Catch

Smackdown du 05/02/2015 : La semaine des quatre jeudis

Jeudi oui ! Ah jeudi oui !

Bastoune imitant mal Julien Lepers !

 

C'est le quatrième jeudi que Smackdown nous est proposé par la WWE, et la tendance est à une hausse de qualité générale du produit, qui offre comme à son habitude de bons combats, mais qui en plus apporte quelques éléments nouveaux ou précisions quant aux storylines. Cela se remarque en particulier par la présence des catcheurs principaux comme Daniel Bryan, Seth Rollins, Roman Reigns (et dans une moindre mesure Dean Ambrose ou Rusev); bref, assez de têtes d'affiches, malgré l'absence de Cena (ce n'est même pas la peine d'évoquer Brock Lesnar qui ne se déplace pas pour n'importe quel péquenot de Colorado Springs ou d'ailleurs). Mais trêve d'introduction, passons tout de suite au vif du sujet.

 

 

Top, je suis le catcheur le plus en vue du sport entertainment, j'ai main eventé Wrestlemania, je suis un acteur très influent à Hollywood, je suis… Je suis…

 

 

Le Rock ?

 

 

Nalyse de Smackdown du 5 février

 

 

Comme souvent la diffusion télévisée débute par un teaser récapitulant les évènements marquants du Raw du lundi précédant (brillamment nalysé par mon collègue Major Tom) puis par un générique qui je présume a dû changer lors du passage au jeudi (ou début 2015). Après cette introduction, j'ai eu très peur, puisque la première chose aperçue fut le visage "jovial" de Jerry "The King" Lawler qui se met maintenant à sévir à Smackdown. Cette impression de malaise fut renforcée quelques instants plus tard fut annoncé l'arrivée imminente du Miz qui allait animer un MizTV. Il arriva donc sur le ring, accompagné de sa fidèle doublure, Damien Mizdow, à qui il demanda expressément de ne pas bouger de sa chaise (en dehors du ring) pour ne pas le gêner. Puis il nous présenta son premier invité, Daniel Bryan, puis tenta de le faire pour le deuxième, mais fut interrompu par le thème d'entrée de celui-ci. Roman Reigns fit son apparition dans les travées de la salle, descendit les marches, sauta la barricade, monta sur le ring et cueillit le Miz, qui ne lui avait rien fait, d'un KO punch (j'ai toujours du mal avec ces coups portés par les faces sur les heels sans aucune raison valable autre que "ce sont des méchants" du biouman version inconnus). Reigns n'est pas réellement là pour parler, puisqu'il propose à Bryan de ne pas attendre Fast Lane pour s'affronter mais le faire dès ce soir. L'homme qui fait dire oui à la foule est prêt à accepter mais Seth Rollins l'arrête tout de suite en lui disant qu'il a déjà un match ce soir: un match handicap contre J&J sécurité… et lui-même, le chacal sodomite !

 

Très bon segment d'intro même si on peut se demander pourquoi avoir un MizTV puisque le natif de Cleveland n'a servi absolument à rien si ce n'est à poser quelques jalons de plus à son aversion de plus en plus visible envers sa doublure Damien Mizdow.

 

 

Ah bah si, c'est pour ça !

 

 

Après cette description du segment d'ouverture, donnons ici les résultats des matches du jour :

 

– Une nouvelle équipe (sûrement temporaire, enfin je l'espère) composée de Dolph Ziggler et Ryback (Team Fired ?) a pris le dessus sur Goldust après que Stardust eût quitté le ring (Goldust l'a appelé Cody pour demander le changement, Stardust le lui fait et quitte le ring pour s'arrêter au-dessous du titantron pour observer la défaite de son frère).

Dean Ambrose est venu rapidement à bout de Curtis Axel.

Fandango a gagné le concours des gens dont je me fous aux dépens d'Adam Rose.

– The Miz se fit encore démolir par Roman Reigns.

Rusev fit s'évanouir Erick Rowan.

– Alicia Fox dut abandonner après la prise de soumission de Paige.

Daniel Bryan se releva de tous les mauvais coups et gagna son match handicap contre Seth Rollins et J&J sécurité, mais se fit ensuite démolir par Kane.

 

 

Aujourd'huin, dans "la WWE nous explique la Bible": la chute d'Adam.

 

 

Vous l'avez donc vu, sept matches ce soir, la plupart de bonne facture, comme notamment celui des Divas où Alicia confirme auprès de Paige qu'elle est une vraie bonne catcheuse (on le savait auparavant mais elle a été plombée par des bookers douteux) ou encore celui de Rusev contre Erick Rowan, les deux catcheurs nous ayant montré qu'ils étaient quand même intéressants à suivre. Rowan pourrait par exemple devenir un peu le successeur de Kane (dans son rôle de jobber to the stars d'il y a quelques années, impressionnant par son gabarit et son agilité) et Rusev pourrait se révéler, au final, plus proche d'Umaga que de Vladimir Kozlov.

 

 

Euh non, peut-être pas jusque là, en effet.

 

 

Saluons d'abord un effort de continuité dans la soirée, puisque le Miz, furieux au micro de Renée Young, défie Roman Reigns pour le soir même. C'était court, et ça permettait au match plus tard dans la soirée d'être amené autrement que de façon Teddy Longuesque. Autre détail qui m'a plu avant ce match, le Miz en arrivant sur le ring, s'est directement tourné vers la travée ou apparait d'habitude Roman Reigns pour le défier au micro (c'est encore un détail mais ça change des cris d'orfraie que poussaient les commentateurs à chaque arrivée du Shield à leur grande époque).

 

 

Michel Orfraie ? Rrpffff !

 

 

Venons-en à présent aux éléments divers du show qui ont fait avancer par petites touches l'histoire menant à Fast Line puis à Wrestlemania. Comme je l'ai déjà écrit dans le résumé du match, Goldust et Stardust continuent de se déchirer, avec de moins en moins de complicité dans le ring, et un Stardust de plus en plus énervé par son frère Goldust (qui donne l'air de ne plus savoir comment se comporter avec son cadet). Ça laisse de plus en plus d'indices quant à une séparation des deux détenteurs de la clé cosmique (dont on se demanderait toujours ce que c'est si on ne s'en contrefichait pas complètement depuis quatre mois), surtout qu'ils ne sont plus du tout en lice pour redevenir champions du monde par équipes. Nous pouvons noter que ce soir c'est Ryback qui a joué le rôle du face en péril et Dolph Ziggler le rôle du sauveur virevoltant de fin de match et qui offre le tombé au big guy. J'ai trouvé ça positif car c'était plutôt inattendu et ça permet sûrement à Ryback (que je me surprends à apprécier davantage depuis sa longue promo à Raw fin décembre où il nous a ouvert son cœur de fan de lutte qui veut vivre son rêve à tout prix) de s'aguerrir encore entre les cordes.

 

 

Ryback, on avait dit "entre les cordes"…

 

 

Continuons donc avec la division par équipe, avec la confirmation que Tyson Kidd et Cesaro (s'appellent-ils toujours Brass Ring Club où était-ce un coup d'un soir pour leur association temporaire avec Adam Rose?) deviennent bel et bien challengers au titre détenu par les frères Usos. Et cette rivalité nous est montrée dans un arc qui servira sûrement dans Total Divas ultérieurement (même si Ariane/Naomi ne fait plus partie du casting permanent du show de E!) puisque nous voyons Jey Uso, sa femme Naomi et Natalya attablés dans un restaurant, les deux époux Usos tentant de réconforter Natalya qui attend son Tyson Kidd de mari. Ce dernier arrive en compagnie du Suisse et ne comprend pas pourquoi la Canadienne s'en émeut: "tu avais bien dit double rencard, je viens avec mon compagnon". Il continue dans sa lignée de mari imbu de lui-même et totalement con et le natif de Lucerne tente de jouer les pique-assiette. Tout ceci se termine en pugilat quand Jey, excédé, s'érige en défenseur de l'héritière Hart, et que Cesaro le repousse violemment au sol. Bref, ça découlera sur un match pour le titre à Fast Lane même si ça n'est pas encore annoncé.

 

 

Bientôt, dans Total Divas !

 

 

Je voudrais préciser quelque chose car j'ai lu quelque part que c'était dommage que la WWE serve de canevas à des rivalités de Total Divas. En réalité, c'est plutôt l'inverse qui se produit, car la narration de la "télé-réalité" de E! est dans une temporalité totalement différente, il y a plusieurs mois de décalage entre le moment de l'action et sa diffusion dans Total Divas. (Wrestlemania 30 a ainsi été montré le 1er juin dans le show) mais ce sera sûrement l'objet d'un article transversal.

 

 

Avec les nichons et le pénis de Rosa.

 

 

Une autre continuité apportée aux évènements de Raw fut l'entrée de Curtis Axel qui s'est encore plaint de ne pas avoir remporté le Rumble (car il n'a jamais été éliminé) et demande donc au public de rejoindre l'AxelMovement, ce qui n'a pas trop fonctionné sur les spectateurs présents dans la salle, et Dean Ambrose est arrivé pour mettre fin à la solitude de ce pauvre Curtis. Le match fut assez rapide et vit la victoire facile du Lunatic Fringe, qui ne put célébrer longtemps sa victoire car Bad News Barrett fit son apparition sur le titantron et lui dénia le droit d'avoir une opportunité pour le titre intercontinental en raison de sa trop grande folie.

 

Je suis assez circonspect sur la partition que semble nous jouer le Britannique depuis son retour, car il a légèrement fait évoluer son personnage qui se fait passer pour une sorte de reporter people à la TMZ (un blog people très célèbre et influent aux Zuhessa) avec sa Bad News Zone. Le natif de Manchester joue un vrai heel dans tout ce qu'il fait mais il y a une ambiguité dans ses promos (il y est souvent acclamé et sa catchphrase est reprise à tue-tête par les spectateurs) où il n'est pas loin du face taquin (peut-être un peu à la Edge et Christian).

 

 

C'est moi, c'est moi, j'arrive ! (faut bien que j'arrive à choper quelque chose, je veux pas me retrouver à catcher contre Adam Rose)

 

 

Le titre de championne des Divas fut aussi évoqué à travers une interview de Paige qui avoua avoir été très embarassée à Raw (comme nous qui avons vu ce segment) par les agissements des Bellas et promit qu'elle piquera le titre à Nikki à Fast Lane. Adam Rose et Fandango, pour leur part, restent dans leur bas de carte, avec de trop longues entrées (Rosa Mendes est ignoble, et Adam Rose et ses Rosebuds…), un match très court sans intérêt, et des interventions cousues de fil blanc et inintéressantes. Le seul qui mériterait mieux finalement est Fandango qui, libéré de Rosa, pourrait rejoindre le lot des midcarders ou créer une équipe qui pourrait faire le nombre dans cette division. Bref, ce fut le seul point noir de ce show très bon pour tout le reste. Si Smackdown le jeudi, c'est toutes les semaines comme ça, je dis oui, et on aura une très belle alternative à tous les trop longs Raw du lundi soir.

 

 

Comment ça c'est trop long Raw, ça se peut pas, j'y fais tous les main events depuis un an !

 

 

13 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut