Catch

Smackdown du 02/04/15 : De la suite dans les idées

Don't care what they say
It hurts so good
I don't wanna stop
I know I should
But let's do it again
Röyksopp & Robyn, Do it again
 
Après un Wrestlemania qui a définitivement rompu les maigres liens entre la critique américaine et moi, surtout sur l’évaluation de certains matchs comme le Sting contre HHH ou le ladder match, et un Raw marqué par un public en roue libre et la suspension de Brock Lesnar, je n’attendais pas grand chose de ce premier Smackdown d’avril. 
 
 
– Et en main event, nous vous offrons Rollins et Big Show contre Ryback et Jack Swagger !
– Excellent, Kane… Excellent.
– Poisson d'avril, les nigauds ! Ah ah !
 
 
Nalyse de Smackdown du 2 avril
 
 

De la suite et de la cohérence au programme. Incroyable, non ? 
 
Commençons déjà parce qu’on aura oublié dans l’heure :
 
– Naomi a battu Natalya. Ce qui, cumulé à la promo insérée durant le match et la nouvelle récente du départ d’AJ, fait de la Funkadactyl, la challenger à la ceinture au papillon.
 
 
Intriguée, Nikki se demande si Todd Phillips ne se fout pas de sa gueule.
 
 
– Le Miz a battu R-Truth (bien vite redescendu dans la carte) avant de se faire attaquer par Damien Mizdow, qui devrait peut être reprendre son identité première ?
 
Comme le disait John Webster : "L'aigle vole seul, ce sont les corbeaux, les choucas et les étourneaux qui vont en groupe."
– Oh non, il reprend sa gimmick chiantissime !
 
 
– Après avoir chié dans les toilettes privées de Kane (sic), Dean Ambrose est envoyé sur le ring contre Luke Harper. Et il gagne… Par disqualification. Yeah.
 
 
C'est toujours fatiguant les amis ivres morts en milieu de soirée.
 
 
– Les Prime Time Players, redevenus heels, ont eu droit à une promo (en vidéo) où ils se foutent de la gueule des New Day. Hey ! On va pas râler, ça fait une feud de lowcard !
 
 
– Une feud ? Une vraie ? Pour nous ? En attaquant notre gimmick ?
– Oulah, t'emballes pas Xavier, c'est de la lowcard.
 
 
– JBL va bien, il récupère aux Bermudes de l’attaque de Lesnar.
 
 
– Alors que moi, je suis toute l'année en bermuda. Ah. ah. ah… Merci, c'est tout pour moi. Vous pouvez me retrouver aux scènes ouvertes de l'Espace Gerson d'Aix-en-Provence tous les mercredis soir.
 
 
Trois feuds qui continuent après les actions de Wrestlemania et du Raw du lendemain, une qui débute par médias interposés (Kofi a répondu sur Twitter), c’est rare. On ne se plaindra que de la faible durée des matchs proposés.
 
En remontant la hiérarchie WWE, on tombe désormais sur le titre intercontinental (là, ça devrait jaser parce que je le place temporairement sous l’US et ce n’est pas une attaque). Daniel Bryan, titré brillamment sous le soleil californien affronte en main event Sheamus et son look capillairement discutable.
 
 
En grand fan de la série Vikings, Sheamus a adopté le look de Ragnar Lothbrok.
 
 

Après les deux Brogue Kicks donnés à Raw, rendant Ziggler kayfabement indisponible, le Celtic Warrior et sa nouvelle musique d’entrée plus bourrine, plus irlandaise et moins estampillée WWE random, se met dans la course pour la ceinture intercontinentale en affrontant le champion.
 
Le match est plutôt bon, assez long et c’est là le problème. Je vais encore prendre des pincettes, mais il y a des incohérences dans cette histoire. 
 
 
FEINTÉ !
 
 
L’histoire ne retiendra que le résultat final : Sheamus bat Daniel Bryan, en sang, par count-out. Sauf que, le sang est dû aux derniers coups de boule sur l’irlandais et son compte de dix est le résultat d’un bull hammer de Bad News Barrett présent aux commentaires.
 
Au lieu de nous donner un affrontement assez égal qui fera vaciller la crête du natif de Dublin, Sheamus aurait dû apparaître plus fort, être le seul responsable du count-out et même auteur d’un simili squash sur le champion qui aurait trouvé le courage de se glisser hors du ring pour mourir en paix.
 
 
Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.
 
 
Et surtout, sortir Wade Barrett de l’équation. Son intervention est plus téléphonée qu’utile, juste présent pour nous rappeler qu’il est l’ancien champion, qu’il a droit a un rematch (qu’il ne devrait pas avoir et qui ne se terminerait sûrement pas par une victoire clean de Daniel Bryan) et blablabla… Comme si on avait oublié la feud Hanna-Barberesque des dernières semaines et son intervention post-match à Raw.
 
La suite reste alléchante car on risque d’avoir un tag match entre Bryan et Ziggler face à Sheamus et Barrett qui seraient associés pour la première fois à la WWE.
 
 
 Hein ? Non mais rien à branler de tout ça, je veux juste retrouver ma ceinture, je la garde jamais assez longtemps pour que je sois un champion crédible !
 
 
La ceinture US a, elle, une construction plutôt étrange. John Cena annonce qu’il continuera ce qu’il a commencé à Raw avec Dean Ambrose et lancera des open challenges toutes les semaines. Rusev intervient et demande son rematch légitime à Extreme Rules qui aura lieu le 26 avril dans la banlieue de Chic-Foule dégénérée qui crie CM Punk-ago.
 
Mais, ton open challenge, tu le maintiens ? Non parce que, John, tu remplis ton agenda pour dans quelques semaines là, donc quel est l’intérêt de remettre en jeu ton titre à chaque Raw à part pour faire le sympa avec tes collaborateurs (bien que je pense que Dean Ambrose viendra à chaque fois) et emmerder Rusev ?
 
C’est assez incompréhensible pour moi. On sait bien que le titre US aux hanches de Cena n’est que temporaire, mais admettons qu’il perd son open challenge dès lundi prochain, qu’est ce qui empêche le Bulgare de vouloir péter les trente-deux dents du Marine ? La CDCenation, un avis ?
 
 
– MAIIIIS EUH ! MAÎTRESSE ! C'est pas juste ! C'est ma ceinture-euh !
– Tttt, laisse un peu tes petits copains jouer avec. Tu la récupèreras dans quelques jours.
 
 
En ce qui concerne le titre majeur, c’est plus limpide. Surtout avec la suspension indéfinie de Brock Lesnar (coucou, la Road to Summerslam). 
 
Premièrement, et pas chronologiquement parlant, on a eu droit à une interview enregistrée du troisième participant au main event de Wrestlemania, Roman Reigns. J’ai trouvé le segment assez humble, à la limite du kayfabe quand Reigns parle de la chance d’y être présent, de respect envers Brock Lesnar, que oui, il a visité Suplex City, mais également du fait qu’il n’est pas mort vaincu par la bête du Minnesota et ses nombreuses suplex et qu’il était à quelques secondes d’une possible victoire avant l’intervention de Seth Rollins.
 
 
Difficile de noter si ce rire est kayfabe ou non…
 
 
Certes, il peut sembler étrange de croire à la victoire de Reigns, mais on imagine très difficilement voir dans ce genre d'interview le challenger s’avouer vaincu. Déjà, ça le descendrait direct dans la carte et la hiérarchie plus vite que prévu, et ce serait limite du “suicide catchesque” (avec de gros guillemets).
 
Reigns est, pour moi, toujours dans la shortlist pour le titre suprême. Avec Randy Orton. En effet, ce dernier interrompt la promo du nouveau champion en lui faisant remarquer qu’il est le dernier homme à l’avoir battu.
 
 
Et dire qu'il y a un an, personne ne voulait me voir avec la ceinture, maintenant on trouve ça logique et excitant. Paye tes girouettes…
 
 
Entre temps, Randy Orton a dû se fader le Big Show pendant une minute avant de voir toute l’Autorité (sauf Triple H et Steph qui ne se déplace pas dans le show bleu) venir lui donner des coups de pieds et Ryback accourir au secours de la Vipère.
 
C’est d’une logique assez importante que Randy Orton soit le premier challenger de Rollins, perso, je prends. Même si ça part pour une décision acceptée par Rollins totalement à l’arrache, à l’encontre du personnage ou bien, comme teasé avant la séquence scatophile de ce Smackdown, tamponnée par l’Autorité.
 
Alors, il n’y a encore rien d’officiel là dessus, contrairement au match US, mais Extreme Rules étant un pay-per-view à nombreuses stipulations, et même si je doute qu’on assiste à un No DQ tout simple, je mettrai bien un Steel Cage Match dans l’équation.
 
 
Un chacal ne se retrouve jamais seul, tu affronteras ma meute dans un handicap match.
 
 
7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut