Catch

CDC Awards 2014: meilleure progression

Work It Harder Make It Better

Do It Faster, Makes Us stronger

More Than Ever Hour After

Our Work Is Never Over

Devinez d’où ça vient, tiens

 

En 2013, ils étaient très bas, pas assez haut, voire nulle part. Ils étaient mauvais, médiocres ou pas encore sensationnels. Ils n’avaient pas révélé tout leur talent entre les cordes, toute leur variété micro en main ou leur capacité à voler de leurs propres ailes. En 2014, ils ont tous progressé, et on leur rend un hommage sincère car plus peut-être que tous les autres Awards, celui-ci nous invite à suivre l’exemple de nos culturistes favoris et à dépasser nos limites!

 

 

Et pour cet exemple, merci.

 

 

CDC Awards : meilleure progression

 

 

La condition pour être éligible à l’Award de la meilleure progression (anciennement Most Improved Wrestler) est seulement d’avoir déjà été présent l’année précédente, car la comparaison se fait d’une année sur l’autre. On ne pouvait donc pas, cette année, voter pour nos cinq rookies (Rusev, Paige, Emma, Rose et son lapin). Tous les autres étaient dispos et frétillaient, espérant nous avoir impressionnés par leurs prouesses nouvelles! La progression est ressentie différemment selon les fans : certains mettront l’accent sur un push kayfabe (à ce titre, on aurait presque pu s’attendre à voir figurer dans ce classement Brock Lesnar), d’autres sur le passage d’un palier en termes de technique ou d’aisance au micro, d’autres encore salueront l’émancipation réussie d’un catcheur autrefois catalogué comme réservé au catch par équipes… D’où ce classement hétéroclite, où l’on retrouve un peu de tout, du jobber confirmé au main eventer légendaire, si si!

 

 

– Chef, on va atteindre les hauteurs béantes des gouffres vertigineux, cette année?

J’en sais rien les gars, c’est pas nous que c’est qu’on vote.

 

 

Comme d’hab, on vous invite à relire les posts récapitulatifs de ce même award de l’année passée, c’est parlant et détaille; en attendant, voici déjà le…

 

Top 5 des années précédentes

 

 

2013

1) Cody Rhodes, 43 points sur 70 possibles

2) Kaitlyn, 38

3) Roman Reigns, 34

4) Goldust, 28

5) The Usos, 26

 

2012

1) Daniel Bryan, 61 points sur 75 possibles

2) Dolph Ziggler, 36

3) Ryback, 23

4) Sheamus, 22

5) AJ Lee et Heath Slater, 16

 

2011

1. Zack Ryder, Cody Rhodes, 18 points sur 30 possibles

3. Mark Henry, 14

4. Dolph Ziggler, 10

5. R-Truth, 7

 

2010

1) Jack Swagger, 17 points sur 25 possibles

2) The Miz, 15

3) Sheamus, 14

4) Dolph Ziggler, 8

5) Kane, 6

 

2009

1) The Miz, 18 points sur 30 possibles

2) Kofi Kingston, John Morrison, 16

4) CM Punk, Dolph Ziggler, 15

 

 

Attention, progression = grosse pression, et donc possibilité de gros craquage.

 

 

14èmes. Jack Swagger, Stardust, Triple H, 1 point

 

Une histoire de réinvention. Vainqueur l’année dernière, le polyvalent Cody Rhodes a encore innové en 2014 en se transfigurant en Stardust, personnage barjo qui lui vaut un petit point — parce qu’en termes kayfabe, le bonhomme stagne méchamment quand même. Jack Swagger, pour sa part, a lui aussi connu un brusque changement puisque pour la première fois depuis ses débuts à l’écran, en 2008, il a turné face — une progression là aussi pas vraiment validée en termes de push, mais qui mérite d’être d’autant plus saluée qu’il a réussi l’exploit de changer d’alignement sans rien modifier à son gimmick de patriote con-con. Enfin, Triple H a su, en 2014, se débarrasser définitivement des oripeaux du « cool heel » qu’il s’obstinait à arborer en 2013. Devenu pleinement heel, le big boss a été nettement plus agréable à voir cette année, incarnant un salopard détestable qu’on a adoré voir jobber pour les jeunes (Bryan à Mania, puis deux fois de suite le Shield) à chacune de ses apparitions dans le ring et se faire éjecter du pouvoir aux Series. HHH a enfin compris qu’on aimait le haïr, et ce HHH-là, on est ravis de le revoir aux manettes pour l’année en cours!

 

 

Comme une seconde jeunesse.

 

 

 

13ème. Cesaro, 2 points

 

Au nombre des exploits accomplis par le Superman suisse en 2014, il faudra ajouter celui de remporter le titre de catcheur le plus sous-utilisé tout en glanant des points à l’Award de la meilleure progression! Car s’il est vrai qu’on est très nombreux à regretter qu’il n’ait pas été utilisé plus haut dans la card, il sort d’une année très dense où il s’est définitivement installé en midcard, de title shot tag team en title shot IC en passant par des title shots US, en attendant mieux pour 2015, du moins c’est ce qu’on espère tous…

 

 

Non parce que porte-serviette pour les commentateurs, c’est sympa comme fonction, mais c’est un peu restrictif quand même.

 

 

 

11èmes. Le Miz, Romain Reigns, 3 points

 

Deux trajectoires fort différentes se rejoignent ici. En 2013, le Miz était proprement imbitable, du fait d’un run face consternant à tous points de vue. Revenu à ses premières amours dans un rôle de heel arrogant et tête à claques, il fait merveille dans son duo avec le merveilleux Mizdow, qui nous fait parfois oublier que c’est bel et bien la prétendue star d’Hollywood qui se tape tout le boulot entre les cordes… Qu’on le veuille ou non, dans ce couple haut en couleurs, c’est bien Miz la star et Mizdow la doublure! Quant au beau Roman (c’est une beeeelle histoire), qui était sur la troisième marche du podium de cet award l’an passé dans la foulée de sa perf formidable aux Survivor Series, sa progression a paradoxalement semblé moins flagrante cette année alors même qu’il a été lancé en solo vers le main event, triomphant notamment de Randy Orton à Summerslam. La faute, sans doute, à une fusée un peu trop ostensiblement accrochée à son cul musclé.

 

Et ça brûle, putain!

 

 

10èmes. Nikki Bella, Bo Dallas, 4 points

 

Jusqu’ici, Nikki était nulle. Maintenant, elle est toujours aussi nulle dans le ring, mais son personnage a connu une belle évolution, avec un heel turn tout à fait naturel pour cette connasse siliconée jusqu’au bout des tétons qu’on a tous envie de haïr, quand bien même ses griefs à l’encontre de sa jumelle sont fort justifiés (cf. plusieurs moments nominés dans le WTF Award). Nikki a su transformer l’indifférence consternée qu’elle avait suscitée jusqu’ici en bonne grosse heat, et ça méritait bien quelques points!

 

Bo Dallas, pour sa part, a tiré le meilleur de la combinaison a priori fatale de deux éléments mortels : sa nullité in ring et un gimmick casse-gueule. Dédié à bloc à son personnage (on n’est pas le frère cadet de Bray Wyatt pour rien), le petit gros a fait sa petite impression lors de son run, sans hélas que ses séances de motivation ne le conduisent au seul endroit d’où il aurait pu contempler l’avenir avec un peu d’optimisme : la tête d’une stable de Bolievers.

 

 

On peut vaincre l’incontinence si on Bolieve très fort.

 

 

 

8ème, Erick Rowan, 5 points

 

Cette année aura vu l’implosion des deux grands trios de 2013 : le Shield et les Wyatt. Lancés en solo, leurs six membres se retrouvent assez naturellement dans ce classement. Le quasi festussien Erick Rowan y mérite sa place, quand bien même le seul Wyatt à avoir turné face n’a pas vraiment fait de miracles lors de ses apparitions en ppv en fin d’année, que ce soit aux Series au sein de l’équipe Cena ou à TLC dans un Stairs Match de sinistre mémoire contre le Big Show. Mais il a un truc, quand même. Quel truc? Heu, tient-on vraiment à le savoir?

 

 

Moi-même, j’aimerais autant éviter.

 

 

 

7ème, Tyson Kidd, 6 points

 

Le talentueux Tyson, très peu vu cette année dans le roster principal, doit cinq de ses six points à Kane et Barbu, qui le classe carrément premier de son top 5, tant il a été impressionné par les qualités que le mari de Natalya a affichées à NXT (et à Total Divas aussi, mais ça il ne l’avouera pas). Auteur d’un candidat au titre de match de l’année à Smackdown dans un Triple Threat contre Cesaro et Ziggler, le heelesque Tyson semble bien parti en 2015 puisqu’il est associé à l’un des meilleurs catcheurs du monde dans une tag team alléchante. Souhaitons-lui d’enfin devenir champion du monde WWEWH… regagner un titre par équipes, ça sera déjà très bien.

 

Beat you up, by Dr Dre.

 

 

 

5èmes, The Usos, Bray Wyatt, 11 points

 

Déjà très bien classés l’an dernier, les jumeaux enfoncent le clou cette année, s’imposant comme un duo à toute épreuve, aussi valable pour régner sur la division par équipes que pour s’associer à quelque face lambda dans un match à trois contre trois de prestige. Un seul souhait pour l’année qui vient : que personne à Stamford ne songe à les séparer pour une feud qui ne manquerait pas de détruire une équipe merveilleuse pour créer deux jobbers de plus.

 

Bray Wyatt, lui, continue de diviser. Deux rédacteurs l’ont classé premier, un cinquième, tous les autres ne l’ont jamais cité. Bref, on adore ou on n’aime pas du tout. Il n’empêche que même s’il n’a pas touché à une ceinture cette année (en même temps, ce n’est vraiment pas sa préoccupation première et il ne s’est jamais placé dans la moindre Title Picture à l’exception du Ladder Match pour le titre mondial vacant à Money in the Bank), le gourou a réussi une année très pleine, feudant consécutivement avec Daniel Bryan, le Shield, John Cena, Chris Jericho et Dean Ambrose et dictant à chaque fois ou presque le thème et le tempo de la feud. Qu’on y ajoute sa contribution à plusieurs moments mémorables (de la libération de Bryan à la descente du coude d’Ambrose depuis l’échelle géante à TLC en passant par le chœur d’enfants qui a ébranlé Cena et le formidable match d’Elimination Chamber), et on verra que celui qui n’a que 27 ans a réalisé une année 2014 tout à fait remarquable pour un type si jeune, si moyen dans le ring et doté d’un gimmick si particulier…

 

 

Et ici, vous voyez la constellation d’Abigail, constituée d’étoiles mortes, de trous noirs et de soleils éteints. C’est tout pour ce soir, on se revoit cette nuit dans vos cauchemars.

 

 

 

4ème. Damien Mizdow, 13 points

 

Il ne s’agit pas à proprement d’une progression de 2013 à 2014 qui est saluée ici (car en 2013, Damien Sandow a tout de même été détenteur de la mallette de Money in the Bank et donc promis, un temps, au titre suprême!), mais plutôt d’un formidable bond accompli à l’intérieur même de l’année qui s’achève. À l’été, bloqué dans un gimmick à la Charlie Haas d’imitateur voué à être squashé en deux temps trois mouvements par chaque adversaire, l’ancien sauveur intellectuel des masses était tombé au plus bas, son avenir semblant se limiter à celui de comedy lowcarder à la Heath Slater. Puis vint l’association avec le Miz et la magie pouvait naître…

 

 

Drame de la schizophrénie : Damien s’est mis en tête d’imiter toutes les personnes qui tombent dans son champ de vision.

 

 

3ème. Dean Ambrose, 26 points

 

L’ancien leader officieux du Shield était promis au heel turn une fois qu’adviendrait l’inévitable séparation du trio. Pris de vitesse par Seth Rollins, il se retrouva face contre lui et… ce fut un carton! Si bien qu’au début de l’automne, Ambrose était probablement le catcheur actif le plus populaire de la fédération, du fait de son attitude rebelle qui n’allait pas sans rappeler Steve Austin en personne, d’une personnalité à la lisière de la folie évoquant les mânes de Brian Pillman et d’un humour très personnel qui réussissait à faire passer plusieurs segments qu’on aurait cru sortis d’un vieux script de DX (comme quand il piège la mallette de Rollins avec de la peinture verte). Il ne ressemble pas au héros-type de la WWE, et c’est justement pour ça qu’à l’instar de CM Punk et Daniel Bryan avant lui, il a peut-être une énorme carte à jouer dans les années qui viennent dans un registre de face à la fois cool et imprévisible qu’il maîtrise à merveille.

 

Sous les acclamations de la foule, le top face de la WWE vient de donner une bonne leçon à un obscur connard.

 

 

 

2ème, Luke Harper, 39 points

 

Quand Bray Wyatt l’a libéré, cet automne, le grand Luke a d’abord été un peu perdu, peu habitué à devoir vivre seul, sans le soutien constant de son maître. Il a donc laissé ses yeux vagabonder un temps sur le Titantron, avant de les braquer sur le titre Intercontinental de Dolph Ziggler. Fin manœuvrier en dépit de ce que son apparence laisse suggérer, il s’est alors allié à l’Autorité. S’il en retiré un premier run solo avec une ceinture, il a surtout marqué les esprits, tout au long de l’année, par une intensité in-ring peu commune et un arsenal étonnant pour un tel gabarit. Reste à savoir s’il sera capable un jour de claquer de grosses promos qui tiendront quinze mille personnes en haleine; si oui, il a tout pour être l’un des meilleurs heels des prochaines années.

 

Ah les salauds. Je savais que je n’aurais jamais dû accepter ce push en solo. Ils m’ont lavé, les enfoirés!

 

 

 

1er, Seth Rollins, 50 points sur 60 possibles

 

Qui d’autre ? L’architraître, cité onze fois sur douze dont sept fois à la première place, a écrasé cet Award comme il a écrasé la tronche de Dean Ambrose dans les parpaings. Le face turn du Shield, en début d’année, lui a permis d’exploiter à plein son catch de trompe-la-mort (que l’on songe à son saut depuis les gradins sur les balourds d’Evolution). Son heel turn personnel aura été, même une fois l’effet de surprise passé, un succès quasi total qui lui a apporté la mallette et pléthore de main events. Bien protégé, bien buildé, il n’a jamais déçu dans le ring, ajoutant à son répertoire une aisance au micro insoupçonnée, lui qu’on soupçonnait de ne pas être doué dans ce domaine. Ambrose est un heel naturel qui a fait un face plus vrai que nature; Rollins a suivi le cheminement exactement inverse et, comme il se trouve plus haut sur les marches de la gloire (on parle quand même d’un type qui sauf cata devrait devenir champion du monde d’ici juin), il se retrouve tout naturellement en haut de l’Award de la meilleure progression — et le pire c’est que s’il installe durablement comme top heel de la WWE cette année, il pourrait bien faire coup double d’ici un an…

 

 

Certains s’échinent à défoncer le plafond de verre à coups de tête. Alors qu’il suffit de le contourner.

 

 

 

Et vous lecteurs, quel aurait été votre classement? Qui avons-nous négligé, qui avons-nous placé trop haut? Dites-le dans les comms enfin, claquez en 50, prouvez que vous aussi avez progressé, que diable!

 

 

Voilà why. Pour gagner un Award, bande de mous du bulbe!

 

 

17 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut