Catch

Raw du 09/03/2015 : Concours de circonstances

La vengeance est un plat qui se mange froid.

Proverbe klingon

 

Plus que trois semaines avant Wrestlemania. Il est trop tard pour changer le programme. Donc ce soir, nous aurons à nouveau droit à une ceinture qui gambade de mains en mains, des catcheurs déçus par leur partenaire, des méchants en confiance, des gentils bondissants, des patriotes qui se croient tout permis et des jolies filles. Nihil novi sub sole.

Ha si, il y a eu lui quand même.

 

 

Nalyse de Raw du 9 mars

 

 

Nous sommes à Pittsburgh, et Randy Orton fait son entrée dans l’arène. En fait, la Vipère rejoint sur le ring les autres membres de l’Autorité dont on n’a pas daigné nous filmer l’arrivée. Au passage, on apprend que l’Apex Predator va catcher ce soir en équipe avec l’homme à qui il a donné la victoire la semaine dernière, Seth Rollins. Et contre l’homme à qui il a coûté la défaite, Roman Reigns, dans un match à handicap.

Ne te méprends pas Randy, tu ne nous fous pas les miquettes, mais…

 

 

Kane et le Big Show, copieusement hués par la foule, passent la pommade dans tous les sens à leur nouvel allié.  Jamie Noble et Joey Mercury, récemment victimes de RKO, marquent plus de doutes à l’égard du fils de Bob. Seth Rollins, chef de la bande, est persuadé de sa loyauté et lui souhaite re-bienvenue chez lui.

Tu vois Randy, c'est chez toi ici. Rien n'a changé. Ha si, on a enlevé les parpaings. LOL.

 

 

Orton prend le micro pour remercier ses camarades de leurs touchants mots… Mais enchaîne en se moquant grassement de chacun des membres présents sur le ring. Kane est traité de serveur de café, Big Show et Jamie Noble sont humiliés par leur taille (chacun à un extrême) et Rollins est férocement menacé de violences. Plus une mouche ne vole. C'est tendu du string. Soudain, le revenant éclate de rire en expliquant qu’il vient juste de leur faire une blague à tous. L'ambiance se détend et c'est dans une franche fraternité que l'Autorité rejoint les coulisses.

– T'es qu'une grosse merde avec une coiffure de tafiole, Seth !

– Haha, c'est potache, j'adore. Mesdames et messieurs, Randy Orton !

 

 

La salle accueille ensuite son chouchou incontesté, Daniel Bryan escorté sous une pluie de "Yes !". R-Truth, lui, a rejoint la table des commentateurs. Il est rappelé qu’à cet instant, le rappeur est intégré dans le match des échelles pour le titre Intercontinental à Wrestlemania en compagnie de Dolph Ziggler, Dean Ambrose, Luke Harper et Bad News Barrett. Ce dernier est l’adversaire du jour de la chèvre virevoltante.

Pousse toi, barbu, je cherche ma ceinture !

 

 

D’un coup de genou, Bryan règle rapidement un match jusque là partagé. Ai-je le droit de trouver le finisher du favori des foules de moins en moins spectaculaire ? Nouvelle défaite pour le champion anglais qui les accumule, et cela ne lui plait pas. Alors que l’American Dragon célèbre son triomphe, le Mancunien le couche d’un coup de coude. Fier de lui, il gagne les coulisses sans voir arriver Ambrose qui l’étale au sol sur la rampe d’accès, avant de rejoindre le ring pour y attendre son adversaire du soir. Celui-ci n’est autre que Stardust, le possesseur actuel de la ceinture blanche.

Je vais la mettre ici, personne ne la trouvera.

 

 

Plus long et meilleur que le précédent, l’affrontement se conclut par un Dirty Deeds à l’avantage de Dean Ambrose. Les deux matchs liés à la rivalité autour du titre Intercontinental se sont donc déroulés sans aucune intervention extérieure, ce qui est assez rare ces derniers temps. Heureusement, la WWE retrouve vite ses réflexes et suite à ce match, tous les prétendants au titre viennent se friter sur le ring, les quatre derniers combattants étant rejoints par Harper et Ziggler.

Ne parlez pas de l'affaire Dreyfus.

 

 

Ils sont tous là ? Non, R-Truth est assez malin pour ne pas se mêler à la mêlée et subtilise à nouveau la ceinture blanche qu’il met dans un sac en toile. À l’issue de la bagarre générale, Barrett est le dernier debout et vient réclamer son dû. Gag ultime, le rappeur lui remet le sac… Mais il s’agit en fait d’un leurre qui contient une ceinture-jouet pour enfant ! Il est trop tard lorsque l’Anglais découvre la supercherie, et c’est bien l’afro-américain qui gagne les vestiaires avec la breloque en mains.

La bonne blague !

Nous apprenons ensuite que la WWE décide d’intégrer au Hall of Fame de manière exceptionnelle Connor Michalek, un petit garçon de neuf ans décédé l’an dernier d’un cancer, qui avait pu réaliser son rêve en rencontrant Daniel Bryan et d'autres superstars avant de succomber à sa maladie.

 

Après les gags du titre Intercontinental, les choses deviennent plus sérieuses. Il est question du championnat suprême et Paul Heyman est là.

 

 

Ce show vous paraissait gamin et pas à la hauteur de l'enjeu qui arrive ? Je suis là maintenant.

 

 

Avant toute chose, il nous propose de regarder tous ensemble une vidéo. Il s’agit d’un clip, long et  bien fait, centré sur Roman Reigns. Sa carrière y est brillamment résumée, mettant en valeur tous ses accomplissements à la WWE, avant d’évoquer plus spécifiquement la rivalité prochaine envers Brock Lesnar et la conviction du Samoan qu’il peut sortir vainqueur du match.

 

Et bien très bien. Paul nous envoie donc Brrrrock Lesnar. La présence du champion du monde impressionne, mais son manager reste dans les monologues qu’il affectionne tant. Il qualifie la vidéo précédente de propagande et d’arrangement avec la réalité, promettant à nouveau que son client restera invaincu à Wrestlemania. Il soupçonne l’Autorité de souhaiter la victoire du Samoan afin de permettre plus facilement la récupération du titre par Seth Rollins, qui sera un champion moins coûteux pour la WWE. Plus présent aussi non, Paul ? Quiconque tentera de récidiver le Montréal Screwjob à Santa Clara et d’arnaquer Brock Lesnar n’en sortira pas vivant, menace le créateur de l’ECW. Décidément très en forme, Heyman affirme que le titre mondial n’appartient même plus à la WWE, mais qu’il est la propriété de Brock Lesnar et que si ce dernier décide d’unifier les championnats WWE et UFC, voire de se mesurer à Floyd Mayweather, personne ne l’empêchera.

 

 

Mon client est même capable de se présenter aux départementales et de battre le FN.

 

 

Il prouve ses propos en rappelant l’incroyable carrière de son poulain, capable de détruire le Rock lors de sa première année de carrière, bourreau de John Cena et de la streak de l’Undertaker. Que pèse le petit Roman Reigns face à ça ?

 

Dire que ce speech était excellent ferait presque affront du talent monstre de Paul Heyman. Mélangeant réalité et fiction, catch et médias, le meilleur manager de l’histoire builde à lui tout seul le plus gros match de 2015. Car ce n'est pas un affrontement entre Lesnar et Reigns qui nous est vendu, le champion faisant visiblement peu de cas de son challenger. C'est véritablement un bras de fer entre la légendre inter-disciplinaire et la WWE qui nous est promis.

 

L’intérêt retombe grandement lorsqu’on découvre l’affiche suivante : les éternels Kane et Big Show affrontent Ryback et Eric Rowan. Les quatre seront inclus dans la Bataille pour André le géant. L’affrontement lent entre ces quatre masses ressemble à du combat de foire. Alors qu’il cherche à intervenir illégalement, le plus grand de tous frappe malencontreusement son partenaire et entraîne sa défaite. Seule la musique rigolote d’Eric Rowan sauve cette ennuyeuse séquence. À l’issue du match, Kane et le Big Show sont forcément furieux l’un contre l’autre.

 

 

– Tu fais le coup à chaque fois, putain mais t'es con ou quoi ?

– Je crois qu'il y a un peu de ça, oui.

 

 

Ce manque d’esprit d’équipe agace profondément Stephanie McMahon qui vient en personne rappeler aux deux colosses leur rôle dans l’Autorité avant de les punir en leur demandant de quitter l’arène. Les monstres s’exécutent tous penauds. Attention, ce segment a beaucoup plus d'importance qu'il n'en a l'air !

 

 

Pas uniquement pour constater la bonne forme de la patronne.

 

 

Pendant ce temps, le Miz cherche à faire rebondir sa carrière artistique en proposant un duo avec Wiz Khalifa, de Pittsburgh. Le chanteur refuse, car il a déjà trouvé un partenaire en la personne de Wizdow. Ce dernier envoie un rap à son ancien patron lui annonçant qu’il sera lui aussi dans la bataille royale d’André le géant. Sur ces entrefaites, le chanteur gagne le ring pour interpréter un de ses tubes, vêtu d’un T-shirt de John Cena puis rejoint par sa nouvelle doublure.

 

 

Fut un temps où je me déguisais en Davy Crockett. Que de chemin parcouru.

 

 

C’est l’heure des filles ! Les sœurs Bella ont prêté leurs voix dans le prochain film d'animation de la famille Pierrafeu dont elles sont très fières et qui leur permet d’arborer de jolies tenues de Prehistoriques bitches. À Wrestlemania, elles affronteront AJ et Paige. Mais elles ne sont pas concernées par un match ce soir. AJ Lee de retour depuis une semaine et accompagnée par l'Anglaise elle croise le fer avec Summer Rae accompagnée de son côté par Cameron, Eva Marie et la paire de boobs de cette dernière.

 

 

– Alors, on est potes maintenant ?

– Ouii tu vas voir j'vais t'emmener dans un cimetière écouter Evanescence  !

– Je préfèrerais que ça reste professionnel entre nous finalement.

 

 

Conséquence du mouvement #GiveDivasachance ? Depuis deux semaines, les matchs féminins dépassent la barre des deux minutes et donnent à voir un peu de spectacle. Mais Summer Rae n’est pas une catcheuse, c’est une gymnaste. Athlétique, elle est beaucoup trop attentiste entre deux prises pour raconter une histoire dans ses matchs, et à peine prise dans la Black Widow elle abandonne.

 

 

– J'ai perdu ?

– Je sais pas, tu as tapé de la main ?

– Je sais pas, c'est laquelle ma main ?

 

 

Dans les couloirs, Rusev et Lana croisent Cena qui leur déverse un vomitif discours sur la grandeur et la puissance des USA. Peu impressionnés, ils gagnent ensuite le ring où le Bulgare a un match contre Curtis Axel. Porté par la folie Axelmania, le jeune américain est trop confiant et se fait rapidement détruire. Fier de lui, l’ancien Alexander ne résiste pas au plaisir de critiquer la nation au micro.

 

 

Les Amerloques ont tous une petite bite, surtout les GIs !

 

 

C’en est trop pour John Cena qui, porté par son patriotisme, vient coincer le Bulgare dans son STF. Les minutes s’égrènent dans l'indécente souffrance, le rookie perd connaissance mais cela n’arrête pas le Marine, désormais hors de lui. Effrayée, la sensible Lana finit par accepter la revanche à Wrestlemania afin que le Champ libère l’homme de son cœur. C’est donc ainsi que se valide une nouvelle affiche du prochain PPV, sous le soutien d’une foule très acquise à la cause nationaliste. La même qui défend la torture à Guantanamo au nom de la sécurité.

 

 

C'est ainsi que l'on obtient ce que l'on veut dans la grande Amérique !

 

 

Sans transition, la division par équipes prend ses droits. Les deux tiers des New Day affrontent les actuels champions, et gagnent, malheureusement. Je pense que vous comprenez l'usage de ce dernier mot.

 

 

À nous mes frères, montrons ce que nous savons faire !

 

 

Dans la foulée, l’équipe suisso-canadienne reste dans la place car Natalya affronte Naomi accompagnée de son mari et son beau-frère. C’est plaisant, un match féminin quand les deux protagonistes connaissent le métier. L’affrontement est court mais les jeunes femmes montrent de jolis mouvements. Constamment conseillée et donc déconcentrée par son mari, Nattie encaisse une défaite qui la rend furieuse. Elle fuit en emportant avec elle la ceinture cuivrée de Tsyon Kidd. Décidément…

 

 

C'est vrai qu'il y a de quoi se sentir humiliée.

 

 

Les Usos qui sont un peu intervenus aux abords du ring se sont chauffés pour leur match contre les Matadores. Les voltigeurs portoricains m’ont toujours ennuyé et leur tenue est hideuse… Pourtant, ils réussissent à remporter le match grâce à une distraction d’El Torito.

 

 

Cowabunga !

Cette blague Tortues Ninja est un redite, mais les costumes sont tellement laids…

 

 

Tout ce long enchaînement de matchs laisse présager une situation que je n’aime guère. Les champions en titre, battus par New Day. Puis leur femme dominée par Naomi, dont les compères sont vaincus par Los Matadores. J’ai l’impression que la ceinture par équipes sera, comme le titre Intercontinental, mise en jeu à WM dans un grand match à participants multiples. Or, je trouve que la moitié des teams concernées ne méritent pas un tel honneur, et les matchs à plusieurs équipes, c’est toujours une stipulation étrange. Je garderai un match simple entre les champions et les Usos, et enverrai le reste à la bataille royale. Au passage, où sont donc les membres de l’Ascension ?

 

En coulisses, malgré les doutes de Noble et Mercury, Rollins réaffirme sa toute confiance envers Orton.

 

Après avoir passé tout le show à intervenir depuis son antre perdue au fond du monde, Bray Wyatt gagne le centre du ring, l’urne maudite de l’Undertaker entre ses mains. À corps et à cris, il réclame la tête du Deadman qu’il souhaite achever. Il est devenu lui-même la nouvelle représentation de la peur. Le gourou en chemise ouvre alors la fameuse urne et rit aux éclats en la découvrant vide. Vide, comme doit être l’âme du Phenom à l’heure actuelle.

 

 

C'est pas son urne funéraire, c'est un pot de chambre !

 

 

Soudain, le fou du bayou cesse de rire. De la fumée s'échappe de l'urne et l'obscurité se fait. Le gong retentit sous la jubilation d'une foule en transe. Du titantron s'échappe la voix macabre du Deadman menaçant Wyatt de le faire reposer en paix. Un éclair zèbre la nuit, et la chaise à bascule du gourou prend feu.

 

 

Mon rocking chair ! Soyez maudits !

 

 

Le retour sur un ring de l'Undertaker après sa défaite l'an dernier est un choix fortement critiquable pour de nombreuses raisons détaillées dans le récent article de Kovax. Néanmoins, quand le gong retentit, que la brume envahit, n'importe quel fan de catch vibre. C'est un immense honneur fait au jeune Rotundo qui doit se pincer pour réaliser ce qui lui arrive. Et si Calaway avait voulu finir après sa streak, il aurait sûrement pu. La venue du Deadman à Wrestlemania n'est pas forcément un bon choix, et ne donnera peut-être pas un grand match. Mais ça sera un grand moment.

 

Enfin arrive le main event. Roman Reigns doit cravacher seul contre Randy Orton et Seth Rollins. Les deux anciens du Shield commencent à se rendre coup pour coup sur le ring. Orton se dispute avec J&J qui mettent en doute son allégeance à l'Autorité et finit par frapper Noble. Pour calmer les conflits, le bicolore demande à ses sbires de quitter l'arène.

 

 

– Je le mets où, patron ?

– Creuse un trou et enterre-le.

 

 

Croyant le calme revenu, Seth propose à son partenaire de tourner. Mais la Vipère refuse, et l'Architraître voit celui qu'il prenait pour son ami lui tendre deux majeurs verticaux. Eberlué, il ne voit pas la menace venir et encaisse un Spear qui le fait perdre.

 

 

– J'ai gagné ça y est j'ai l'air fort ?

– T'es gentil Roman tu nous laisses, c'est sérieux.

 

 

S'ensuit alors un long passage à tabac. Randy Orton jouait bel et bien un rôle afin de se venger au moment opportun. Sur le ring, hors du ring, dans les tribunes, avec des chaises… Seth Rollins passe un mauvais quart d'heure. Rappelez-vous, le Big Show et Kane sont hors du stade, personne ne peut arrêter la Vipère.

 

 

Plaisir d'offrir.

 

 

Au final, il porte un RKO à travers la table à son ennemi qui sort de l'arène en civières sous les acclamations du public. La WWE est forcée de mettre en avant les rivalités secondaires, en l'absence des principaux protagonistes de Wrestlemania. Malgré le génial discours de Paul Heyman, le titre poids lourds est loin d'être au centre des préoccupations. Les meilleurs catcheurs sont obnubilés par la ceinture Intercontinentale. Cena et Orton, au top de leur popularité, ont obtenu ce qu'ils voulaient en usant de violence et de vice. De la part d'Orton c'est normal, pour le Marine c'est plus douteux. Ce show a confirmé deux faits : que l'Undertaker catchera à nouveau, et que tout le monde se fout du futur match de Sting. Il reste encore deux Raw à remplir avant le show des shows et tout semble dit. La WWE va-t-elle réussir à nous tenir un peu en haleine ?

 

 

Aie confiance….

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut