Catch

Raw du 02/03/2015 : Les absents ont toujours raison

Il court il court le furet, il est passé par ici, il repassera par là…

Comptine enfantine

À peine huit jours après Fastlane, toutes les têtes sont tournées vers Wrestlemania. Bon, OK, c’était déjà le cas avant. Mais désormais, plus aucune embûche sur la route des catcheurs. Ils n’ont plus qu’à se soucier de leur place sur la carte du plus grand show de catch de la planète. Problème, les têtes d’affiche qui font vendre le spectacle ne se déplacent pas à Raw. Alors l’équipe créative doit faire de son mieux pour rendre importants les affrontements secondaires. Pour cela, il faut faire preuve d’imagination et d’originalité. Y parviennent-ils ce soir ? Réponse en ces lignes.

 

 

Un show pas à 100% inédit…

 

 

Nalyse de Raw du 2 mars

 

 

Le show est ouvert par Seth Rollins et ses compères. Quelques jours plus tôt, il s’était invité sur le plateau du Daily Show pour provoquer Jon Stewart, présentateur de l’émission et fan de catch qui avait exprimé quelques critiques à son égard. Ce soir, Jon Stewart doit venir à Raw défier oralement l’Architraître, mais l’animateur n’est pas encore arrivé. Seth profite du temps qui lui est alloué pour rappeler qu’il est toujours Mr Money In The Bank et par conséquent supérieur, intouchable et inarrêtable. La tirade est interrompue par une musique guerrière que Seth connait bien car elle fut sienne. Roman Reigns descend l’arène soutenu par une foule moyennement acquise.

 

 

Coucou, c'est moi que v'là, avec mon nouveau t-shirt !

 

 

Rollins poursuit son auto-plébiscite en affirmant être le meilleur dans tous les domaines possibles. Et donc être meilleur catcheur que son ancien acolyte. Pour preuve, il sera bientôt le champion du monde poids lourds de la WWE alors que Reigns est incapable de battre Lesnar. Ce pronostic soulève le sourcil du vainqueur du Royal Rumble, qui rappelle que lors dudit PPV de janvier, le bicolore s’est trouvé dans le ring face à Lesnar sans pouvoir l’emporter. Fi du passé, Reigns propose à l’homme qui l’a trahi de régler la question en cashant sa mallette le soir du 29 mars à Wrestlemania afin d’offrir à la foule un formidable Triple Threat pour le WWE World Heavyweight Championship. Foule qui pour le moment lance des chants à la gloire de CM Punk.

 

 

– C'est moi le meilleur et… Oh, tu me regardes dans les yeux quand je parle !

– Nananiiinananablablabla…

 

 

Rollins sait qu’il peut faire ce choix. Mais il peut aussi laisser Lesnar et son rival se mettre en pièces et voler le titre au dernier debout. Il peut également attendre le lendemain de Wrestlemania pour gagner son bien… L’avantage du Money In The Bank est qu’il laisse tous les choix à son possesseur. Comprenant que le Chacal refuse son challenge, le powerhouse stoppe la discussion à coups de Spear et de Superman Punch. Encore une fois, les deux freluquets de J&J Security mangent tandis que Seth réussit à fuir sans trop de dommages. Alors que les trois suppôts de l’Autorité regagnent les coulisses, ils sont rejoints par Randy Orton rentré depuis lundi dans le rang. Ce dernier veut aider Rollins, et lui suggère de demander à Triple H un match contre Roman ce soir. Le bicolore, méfiant, préfère se débrouiller seul.

 

S’ensuit l’heure de l’imbroglio autour du titre Intercontinental. Rappelons que Bad News Barrett en est toujours le détenteur officiel, mais il s’est vu voler sa ceinture par Dean Ambrose aidé de R-Truth. Bien entendu, voler une ceinture ne fait pas de vous un champion mais c’est un procédé humiliant utilisé de temps à autres. Dolph Ziggler lui-même avait dérobé le titre WWE de CM Punk. Ambrose, ceinture blanche dans les mains, partage le ring avec le champion actuel. R-truth, lui, s’est joint aux commentateurs. Je ne comprends pas tout ce que raconte l’ancien partenaire de Lil Jimmy, mais il semble acquis que le titre vintage sera mis en jeu à Santa Clara dans un match aux échelles.

 

 

Coucou, tu veux voir mon titre ?

 

 

Ambrose et Barrett se connaissent bien et rendent coup pour coup. D’abord étouffé par la vivacité du lunatique, le Mancunien prend la domination par la force physique. Profitant que les deux belligérants soient occupés, R-Truth récidive et dérobe la ceinture qu’il cache sous sa veste. Mais bien mal acquis ne profite jamais bien longtemps. Luke Harper se matérialise soudain derrière la table des commentateurs et, sans un mot, fait comprendre au rappeur qu’il souhaite récupérer le trophée qui fut sien cet hiver. L’homme aux dreads s’exécute, et c’est un Barrett complètement dépassé par la situation qui observe l’immense barbu rejoindre les coulisses avec la ceinture sur le dos. Cette distraction lui coûte la victoire, Ambrose réussissant à porter son Dirty Deeds. Le chien fou cherche lui aussi des yeux la breloque blanche qui a disparu… L’histoire n’est pas finie pour ce soir comme nous le verrons plus tard.

 

 

Il est rappeur, il est noir, il vole. #Marinelikesthis.

 

 

Dites, les gars, ça sent pas comme l'alligator mort soudainement ?

 

 

En coulisses, le Miz a invité toute la lowcard de la WWE à assister au visionnage de la publicité qu’il vient de tourner en volant la vedette à Mizdow. Il découvre avec horreur qu’après montage, sa performance sert de promotion à la pilule bleue Niagara, sensée pallier aux pannes de matériel. Tout le monde se fout donc de sa gueule et Mizou n’est pas content. On notera au passage qu’en période de Road to Wrestlemania les New Day n’ont plus qu’un rôle de figuration aux côtés d’Eva Marie.

 

Bray Wyatt a bâti un joli cercueil en bois pour l’Undertaker, dont il réclame la présence. Le gourou barbu promet que, tel le feu qui le fascine, il réduira à néant tout ce qui a trait au mort vivant. Joignant le geste à la parole, il vide un jerrican d’essence et brûle le sarcophage.

 

 

Dire que ça m'a pris trois semaines pour construire ça… J'espère au moins qu'il va se pointer !

 

 

Je pense que personne sur les CDC ne souhaite voir l’Undertaker à nouveau sur un ring, mais jour après jour cette probabilité semble de plus en plus forte. Comment peut-on ainsi dévaloriser une icône et sa légende ? Qui dans l’équipe créative estime que ce match servira à quelqu’un ? Je considère Bray Wyatt comme un personnage en or et un excellent successeur de Mark Calaway. Mais l’Undertaker n’aurait pas dû survivre à sa streak. D’ailleurs les sermons de Wyatt qui promet de mettre fin au Phenom n’ont aucun sens puisque tout le monde le pensait déjà disparu.

 

Sans transition, les Usos et Naomi affrontent ensuite Cesaro, Kidd et Natalya dans un trois contre trois mixte. En cours de rencontre, Natalya se tord la jambe, mais son mari la force à combattre tout de même. Décision qui entraine la défaite de l’équipe suisso-canadienne et laisse voir des tensions dans le couple des Hart.

 

 

HAAAA vous auriez pu éteindre le cercueil tout de même !

 

 

Après avoir eu des Usos vs. Dust Brothers pendant des mois, puis des Usos vs. Miz & Mizdow pendant des mois, nous avons donc ces Usos vs. Cesaro & Kidd pendant des mois. Il serait bon de placer quand même un peu plus de deux bonnes équipes en même temps à la WWE.

 

Cena a perdu contre Rusev à Fastlane dans des circonstances douteuses. Il adorerait être le premier à battre le Bulgare et récupérer le titre US. Mais pour le moment, l’ancien Alexander refuse la revanche. Or Cena souhaite avant tout participer à Wrestlemania. Il se tourne donc vers un autre challenge et annonce sa participation à l’André the Giant Battle Royal. Stephanie McMahon intervient en personne pour recadrer son posterboy. Elle affirme que les catcheurs ne décident pas eux-mêmes de leur entrée dans le match géant, et rejette du même coup la participation du Marine dans la bataille royale. Cena n’est pas intouchable sous prétexte qu’il a derrière lui dix ans de carrière et quinze trophées mondiaux : Hogan, Steve Austin, Hart, toutes les plus grandes légendes ont un jour quitté le métier sans mettre en péril l’entreprise. La WWE est plus forte que ses champions. Pour le prouver, Stephanie propose de priver John Cena de Wrestlemania cette année, sentence que le public semble apprécier !

 

 

– Attention. Si on me prive de Wrestlemania, je…

-Tu ?

– J'sais pas encore c'que je vais faire, mais j'vais le faire.

 

 

Le pauvre Champ est au plus mal, mais les choses ne vont pas s’arranger. Car si la foule boude John, elle acclame le nouvel arrivant Curtis Axel. Le fils parfait réclame toujours justice depuis le Rumble, et l’arène entière scande son soutien à l’Axelmania. La princesse profite de l’occasion pour programmer immédiatement un match entre le gars du Massachusets et l’ex-partenaire de Ryback. Avant de partir, elle clarifie la situation envers le Marine : si Cena veut un match à Wrestlemania, il lui faudra convaincre Rusev.

 

 

Madness ? This is Axelmaniaaa !

 

 

En pleine adversité, le Marine exécute son adversaire en quelques minutes, sans coup férir, rappelant que si Axel est sympathique, il n’en reste pas moins un faible compétiteur. La victoire ne ramène pas la joie sur le visage du quinze fois champion. Au reste, le couple soviétique vient rappeler qu’ils refusent le challenge du Marine, jubilant visiblement d’avoir l’avenir du vétéran entre leurs mains.

 

Le 29 mars à Santa Clara, Triple H et Sting s’affronteront pour régler des querelles commencées des décennies auparavant lors de la guerre entre WWE et WCW. Triple H est dans le business depuis vingt ans. Il y a tout gagné et rien ne lui fait peur, alors que pendant ce temps Sting s’est tenu loin de la plus grande fédération du monde. Pourquoi ? Le COO demande l’avis d’un homme qui connait bien les tenants et les aboutissants de l’affaire, à savoir le commentateur Booker T. Le spinaroonie boy, qui a croisé maintes fois la route du scorpion,  prévient son boss que personne n’a jamais pu contrôler Sting. Mécontent, le King of Kings licencie son employé… avant de le ré-engager sur le champ.

 

 

– Tu connais bien Sting toi Booker hein ?

– Oui chef.

– Tu l'as croisé où ?

– À la WCW chef.

– Mais encore ?

– À la TN…

– T'es viré.

 

 

Tout ce cinéma afin de prouver que le contrôle est entre ses mains, qu’il a tout pouvoir, et qu’il battra Sting à Wrestlemania. Pour ma part, tout mon cœur va au Cerebral Assassin dont la condition physique est impeccable, mais je crains que l’on ne donne la victoire au rookie quinquagénaire et boitillant.

 

En parlant de mon cœur, Paige a ce soir une revanche pour le titre féminin contre Nikki Bella. La diablesse en bottine fait face à une importante adversité puisque la championne est soutenue comme toujours par sa jumelle, experte en interventions illicites. Sans compter que la plus gonflée des deux n’est pas championne pour rien, ses Spinebusters et ses lariats mettent à mal la belle Anglaise.

 

 

Johnny baby ne t'en fais pas, ta Nikki-chou sera à Wrestlemania !

 

 

La rookie réussit pourtant à éjecter Brie au loin et à coincer Nikki dans son Paige’s Tap Out. La foule en est persuadée, dans quelques secondes elle aura une nouvelle championne… Malheureusement, Brie intervient une fois de trop, disqualifie sa sœur mais lui permet ainsi de conserver la précieuse ceinture moche. Les sœurs veulent profiter de leur supériorité pour infliger une leçon à la blanche débutante. Leurs plans sont contrariés, car il faut laisser la lumière. La foule en délire acclame le retour d’AJ Lee venue se venger de celles qui l’ont éloignée du titre. En quelques prises et avec l’aide de Paige, elle fait le ménage sur le ring.

 

 

– T'es pas encore à l'UFC toi ?

– Non, et toi t'as pas été virée à cause de ton accent ?

– Non, pas encore.

– Contente de te revoir.

– Moi aussi.

 

 

Malgré toute l’affection que je porte à la benjamine, la division féminine n’était pas la même sans sa triple championne. Si Sasha Banks est la Boss de NXT, AJ Lee est bien la reine de la WWE. Son retour me laisse espérer de belles choses, porté par le mouvement #GiveDivasachance qui gagne en popularité. Avec la prochaine probable montée de Charlotte, on peut rêver d’une belle année pour les femmes. Soyons fous, le roster est assez riche pour ça. Avec Paige, AJ, les Bellas, Emma, Naomi, Natalya et Charlotte, il y a de quoi faire une belle division. On ne peut de toute façon pas vraiment faire pire que le dernier Raw…

 

Le ring est transformé en studio du Daily Show avec à sa tête un Seth Rollins délectable. Il veut prouver qu’il peut faire le travail de Jon Stewart mieux que lui.

 

 

Je peux aussi rester plus longtemps à l'antenne que Michel Drucker.

 

 

L’animateur parait intimidé et un peu effrayé par son vis-à-vis mais retrouve vite ses réflexes humoristiques, et compare la coiffure de Seth Rollins à celle de Lady Gaga. Le public du New Jersey est à fond derrière son homme. Stewart montre, dans son monologue, qu’il est un grand connaisseur de catch. Il reproche à l’architraître de ne montrer aucun respect pour le public et les anciens. Lorsque Rollins cède à une ultime provocation et attrape le journaliste par la cravate, la musique de Randy Orton retentit. Distrait par cette interruption, le chacal ne voit pas le joli coup de pied que Stewart lui envoie dans les valseuses. Orton joue l’air innocent de celui qui venait pour aider, mais le mal est fait et le détenteur du MITB a été humilié par sa faute.

 

 

Tiens, c'est de la part de Leighia Schulz !

 

 

Luke Harper, désormais possesseur de la ceinture Intercontinentale, affronte Daniel Bryan. L’affiche est alléchante mais ne tient pas ses promesses. Malgré quelques violents coups, Harper abandonne rapidement sur un Yes Lock. Durant la célébration de l’American Dragon, Barrett vient récupérer son bien en mains propres. Mais Ambrose ramène l’Anglais sur le ring pour lui piquer le trophée avant de manger un kick de Luke Harper. R-Truth surgit alors du néant pour subtiliser la breloque, mais le physique effrayant du barbu crado le fait reculer. C’est donc l’ancien disciple de Bray Wyatt qui gagne le titantron avec la ceinture dans les mains… Sauf que Dolph Ziggler jaillit des coulisses pour assommer le géant et s’approprier l’or ! Daniel Bryan, qui n’est pas intervenu dans les échanges, toise le blondinet en signe de défi.

 

 

Retourne voir papa, petite.

 

 

Finalement, je la veux bien moi aussi.

 

 

Euh… Yes. Yes. Yes.

 

 

Résumons donc : Barrett, Ambrose, Harper, Bryan, Ziggler et R-Truth. Six catcheurs penchés sur le titre Intercontinental. Que penser de cette rivalité ? Certains regrettent le côté gagesque de cette grande partie de trap’-trap’ autour de la ceinture. Personnellement tout ça me fait sourire. J’aime les personnages fous d’Ambrose et de R-Truth et je pense que l’humour ne doit pas être cantonné à la lowcard. L’affiche fait vraiment belle impression. Les cinq plus jeunes catcheurs sont tous pétris de talent. R-truth est un lutteur de seconde zone, mais toutes ces dernières apparitions, de la fin de la streak de Bo Dallas en passant par son rôle de doublure de Ziggler ont été de bonne qualité, et j’en viens à me demander pourquoi le rappeur n’a jamais eu un peu plus de rôle à sa mesure.

 

Toujours est-il que le match promet d’être le meilleur spectacle de Wrestlemania. De ce segment découle une autre pensée : si ces six-là se battent pour le titre Intercontinental, que les main-eventers ont leur programme… Qui va-t-il rester dans la Battle Royale ? On sait que le Miz et Fandango y prendront part, ce qui ne fait pas rêver pour le moment… Axelmania, c’est pour toi !

 

La nouvelle entrante au Hall of Fame 2015 s’appelle Alundra Blayze.

 

En coulisses, Orton justifie son intervention précédente. Il estime avoir sauvé Rollins du ridicule en l’empêchant de s’en prendre physiquement au très populaire Jon Stewart, ce qui lui aurait coûté son boulot. La Vipère arrondit les angles au maximum pour que le chacal le voie comme un ami.

 

Paul Heyman vient répondre en personne aux rumeurs qui courent : oui, Brock Lesnar défendra son titre de champion de la WWE à Wrestlemania, et d’ici là il sera là où il lui plaît d’être. Il répond ainsi aux multiples photos qui ont montré la Bête au dernier show de l’UFC et aux rumeurs de violente dispute entre le champion et ses employeurs.

 

 

Brock Lesnar ne vit que pour trois choses : Eat, Sleep, Conquer, Repeat.

….

Bon c'est pour le New Jersey, on s'en fout.

 

 

Sur sa lancée et malgré la défaillance de son micro, le créateur de l’ECW continue de vendre le talent et la force surhumaine de son protégé, dont personne parmi les légendes ne conteste la supériorité. Brock Lesnar est un monstre, il fera son travail et battra Reigns à Santa Clara. Puis, il s’efface pour laisser place au main event.

 

Roman Reigns affronte donc bien Seth Rollins qui est venu assisté de J&J Security, du Big Show et de Kane. Le futur adversaire de Lesnar domine le début de match, mais son rival se ressaisit et prend ensuite la main. Reigns a fort à faire avec tout le monde qui traine autour du ring, puisqu’Orton a rejoint le groupe. Le Samoan se débarrasse successivement de J&J et du Big Show et semble en mesure de gagner le combat. Il se place dans un coin pour armer son Spear… Mais à l’insu de l’arbitre, la Vipère lui agrippe le pied pour le déséquilibrer. Surpris, le cousin du Rock chute et se laisse entrainer dans un roll-up qui donne la victoire à Seth Rollins.

 

 

J'ai gagné les mecs. Putain j'ai gagné ! Vous y croyez ?

 

 

Encore tout étonné par cette issue positive, le chacal remercie grandement et solennellement celui à qui il doit sa victoire. Orton n’est plus vraiment un homme d’équipe. Il a fait le job, mais il regagne immédiatement les vestiaires sans un regard pour les membres de l’Autorité qui se congratulent. Comportement intelligent qui lui évite de recevoir sur la tête un Roman Reigns furieux.

 

 

Mes cousins m'ont appris deux-trois trucs.

 

 

L’ex-membre du Shield est mécontent de la fin du match, et détruit tous ses ennemis en quelques coups. Après un Spear mollasson sur un Big Show incapable d’encaisser correctement, il sort le grand jeu en coupant en deux un Seth Rollins qui sautait du haut de la troisième corde. Dominateur, le futur main eventer de Wrestlemania clôt le show les poings levés vers le ciel.

 

En période de Road et à quelques jours du plus grand événement de l’année, les choses sont sérieuses. On notera que ce Raw est totalement exempt de matchs ridicules, de lowcarders nuls, de potiches et de segments faussement drôles. Rien que ça, c’est déjà énorme : chaque moment du show était un pas de plus vers un match à Wrestlemania.

 

Mais a-t-on déjà vu une Road avec autant d’absents ? Ni Sting, ni Lesnar ni l’Undertaker ne daignent se montrer malgré leur présence dans des combats d’importance au Grandaddy. De fait, c’est la bataille autour du titre Intercontinental qui occupe la majeure partie du show rouge mais aussi les meilleurs catcheurs. On sent bien que Rusev acceptera finalement d’affronter Cena et que Rollins croisera le fer contre Orton, mais ces situations doivent encore se dénouer. Finalement, la prochaine édition de Wrestlemania peut être un grand show, mais pas là où on l’attend.

 

 

C'est bien cette ceinture-là qui n'avait même pas été défendue l'an dernier ?

 

 

8 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut