Catch

2015 si j’étais booker…

Can you dig it ? Sucka !

Booker T

 

Une nouvelle année commence. Le champ des possibles est infini. La qualité du roster de la WWE permet de rêver de multiples affrontements et rivalités. Bien sûr, cette année de formidables événements auront lieu. D’autres nous déprimeront certainement devant l’incohérence des scénaristes de la plus grande fédération du monde. Toujours est-il que si les commandes m’étaient laissées, voilà une petite idée de ce que je pourrais faire…

 

 

Et ne pas faire.

 

 

Fantasy booking 2015 du Rumble à Summerslam

 

 

Royal Rumble

 

L’année commence véritablement par le match de championnat du monde. Le détenteur de la ceinture, l’effrayant Brock Lesnar, met son titre en jeu contre John Cena et Seth Rollins.

 

L’affiche est parfaite. On comprend bien vite que les récentes prises de bec entre les trois n’étaient pas feintes : aucune alliance ce soir, et chacun pour sa peau ! Le traître bicolore est en feu. Sa vivacité étouffe les deux forces de la nature. Il saute, virevolte, envoie des coups de genou, de pied, de coude. Lors d’une séquence étrange, Lesnar et Cena s’associent même pour tenter de mettre le benjamin du match hors d’état de nuire. Mais cela ne suffit pas : le Marine encaisse un violent Curb Stomp. Rollins n’a pas le temps de profiter. Lesnar l’attrape, le place sur son dos et s’approche des cordes. Le public se lève, sentant l’issue : la Bête lâche son adversaire et lui porte un F-5 en l’éjectant à l’extérieur ! La chute est brutale, et Seth ne s’en relèvera pas. Les jeux sont faits : Brock récupère un Cena en mauvais état et lui fait subir la même prise, sur le ring ce coup-ci. Un, deux et trois. La Bête conserve son titre, plongeant la foule dans l’effroi, tandis que les médecins entourent le corps du porteur de la mallette. Ce dernier repartira en civière.

 

 

Ce n’était qu’une mise en bouche.

 

 

Le grand enjeu est de savoir qui gagnera ce soir un ticket pour le main event de Wrestlemania lors du Royal Rumble. Comme chaque année, la bataille est intense. Sheamus et Randy Orton font leur retour. Kofi Kingston fait l’unanimité lorsque, pour éviter l’élimination, il atterrit à pieds joints sur le crâne du Big Show déjà à l’extérieur. Sheamus, Bryan, Reigns et Ambrose composent le carré final. La foule ne sait plus à quel gentil se vouer. Le guerrier celte est éliminé par Bryan, lui-même sorti par Reigns… Lui aussi éjecté par le Lunatic Fringe. Ambrose, à la surprise générale, gagne le Royal Rumble !

 

 

À la surprise générale sauf de lui-même.

 

 

Wrestlemania

 

Tout le monde attend avec impatience le fight entre le monstrueux champion Lesnar et son inattendu adversaire Ambrose. Pendant plusieurs semaines, l’Autorité cherche à dissuader le fou de se lancer dans la bataille, mais il recevra le soutien de la foule et des autres gentils. Plus tôt dans la carte, d’autres belles affiches ont lieu :

 

-Maître en castagne, Ziggler gagne le André the Giant Memorial Battle Royale, où participaient notamment Big Show, Harper, Barrett et Ryback.

 

-Les Usos ont enfin droit à leur Wrestlemania moment en battant Miz & Mizdow et Kidd & Cesaro. La ferveur de la foule du Levi’s Stadium envers les pitreries de Mizdow reste comme un moment fort.

 

-Randy Orton est en guerre contre Bray Wyatt, qui cherche à réveiller la lueur de folie en lui. Il y parvient, et le match est réellement violent. Le fou du bayou obtient une première victoire sur la plus grande scène du monde.

 

-Roman Reigns brise enfin l’invincibilité de Rusev et récupère le titre américain sur les hanches.

 

-Depuis son élimination au Rumble, Sheamus est furieux envers Bryan et l’attaque à plusieurs reprises. Le petit barbu, lui, souhaite laver son honneur et effacer des tablettes son « 18 secondes ». Les deux lutteurs se retrouvent donc dans un match excellent, remporté par l’American Dragon.

 

-Triple H redevient catcheur contre John Cena. Ce dernier, accompagné par Sting, cherche à expulser le COO de la compagnie. Les gentils y arrivent, renvoyant à nouveau l’Autorité à la retraite. Définitivement ? Sting prend la tête de Raw.

 

-Enfin a lieu le main event. Forcément inférieur par la force, Dean Ambrose laisse sortir sa folie. À la manière d’un CM Punk quelques années avant, il étouffe le Minotaure par sa vivacité et son intelligence. Il utilise tout son corps, les cordes, le sol, le turn buckle pour faire du mal à son opposant. Brock est en danger, mais réussit à se ressaisir… Deux F5 sonnent la fin du rêve d’Ambrose. Lesnar remporte le match. Mais alors qu’il célèbre, un gong retentit et les lumières s’éteignent…

 

Quand elles se rallument, l’Undertaker est sur le ring ! On l’entend dire à Lesnar « Tu m’as tué. Je te tue aussi » avant de lui placer un Tombstone. Le Dead Man quitte le ring… Sur lequel accourt Seth Rollins que personne n’avait vu depuis janvier ! Lesnar est déjà en mauvais état, et en un Curb Stomp, l’architraître règle le problème. Le futur de la WWE devient le premier catcheur à encaisser sa mallette le soir de Wrestlemania et devient champion du monde ! On ne reverra plus Brock Lesnar cette année suite à ce match.

 

 

You’re welcome.

 

 

Printemps

 

De nombreuses rivalités se poursuivent lors du printemps. Randy Orton sort vainqueur d’un affrontement No Holds Barred face à Bray Wyatt, mais le gourou a réussi son pari : l’ancien champion du monde est bien redevenu la Vipère sans merci. Sheamus aussi redevient un guerrier barbare et bat Bryan lors d’un impressionnant Extreme Rules match. Le titre Intercontinental est gagné par Cesaro dans un Fatal 4 Way incluant aussi Barrett, Ziggler et Ryback.  Il défend son titre à de multiples reprises dans d’excellents matchs individuels et entérine ainsi son face turn commencé il y a plus d’un an. Cena est plusieurs fois engagé dans des luttes pour le pouvoir. Il s’allie notamment à Reigns et les deux hommes battent ensemble Kane et le Big Show pour conserver l’Autorité loin du business.

 

Pendant ce temps, Rollins et Ambrose poursuivent leur rivalité avec la ceinture mondiale en jeu. Malgré la folie du favori des foules, le chacal parvient à repousser la menace.

 

 

Sans aide, ce coup-ci.

 

 

Money In The Bank

 

Ce soir là, Rollins défend son titre contre Randy Orton. Insaisissable, le champion le reste au prix de plusieurs félonies, et fait à nouveau plier la Vipère.

 

Mais l’important n’est pas là : l’enjeu est bien la mallette dorée qui sera récupérée, au prix d’un grand match, par Wade Barrett qui obtient là la plus grande victoire de sa carrière face à d’anciens vainqueurs comme Bryan ou Ziggler.

 

Plus tôt dans la soirée, Reigns cède son titre US à Harper, aidé par l’intervention de Bray Wyatt. Sheamus s’allie avec Eric Rowan, et les deux roux créent une étonnante équipe qui récupère le titre cuivré des mains des Usos qui achèvent ainsi un deuxième beau règne.

 

Cena se retrouve confronté à l’Ascension qui l’a attaqué à de multiples reprises. Il réussit à gagner le match à handicap, mais ses opposants ont fait belle figure.

 

 

Deux belles figures, même.

 

 

Battleground

 

Certains pensent que ce PPV sera celui du match Elimination Chamber. Je me fie à cette prédiction. Par contre, la rumeur dit que ce match déterminera le challenger pour Summerlam. Je dis non ! Un vrai Elimination Chamber match, c’est pour le titre ! Et quelle affiche : Rollins retrouve Reigns, Bryan, Orton, Cena et Bray Wyatt. C’est trop pour le bicolore qui est l’un des premiers éliminés. Wyatt donne une grande performance en éliminant notamment Cena. Au final, Reigns couche le gourou et remporte pour la première fois le trophée suprême.

 

 

Une soirée normale entre beaux-frères.

 

 

Auparavant, Harper avait battu Ziggler, Ambrose et Rusev pour le titre US, et Rowan & Sheamus étaient restés champions par équipes face aux Usos, The Ascension et Gold & Stardust.

 

Summerslam

 

Rebelote entre les rivaux du Shield, qui décidément monopolisent le titre mondial cette année. Reigns défend son titre contre Rollins, mais Ambrose a été ajouté dans l’équation. Un fabuleux Triple Threat se prépare.

 

Auparavant, Ziggler bat Harper pour devenir champion des États-Unis. Cesaro bat Big Show et conserve son titre Intercontinental. Cena se bat contre Mark Henry et Stardust redevient Cody Rhodes en battant son aîné, l’envoyant ainsi à la retraite. Le match final est donc à la hauteur du talent des trois individus. Reigns l’emporte après une belle bataille.

 

Depuis déjà quelques semaines, Ric Flair, venu introduire sa fille dans le roster principal, trouvait que Sting dirigeait mal les shows. Le papy a donc défié l'ex-TNA pour un match à Summerslam, avec pour enjeu la gestion de Raw. Challenge accepté par le manager. Mais le jour J, le Nature Boy se présente en costume cravate, et annonce au micro "Je t'ai proposé un match… Mais je n'ai jamais dit que c'était moi ton adversaire !". Et sur ces mots retentit la musique de Triple H, qui vient défier celui qui a causé son départ aux Survivor Series. Le Cerebral Assassin gagne, et l'Autorité revient au pouvoir.

 

 

Personne ne l'a vu venir.

 

 

Et ensuite, me diriez-vous ? Et bien à chacun de se l'imaginer ! Barrett cashera-t-il sur Reigns, ou le powerhouse tombera-t-il contre un autre adversaire ? Que fera l'Autorité après des mois hors du business ? Après tout, tout peut arriver à la WWE…

 

Il est vraiment difficile de planifier un scenario sur le long terme. Nous verrons à l'usage si les bookers officiels de Vince McMahon auront fait mieux, ce que je souhaite, ou moins bien. Auront-ils mis les mêmes lutteurs en valeur que moi ? Début de réponse dans quelques jours au Rumble…

 

 

Et que ça fighte !

4 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut