Catch

Fastlane 2015 : Teasons que c’était pas mal !

Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu

Jules Renard

 

On le sait, chaque année la WWE lance au Royal Rumble sa fameuse Road to Wrestlemania, construisant en un peu plus de deux mois les affrontements, histoires et intrigues qui feront tout le sel du principal rendez-vous catchesque de l’année. Sur cette route, pas de crochet en 2015 par la terrible mais coûteuse structure de l’Elimination Chamber, non, la WWE a préféré emprunter la voie rapide vers Santa Clara. Et si Fastlane eut des faux airs de répétition générale, ce rôle de teaser gratuit d’un événement plus important valut aux suiveurs son lot de joies, de promesses et de coïtus interruptus

 

 

SPOILER ALERT : une icône du catch était de la partie pour annoncer un match historique à Wrestlemania !

 

 

Nalyse de Fastlane 2015

 

 

 

En effet, le HHH vs. Sting est désormais officiel pour le 31ème Biggest stage of them all !

 

 

Intéressons-nous de prime abord au contenu de ce second show du dimanche soir que la WWE avait décidé d’offrir gratuitement à son audience en vue de mieux la capturer dans les filets de son network. Au menu, sept combats, ni plus ni moins qu’annoncé, par conséquent on ne vit pas d’apparition surprise, je pense ici aux petits jeunes kinenveulent de l’Ascension. Outre ces affrontements avec arbitre et cloche, on eut trois segments promotionnels avec un Miz TV, une confrontation entre HHH et Sting, et la vraie-fausse apparition de l’Undertaker. Si vous le voulez bien, je vous propose de revenir en premier sur ces segments, par ordre d’apparition à l’antenne.

 

Le Miz TV ouvrait ainsi le show, avec Paul Heyman comme invité et Damien Mizdow sagement assis dans un coin du ring, avant d’avoir en plus à se retourner face au poteau pour ne pas importuner de son regard sévère un Heyman prompt à attiser la bisbille larvée entre son interviewer et sa doublure. Le propos du segment était de confirmer la prévisible absence de Lesnar sur ce show somme toute secondaire, tout en rappelant le pedigree des deux prétendants à la place de chèvre de monsieur Cena dans la charrette des condamnés à mort par F5 pour Wrestlemania. Au sortir de ce beau travail promotionnel, Heyman ne se privait pas de rappeler que de toute manière, Bryan ou Reigns, aucun d’eux n’avait la moindre chance contre l’homme à la bite tatouée sur le torse.

 

 

– Tu vois Michael, moi aussi avant j'étais un beau gosse et je chopais à tout va grâce à ma grande hygiène de vie…

– Ah ouais, et qu'est-ce qui t'est arrivé ?

– Un jour j'ai réalisé que tout ça pouvait avantageusement être remplacé par des plats en sauce, du whiskey et du fric. Beaucoup de fric.

 

 

Second segment micro, un tantinet plus intéressant du fait de ses implications plus directes sur le booking du prochain PPV de la fédération, celui mettant aux prises HHH et Sting. Dans une livrée n’étant pas sans rappeler celle qu’il arborait il y a quinze ans de cela, l’actuel COO de la WWE rappelait combien son rôle fut prépondérant dans le torpillage en règle du navire WCW dont Sting avait eu le mérite de couler avec lui, en capitaine d’honneur. Afin de lui offrir une fin de carrière à la hauteur de ce qu’il fut, magnanime, Triple H offrait au peinturluré une opportunité de battre en retraite, et par là même de se voir garantir un effort promotionnel complet de la WWE pour ses faits d’armes, conclu en apothéose par une introduction au Hall of Fame. Si en revanche il avait l’outrecuidance de vouloir persister à l’affronter, ils pouvaient régler ça de suite, et avec les restes démantelés du Stinger, ce serait sa légende qui quitterait cette arène avec son cadavre sur un brancard.

 

Bien évidemment, Sting repensant à ses mauvais placements chez Lehman Brothers et à la retraite incertaine qu’il allait toucher commença à calculer les dividendes que pourraient lui apporter des figurines d’action à son effigie, serra la main de son comparse et battit en retraite en calculant que ça couvrirait les frais de sa prochaine opération à la hanche. Sérieusement ? Qui peut croire ça ! Non, les deux vétérans échangèrent quelques coups, HHH s’en alla quérir son sledgehammer sous le ring, pour mieux réaliser un peu tard que Sting était venu avec sa batte et que, sous la terrible menace de cette dernière, il était contraint et forcé d’accepter un match entre eux, non pas ce soir, mais à Wrestlemania 31. Voilà donc une affaire entendue et un affrontement scellé !

 

 

À la prairie des Lilas, on ne déconne pas entre pensionnaires. Ici Steve est entrain de rappeler à Paul qu'il vaut mieux pas essayer de lui piquer son petit suisse et sa purée de carottes.

 

 

Enfin, le troisième segment micro de la soirée commença par la litanie légendaire du gong si caractéristique de l’Undertaker, accompagné de chants grégoriens et de druides. Sauf que voilà, ce ne fut pas la large carcasse du plus célèbre mort-vivant de l’histoire du catch qui émergea d’un cercueil, mais celle plus bedonnante d’un gourou tout aussi inquiétant : Bray Wyatt. S’étant auto-confié la mission d’accompagner l’âme meurtrie du Deadman des limbes jusqu’au repos éternel, Bray ne pouvait que stigmatiser la façon dont vouloir contenter les foules avait fait perdre au Taker sa force originelle. Dès lors, puisqu’il ne faisait plus peur à personne, il était temps pour lui de quitter définitivement les lieux, ce à quoi on ne peut s’empêcher d’objecter que si Wyatt ne l’invoquait pas avec force répétition depuis des semaines, l’Undertaker barboterait déjà tranquilement dans le Styx de la section Alumni de WWE.com en compagnie de Michelle McCool.

 

Si pour ce dernier match rien d’officiel ne fut réellement annoncé, sauf à considérer que parole de Bray fait foi, il semble plus que probable que l’Undertaker revienne cette année encore hanter la scène qui le vit auparavant si longtemps invaincu, afin de voir le gourou du Bayou emporter son âme. Ma foi, voyons où la WWE nous mène avec cette histoire, alors que Bray possède aujourd’hui une incroyable streak inversée d’une défaite en autant d’apparitions à Mania.

 

 

Bonjour, c'est bien ici pour la fumigation ? On nous a signalé des odeurs de moisi dans votre booking, c'est pour ça…

 

 

Venons-en aux matchs ! Et pour ce faire, partons du bas de la carte qui n’est sans doute pas le moins intéressant, avec l’affrontement des frères Dust (la revanche des frangins Rhodes sera sans doute pour Wrestlemania). Notons que dans l’affrontement de ce dimanche, le public a grandement joué le jeu, ce qui aide toujours à rentrer dans une feud, en chantant allègrement en faveur de Cody. Or celui-ci voulant justement n’être vu que comme Stardust, cela eut exactement l’effet escompté qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le Bryan heel de la période « No, no, no ! ». Entre les cordes, sans pour autant nous offrir un récital, les deux frangins ont montré qu’ils avaient du métier pour offrir un match que l’on pourra qualifier d’assez bon : espérons que le tout conduise effectivement à Wrestlemania et qu’ils aient tous deux l’occasion de monter de deux crans en intensité comme en coordination.

 

Oublions un instant la prospective pour conclure le récit dudit match, qui verra Goldust l’emporter d’un souffle sur un compte de trois qui n’eut pas pu souffrir la moindre lenteur de l’arbitre, tant Stardust était proche de se relever dans les temps. Refusant de serrer la main tendue par son frangin, Stardust le retrouvait en coulisses pour mieux le passer à tabac sous les yeux de leur paternel, donnant l’occasion à Cody d’augmenter son propos d’une nouvelle promo de grande qualité.

 

 

…d'ailleurs à Mania je vais mettre ma clé cosmique dans ton cul doré, j'en rêve depuis l'époque où tu squattais la salle de bain tous les matins !

 

 

Remontant ma hiérarchie informelle dans les matchs du soir, voici venu le temps de parler du match pour le titre par équipes. En l’occurrence, il y a assez peu à en dire, si ce n’est que là encore on a la sensation à la fois agaçante et prometteuse que les deux camps en ont gardé sous la pédale : reste à espérer qu’on leur donne une prochaine occasion de lâcher les chevaux. En tout état de cause, le WWE Universe peut se targuer d’avoir de nouveaux champions par équipes, malgré l’aura de jobber de Tyson Kidd, les paroles peu amènes de Vince McMahon sur Cesaro ou encore le piratage récent de son compte twitter, les deux lutteurs plus que doués sont venus à bout des jumeaux Samoans au terme d’un honnête petit match. S’achemine-t-on vers une revanche à Mania, augmentée d’une équipe supplémentaire constituée, au hasard, de deux vampires ?

 

On continue sur notre lancée des honnêtes petits matchs, même si je vais me faire lancer des cailloux, avec l’affrontement pour le titre féminin. Bien sur, on va m’expliquer qu’à NXT les divas sont incroyablement plus talentueuses que les Bellas additionnées, mais pour tirer une prestation honnête de six minutes d’indifférence polie de la salle, il faut un savoir-faire et un professionnalisme certains. Voyez-y la preuve de l’influence de Bryan et Cena sur leurs compagnes ou la faculté incommensurable de Paige à porter un match à elle toute seule comme Punk en son temps, peu importe : pour ma part je retiens que Nikki et la jeune anglaise ont tiré le meilleur du peu qui leur était accordé, concluant d’une victoire de la plantureuse jumelle par un roll up moins opportuniste et téléphoné que du temps de Kelly Kelly. Une étape intermédiaire de la seule feud féminine ayant probablement sa place à Mania cette année.

 

 

*à l'intérieur des barricades*

OMG c'est un inverted running back flip appui contre le mur !!

*à l'extérieur des barricades*

Est-ce que j'ai encore des lardons au frigo ? Pour assurer le coup, je ferais bien de faire un tour chez l'épicier, si je rate mes carbonaras Trudy ne voudra pas me récompenser de ma gâterie mensuelle.

 

 

Vous ai-je déjà parlé de tous ces honnêtes petits matchs du soir ? Non ? Tant mieux, car en voici un autre, tournant cette fois autour de la ceinture intercontinentale que Dean Ambrose souhaite dévisser des hanches de Bad News Barrett. Encore une fois, un affrontement au potentiel certain, récité avec un tantinet de frein à main, et conclu d’une pirouette visant à délayer la sauce un mois de plus : s’étant surpris à frapper avec force et détermination son adversaire alors que l’arbitre l’implorait de ne point s’y avilir, Dean Ambrose fut disqualifié, abandonnant la victoire à l’Anglais. Si d’aucuns relèveront ici une dichotomie entre n’importe quel heel massacrant un gentil malgré les suppliques de l’arbitre sans que la cloche ne retentisse pour autant, et la situation inversée où le gentil se voit promptement stoppé dans son entreprise par une décision fatidique, on pourra avaler la couleuvre devant la promesse d’un match plus abouti à Santa Clara fin mars.

 

On monte d’un cran dans ma hiérarchie très personnelle des matchs de dimanche, avec celui qui avait les honneurs de l’ouverture, le choc à trois contre trois entre Kane, Big Show et Seth Rollins d’une part, Ryback, Rowan et Ziggler de l’autre. Souvenez-vous de l’arithmétique que je vous installais dans la review du dernier Smackdown, tendant à démontrer que chacun des gentils était in-kayfabe inférieur à son vis-à-vis direct : cette tendance c’est confirmée au cours de cet opener, allant jusqu’à amplifier l’écart tant le Big Show fut, lui aussi, considéré comme plus fort que n’importe lequel des gentils.

 

 

Dolph Ziggler est tellement con qu'il ne comprend pas les lois de la gravité…

 

 

J’ai lu sur le forum ici-même un commentaire que j’ai trouvé à la fois extrêmement smart et tout à fait pertinent : il eut été agréable de ne voir dans le ring que les catcheurs impliqués dotés de cheveux (prenons l’acception que Kane est normalement rasé). Si cela ne fut pas le cas, Rollins et Ziggler se sont néanmoins taillé la part du lion dans ce match où au final chacun a interprété sa partition. Rowan a grandement souffert, Ryback a été présenté comme fort mais pas aussi fort que les deux béhémoths d’en face, Ziggler a placé de jolis moves tandis que Rollins était présenté comme à la fois puissant et coachant intelligemment ses deux molosses (en plus de ses deux roquets). Seul regret dans ce bon match, sa conclusion qui voit Big Show assomer Ziggler de son insupportable coup-de-poing-imparable-que-personne-s’en-relève-mais-que-les-autres-ont-pas-le-droit-de-faire-sous-peine-de-disqualification, alors même que Show n’est pas le catcheur légal, offrant à Kane le tombé sur un Ziggler inconscient. Si on m’avait dit après Summerslam que Kane obtiendrait un compte de trois sur Ziggler dans les six mois suivants…

 

Toujours est-il que les méchants poussèrent ensuite leur avantage en bénéficiant du soutien de Noble et Mercury, estourbissant Rowan et Ryback, plaçant un double Chokeslam sur ce dernier, et un Curb Stomp sur Ziggler et Rowan. Rollins allait faire subir le même sort au plus stéroïdé des gentils lorsque… Randy Orton fit son grand retour, du bon côté de la force donc, pour faire le ménage, assomer Kane d’un RKO et faire battre Rollins en retraite alors qu’Orton s’emparait de sa mallette. Tout ceci mène clairement à l’affrontement tant teasé entre l’actuel et l’ex-sbire de l’autorité, pour un match des plus intéressants sur le papier en vue de Wrestlemania. Reste à voir ce qu’il adviendra des cinq autres protagonistes du match de ce dimanche, abandonnés pour l’heure sans perspective autre pour le grand soir qu’une éventuelle Battle Royale.

 

 

C'est de plus en plus hardcore les bizutages à la WWE… Sucer un pilier du vestiaire en me faisant sodomiser par un vétéran, passe encore, mais passer pour plus faible que Jamie Noble, ça c'est dur à avaler, si je puis dire !

 

 

Nous voici au premier des deux gros matchs de la soirée, celui opposant John Cena au champion des États-Unis, Rusev. Certes, tout le monde n’aime pas le terroir, le vintage et les recettes de grand-mère, mais pour quiconque n’est pas allergique aux traditions, force est de constater que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures. Combien de fois a-t-on déjà vu le mastodonte étranger invincible martyriser le brave héros de la patrie ? On ne compte même plus, tant la seule année que vient de passer Rusev comprend déjà plus de jalons similaires qu’il n’y a de films dans la saga Rocky. Combien de fois cela a-t-il été aussi bien fait ? C’est subjectif, mais de mémoire de suiveur, j’avancerai un « rarement » de prudence.

 

Qu’est-ce qui fait que la mayonnaise a pris avec Rusev ? Un cocktail de petits détails qui ont toute leur importance, le premier d’entre eux étant que cet affrontement a enfin offert à John Cena d’effectuer, le temps d’une feud, un face turn auprès du public. Avec le soutien plein et inconditionnel de la salle, la partition du Marine sonne plus juste. Son selling que j’ai lu ci et là surfait ou exagéré tombe à mon sens au contraire juste et approprié. Ce poster boy dont on raille si injustement les faibles capacités in-ring s’est transformé comme à chaque rendez-vous important en une bête de catch plaçant à la fois son arsenal de signature moves et des variantes inspirées.

 

 

– Woaw, balaise ton nouveau coup !

– Attends mec, j'ai bossé dur avec Slater pour diversifier mon moveset !

– Heath Slater ?!

– Non, Kelly.

 

 

En face, Rusev n’était pas en reste, dans son registre de brute puissante et agile, de bourreau consciencieux et opportuniste, de vil étranger invincible accompagné par un valet roublard. Car c’est bien de Lana que viendra l’étincelle fatale à John Cena : alors que le Marine est en passe de se libérer de la terrible Accolade dont personne ne s’est encore extirpé à la loyale, la blonde glaciale distrait l’arbitre, le temps pour son compagnon hors kayfabe de placer ces coups bas qui sont l’apanage des vrais méchants, de replacer le recordman des titres WWE dans sa prise de soumission pour enfin faire constater à l’arbitre que ce dernier avait perdu connaissance. Rusev l’emporte, tout en puissance, mais grâce à une tricherie qui devrait nous offrir une revanche à Wrestlemania pour la victoire tant attendue de la bannière étoilée sur le sbire de Poutine.

 

Oh bien sur, dans cette partition à l’air si connu, on aura droit dans le mois qui vient à tous les clichés, depuis Hogan conseillant Cena jusqu’à ce dernier courant dans la neige ou frappant dans des carcasses de bovins. Bien entendu, nos petits cerveaux de suiveurs un peu moins décérébrés que la moyenne s’inquiéteront du devenir de Rusev, une fois passée son inévitable défaite à Mania, lui souhaitant de ne pas finir comme le premier Kozlov venu. Mais parfois, soyons grégaires, apprécions le moment présent, fut-il plus Beaujolais nouveau que Moët & Chandon.

 

 

RusevWinsLol

 

 

Voici enfin le dernier match, à la fois sur la carte et dans cette nalyse, un Bryan/Reigns qui a bien mérité les honneurs de ce double main event. Commençons par le contexte général : alors qu’on les voyait tous deux modifier leurs alignements dans les semaines précédant le match, nous avons bien eu ce dimanche une confrontation entre gentils, ce point étant souligné par la poignée de main finale entre les deux belligérants. Y avait-il le moindre suspense d’ailleurs ? Au cours du match oui, on put douter de l’identité du vainqueur, même si objectivement il eut été impossible pour la WWE de justifier et/ou de défendre par la suite autre chose que la victoire finale de Roman Reigns, qui intervint après plus de vingt minutes d’excellente facture.

 

Mais pour parvenir à ce résultat, les deux hommes ne nous racontèrent pas l’histoire d’une brute épaisse dominant de la tête et des épaules un catcheur physiquement moins impressionnant, bien au contraire, s’il avait fallu trancher aux points, Bryan l’aurait nettement emporté. En effet, outre les coups tout sauf retenus, les empoignades hors du ring et les séquences de voltige, Daniel Bryan a redéployé pour l’occasion tout son arsenal de prises de soumission pour martyriser Reigns, ajouter à la dramaturgie du match et souligner l’extraordinaire résistance de l’ex-enforcer du Shield. Ce faisant, le petit barbu nous préparait également au rapport de force du match à venir à Mania, où l’on s’attendra à un Reigns dominé et poussé aux limites de sa résistance, plus qu’à une démonstration de force forcément peu crédible face à un ogre du calibre de Brock Lesnar.

 

 

♫ Là-baaaaaaaas, au Connemaraaaaaaa ! 

 

 

En termes de catch, si le cousin du Rock ne démontra pas en l’occasion un arsenal incroyablement plus développé que ne le raillent ses détracteurs, il plaça tout de même quelques jolis gestes, quelques souplesses, l’une ou l’autre corde à linge dévastatrice et bien entendu son Superman Punch et son Spear dont d’ailleurs Bryan ne se relèvera pas. Nous a-t-il tous convaincus qu’il est de taille à porter la fédération de Stamford sur ses larges épaules pour la décade à venir ? C’est aller vite en besogne, mais ce soir Roman Reigns a rassuré quant à ses capacités bien réelles à suivre le rythme, car il faut être deux pour faire un bon match. Effacé, le souvenir de celui qui s’était montré si déstabilisé après la réaction des fans au Rumble. Désinhibé, celui à qui on a dû expliquer que bien sur la fédération compte sur lui, mais qu’elle a aussi d’autres fers au feu.

 

C’est donc Roman Reigns qui a composté son billet pour le main event de Wrestlemania 31, reste à présent à savoir ce qu’il adviendra de Daniel Bryan, qui lui aussi a rassuré quant à ses aptitudes physiques actuelles dans un match plutôt violent. Sans se hasarder au petit jeu de la lecture dans des boules de cristal, il y a au moins deux pistes intéressantes pour lui : celle menant à Dolph Ziggler, fortement relayée sur les réseaux sociaux, ou celle le conduisant à une revanche d’un autre moment historique de son histoire contrastée à la WWE, un choc avec un revenant irlandais, Sheamus. Dans tous les cas, et j’y reviendrai dans le second volet de cette nalyse, la WWE a, contre vents et marée, concocté une carte prometteuse pour le Wrestlemania à venir. Ceci est passé par un PPV à la fois sympathique mais limité par sa dimension de prequel de la véritable carte et du véritable rendez-vous qui compte : un mal pour un bien ? On en reparlera fin mars.

 

 

Et si la WWE vous met la tête à l'envers, exprimez votre rage en commentaires !

 

 

31 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut