Catch

Samoa Joe is gonna kill you : Deuxième partie

Awaken, awaken, awaken, awaken,
Take the land, that must be taken.
Awaken, awaken, awaken, awaken,
Devour worlds, smite forsaken

Dethklok, Awaken

Où l'on reprendra la carrière de Samoa Joe au moment de son départ pour la Floride, l'on contera sa rivalité épique avec un champion olympique, l'on tirera à boulets rouges sur les ambulances en évoquant son booking à la TNA avant de reprendre espoir avec son arrivée à Nxt.

 

 

Tremblez, alligators !

 

Aperçu de la carrière de Samoa Joe du côté d'Orlando

Suite de la carrière de Samoa Joe. Cette fois-ci nous évoquerons sa carrière à la TNA. Pour celles et ceux qui auraient raté la première partie voici le lien:

=>Première Partie<=

Faire un impact et toute cette sorte de chose

 

La même année que son match contre Kobashi, Joe annonça qu'il ne catcherait plus à plein temps pour la ROH. Et au moins de juin, la TNA annonça la signature de l'imposant samoan. Il fit ses débuts à Slammiversary contre Sonjay Dutt.

 

Il continua de catcher épisodiquement pour la ROH et d'autres fédérations indépendantes jusqu'en 2008 avant un bref retour cette année où il perdit notamment un match de championnat contre Jay Briscoe à Supercard of Honor le 27 mars.

 

Lors de son arrivée, la TNA le présenta comme un monstre invincible, une machine à soumission. C'est Mike Tenay, commentateur à la TNA, qui l'affubla du surnom de « Samoan Submission Machine ». Puis vint le chant « Joe's gonna kill you ».

 

 

Avec Samoa Joe, on prend toujours son pied.

 

 

À l'origine ce chant ne concerne pas le Samoan mais remonterait à l'époque où Tazz œuvrait à l'ECW. Joe se le vit attribuer au cours d'un match de l'Independent Wrestling Association Mid-South face au Necro Butcher en janvier 2006. Joe se déchaîna et massacra son adversaire, qui est pourtant loin d'être un peintre question violence. Impressionné, le public ne put que rendre hommage au Samoan.

 

Par la suite il fut de plus en plus utilisé à mesure que Joe terrassait ses adversaires à la TNA alors que la fédération avait besoin de nouvelles stars pour s'affirmer. Impact wrestling existait seulement depuis un an lorsque Joe fit son apparition. La fédération d'Orlando le construisit donc comme un catcheur déterminé à écraser ses adversaires et qui représente une menace importante sur le roster. Le but était de capitaliser sur cette image de monstre invincible déjà construite à la ROH.

 

 

Ne vous inquiétez pas pour le visage de Necro Butcher. C'est son teint naturel.

 

 

Joe resta ainsi invaincu pendant un an et demi, de juin 2005 à novembre 2006. Au cours de cette période, il remporta la Super X Cup et le titre de la X-Division. Néanmoins, malgré sa domination il dut s'y reprendre à deux reprises pour gagner la ceinture, et c'est là qu'on entre dans les subtilités du monde du catch qui peuvent justifier qu'une streak dure toujours même si on n'a pas gagné le match ou fait match nul.

 

Voici les faits.

 

Suite à sa victoire dans la Super X Cup, Samoa Joe obtint un title shot pour le titre X-Division alors détenu par Christopher Daniels, ce même Daniels qui avait permis à Joe de participer au tournoi. Cependant Joe avait gagné en finale du tournoi face à AJ Styles grâce au Fallen Angel (Daniels pour les deux du fond).

 

Évidemment le Phenomenal One (Styles pour les deux à côté des deux du fond) voulut se venger et attaqua violemment le divin chauve. Ce dernier se plaignit auprès de Larry Zbyszko, alors membre du comité de la NWA avec qui la TNA était associée à l'époque (les titres de la TNA portaient la mention NWA et le titre principal était celui de la NWA) et lui demanda de suspendre Styles, mais le bon Larry préféra l'intégrer au match.

 

Ceci mena au fameux affrontement d'Unbreakable le 11 septembre 2005 qui est encore à ce jour le seul match cinq étoiles de la TNA. Samoa Joe ne gagna pas mais il conserva sa streak car AJ Styles fit le tombé sur Daniels. Joe restait donc invaincu puisque le compte de trois ne s'était pas fait sur son auguste bedaine.

 

 

Hors de mon chemin marauds !

 

 

Cette déconvenue n'empêcha pas le Samoan de conquérir enfin le titre quelques mois plus tard, à Turning Point, le 11 décembre. Toutefois il ne conserva son bien que pendant quatre mois. Il perdit la ceinture à Destination-X le 12 mars 2006 mais resta invaincu puisque la TNA avait une nouvelle fois utilisé une stipulation permettant de ne pas gagner un match sans le perdre pour autant.

 

Ici il s'agissait d'un Ultimate-X où le but est de monter sur des câbles afin de décrocher la ceinture suspendue au-dessus du ring. Joe fit une nouvelle fois face à Daniels et Styles mais cette fois-ci c'est le Fallen Angel qui l'emporta.

 

L'invincibilité de Samoa Joe perdura jusqu'au mois de novembre de l'année 2006. Cette période est cruciale dans sa carrière puisqu'elle l'installa à la TNA et lui permit de montrer son talent aussi bien sur le ring qu'au micro.

 

C'était une valeur montante de la fédération mais il lui restait encore une étape à franchir pour asseoir sa badassitude et sa notoriété.

 

 

Et depuis que le Taker a abandonné la gimmick de l'American badass, il y a un créneau à prendre.

 

 

The Wrestling Machine vs The Samoan Submission Machine

 

En septembre 2006 Dixie Carter annonça la signature d'une immense star : Kurt Angle. L'ancien champion olympique venait de quitter la WWE suite à des problèmes d'addiction provoqués par des blessures récurrentes notamment au cou.

 

C'est un peu curieux que de voir un catcheur marqué par les blessures signer dans une fédération qui se préoccupe si peu de la santé de ses employés (Daffney, si tu nous regardes, on pense à toi). Mais le bon vieux Kurt souhaitait disposer d'un planning allégé, ce que pouvait lui offrir la TNA (shows weeklys enregistrés, moins de house show, etc.).

 

Kurt Angle fit ses début à Impact le 19 octobre 2006 et fut à l'origine d'un épisode célèbre intitulé The Head-Butt. Le coquin samoan avait chapardé la ceinture NWA, alors défendue à la TNA, des mains de Jeff Jarrett après leur match ayant eu lieu à No Surrender. Joe assura à Jim Cornette, qui était le manager général d'Impact, qu'il accepterait de rendre la ceinture si Jarret ou Sting (qui devait affronter Jarrett pour le titre à Bound For Glory) acceptaient de lui accorder un title-shot après leur match.

 

 

On ne peut pas dire que je sois exigeant, hein ? J'aurais pu réclamer de la thune et un pass pour le parc d'attraction d'Universal mais je me suis abstenu.

 

 

Mais sa tactique tomba à l'eau lorsqu'on lui annonça qu'il avait deux options : soit il rendait la ceinture, soit il pouvait pointer à Pôle-Emploi. Mais le dodu des îles refusa, provoquant l'apparition d'un Kurt Angle un brin chafouin. Les deux hommes se firent face et Angle ne trouva rien de mieux à faire que de mettre un coup de boule au Samoan avant de lui appliquer son Olympic Slam.

 

Évidemment, Joe se releva et frappa son adversaire avec un coup de pied sauté. La bagarre continua entre les deux hommes malgré l’intervention de la sécurité qui tenta vainement de les séparer. En parallèle, Jeff Jarrett profita de la confusion pour venir récupérer son bien.

 

Ces événements menèrent au match de Genesis le 19 novembre qui vit la victoire d'Angle par soumission et la fin de la streak du Samoan. Mais les hostilités ne faisaient que commencer. En effet Joe prit sa revanche un mois plus tard à Turning Point avant de perdre une nouvelle fois à Final Resolution, le 14 janvier 2007, dans un Iron man match de tente minutes.

 

La feud continua tout au long de l'année 2007. Kurt Angle remporta le TNA World Heavyweight Championship (suite à une mésentente entre la NWA et la TNA, la NWA reprit ses ceintures et la fédération d'Orlando créa ses propres titres : le championnat du monde poids lourd et le titre par équipe. Le titre X-Division, qui était déjà une création de la TNA, ne changea pas) à Slammiversary le 17 juin lors du King of the Mountain match (une stipulation assez sympathique où il faut mettre un adversaire dans une cage pour avoir le droit d'aller attacher la ceinture sur un crochet au-dessus du ring).

 

 

Surtout ne pas se retourner. Si je ne le vois pas, il ne me voit pas.

 

 

De son côté, Joe remporta une nouvelle fois le titre X-Division le 12 juillet à Impact, ce qui lui permit de participer à un match à Victory Road où toutes les ceintures (WHC, X-Division et Tag Team) étaient en jeu.

 

Ce match était un match par équipe entre Kurt Angle et Samoa Joe d'un côté et les champions par équipes de la Team 3D Brother Ray et Brother Devon (je ne vous ferai pas l’injure de rappeler la carrière de ces deux margoulins). La personne qui ferait le tombé gagnerait la ceinture de l'autre.

 

Joe fit le tombé sur Ray après que celui-ci eut reçu un Olympic Slam d'Angle. L'ancien champion olympique et son coéquipier d'un soir devinrent donc les nouveaux champions par équipe.  Mais le Polynésien fit preuve de perfidie puisqu'il se déclara unique champion (par équipe, donc, ce qui est assez cocasse).

 

À l'issue de Victory Road, tous les titres de la TNA étaient aux mains de deux hommes. Ajoutez à cela la version de la Inoki Genome Federation du IGWP Heavyweight détenu par Angle depuis le mois de juin et vous constaterez que ça commence à faire beaucoup de ceintures.

 

 

N'est-ce pas ?

 

 

Et la situation ne s'améliora pas puisqu'Angle conquit les ceintures de Joe un mois plus tard à Hard Justice dans un match où tous les titres étaient en jeux. L'ancien champion olympique l'emporta grâce à une intervention de celle qui était alors sa femme, la ravissante Karen.

 

Pour se consoler, Samoa Joe mit fin à l'invincibilité de Christian à Bound For Glory en le faisant taper avec la Coquina Clutch. Mais il échoua face à ce même Christian ainsi qu'AJ Styles et Sting dans un match à quatre pour déterminer le nouveau partenaire d'Angle (oui car c'est bien gentil un mec champion tag team en solo mais à un moment il faut savoir partager). C'est le peinturluré qui l'emporta.

 

Mettre Joe en rivalité avec Angle avait un sens. Les deux étaient de solides techniciens, n'avaient pas froid aux yeux, étaient respectueux du business et savaient communiquer leur passion du catch au public. Le but était donc de faire une sorte de passage de témoin.

 

 

Je n'aurais pas oublié d'éteindre le four en partant, moi ?

 

 

Et la storyline qui allait mener à la création de la Main Event Mafia (MEM) et les événements qui en découlèrent allèrent dans ce sens. Le but était de faire de Samoa Joe, AJ Styles, Desmond Wolfe (même s'il arriva juste après la fin de la MEM) et dans une moindre mesure Eric Young (avant qu'il ne devienne un bûcheron crétin, il était quand même le leader de la World Elite qui se joua de Kevin Nash) les grandes stars de la fédération.

 

Nous ne reviendrons pas sur la MEM puisqu'elle a déjà été superbement évoquée dans un dossier rédigé par un excellent auteur maniant le participe passé avec grâce et candeur.

 

Cependant il faut retenir quelques éléments concernant le sujet du jour. Et gardez bien à l'esprit que les événements qui vont suivre vont de la fin 2007 à la fin 2009. C'est très important car ça vous permettra de mettre en perspective l'année 2010.

 

 

Mais pourquoi dire cela ? Il ne s'est rien passé en 2010. Absolument rien.

 

 

We are the Nation of Violence

 

Au cours de la période qui va suivre, le personnage de Samoa Joe va encore plus tomber dans la violence. Il était déjà vendu comme quelqu'un qu'il ne fallait pas chercher puisqu'il était samoan, donc gros, donc bourrin. Mais son personnage devint de plus en plus énervé et fut habité par une rage non contrôlée qui allait grandissant. Il ne se contenta pas de cogner car il utilisa également la violence verbale comme l'apprirent Kevin Nash et Scott Hall à leur dépens.

 

Alors que Samoa Joe était censé faire équipe avec les anciens fossoyeurs de la WCW face à la Angle Alliance (composée de Kurt Angle, AJ Styles et Tomko) à Turning Point le 2 décembre 2007, l'ex Razor Ramon gratifia l'assemblée de sa spéciale : le no-show. Un brin excédé, Joe s'empara alors du micro et cracha son dégoût pendant cinq bonnes minutes, qualifiant Hall de « Phantom of the Impact Zone » et s'en prenant aux anciens irresponsables, irrespectueux et qui ne venaient à là TNA que pour l'argent.

 

 

T'entends Kevin ? T'es vieux, usé et fatigué. 

 

 

Joe continua sur sa lancée et affirma que le vestiaire était rempli de jeunes qui mouraient d'envie de prouver leur valeur. Puisque Scott Hall faisait défaut, le Samoan était allé voir chacun de ces jeunes catcheurs en leur demandant s'ils étaient prêt à relever le défi. Et parmi eux, Eric Young sut convaincre Joe de faire appel à lui. Le Canadien en profita pour faire ses débuts en main event de ppv. On était alors loin de l'image du gentil bûcheron un brin limité intellectuellement qui fut la sienne par la suite.

 

Cet événement causa des sueurs froides à Nash et Dixie Carter. Big Sexy n'avait bien évidemment pas apprécié du tout qu'on s'en prenne ainsi à son ami, son énervement est d'ailleurs perceptible sur les images, et il alla dire sa façon de penser à l'impertinent après le match dans les coulisses. Par la suite Joe s'excusa au cours d'une réunion mais continua sur sa lancée dans le cadre des shows télévisés.

 

Encore une fois, gardez en tête que nous sommes fin 2007. Et déjà les catcheurs cadres de la fédération se plaignent du traitement de faveurs que reçoivent certaines vieilles gloires. La TNA n'a pas attendu l'arrivée d'Hogan et Bischoff pour faire des erreurs de casting et de gestion.

 

 

We are the old.

 

 

Quelques mois plus tard, Joe conquit enfin le titre suprême face à Kurt Angle à Lockdown le 13 avril 2008. Ce match fut très important pour lui car sa carrière était en jeu. Sa famille fut même interviewée pendant le show et il eut droit à une entrée spéciale avec une danse du feu parfaitement exécutée par deux bonshommes.

 

Ces conditions donnaient une atmosphère particulière à cet affrontement. La tension était palpable, surtout si on prend en compte le fait que tous les matchs à Lockdown se déroulent dans une cage. Kurt Angle annonça la couleur en révélant qu'il avait besoin de gagner pour enfin mettre un terme à la carrière de son rival.

 

Ce combat fut mis sous le signe du MMA. La ceinture fut présentée par Marcus Davis, qui combattait alors à l'UFC. L'ancien champion olympique avait revêtu une tenue similaire aux pensionnaires de l'octogone : il portait un bermuda et des bandages aux pieds et aux mains. 

 

Les deux hommes échangèrent des coups de pieds et tentèrent de soumettre leur opposant à plusieurs reprises. Joe donna tout pour enfin conquérir le Graal. Il alla même jusqu'à tenter d'écraser les pieds d'Angle qui étaient exposés. Il manqua de faire abandonner Angle avec la Coquina Clutch mais eut plus de chances avec le Muscle Buster. Il obtint enfin la consécration face à un de ses plus redoutables adversaires.

 

Néanmoins il ne conserva la ceinture que six mois, après notamment une feud haute en couleur face à Booker T, jusqu'au mois d'octobre où il perdit face à Sting à Bound For Glory suite à une trahison de Nash. Le doux Kevin était alors le mentor de Joe et justifia sa trahison par l'infâme promo de Turning Point. En guise de lot de consolation, il fut le premier champion en titre à conserver sa ceinture lors du King of the Mountain match qui se déroule à Slammiversary.

 

Suite à ce match, la MEM fut formée et Joe s'allia pendant un temps avec A.J. Styles pour fonder la Frontline, une stable regroupant les jeunes espoirs de la fédération et qui était censée faire face à la domination des anciens. L'échec fut retentissant (pour plus de précisions, allez voir le lien un peu plus haut sur l'histoire de la MEM). Vers la fin de l'année, Joe fut lâchement attaqué par les membres de la MEM et mis sur la touche pendant un mois.

 

À la fin janvier 2009 il apparut dans une vidéo avec une nouvelle coupe de cheveu et un tatouage tribal sur le visage. Le genre de truc qui est ridicule quand on veut faire genre, mais qu’on n'appartient à aucune tribu, mais dans le cas de Joe, ça passe. Il annonça placidement qu'on allait voir le « vrai Joe » et qu'il allait régler des comptes. La Nation of Violence était née.

 

 

Des têtes vont tomber, je vous le garantis !

 

 

On pourrait résumer la Nation of Violence à « Bonjour je viens vous casser la gueule ». Encore qu'il ne disait pas toujours bonjour… Pour simplifier : il attaquait n'importe qui, n'importe où et n'importe comment. En gros il était devenu un berserk (même si le berserk appartient au folklore scandinave et non polynésien, enfin vous avez compris l'idée).

 

Il en fut ainsi pour le pauvre Sheik Abdul Bashir qui subit la violence de Joe qui, malgré la disqualification pour cause de non-respect des règles de bienséance, traîna son adversaire dans les coulisses afin de le torturer. La Rock n' Rave Infection de la douce Christi Hemme fut également passée à tabac parce qu'elle était au mauvais endroit au mauvais moment. Rassurez-vous, Christy n'a rien eu si ce n'est une grosse frayeur. En revanche Lance Hoyt et Jimmy Rave ont dégusté.

 

 

Et honnêtement on comprend pourquoi.

 

 

Et il en fut ainsi pour la plupart des lowcarders. Il se vengea de Kevin Nash et trahit AJ Styles au mois de juin à Slammiversary en aidant Kurt Angle à gagner le titre, menant à l'arrivée de Joe au sein de la MEM. Une situation bizarre mais qui se justifia par le génie d'Angle qui souhaitait se débarrasser une bonne fois pour toute de Frontline.

 

En parallèle il fut révélé que Tazz était derrière le changement de personnalité de Joe. L'ex champion de la ECW, lui aussi amateur de souplesse et autres soumissions, rejoignait la TNA en tant que commentateur à la place de Don West dont la particularité était de commenter les shows en étant bourré (ça n'est pas une blague).

 

 

Un bon vivant ce Don.

 

 

Là encore la filiation entre Joe et Tazz est toute trouvée. Comme avec Angle, les deux catcheurs sont de fins techniciens (le surnom de Tazz c'est quand même The Suplex Machine), sont très populaires auprès du public (qui a repris un chant destiné à la gloire de Tazz pour le compte de Joe). Enfin les deux hommes partagent un goût prononcé pour la violence.

 

Joe devenait par la même occasion le seul TNA Original et catcheur de la nouvelle génération à rejoindre la MEM dont les conditions d'entrées étaient notamment d'avoir été champion du monde (en solo ou par équipe -les Dudleys se virent proposer une place par exemple- peu importe la fédération) et d'aimer l'argent facile. Il y avait aussi une notion de respect des anciens mais elle fut perdue en route avec le départ de Sting.

 

Incorporer Samoa Joe à la MEM c'était donc lui donner un statut particulier. Un peu à l'image d'Orton dans l'Evolution. Et comme Orton il remporta un titre secondaire, en l’occurrence le X-Division, qu'il conserva d'août à octobre (mois qui sonnait la fin de la MEM).

 

Lorsque la storyline autour de la MEM s'achève, la passation de témoin entre les anciens et la nouvelle génération semble actée. Aux côtés d'AJ Styles, Samoa Joe est censé incarner le nouveau visage de la compagnie. En clair, l'année 2010 s'annonçait sous les meilleurs auspices.

 

 

C'était mal connaître la mère Carter.

 

 

Hogan Era et patatras !

 

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur les événements qui ont suivi l'arrivée d'Hogan en janvier 2010. Cette période représente un long chemin de croix aussi bien pour les fans que pour les catcheurs eux-mêmes. On évitera de mettre tout sur le dos déjà bien cabossé du Hulkster (la mère Dixie est quand même allée jusqu'à engager Vince Russo). Mais disons que le pire du pire fut atteint dans la période allant de Bound For Glory (le fameux 10/10/10, une date qui paraît-il n'arrive qu'une fois tous les cents ans) à Victory Road 2011, connu aussi comme The Infamous One (rappelez-vous Jeff Hardy qui débarque complètement défoncé pour défendre son titre mondial contre Sting).

 

Pour Joe, comment cette période s'est-elle traduite ?

 

La réponse est simple. Elle tient en deux mots : un kidnapping.

 

Comment décrire cet épisode resté célèbre ? Eh bien… laissons Samoa Joe décrire lui-même la situation :

 

Je n'ai pas de problème avec Vince Russo. Je lui ai dit quand il est parti, ce qui est arrivé est arrivé. Il a toujours eu un million d'excuses pour justifier sa décision. Mais à la base lorsqu'Hogan et Bischoff sont arrivés en disant : « Hé on a une bonne idée. On va faire ça comme ça tu auras un peu de temps off et on te repackagera. On organise ce kidnapping et tu reviens en tant que psychopathe ». Ça avait l'air cool.

 

Je suis resté assis à la maison pendant trois mois. J'ai eu une des meilleures vacances dans l'histoire des vacances : des vacances offertes. Chaque semaine je les appelais pour savoir où ils en étaient, ce qu'ils comptaient faire. Mais ils me répondaient « on pense toujours à un truc ». Au final Vince Russo, dans sa bêtise infinie, a simplement dit on manque de babyface et donc j'ai eu un appel disant : « Joe, il faut que tu reviennes à la TV ».

 

 

Je suis quelqu'un qui réagit dans l'instant mon bon monsieur. Dès qu'un problème apparaît j'apporte une solution. Et si ça ne vous plaît pas j'ai deux mots pour vous : tant pis !

 

 

Donc je lui ai demandé comment ça allait se passer. Et il m'a répondu qu'il ne savait pas encore mais ils avaient besoin de me ramener. Donc ce gars n'était même pas capable de faire une histoire autour d'un kidnapping. La seule raison pour laquelle j'en parle c'est parce qu'il a eu l'audace de rejeter la faute sur les autres.

 

(…)

 

Ça montre tout le respect qu'il a pour le produit, combien il respecte les fans et c'est révélateur de son style. Il était à la tête des scénaristes tout du long et il a trouvé que cette façon de faire était recevable.

 

Cette anecdote est révélatrice de ce qui se passait alors à la TNA. Personne ne savait dans quelle direction mener le bateau ni ne tenait la barre correctement. La fédération d'Orlando avait réussi à imiter celle d'Atlanta de ce point de vue.

 

 

Mission accomplie brother !

 

 

Elle est également révélatrice de l'utilisation de Joe. Ou plutôt de sa non-utilisation puisqu'il ne participa même pas à la storyline principale autour des Immortals. Une sacrée performance quand on voit le nombre de personnes impliquées. Cela le poussa à se poser des questions sur son utilité au sein de la TNA. Des rumeurs qui l'envoyèrent vers la WWE commencèrent à apparaître, surtout lorsque son contrat arrivait à son terme. Mais la TNA parvint à le retenir.

 

Une fois de retour suite à son kidnapping jamais expliqué, Joe n'eut donc rien de marquant à se mettre sous la dent. Les officiels tentèrent de le mettre en feud face à Crimson pendant l'année 2011. Le grand rouquin était alors invaincu depuis son arrivée. Le but était de faire une confrontation entre l'ancien et le nouveau monstre invincible, mais ce fut un échec, surtout à cause de Crimson, dont le moveset est aussi limité que celui de Goldberg. Et Joe avait beau lui assurer droit dans les yeux « we will do this again » après leur match à Slammiversary (victoire de Crimson) personne n'avait envie de revoir ça.

 

Par la suite il anima la première édition des Bound For Glory Series dans le mauvais sens en massacrant ses adversaires au point de finir avec un score négatif à cause des trop nombreuses disqualifications. Mais il eu un peu plus de chance l'année d'après où il fut éliminé en demi-finale par Jeff Hardy (globalement l'année 2012 fut une bonne période à la TNA).

 

 

Pour sûr que c'était d'la bonne.

 

 

Puis il fut champion tag team avec Magnus (son premier titre depuis le X-Division qu'il avait gagné du temps de la MEM. Soit trois ans après. Pas mal pour un gars censé incarné la génération montante). À la fin de l'année 2012, face à M. Anderson, il remporta le titre TV rendu vacant suite au départ de Devon. Cette victoire lui permit d'obtenir la dernière ceinture qui lui manquait au sein de la TNA. Il devint ainsi le troisième Grand Slam Champion après AJ Styles et Abyss.

 

Par la suite il refonda la MEM avec Kurt Angle et Sting pour faire face aux As and Eights mais eut un rôle mineur dans la storyline. Cela dit c'était pour la bonne cause puisqu'il s'agissait de mettre Magnus over. Enfin il tourna heel, s'allia avec Bobby Lashley, MVP, Low-Ki et Kenny King avec qui il perdit un match face à la Team Angle (Angle, Aries, Gunner et Laslhey qui avait tourné le dos à ses petits camarades entre-temps) à Lockdown le 6 février 2015.

 

Onze jours plus tard Samoa Joe annonçait via Twitter que son contrat avec la TNA était terminé, mettant fin à un run de près de dix ans au sein de la compagnie d'Orlando qui, après le départ d'AJ Styles, perdait un autre membre historique de son roster.

 

 

Il en profita également pour révéler qu'il allait se refaire une petite santé dans la fédération qui l'avait consacré une douzaine d'années plus tôt.

 

 

Parmi les hommages de ses anciens petits camardes, citons Kurt Angle qui souligna le privilège qu'il avait eu de lutter avec lui. Lorsqu'on reçoit ce type de compliment de la part d'une personne de la stature d'Angle, ça montre l'impact qu'on a laissé.

 

Au final Samoa Joe laisse derrière lui une impression de gâchis à cause de ces cinq dernières années à la TNA qui n'a plus su quoi faire de lui. Il a maintenant trente-six ans et encore quelques années de catch  devant lui.

 

Il est donc apparu la semaine dernière à Nxt en tant que Samoa Joe. Il est rassurant de le voir conserver son nom. Triple H a dû insister comme un fou pour éviter que son beau-père ne le renomme Tonga Tom, Fiji Maurice ou Jean-Michel Vanuatu. On se rappelle notamment du mécontentement que le changement de nom de KENTA avait provoqué chez Hunter.

 

 

Et pourquoi ne pas lui filer une gimmick d'alcoolique pendant qu'on y est ?

 

 

Certains pourront trouver que Joe arrive un peu tard à la WWE, surtout s'il doit passer par Nxt. Mais après tout Batista a démarré à trente-trois ans, Alberto del Rio est arrivé à la WWE à trente-deux ans et des quadragénaires officient encore du côté de Stamford. Et puis même s'il ne devait catcher que quatre ou cinq ans, ça serait déjà plus que la plupart des catcheurs (pour info cinq ans c'est la durée du premier passage de Jericho à la WWF ainsi que celui d'Austin).

 

Enfin il faut préciser que le contrat actuel de Joe ne comporte pas de clauses d'exclusivité. Le Samoan a d'ailleurs quelques bookings de prévus sur la scène indépendante pour cet été. Mais la fédération des McMahons compte bien régler ce problème. D'autant que la WWE ne voit pas d'un bon œil l'arrivée de la ROH sur Destination America car cela voudrait dire qu'un de ses catcheurs apparaîtra sur une chaîne câblée dans un show d'une autre fédération.  

 

 

Ça va être légendaire mais on va devoir attendre un petit peu.

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut