Catch

Raw du 09/02/2015 : Le vent se lève

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Le chant des partisans

 

Après un explosif Rumble qui restera comme l'un des shows les plus bouillants de l'histoire de la WWE, la fédération doit tant bien que mal reprendre son chemin et raconter ses histoires. Changements de dernière minute ou tenue de route, on ne saura jamais, mais l'affiche du futur main event de WrestleMania est encore en suspens. De nombreux autres catcheurs attendent d'en savoir plus sur leur avenir et leurs rivalités lors du Grand Soir. Il reste pourtant encore un show à remplir : Fast Lane, le second Don't Pay Per View de l'histoire de la WWE puisque gratuit sur le Network. Et c'est de tout ça dont nous allons causer ce soir.

 

 

Hé vous là ! Je peux savoir ce que vous regardez sur Twitter ?

 

 

Nalyse de Raw du 9 février

 

 

Le show s’ouvre par la venue sur le ring de l’homme le plus controversé de la WWE à l’heure actuelle, le beau Roman Reigns. Il commence à parler face à une foule très mitigée, les huées s’équilibrant avec les acclamations. Il s’estime floué par l’Autorité, lui qui aurait dû grâce à sa victoire au Rumble obtenir directement son ticket pour le main event de WrestleMania sans contestation. Lorsqu’il affirme que « l’Autorité ne veut pas de lui comme tête d’affiche », on sent bien que le public n’y croit pas. La comparaison avec l’arrivée soudaine de Daniel Bryan sous une ovation monumentale de « Yes ! » est cruelle pour le Samoan. Bryan ne cherche pas à déclencher la colère de son futur adversaire à Fast Lane. Il reconnait que l'ex-Shield est plus grand, plus costaud et plus beau… mais n’est pas le meilleur catcheur des deux. Heureusement, l’Autorité intervient, ce qui dispense Roman de répondre.

 

 

Tu es beau, Roman.

C'est une belle histoire ?

 

 

Triple H rappelle qu’à Fast Lane il affrontera Sting… Si ce dernier daigne répondre à son invitation. Hunter donne un ultimatum à l’ancien TNA en exigeant une réponse ce soir même. Stephanie, elle, reproche à Roman d’avoir violenté un Big Show innocent la semaine dernière et à Bryan d’avoir enfermé Kane dans un cercueil. Ce dernier a beau répondre que c’était un peu le principe du match, l’Autorité n’en a cure, et comme punition envoie le duo de challengers combattre en équipe contre les colosses du pouvoir.

 

 

Haha, vous vous attendiez pas à ce coup-là, hein ?

 

 

Le match devient vite prétexte à un règlement de comptes. Les deux monstres cherchent à détruire leurs adversaires dans le ring, hors du ring, et dans tous les cas de figure possibles. Tant et si bien que Big Show cause la disqualification de son équipe. Tant pis si le match est fini, le jeu continue et le géant sort une chaise. Malheureusement pour lui, le Samoan la lui subtilise et l'arme se retourne contre l'agresseur. Show sorti du ring, les gentils semblent en position de force. Hélas, Kane évite un coup de pied de Bryan en esquivant à la dernière minute, et le petit barbu percute son partenaire en pleine face !

 

L'acte est évidemment involontaire mais énerve le vainqueur du Royal Rumble.

 

 

Ho pardon ! J'ai pas pu freiner mon élan. Et puis Kane qui évite un mouvement, c'était tellement imprévisible…

 

 

Triple H, resté à proximité, rit de la mésaventure des partenaires. Pour vérifier leur capacité à travailler ensemble, il leur donne un nouveau match par équipe ce soir même. Cette fois-ci, ils affronteront Kane, le Big Show, J&J et Seth Rollins. Une affiche déséquilibrée qui à première vue transpire une certaine paresse de booking. Et même à deuxième vue.

 

 

Ce soir vous aurez un match totalement déséquilibré, parce que je vous aime pas, mais l'un de vous deux fera quand même le match final de WrestleMania. Voilà voilà.

 

 

Seth Rollins a un match contre Ryback. Intelligent non, de la part de l’Autorité, de donner à son protégé un face à face contre une brute épaisse alors qu’il a déjà un main event prévu ? Le déroulement de la rencontre est assez prévisible et n’avance pas grand-chose à l’histoire. Ryback domine globalement même si Seth montre de belles choses, puis lorsque l’affamé est sur point de porter son Shell Chock, J&J interviennent pour causer la disqualification de leur poulain. S’ensuit un joli Curb Stomp, et Seth Rollins repart content. Peut-on envisager un vrai match entre ces deux là à Fast Lane ? Pour le moment l’architraître n’a rien de prévu, et il serait dommage de se priver de son talent pour le PPV de février.

 

 

Je peux savoir ce que tu fais, mec ?

Je vérifie juste si c'est bien toi sur les photos.

 

 

Un clip rapide nous annonce le retour proche du bagarreur de Dublin, le fameux Sheamus. Le ton employé ne laisse pas deviner si ce retour sera placé sous le signe de la méchanceté ou si le rouquin gardera son personnage sympathique.

 

C’est l’heure des filles et Paige croise le fer avec la Bella de Bryan. La sœur de la championne se présente dans une indécente tenue verte, tandis que la jeune Anglaise arbore sur ses avant-bras les mots « RIP Drew Mc Donald », hommage à un catcheur écossais récemment décédé à qui elle doit sa carrière à la WWE.

 

 

Bon, bien sûr si on ne voit qu'un bras on se demande pourquoi la belle fait de la pub pour un fastfood.

 

 

La moitié du match consiste à voir le visage de la rookie coincé entre les jambes de Brie. Lorsqu’elle reprend le contrôle, la belle blanche crée une jolie collision entre les jumelles avant de porter son RamPaige qui lui donne la victoire.

 

 

Merci Drew de m'avoir permis de vivre ces moments de grâce,

et de pouvoir éclater l'autre connasse.

 

 

Rusev et Lana viennent parler de leur futur adversaire à Fast Lane, nul autre que John Cena. La blonde reconnait que Cena a réalisé de grandes choses à la WWE (manquerait plus qu’elle dise le contraire du 15 fois champion quand même) et diffuse un clip montrant à la fois les plus belles réussites mais aussi certains échecs du Marine. Elle pense que toutes ces années de combat ont fatigué le héros du Massachusetts et que s’il paraît encore fort, il est désormais fragile en dedans, mais n’est-ce pas le cas de tout le monde, comme le chantait Christophe Rippert ?

 

En tout cas, si la WWE a du mal à remonter la popularité de Reigns depuis le Rumble, la détestation du Bulgare est revenue à son meilleur niveau. Cena intervient pour dire à quel point il est encore fort, à quel point il a envie de faire taire les méchants, et à quel point il va gagner à Fast Lane en lui bottant les fesses. A la suite des provocations de l’homme en bleu, les deux rivaux en viennent aux mains autour du Titantron. En s’attaquant à l’œil blessé de Cena, l’ancien Alexander laisse son adversaire au sol et parait suffisamment fort pour accomplir l’exploit au prochain PPV.

 

 

Il est pas question que je feude dans un PPV minable moi, allez hop, j't'emmène à Santa Clara mec !

 

 

Dolph Ziggler affronte Bray Wyatt pour la revanche de lundi dernier. La foule est partagée, scandant à tour de rôle le nom des deux jeunes lutteurs. Ils sont en pleine forme. Le match est spectaculaire et voit la victoire finale du fou du Bayou. Après avoir gagné tous ses matchs contre Ambrose et régné en grande partie sur le Rumble, il s’impose donc deux fois sans contestation face à l’un des membres les plus doués du roster. 2015 commence très bien pour le gourou au palmarès encore vierge, mais il navigue pour le moment sans réelle rivalité. Plus tard en coulisses, il s’adressera à un inconnu, un homme qui comme lui vit l’enfer dans ce monde et ne craint pas la mort, et dont il attend la venue.

 

 

Au suivant. Et top à la vachette.

 

 

Bon, là on déconne plus. L’effrayant champion du monde Brock Lesnar et son génial avocat Paul Heyman s’adressent aux potentiels prochains adversaires de la Bête. En vrai, Heyman n’a peur de personne. Que ce soit Reigns ou Bryan qui l’emporte à Fast Lane, les deux mentent au public et se mentent à eux-mêmes : ils sont incapables de battre Lesnar.

 

 

Pendant que Bryan et Reigns perdaient leur temps à catcher, mon client a passé son hiver à chasser des orignaux, alors c'est pour vous dire s'il est prêt.

 

 

La tirade est courte mais efficace. Il faudra des trésors de scénario pour rendre crédible une défaite du champion, tant il n’a jamais paru si fort. Capable de gagner après avoir encaissé plusieurs AA et Curb Stomp, on imagine mal Lesnar céder sur un simple Spear. Bryan parait mieux armé, mais tout de même. D’ailleurs quand Heyman demande si la victoire de la chèvre volante parait possible, une bonne partie du public s’écrie « No ! No ! » Enfin après tout, CM Punk a bien achevé son règne de 400 jours sur un People Elbow… Rien que d’y penser, j’ai à nouveau le coeur qui saigne.

 

Stardust & Goldust affrontent New Day, le genre de match qui laisse totalement indifférent tant les deux équipes ne possèdent plus aucune âme. L’une d’elles va bientôt exploser : Stardust quitte l’arène en plein match, laissant son grand frère perdre face au dangereux Kofi Kingston. Nous les retrouvons un peu plus tard en coulisses, où le peinturluré violet pète les plombs lorsque son partenaire l’appelle Cody. Ça va être drôle dans quelques semaines quand à la fin de leur rivalité il reprendra son personnage initial.

 

 

Pendant ce temps, nous, on a gagné ! Woouh, à nous les sommets !

 

 

Triple H veut régler ses comptes avec Sting. Il pense que l’homme à la batte cherche à se venger de la destruction de la WCW causée entre autres par le Cerebral Assassin. Il a proposé depuis plusieurs semaines à son rival de lui faire face à Fast Lane, mais ce soir il veut une réponse. Et la réponse vient. La lumière s’éteint, les cris des corbeaux se font entendre. Des lumières s’allument à tour de rôle : Sting est partout dans la salle. Il apparait même brièvement sur le ring, causant l’effroi de Triple H. Finalement, un clip angoissant tourne sur le Titantron et délivre le message « Triple H, I accept ».

 

 

Ouf, bon ça va, un simple Oui aurait suffi, pas besoin de tout ce cinéma.

 

 

C’est donc officiel. Le COO de la compagnie et le rookie quinquagénaire se retrouveront au prochain PPV, même si une certaine incertitude flotte encore sur la nature de leur affrontement.

 

Après plusieurs combats individuels, l'équipe des Usos croise le fer ce soir avec le duo Cesaro/Kidd. Au milieu de tout ça, une rivalité se fait jour entre Naomi et Natalya.

 

 

Je voulais pas te le dire parce que je respecte beaucoup ton travail à la WWE et ta grande carrière, Nattie, mais voilà : cette robe, elle te boudine.

 

 

Avec ces quatre hommes sur le ring, la bataille est forcément de bonne qualité. Je trouve quand même le talent du Suisse un peu brimé en équipe, comme à l'époque des Real Americans. Kidd, par contre, me paraît parfaitement à son aise en duo. Il donne les moments les plus spectaculaires de la rencontre, et réussit le tombé victorieux. Après avoir gagné en individuel puis en équipe, il y a fort à parier que les Suisso-Canadiens auront bientôt droit à un match de championnat. Quant aux Usos, ils peuvent se réconforter en félicitant leur papa, futur Hall of Famer.

 

 

Et tout ça grâce à ses fesses.

 

 

Le Miz accompagne son assistant Mizdow qui affronte Sin Cara. Le Moneymaker siège aux abords du ring et influe sur le déroulement du match. Alors que l’ancien intellectuel domine, son patron l’oblige à aller lui chercher une bouteille d’eau. Lorsqu’il s’apprête à porter un Figure Four Leglock, The Miz lui interdit de lui voler sa prise. A force de distraction, Mizdow se fait avoir et le Mexicain vole la victoire.

 

 

Merci mon brave, j'ai toujours rêvé de me faire servir de l'eau par un mec en slip.

 

 

On remarque d’ailleurs que le luchador ne déclenche absolument aucune réaction du public, et que toute cette séquence aurait très bien pu avoir lieu avec n’importe quel lowcarder. Quelle désillusion quand même, pour un personnage qui devait exploser le marchandising de la WWE…

 

Curtis Axel insiste. Il aurait dû gagner le Rumble. Il est très énervé mais doit rapidement se concentrer sur son match contre Dean Ambrose, toujours au top de la popularité.

 

 

C'est moi qui aurait dû gagner le Rumble ! C'est moi qui aurait dû soulever Kane et le Big Show ! C'est moi le vrai cousin du Rock !

 

 

Le chien fou l’emporte sans contestation mais cela ne lui suffit pas. Il veut le trophée Intercontinental. Son détenteur actuel, Bad News Barrett, s’adresse à lui depuis sa nouvelle Bad News Zone, en répondant assez logiquement qu’il ne suffit pas de demander pour mériter. La suite bientôt.

 

 

Je refuse absolument tout affrontement contre toi qui ne le mérite pas Dean. Bon, rendez-vous à Fast Lane alors ! Bisous.

 

 

Il est déjà l’heure du fight final. Un petit cinq contre deux, tout à fait dans l’esprit de Coubertin. De fait, les méchants ont une stratégie. Ils arrivent en entourant le ring, coinçant ainsi les deux partenaires d’un soir. Big Show et Kane détruisent Roman Reigns à coups de Chokeslams jusqu’à ce que celui-ci ne soit plus qu’un corps gisant à l’extérieur du ring.

 

 

Les fourbes. Ils ont volé notre technique du Shield.

 

 

Le match commence officiellement avec Seth Rollins attaquant un Bryan bien amoché. Fiers de leur coup, les membres de l’Autorité sont en grande confiance. Ils donnent même le statut d’homme légal à Jamie Noble puis à Joey Mercury, ce qui leur vaut quelques sueurs froides lorsque Daniel tente de placer son Yes Lock.

 

 

Youpiii, ça y est c'est enfin le sommet de ma carrière !

 

 

Pour plus de sécurité, le violent Kane prend la relève. Ils veulent en finir, les méchants, et s’apprêtent à trainer Bryan jusqu’à la table des commentateurs, vraisemblablement pour lui faire très mal.

 

Mais à ce moment-là, les trois catcheurs récemment réengagés, à savoir Ryback, Ziggler et Rowan, viennent jouer les trouble-fêtes. A cinq contre cinq, la partie est plus équilibrée !

 

 

On est pas revenus pour enfiler des perles, si vous me permettez l'expression.

 

 

S’ensuit un bon brawl à l’extérieur du ring, jusqu’à ce que Ziggler, par un saut suicidaire, neutralise Kane et Rollins tandis que le Big Show  disparaît face à Ryback.

 

Seuls sur le ring, les deux dégourdis de J&J Security hésitent entre poursuivre le match ou intervenir. Le doute leur est fatal : Bryan revient d’entre les morts et leur porte quelques prises destructrices. Mais alors qu’il se place dans le coin pour lancer sa course s’achevant en High Knee, le barbu volant subit un blind tag par Roman Reigns ressuscité. D’un Spear sur Mercury, le Samoan donne la victoire à son équipe. Son partenaire est furieux de s’être fait voler son final alors qu’il a combattu tout le match. La tension entre les deux explose vite : l’ex-Shield porte un violent Spear à son futur rival de Fast Lane.

 

 

Hop.

 

 

Tu sais ce que tu viens de faire, là ?

 

 

Oui, ça. Hop.

 

 

Sous les huées d’une partie de la foule et les acclamations de l’autre, le cousin du Rock quitte la salle debout et fort, tandis que la moitié du roster, Bryan inclus, gît sur le sol.

 

Si la route pour WrestleMania n'est pas encore enflammée, la WWE distille à chaque show certaines indications pour la suite, tout en prenant soin de donner des fausses pistes, ou des contresens. Au moins deux affiches de Fast Lane, à savoir Cena-Rusev et Triple H-Sting, semblent plutôt réservées à WrestleMania. Aurons-nous droit à des rebondissements de dernière minute ? Bryan et Reigns ont des ennemis communs mais sont désormais ouvertement ennemis. Reste à savoir quelle voie chacun choisira pour le futur.

 

 

Mais n'oubliez pas de regarder le vrai show de cette semaine.

25 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut