Catch

Fantasy booking : WrestleMania 32

On croit que les rêves, c’est fait pour être réalisé. C’est ça le problème des rêves : c’est fait pour être rêvé.

Coluche

 

Wrestlemania 31 a eu lieu il y a presque deux mois, un temps relativement long dans l’océan en activité permanente qu’est la WWE, et appartient désormais au passé et à l’Histoire. Or, dans le monde du catch, même si l’on aime sortir les vieilles gloires et se rappeler leur grandeur afin d’augmenter un peu le merchandising, on se tourne en premier lieu vers l’avenir. Et l’avenir, sous l’empire McMahon, s’appelle toujours Wrestlemania. Mais la prochaine édition du show des shows dépasse toutes les habitudes. Pour le 32ème numéro du plus grand spectacle mondial de divertissement sportif, la fédération veut battre tous les records. Le slogan de cette future nuit localisée à Arlington, Texas, est plus qu’éloquent : « Everything is bigger in Texas ». Profitant d’une arène à la contenance exceptionnelle, les patrons de Stamford rêvent de dépasser enfin le mythique record des 93 173 personnes venues assister à Wrestlemania III. Mais on n’attire pas les mouches avec du vinaigre, ni les fans de catch avec une affiche Rosa Mendes Vs Fandango. Pour un événement exceptionnel, il faudra un plateau hors du commun. Par chance pour papy Vince, j’ai déjà ma petite idée que je me permets gracieusement de proposer.

Bigger than that ? Challenge accepted.

 

 

MON WRESTLEMANIA XXXII

 

Pre-Show

TagTeam Championship Match : The Usos (c) Vs The Ascension Vs Lucha Dragons Vs Barrett & Neville

 

Contexte : C’est désormais presque un classique depuis l’arrivée du Network et la transformation des officieux « dark matchs » en joyeux « pré-shows », Wrestlemania s’ouvre sur une guerre à quatre équipes pour le compte des ceintures de cuivre. Encore cette année, l’affiche est belle. Revenus aux affaires après la fin de la blessure de Jey, les jumeaux Uso ont récupéré le trophée des mains du New Day à l’automne, provoquant l’éclatement du groupe de clappeurs. Face à eux se dresse l’hyper populaire équipe mexicaine des Lucha Dragons, et les effrayants compères de l’Ascension, enfin devenus dangereux après avoir détruit plusieurs associations sur leur chemin. Les Prime Time Players et les Matadores en ont fait les frais. Plus étonnante, la nouvelle alliance anglaise entre Wade Barrett et Neville mélange force physique, intelligence de ring et vitesse, qui leur a offert cette place.

 

Pronostic : Le match, rythmé et spectaculaire, mettra directement le public de l’Arena dans l’ambiance. Après une dizaine de minutes de haute volée, les luchadores placent un tombé victorieux à la suite d’une manœuvre collective. Premier titre pour Kalisto et Sin Cara, et plus de 90 000 fans scandent « Lucha ! Lucha ! » dans un stade déjà bien chaud.

Ca c'était juste la répétition.

 

Triple Threat Match : Big Show vs Kane vs Mark Henry

 

Contexte : Voilà un match idéal pour lancer la nuit de tous les superlatifs. L’histoire de cet affrontement commence au Royal Rumble, lorsque les trois monstres physiques s’auto-éliminent dans un brouillamini de bras et de jambes. Dans les semaines suivantes, le Big Show s’en est verbalement pris aux deux autres, les accusant d’avoir toujours jalousé le meilleur géant de l’histoire du catch. Kane et Mark Henry relèvent le défi et proposent cet affrontement censé désigner le plus grand des grands.

 

Pronostic : Un match loin d’être rapide, mais intense et lourd de symboles. La présence des trois géants, qui ont rarement partagé un ring dans l’histoire, permet d’alterner les duels et de proposer quelques spectaculaires prises, notamment lorsque Kane porte un Chokeslam à un Mark Henry debout derrière les cordes, qui retombe lourdement à l’extérieur du ring, ou lorsque le Big Show porte une souplesse au Big Red Monster. Finalement, Mark Henry soulève le plus large athlète du monde et porte un World Strongest Slam qui lui donne la victoire. Sous les acclamations d’une foule totalement conquise à la cause du Texan, l’ancien haltérophile prend le micro pour annoncer très ému qu’il n’avait jamais vécu plus fort moment à la WWE, et qu’il en profitait pour prendre sa retraite. Les applaudissements laissent alors place à une véritable ovation de remerciement.

Ma retraite, oui bon mais pour de vrai ce coup-ci. Ha pis merde hein, Aznavour aussi il l’a annoncée vingt fois !

 

 

Main Show

 

 

Andre The Giant Memorial Battle Royal

 

Contexte : Une petite tradition aussi que cette grande bagarre à trente initiée par l’ami Hogan lors de la trentième édition. Cette année, la WWE innove en promettant au vainqueur un match pour une des deux ceintures intermédiaires. L’enjeu est donc important et de nombreux catcheurs se positionnent pour participer à la bataille hommage à notre géant national. C’est la première fois où l’affiche est vraiment alléchante : Rusev, Sheamus, Ryback, Bray Wyatt, Kofi Kingston, Luke Harper, Dolph Ziggler, The Miz comptent parmi les favoris et se livrent une âpre guerre.

 

Pronostic : Au final, c’est le nouveau visage du mal, le patibulaire Kevin Owens, qui l’emporte en éliminant le Show Off. Il marque ainsi définitivement son entrée dans le grand bain du catch après quelques mois passés à naviguer entre NXT et roster principal.

 

 

Et visiblement, il choisira l’Intercontinental. Celui-là, il a pas l’air de l’aimer.

Intercontinental Championship : Randy Orton (c) vs Cesaro

 

Contexte : Ecarté de la course au titre principal, Orton se cherche cet hiver un nouveau défi.  Il se tourne vers la ceinture vintage qu’il n’a pas possédée depuis plus de douze ans et qu'il gagne des mains de Sheamus. Quant au Suisse, suite à sa séparation d’avec Tyson Kidd qui lui a donné une sympathique rivalité, il a enfin gagné l’exposition qu’il mérite. Il s'associe un temps avec Ziggler avant de feuder contre Neville et Barrett. Entre les deux dégarnis, la vicieuse Vipère et l’imperturbable Helvète, la rivalité est de très haute intensité.

 

Pronostic : Décidément, Randy régale lors du show des shows. Après avoir été énorme contre Rollins en 2015, il est magnifique en 2016 et répond du tac au tac au talent brut de Cesaro qui explose enfin comme l’un des meilleurs catcheurs de la décennie. Après plus de vingt minutes dantesques, le Suisse remporte un exceptionnel trophée de prestige. Le Legend Killer se relève et serre la main de son adversaire du jour, hommage plus que mérité à un futur très grand.

Randy Orton, cet homme capable de garder la jambe tendue lorsqu’il est inconscient.

USA Championship : Daniel Bryan (c) vs John Cena arbitré par Hulk Hogan

 

Contexte : Son cou fragile a coûté le titre Intercontinental à Daniel Bryan en 2015. Mais à peine remis, l’American Dragon est vite revenu au meilleur niveau et après avoir rapidement expédié le Miz qui souhaitait en faire son nouvel assistant, il a ferraillé contre Neville pour récupérer le titre US.

 

La guerre fut alors déclarée avec John Cena. Le Marine, qui a porté longuement le titre américain, traite Bryan de faible de ne pas oser relancer un challenge hebdomadaire. Il souhaite laver son honneur et obtenir une revanche du fameux match de Summerslam 2014. L’affrontement est programmé, et c’est aussi clairement une guerre de l’image que se livrent le père du Yes movement et le leader de la Cenation, sous l'arbitrage de l'immortel Hogan.

 

Pronostic : Encore un match somptueux dans ce Wrestlemania de folie. Les deux lutteurs ne se privent pas pour sortir tout leur panel de prises. Daniel Bryan ouvre son côté obscur, n’hésitant pas à enchaîner les coups tordus et les bassesses, qu’il alterne avec de spectaculaires prises. Le Marine résiste longtemps. Jusqu’à un Yes Lock prolongé et amplifié qui lui brise le bras. Cena est contraint à l’abandon.

 

Solution de secours : John Cena vs Sami Zayn arbitré par Daniel Bryan, si ce dernier n’est pas remis de ses blessures.

Ce coup-ci au moins on espère qu’il n’a pas fait des saloperies avec la chiropraticienne pendant sa convalescence.

Hollywood Fight : The Rock vs Batista

 

Contexte : Depuis Wrestlemania 31, l’enfant chéri de Fast & Furious provoque l’autorité de la WWE. Le summum intervient à Summerslam, lors du combat entre Ronda Rousey et Stephanie McMahon, où le Caillou débarque pour humilier Triple H. Par la suite, le Game semble vouloir personnellement régler son compte à ce provocateur. Mais au lendemain du Royal Rumble, la nouvelle tombe : Triple H a finalement décidé de se faire représenter par quelqu’un qui, bientôt, aura pris la place du Rock au sommet d’Hollywood. Batista fait un retour inattendu dans les rangs de l’autorité et donne quelques combats dans les semaines qui suivent pour prouver qu’il a gardé le niveau. Dwayne, lui, se réserve pour le jour J. Ce soir-là, la foule est en délire à l’idée de voir cette vraie bagarre entre les deux montagnes de muscles, bagarre qui garantit à la WWE une exposition planétaire et fait exploser la twittosphère.

 

Pronostic : Les entrées respectives de l'Animal accompagné par toute l'Autorité et du Rock survolté suffisent à lancer l'ambiance. Sportivement parlant, ce n’est pas le meilleur match de la nuit. Si Batista est à son niveau du printemps 2014-époque Evolution, Rocky souffre un peu sur le ring. Mais l’électricité est telle que la foule passe un bon moment. Surtout, elle explose de joie quand, alors que Triple H aux abords du ring tente de déconcentrer Dwayne, un bruit de vitre brisée annonce l’arrivée de Stone Cold Steve Austin, qui place au COO un superbe Stunner. Cela ne suffit pourtant pas et c’est Batista qui, suite à une spectaculaire Bomb, remporte le combat des stars du cinéma sous les huées de la foule.

Deal with it, bande de chèvres.

Divas Championship : Natalya (c) vs Paige vs Sasha Banks vs Charlotte

 

Contexte : Il fallait un beau match féminin pour cette exceptionnelle édition de Wrestlemania. Depuis près d’un an, les scénaristes de la WWE ont enfin répondu aux attentes du public en donnant une chance aux femmes. La talentueuse Natalya défend son bien qu’elle a pris des douces mains de Paige qui elle-même l’avait pris à Naomi. Charlotte et Sasha Banks, récemment montées dans le show principal, méritent leur place pour un fight très attendu par les experts.

 

Pronostic : La bagarre féminine comble les fans les plus exigeants. Pas de pause pipi cette année pour le public de WrestleMania. Souplesses, coups de genoux et d’avant-bras, prises de soumission, tout y est. Natalya fait virevolter Sasha Banks en la jetant hors du ring, Charlotte et Paige se rendent coup pour coup, le match dure une quinzaine de minutes. La championne semble souvent proche de garder son bien, Sasha fait très grosse impression, mais finalement Miss Hell in Boots gagne de main de maître un quatrième et historique titre. Lorsqu’elle récupère le trophée, surgissent au sommet du Titantron une impressionnante réunion : Lita, Trish Stratus, Beth Phoenix, Maria et Michelle McCool applaudissent Paige, définitivement dans la cour des grandes.

De toute façon je ne pouvais pas proposer un show « de rêve » sans y mettre Paige, vous me connaissez.

Mixed TagTeam Match : Ronda Rousey & Brock Lesnar vs CM Punk & AJ Lee

 

Contexte : Oh, là, là, OMG, Damn, Awesome, Unbelievable ! S’il fallait une seule affiche pour exprimer la folie qui règne dans ce Wrestlemania hors du commun, c’est bien celle-ci. Les scénaristes de Stamford ont d'abord songé à insérer Lesnar et Ronda dans les matchs de championnat respectifs, avant de décider d’associer les deux légendes de l’UFC. Mais qui face à eux ? La réponse arrive lors d’un Raw à Chicago, sous un tonnerre de vivats : le couple rebelle mythique, CM Punk et AJ Lee, accepte de revenir sur un ring de catch. Mais pour un soir seulement. Et pour prouver qu’ils sont les meilleurs. Triple H et Steph essuient les humiliations physiques et verbales des mariés tout au long de la Road, mais ravalent leur dignité pour signer le contrat du match dont tout le monde rêve.

 

Pronostic : Pas placé en fin de soirée, mais clairement le match le plus attendu par toute la foule. CM Punk ouvre par une délicieuse séquence au micro mêlant scenario et réalité, puis régale encore le monde du catch, laissant regretter que ce soir soit le dernier. Bien reposé, entrainé et motivé, le Chicago Saint est en feu. Brock est toujours un monstre impressionnant, et survit aux multiples coups de genou qui lui martèlent la face. Ce fight laisse aussi l’image incroyable d’une Ronda catchant contre le Straithedge pendant quelques instants. Impossible de prévoir l’issue finale de ce combat dantesque, mais il restera dans les mémoires.

 

Oui quand même, je vais pas faire équipe avec ce gros benêt alors que le mec le plus badass du monde est dans cette fédération !

The Undertaker vs Sting

 

Contexte : La légende de l’Undertaker aurait dû s’arrêter le soir de la fin de sa streak, c’est un fait sur lequel nous sommes quasiment unanimes aux Cahiers du Catch. Cela dit, le dernier match du Dead Man contre Bray Wyatt a déçu tout le monde et n’a rien apporté à l’aura du plus légendaire personnage de la WWE. Il était hors de question que cet affrontement raté marque la fin de la carrière marathon de celui qui a bercé notre enfance catchesque. Stamford l’a bien compris, et pour relever l’image de son dernier Outlaw, il lui fallait une vraie belle rivalité. Le clash entre le Fossoyeur et le Corbeau était inévitable et logique. Fort de deux nouveaux affrontements en 2015 à Summerslam et Survivor Series où il mène son équipe à la victoire, le Stinger souhaite enfin briller sur la plus grande scène du monde. L’affiche est évidente, elle se devait d’avoir lieu.

 

Pronostic : Les deux créatures de la nuit plantent l’ambiance dès leurs entrées respectives. Les icônes donnent le meilleur de leur capacité, ce qui reste limité puisque nous flirtons avec les cent ans combinés sur le ring. Mais l’enjeu, l’ambiance, le rythme lent qui monte en puissance, font de ce match un moment d’émotion. Au vrai, Sting est bien inférieur au géant des enfers. Au bout de deux Tombstones, l’Undertaker l’emporte. Comme aux plus belles heures, la brume gagne le ring, et le Dead Man disparait dans une volée d’éclairs. Définitivement.

 

There ain't no grave
Can hold my body down

 

WWE World Heavyweight Championship : Seth Rollins (c) vs Roman Reigns vs Dean Ambrose

 

Contexte : Enfin nous y sommes ! Les légendes du passé et du présent se sont succédé sur le ring du plus grand Wrestlemania de tous les temps. Mais le choix final du main event est un signe fort de la part de la WWE : l’avenir est aux commandes. Même si c’est bien le passé qui réunit ces trois hommes. Dans vingt ans on parlera encore de la glorieuse ère du Shield. La force, la folie et l’intelligence réunie sous une même bannière. C’est logiquement l’intelligence qui avait fini par dominer les autres. Ce triple affrontement ne doit rien au hasard. Tout se joue en janvier, lorsque Dean Ambrose remporte le Royal Rumble et que le lendemain, Seth Rollins devient le premier catcheur à gagner le titre WWE World Heavyweight lors d’un Raw et entame ainsi son second règne. Roman Reigns s’insère dans l’histoire et gagne sa place pour un Triple Threat qui fait fantasmer les suiveurs depuis des années.

 

Pronostic : Cela fait trois ans que le vainqueur du Rumble échoue à concrétiser l’opportunité lors du show des shows. Cette année est bien le moment de briser la série. Certes, Rollins est un génie du ring doublé d’un stratège hors pair. Certes, Roman Reigns est une force brute impressionnante. Mais la folie est à l’honneur lors de cette nuit légendaire. Après trente minutes d’un fantastique combat, Dean Ambrose remporte le trophée suprême.

 

Il remplacera ensuite son thème musical par YMCA.

 

 

Et ensuite ?

Quelle affiche, quel programme que ce WrestleMania 32 non ? Il y a trop de talents à la WWE pour offrir à tous une place satisfaisante en une seule nuit, fut-elle aussi longue que celle ci. Certains regretteront la faible exposition de Ziggler, d’autres critiqueront la nette omniprésence des blockbusters qui volent un peu la vedette aux purs techniciens… Il n’empêche que la WWE réussit le pari de réunir ses plus grandes stars et de donner un show de grande qualité. L’adoubement de Cesaro ou des Lucha Dragons prend date pour l’avenir. La suite ne peut être que prometteuse. Un champion du monde complètement instable peut laisser présager des rivalités de folie. Autour des titres secondaires graviteront des purs talents comme Kevin Owens et Cesaro, partis pour une feud mythique. Sasha Banks et Paige croiseront le fer tandis que les Sheamus, Wyatt ou Rusev auront à cœur d’obtenir un trophée. Peut-être bien que le Rock voudra enfin se frotter à Triple H pour WrestleMania 33, que Balor ou Zayn intégreront le show principal pour rafraichir le roster ou que CM Punk, rêvons un peu, décidera de rester quelque temps de plus. Après un tel show, l’avenir est forcément souriant.

 

 

Et un sourire, c’est toujours beau.

16 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut