Catch

Le Juggernaut de NXT

Unstoppable ? Yeah, right.

Hulk face à Juggernaut – Marvel Heroes

Le Juggernaut (le Fléau pour ceux qui ne lisent pas l'anglais) est l'archétype de la force inarrêtable. Là en plus nous avons un Juggernaut avec un cerveau qui manipule ses adversaires. Qui peut donc s'opposer à son inexorable avancée ? Vous aurez bien entendu compris que je parlais du champion de NXT, Kevin Owens, et non de Rhyno et Baron Corbin dont l'affrontement est supposé être celui des deux forces invincibles de NXT. Ce live show de NWT a une petite particularité : il suit le PPV de la WWE au lieu de le précéder. Payback avait été bon, comme si les lutteurs du roster principal, frustrés précédemment par la qualité des matchs de Nxt, avaient voulu envoyer un message. Cette fois, c’est à leur tour de défier les lutteurs de NXT de les égaler.

Voici la réponse des lutteurs de NXT.

 

 

Nalyse de NXT : Unstoppable

 

 

Avant de démarrer le show, un peu de hype comme d'habitude. Excusez du peu : Hogan, Flair, Rock, Steph, Cena et … Big E. Mais aussi et surtout les fans. Une petite vidéo pour rappeler quelques détails de feuds et hop c'est parti. Le premier match va être le triple threat pour le n°1 contender spot. Oui, jusqu'ici ils continuent à parler de triple threat.

 

Tyler Breeze fait une entrée sur fond de défilé de mode, avec quatre fort séduisantes jeunes femmes (trois lutteuses du Performance center et leur nouvel entraîneur Sarah Stock/Sarita) défilant avec des tenus Breeziennes et prenant des selfies. Bizarrement du coup cela attire plus mon œil et le côté ridicule transparaît moins, je me demande pourquoi. Le trio de commentateurs nous présente alors une vidéo prise sur le parking. A l'origine c'était une vidéo de la team SAWFT mais cela devient un prétexte pour montrer Itami au sol après une attaque commise par on ne sait qui. Détail amusant, Kevin Owens passe à côté sans s'arrêter, style le gars qui n'en a rien à faire, ce qui met bien en valeur son côté connard égoïste. Nous allons donc avoir un match normal pour ce spot de contender entre Tyler Breeze et…

Denver le dernier dinosaure.

Ou Finn Balor, j'hésite.

 

 

Finn Balor a en effet fait évoluer son déguisement, avec une crête qui fait penser à un dinosaure, des ailes membraneuses et a rajouté du maquillage dans son dos (on dirait l'œil de Sauron). Les entrées de Balor en live show sont toujours magiques et les faire un peu évoluer permet de ne pas diminuer leur impact. Tyler Breeze a l'air dubitatif mais on le comprend : qui n'hésiterait pas un peu à l'idée de faire face à ça ?

 

Les commentateurs insistent sur l'impact du changement du type de match. En effet, contrairement au triple threat, les deux hommes peuvent être disqualifiés ou comptés à l'extérieur et perdre ainsi leur chance. Tyler Breeze ralentit l'action, ce qui permet à Finn d'avoir une belle pop chaque fois qu'il relance la machine. C'est une technique heel classique mais cela rend le match moins fluide. Tyler Breeze essaie avant tout de contrer les moves de Balor et y arrive plutôt bien.

Il croyait me surprendre par derrière mais j'ai l'œil.

 

 

Breeze surprend Balor avec un superkick et en profite pour défaire le rembourrage dans un coin, malgré les admonestations de l'arbitre. Après une suite d'esquives et de contres, Balor est projeté dans le coin à nu puis prend un Beauty Shot. Balor est toutefois très résistant. Breeze fait un caprice de gamin tandis que Balor est sorti du ring. Erreur fatale car Balor en profite pour se cacher et attaquer son adversaire par surprise quand il vient le chercher, en lui sautant dessus depuis les rampes d'éclairage de l'entrée. Il le ramène aussitôt dans le ring. Dropkick, Coup de Grâce. Finn Balor est le n°1 contender et aura donc une seconde chance pour le titre NXT. Bon match mais cela aurait été tellement mieux avec Itami en plus (d'autant qu'Itami était promis à la victoire).

 

Une illustration de la différence de statut après le match.

 

 

On voit Steph dans le public applaudir avec enthousiasme avec à ses côtés Hafthor Bjornsson, la Montagne dans Game of Thrones. C'est la première fois qu'on a droit à une apparition de célébrité dans NXT. Mais je vais sans doute vous décevoir en vous disant qu'il n'y a pas de suite prévue. La Montagne n'a pas signé de contrat et ne luttera pas, sauf énorme surprise. Cela dit, c'est un beau morceau et un homme fort à la Mark Henry.

Petite vidéo des shows à Philadelphie dans le fief de l'ECW. Joey Styles et Mick Foley y ont fait un passage. Si on m'avait dit un jour que le public de l'ECW ferait une ovation à HHH, je lui aurais ri au nez. Pourquoi pas à Cena tant qu'on y est ?

 

Premier match féminin de la soirée. Rien que de dire ça est énorme. Il y a deux matchs féminins sur une carte de six matches. Dana Brooke et Emma vont donc affronter Charlotte et Bayley. Rappelons que les feuds sont Dana/Charlotte et Emma/Bayley.

 

Pas de tension dans les équipes, chacune fait des tags rapides quand elle a l'avantage. Emma travaille ses maniérismes heels, sort du ring, utilise sa collègue comme un bouclier (ça marche pas terrible), taunte et humilie Bayley, lui faisant même un hug sarcastique. Cela colle avec la storyline où elle lui dit qu'elle est trop gentille et essaie de faire ressortir son côté agressif. Mais trop de taunt tue le taunt : Bayley place une souplesse et taggue Charlotte. Celle-ci domine et place son bridging Figure Four. Dana casse la prise et se fait expulser par Bayley. Charlotte utilise alors le Natural Selection pour l'emporter. Rien de transcendant pour NXT mais largement supérieur aux matchs du roster féminin de Raw.

 

Non mais LOL, elle utilise la prise du Miz. Mais allo quoi !

 

C'est maintenant l'heure de la pause toilettes. Rhyno vs. Baron Corbin. Je pourrais faire semblant d'être objectif et commenter plus en détail mais l'idée de regarder une deuxième fois ce match m'insupporte. C'est un brawl porté par Rhyno, qui montre quand même qu'il a de beaux restes. Corbin emploie pendant le match un total de 0 move, que des coups de poing et de pied. Le finish voit deux moves, une corde à linge et End of Days. Boring. Baron Corbin : aucune évolution, aucune progression, aucun intérêt.

 

Rappel du passage à Raw de Kevin Owens. Owens est interrogé sur sa grande semaine. Il rappelle qu'il a défendu trois fois son titre à Philadelphie, étalé Cena pour avoir osé prendre le crédit pour la blessure de Zayn et montré que le titre de NXT est supérieur au titre US. Et la semaine va bien finir aussi. KO donne un conseil de vétéran (clin d'œil rigolard à la promo de Cena) à Sami : s'il se montre sur le ring, on ne le verra plus jamais. Il finit en faisant un U can't see me. Promo simple mais non seulement je veux voir le main event du soir mais il me tarde aussi de revoir Owens face à Cena et l'humilier à la Brock (oui je rêve).

 

Passons au premier match pour un titre, le match par équipes. SAWFT avec Carmella affronte les champions Blake et Murphy. Première surprise, Enzo arrive à placer des moves au début du match au lieu de se faire dominer directement.

Du coup il frime.

 

 

Je me demande si Enzo n'en a pas plus fait sur ce seul match que sur le reste de sa carrière. Rien d'exceptionnel mais c'est beaucoup pour lui. C'est son point faible et s'il progresse bien in ring, il pourrait avoir une belle carrière vu son charisme hors normes. Cass lui est toujours présenté comme un Juggernaut, au point que les champions reculent devant lui. Les choses rentrent quand même dans l'ordre et Enzo se fait démolir avant que Cass ne vienne faire le ménage. Et là c'est le drame : Big Cass perd son neurone et veut faire leur finish habituel en projetant Enzo sur leur adversaire alors qu'Enzo est KO debout.

 

Alexa Bliss déboule alors et agresse Carmella. Cass vient s'occuper d'elle en abandonnant son ami toujours à moitié inconscient et se prend un superkick pour la peine. Alexa balance Enzo dans le ring pour qu'il mange le tombé sous les huées de la foule. Heel turn confirmé donc pour l'adorable Alexa tandis que Carmella, qui pourtant respire la bitch heel par toutes ses pores, reste face.

 

 

Ils ont des mœurs bizarres dans la division tag team.

 

 

Et là, avant de passer au match pour le titre féminin, faute de goût majeure : la caméra nous montre Eva Marie. Elle a beau être physiquement très belle, je la trouve totalement repoussante, de par son attitude (et les cheveux n'aident pas), au contraire de Becky et Sasha qui sont toutes deux à croquer.

CQFD.

 

 

Le match féminin a droit à une vidéo rappelant son build. Becky Lynch a droit à une nouvelle tenue, un peu stylée steampunk. On voit de suite que les deux jeunes femmes sont hyper motivées. Mais Sasha semble montrer une certaine arrogance au début qui déplaît à Becky. Becky cible un bras de Sasha, pour préparer son armbar qui lui avait permis de la faire taper après la signature du contrat. Après une première tentative d'armbar, on voit le regard incrédule de la championne qui va commencer à prendre le match plus au sérieux.

 

Sasha est vexée et fait étalage de sa roublardise. A son tour elle cible le bras de Becky, pour bien montrer sa supériorité, même sur la spécialité de Becky. Elle la taunte, moque ses maniérismes, trash talke, tente d'humilier son adversaire : bref, elle étale toutes les ficelles du management moderne heel de haut niveau. Alors qu'au début du match, Sasha avait les faveurs du public, elle est maintenant huée et Becky encouragée. Il faut dire que les deux lutteuses montrent une belle technique, se permettant d'innover sur quelques manœuvres, et de la psychologie.

 

Becky résiste courageusement aux tentatives de soumission de Sasha et fait preuve de puissance physique en la soulevant pendant une de ses prises. Mais la révolte est de courte durée et Becky est punie de deux double genoux dans le coin. Elle repart à l'assaut en profitant des phases de taunt de la championne qui a du mal à rester totalement concentrée pour achever son adversaire. De nouveau le bras est ciblé, avec une tentative d'armbar avec les pieds. Becky parvient finalement à placer son armbar mais trop près des cordes.

 

Sasha expulse fourbement Becky du ring et plonge sur elle mais est difficilement rattrapée (c'est d'ailleurs la seule vraie faute technique du match). Heureusement, Becky rattrape le coup aussitôt en se relevant avec la championne dans les bras pour la jeter sur les escaliers. Becky renvoie la championne dans le ring et monte difficilement sur les cordes, prouvant sa fatigue et montrant la douleur au bras ciblé. Sasha profite de cette faiblesse pour l'attaquer et renverser la situation en Bank Statement.

 

Becky est en larmes, sous les ovations de la foule. Match fabuleux, MOTN et sans aucun doute le meilleur match féminin de l'année, voire plus. J'oserai même dire que ce match devrait être classé avec les meilleurs matchs masculins. VKM n'a pas dû comprendre ce qu'il se passait là. Suite à ce match, il a reçu des tweets de critique sur sa gestion des divas (Gail Kim par exemple). Il se dit d'ailleurs que HHH et Steph essaient de changer la gestion des divas mais que Vince refuse obstinément.

On a envie de la prendre dans ses bras, pour la consoler hein.

 

 

Il ne reste que le main event, Owens/Zayn 2 pour le titre. Owens arrive avec un T shirt de Cena : the champ is here.

En même temps c'est pas faux.

Owens sort du ring dès le début du match comme d'habitude mais Zayn le suit aussitôt et l'attaque férocement. Owens est surpris de la violence de l'assaut de son ex-ami, même s'il profite de la moindre occasion pour placer une attaque vicieuse. Une bonne partie du match se déroule hors du ring, voire dans la foule, au point que l'arbitre aurait pu (dû) déclarer un double count out. Owens tente une powerbomb sur le béton à l'extérieur mais Zayn arrive à se raccrocher à la rembarde.

 

De retour dans le ring, Zayn domine et aligne ses meilleures attaques. Il esquive un cannonball d'Owens et place son exploder suplex pour préparer le Helluva kick. Mais les deux adversaires se connaissent trop bien et Owens roule hors du ring pour éviter la défaite. Sami le suit, lui place une souplesse hors du ring et se prépare pour un Helluva Kick mais Owens l'attrape et place sa power bomb contre le bord du ring. Sami Zayn s'effondre aussitôt.

 

Les officiels viennent vérifier l'état de Sami mais le match n'est pas arrêté et Owens continue donc logiquement à l'agresser, sous les chants de let them fight. Il amène Zayn toujours inconscient dans le ring pour l'achever mais le GM Regal arrive pour l'empêcher de placer sa power bomb. Mais Owens a juré d'en finir avec Zayn et il revient à l'assaut, forçant Regal à intervenir physiquement.

Regal enseigne ses techniques secrètes de heel à Owens.

 

 

Owens l'allonge d'un violent coup de boule, puis va chercher une chaise et son titre, menace les officiels qui reculent et se prépare à démolir Zayn. Quand retentit une musique inconnue et arrive un individu patibulaire et à l'air mécontent.

Ils m'ont nourri avec un yaourt par jour depuis trois mois. Tu parles que je suis pas content.

 

 

Je connais ce regard, ils m'ont fait le même coup à mon arrivée. Mais c'est qu'il va me mordre ce psycho.

 

 

Owens et Samoa Joe, qui a donc gardé son nom, se font face mais Owens a déjà répété plusieurs fois qu'il ne se battait pas pour le plaisir et il s'en va donc sans affronter son vis-à-vis. Il sait de toute façon que Zayn ne reviendra pas de sitôt et a donc atteint son objectif.

 

Unstoppable se termine donc par la victoire d'Owens, la blessure de Zayn et l'arrivée de Samoa Joe. Joe s'est de toute évidence bien préparé car il a perdu beaucoup de poids par rapport à la TNA. On aura donc sans doute un affrontement de deux lutteurs brutaux et acharnés, mais en même temps il y a un n°1 contender qui ne va pas se laisser écarter. Les prochains weekly sont donc importants pour voir ce qu'il va se passer. Owens est le Rollins de NXT : tout le monde veut sa peau, que ce soit Balor, Zayn, Joe, Regal, Cena.

 

En attendant, voici une preview de l'affrontement entre Owens et Samoa Joe, et à bientôt pour d'autres génialissimes live shows de NXT.

– Unstoppable, bitch.

– Yeah, right.

.

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut