rejoignent à leur tour l’Autorité dirigée par leur vieux comparse Triple H. Qui en échange leur offre un title shot pour les ceintures par équipes détenues par les frères Rhodes depuis le 14 octobre précédent.

 

Le Shield, pour sa part, reste pour l’instant heel, mais la performance maousse de Roman Reigns aux Survivor Series (quatre éliminations à lui tout seul, record du genre) est encore dans toutes les mémoires, et les trois hommes en noir sont malgré leur alignement plus populaires que jamais. Il est vrai que Dean Ambrose ne défend guère le titre US qu’il porte depuis le 19 mai 2013, mais peu importe, le trio s’avance vers le Rumble avec détermination, et Reigns apparaît comme un prétndant sérieux à la victoire finale.

 

A ceci près qu’un autre candidat de premier ordre émerge lors du go-home Raw, le 20 janvier. Batista, étrangement habillé d’un jean trop serré qui lui donne une allure très gay friendly, était parti en 2010 en tant que heel vociférant ; il revient en face courageux qui vient directement dire son fait au champion Orton : il entend bien gagner le Rumble et gagner le titre à Mania, qu’on se tienne pour dit, et maintenant public, salue-moi. Même s’il démantibule au passage Alberto Del Rio, qui n’a plus rien à faire depuis qu’il a perdu à l’automne précédent son titre de champion du monde poids lourds, Batista est accueilli par une foule plutôt mitigée. Le peuple veut que le Rumble, puis le titre suprême à Mania, revienne à Bryan, éventuellement à Punk ou à Reigns, bien plus qu’à ce part-timer quadragénaire musculeux à l’état de forme douteux (dans le genre on a déjà donné avec le Rock).

 

Et puis, dans le genre part-timer, il y a déjà un client de choix : Brrrrrrrrock Lesnar! Le gorille albinos a fait sa réapparition à Raw le 30 décembre 2013 pour annoncer par la voix de l’impeccable Paul Heyman qu’après avoir démonté à peu près tout ce qui compte à la WWE depuis son retour, il comptait désormais CONQUERir le titre suprême. Ca en fait des prétendants! En attendant, il passe janvier à dégommer alternativement Mark Henry et le Big Show, qui le défie à un match en un contre un au Rumble (et, pour les besoins du buildup, prend le meilleur sur lui lors du go-home Raw).

 

C’est dans ce contexte tumultueux que survient un Royal Rumble très attendu, à la carte alléchante : Bryan contre Wyatt pour solder enfin leurs comptes; les fourbes New Age Outlaws contre les héroïques frangins Rhodes, champions par équipes; Show contre Lesnar dans une nouvelle mouture du perpétuel affrontement de l’éléphant et de l’hippopotame; Orton contre Cena pour la première remise en jeu du titre unifié, qui porte le nom barbare de WWEWHC; et, enfin, ce Rumble alléchant, dont les favoris sont Batista, Punk et Bryan (même s’il n’est pas annoncé pour le match et a un autre combat le soir même) qui récoltent à eux trois quelque 93 % (équitablement répartis) des pronostics de nos votants, Reigns n’ayant finalement attiré que 4 % des suffrages.

 

Le ppv sera dénué de match féminin : la championne AJ, dont le règne a dépassé mi-janvier le record historique de durée précédemment détenu par… Maryse, a donc sa soirée de libre. Une lacune contre laquelle ne pestera pas May Young devant sa télé, puisque l’antique Diva s’éteint (après quelques annonces prématurées, comme un dernier clin d’œil à une vie dévolue à un monde où il ne faut jamais croire ce qu’on nous dit) le 14 janvier. Six jours plus tôt, on apprenait le départ définitif de Kaitlyn, après une dernière défaite contre AJ, plus que jamais reine incontestée d’une division féminine manquant cruellement de talents.

 

Dès le début de la soirée, la cause est entendue : les fans veulent une chose, les bookers une autre. En pré-show, les bien-aimés Rhodes perdent leurs titres contre les vieux et usés NAO. En opener, le peuple de Pittsburgh est à fond derrière Daniel Bryan, mais il perd clean contre Bray Wyatt. Les spectateurs se consolent en croyant qu’il s’agit de reculer pour mieux sauter et que, même s’il n’est pas annoncé parmi les combattants du Rumble, le Dragon s’y incrustera et le remportera… En attendant, ils assistent au massacre du Big Show par Lesnar : s’ils souhaitaient voir un gros combat compétitif, ils en sont pour leurs frais. The Beast obtient le tombé en deux minutes et entreprend ensuite de dépecer le géant pendant un gros quart d’heure plutôt dérangeant. Survient alors le WWEWHC Title Match entre Orton et Cena : l’assistance n’en a cure et le pourrit de fond en comble, scandant tout et n’importe quoi (essentiellement DA-NIEL BRY-AN et THIS IS AWFUL) tout du long. Les deux hommes ont beau tout faire pour rendre leur combat inoubliable, en multipliant les finishers dans tous les sens et même en se volant leurs attaques favorites respectives, la bronca ne cesse pas. Les gens ne veulent tout simplement pas voir ces deux-là se disputer le titre, ils exigent Bryan, Punk et compagnie! Orton finit par l’emporter grâce à une extinction des feux suivie de l’apparition de la Wyatt Family, qui annonce une feud subséquente des givrés contre Cena.

 

Le Rumble peut enfin commencer! Et c’est nul autre que CM Punk qui entre en premier, pour la première vraie ovation de la soirée. Ce sera aussi la dernière. Parce que la suite n’ira pas exactement dans le sens des smarts réunis ce soir-là. Rollins a tiré le numéro deux, et les deux anciens de la ROH s’en donnent à cœur joie pendant quelques instants, avant l’arrivée du gros de la troupe — ils tiendront respectivement 49 et 48 minutes dans le ring, établissant le record de durée de la soirée.

 

Le sixième entrant est un rookie, Alexander Rusev, venu tout droit de NXT et accessoirement de Bulgarie. Il faudra les efforts conjoints d’une demi-douzaine de faces pour éjecter la brute. Le 14, numéro maudit entre tous, incombe à Kevin Nash — quoi d’étonnant, dès lors, à ce qu’il soit éliminé en deux minutes et ne réapparaisse plus jamais jusqu’à la fin de l’année (hormis un court passage le 11 août, en compagnie de Scott Hall, pour souhaiter un bon anniversaire à Hulk Hogan)? L’homme qui le fout dehors est celui entré immédiatement après lui, Roman Reigns. Déjà détenteur, on l’a dit, du record d’éliminations aux Series, le Samoan va ce soir claquer une autre performance historique, encore plus impressionnante : il sort douze adversaires, un de plus que le record précédent détenu par Kane depuis treize ans. Quelques instants après l’entrée de Reigns, le Shield au grand complet se retrouve face au seul Punk, mais le face à face est interrompu par TOO MANY LIES! Sheamus, plus vu depuis le mois de juillet, débarque en force, à la grande joie de la salle, qui toutefois attend toujours Bryan. La fin se rapproche. Après quelques interludes à visée humoristique (comme les passages de Tororigolo et de JBL, tous deux éliminés par Reigns), Batista débarque en 28ème position et score trois éliminations respectables en quelques instants (Rowan, Ryback et Del Rio).  Restent deux spots. DANIEL BRYAN!, s’époumone la foule. Le 29ème est… Big E, champion Intercontinental en exercice. On s’en fout, vivement le 30ème, DAAAANIEEEEL BRRRYAAAAN! Le décompte démarre, la foule scande à l’unisson, six, five, four, three, two, one… Envoyez la chevauchée des Walkyr… BOOYAKA BOOYAKA! Hein, quoi? Ouais, c’est Rey Mysterio. Qui n’avait jamais été accueilli par de telles huées de toute sa carrière, le pauvre.

 

Les figurants rapidement évacués, on reste à quatre finalistes : Punk, Reigns, Batista et Sheamus. Non, il n’y aura pas de 31ème, la foule se fait à peu près une raison et prend parti pour Punk et Reigns, voire Sheamus. Kane, éliminé par Punk plus tôt dans la soirée, se matérialise soudain au bord du ring pour sortir le Punkster et le chokeslammer à travers une table. On ne le sait pas encore mais ce sera la dernière image de Punk à la WWE… Sheamus (présent dans le final four pour la troisième année de suite, faudrait voir si ce n’est pas un record dans son genre) est sorti par Reigns. Restent Reigns le heel et Batista le face. Le peuple est à bloc derrière le heel. Un échange de Spears montre à quel point le jeune est physiquement supérieur au vieux, mais rien n’y fait : Batista gagne, et alors que Vince avait probablement imaginé que les gens acclameraient le vétéran revenu en tant que gentil, la fin du show s’accompagne de hurlements haineux à l’encontre de l’Animal. Quand on y ajoute le j’m’en foutisme total ayant entouré la victoire d’Orton face à Cena, on comprend vite que si la WWE s’entête avec Orton-Batista en main event de Mania, elle va droit à la catastrophe…

 

 

Toute façon, lui là il va forcément s’incruser dans le main event, pas vrai?

 

 

 

Du Royal Rumble à Elimination Chamber

 

La WWE ne prend pas immédiatement la mesure du désastre. Dans les semaines suivantes, Batista (qui une fois la retransmission du Rumble terminée a élégamment envoyé quelques doigts d’honneur à la foule en furie) continue d’être pushé comme un top face, malgré l’hostilité évidente de la grosse majorité des spectateurs. Mick Foley, pourtant pas le détracteur le plus virulent de la compagnie, tweete « Does WWE actually hate their own audience? I've never been so disgusted with a PPV. » L’Animal, désormais qualifié pour le main event de Mania, a droit à un programme contre Del Rio, qu’il affrontera à Elimination Chamber.

 

Orton, quant à lui, doit remettre son titre en jeu dans la chambre, face à cinq adversaires. Il s’agira du revenant Christian, du prometteur Antonio Cesaro et aussi du trio vainqueur du match opposant le Shield à Cena, Bryan et Sheamus au Raw du lendemain du Rumble. Le combat est superbe, comme on peut s’y attendre, mais l’irruption des Wyatt cause la perte du Shield. Cena, Bryan et Sheamus entrent donc dans la Chamber, tandis que pour la première fois depuis longtemps, on s’oriente vers une confrontation entre heels, le trio en noir contre Bray et ses deux sbires!

 

Punk, disparu des écrans, n’est pas mentionné à l’antenne, et les fans, qui ont entendu dire par la bande qu’il avait quitté la compagnie mais n’en ont pas eu de confirmation, l’homme se faisant mutique sur Twitter, s’attendent chaque jour à le voir revenir. En vain.

 

Dans l’undercard, les Prime Time Players implosent sans vraie raison, Titus turnant heel. Les deux joyeux blackos régleront leurs comptes au ppv, tandis que les Uso tenteront de prendre le titre par équipes aux NAO. Swagger, toujours accompagné de Colter, se positionne pour le titre IC de Big E. Langston en gagnant un First Contenders Match contre Henry, Kingston et Mysterio (trois faces, paie ton suspense). Enfin, AJ devra repousser les assauts de la terrible… Cameron. Emma, apparue dans le public au début de l’année et appariée depuis à Santino Marella, n’était sans doute pas disponible. Apprenant cela, Nelson Frazier Jr., plus connu sous les noms de Mabel, Viscera et Big Daddy V, a une crise cardiaque et meurt.

 

Quand le ppv débute, les fans de Minneapolis, tout autant que ceux du Rumble un mois plus tôt, veulent absolument voir un changement du projet Orton-Batista en main event de Mania. Ils feraient mieux d’écouter Bad News Barrett, qui apparaît à plusieurs reprises pour leur promettre les plus grandes déconvenues. En attendant la grande explication dans la cage, on assiste en pré-show à un Rhodes Brothers vs Rybaxel dont l’enjeu principal est de savoir si les frangins déjantés vont s’embrouiller en vue d’un match fratricide à Mania : cela ne se produira pas, ils gagnent clean. Big E. (son nom de famille disparaît mystérieusement et ne reviendra plus jamais; au même moment, Cesaro perd définitivement son prénom) conserve le titre IC face à Swagger, et les NAO en font de même face aux Uso, malgré leur grand âge. O’Neil bat Young dans un affrontement sans intérêt qui ne débouchera sur rien du tout, surtout pour Young. Dans un très sérieux candidat au tire de match de l’année, la Wyatt Family bat le Shield. Certains s’attendaient à ce qu’Ambrose trahisse ses partenaires, et cela ne se produit pas, même si le champion US s’évapore en cours de combat après un bump dans le public. AJ perd contre Cameron par DQ du fait d’une intervention de sa garde du corps Tamina, quelle misère. Batista, sous les huées et en ahanant, vainc évidemment Del Rio. Vient enfin le main event et comme prévu et comme redouté, Orton s’impose, notamment parce que les Wyatt se sont introduits dans la cage pour détruire Cena.

 

 

Salut Daniel, et n’oublie pas de te trouver un bon écran pour mater le main event de Mania, hein?

 

 

D’Elimination Chamber à Wrestlemania

 

C’est la ligne droite finale. La WWE peut-elle continuer de faire la sourde oreille aux desidératas du public? Va-t-elle réellement conclure Mania XXX par un Orton-Batista dont personne ne semble vouloir? Non! Les voix de la raison et des fans de Daniel Bryan l’emportent, et les dernières semaines seront enfin celles du méga-push tant attendu du Dragon, qui tient tête à l’Autorité avec un entrain contagieux : le 10 mars, dans l’un des grands visuels de l’année, le peuple occupe Raw pour exiger que son chéri soit propulsé dans le main event. N’y tenant plus, Triple H annonce une drôle de stipulation : sur le Grandest Stage, il affrontera personnellement Bryan, et le vainqueur s’ajoutera à Orton et Batista pour transformer le Title Match en Triple Threat! Le public peut enfin yesser à l’unisson, les étoiles sont alignées!

 

Les chants CM Punk ne faiblissent pas, mais ne suffisent pas à faire revenir le buveur de Pepsi. Le 3 mars, Raw se tient à Chicago, Cult of Personality résonne… mais c’est Heyman qui apparaît pour se moquer d’une foule crédule et la réorienter vers autre chose. Car un peu plus tôt l’Undertaker est sorti du formol au moment où Lesnar et Heyman se plaignaient que la Bête n’ait toujours pas été incorporée au Title Match de Mania. Ni une ni deux, le combat est booké. Une encoche de plus sur la Streak, se dit à ce moment-là 100% de l’humanité.

 

Un autre qui ne sera pas dans un Title Match à Mania, c’est John Cena, qui fera face à Bray Wyatt! Ce dernier a l’occasion de claquer quelques promos terribles sur son adversaire, incarnation du mensonge et de l’hypocrisie selon lui (et selon tous les suiveurs dotés d’un cerveau, d’ailleurs), qu’il entend bien forcer à révéler sa vraie nature de brute vicieuse. Redite de la feud de 2012 contre Kane, certes, mais Wyatt et ses deux golgoths y ajoutent une saveur de leur crû.

 

Parallèlement, on builde paresseusement un combat poubelle pour toute la midcard : guesthostant (du verbe guesthoster) Raw le 10 mars, Hulk Hogan rend un vibrant hommage à André le Géant et annonce qu’une bataille royale à trente se tiendra à Mania numéro trente en l’honneur du plus grand Français de tous les temps. Sans autre enjeu qu’un trophée hideux représentant notre compatriote. Bataille royale à laquelle ne participera pas Luis Ignacio Urive Alvirde, l’homme qui a incarné le premier Sin Cara, dont on apprend le renvoi le 26 mars.

 

Les midcarders s’expliqueront dans un ring bondé? Les gonzesses auront droit au même traitement, Vickie Guerrero, qui a apparemment encore des attributions, ayant décidé de foutre la championne AJ dans une sacrée panade en la forçant à défendre sa breloque au papillon contre l’intégralité du roster féminin, soit treize personnes en plus d’elle-même, la première fille à obtenir un tombé ou une soumission gagnant le titre. En pré-show, les Uso, qui ont enfin chopé les ceintures de cuivre contre les NAO le 3 mars à Raw (premier règne des méritants jumeaux) défendront leur bien contre les Matadores, Rybaxel et les Real Americans, lesquels ne semblent plus vraiment sur la même longueur d’ondes. Enfin, le Shield turne collectivement face et se retrouve dans un match contre le redoutable trio constitué de Kane et des NAO (130 ans à eux trois).

 

Le ppv, premier à être diffusé « gratuitement » sur le Network pour seulement 9,99 dollars — le premier, aussi, commenté en direct live depuis les abords du ring par une équipe française, nos chéris Agius et Chéreau, qui réalisent là un sacré rêve et qu’on salue bien bas —, se tient dans une ambiance électrique. À défaut de CM Punk, la foule de la Nouvelle-Orléans reporte toute son affection sur Daniel Bryan. Et cette fois, sa satisfaction sera totale, même si un coup de tonnerre survenu en milieu de show laissera une trace plus indélébile encore dans l’histoire de l’ignoble sport.

 

Le pré-show lance les hostilités et voit les Uso conserver leurs ceintures. Il est aussi le théâtre de l’implosion des Real Americans : irrité par la défaite, Swagger place Cesaro dans un Ankle Lock, mais le Suisse se dégage et lui inflige un Giant Swing salué par l’assistance. Suit une séquence émotion mettant en présence dans le même ring Hogan, Austin et le Rock, le Hulkster réussissant à appeler le stade Silverdome au lieu de Superdome.

 

 

Arrêtez de rigoler bande de cons, c’était fait exprès. Comme je trouve scandaleux qu’il n’ait pas été convié à nous rejoindre dans le ring, j’ai tenu à rendre cet hommage poignant à R-Truth.

 

 

Les choses très sérieuses commencent dès l’opener, puisque retentit la Chevauchée des Walkyries, et ce ne sera pas la dernière fois de la soirée! Bryan affronte son ennemi juré Triple H, avec en jeu un Title Shot en fin de show. Le Game se plie en quatre pour mettre over le Dragon, qui survit à un Pedigree et obtient le compte de trois d’un Busaiku Knee, pour mieux subir dans la foulée un bon vieux tabassage en règle qui le laisse, suppose-t-on, amoindri pour le main event.

 

Satisfaits de cette introduction qui comble enfin leurs attentes — Bryan combattra pour le titre suprême dans le main event de Mania, on y est! —, les spectateurs accueillent avec bonhomie le Shield, qui se débarrasse en quelques minutes des NAO et de Kane, squashés comme des malpropres. La trahison intra-shieldienne, ça sera pour plus tard.

 

Vient la bataille royale, où trente midcarders s’en donnent à cœur joie. Le Big Show est le favori, et il est effectivement encore dans le ring au moment du grand final, mais l’autre survivant est Cesaro, qui le soulève en un mouvement rappelant le fameux Bodyslam infligé par Hogan à André le Géant et l’élimine sous une ovation colossale, avant de lui serrer la main, semblant entériner un face turn qui, de fait, ne viendra jamais.

 

Premier moment musical avec l’entrée des Wyatt accompagnés du groupe qui a composé leur themesong. C’est morbide à souhait, et Bray, pour son premier Mania, vit son gimmick à fond : il n’est pas tant là pour gagner que pour pousser Cena à laisser sortir le monstre qui sommeille en lui. Peine perdue : le Marine refuse d’emplafonner son tourmenteur d’un coup de chaise et après un AA, Cenawinslol.

 

Suivent deux moments qu’on aurait jamais cru voir. D’abord, la présentation des intronisés de l’année au Hall of Fame, au premier rang desquels l’Ultimate Warrior, lui qui était fâché à mort avec Vince depuis des années!

 

Ensuite, Brock Lesnar met fin à la Streak de l’Undertaker.

 

Oui.

 

Le match est très lent, du fait du grand âge d’un Deadman au bout du rouleau, mais l’évidente supériorité physique et technique de la Bête, qui arbore depuis un mois un tshirt proclamant que son but est de « Eat. Sleep. Conquer the Streak », ne suffit pas à faire croire à quiconque qu’une telle issue est possible. Et pourtant. L’événement kayfabe le plus choquant de l’histoire du catch se produit sous nos yeux. 21-0 devient 21-1 et on comprend, alors qu’un Taker sonné regagne péniblement le vestiaire sous le regard vide d’une foule muette de stupéfaction, que plus rien n’est certain dans ce monde.

 

 

J’aurais jamais dû défier Brock à ce concours de « qui fera le plus de pompes en dix secondes ».

 

 

Les pauvre quatorze nanas qui entrent dans le ring après ce moment historique n’ont évidemment aucune chance d’attirer l’attention d’un public qui tarde à recommencer à respirer. Au bout de quelques minutes extrêmement bordéliques comme on pouvait l’imaginer au vu de la stipulation, AJ Lee enchaîne Naomi dans son Black Widow et conserve son titre AGANST ALL ODDS, voguant superbement vers un an de règne, marque qu’elle atteindra si elle a toujours la ceinture dans un mois.

 

Ce combat sacrifié aura permis aux spectateurs de reprendre leur souffle. Quand se présentent Bryan, Batista et le champion Orton, la salle est en fusion, et le match le plus important de l’année ne va pas lui donner l’occasion de refroidir. Batista a enfin refait son retard athlétique et campe à nouveau une brute très crédible. Orton est au top comme quasiment toujours dans les grandes occasions et Bryan nous sort toute la partition du face super-héroïque, au point de s’arracher à la civière qui l’emmène et d’empocher la mise suprême après avoir fait abandonner l’Animal au milieu du ring! La soirée, à coup sûr l’un des Manias les plus notables de tous les temps, peut se conclure sous les flonflons tandis que 75 000 pékins (et des millions d’autres de par le monde) yessent en chœur!

 

Ca y est, on peut mourir tranquille maintenant. Enfin le plus tard possible bien sûr mais on peut. Ah c’est super. Quel pied! Ah putain!

 

 

13 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut