Catch

Raw du 15/06 et Smackdown du 18/06: Pas un… mais DEUX monstres à présent!

Some kind of monster

This monster lives.

Metallica, Some kind of monster

 

Cette semaine, un visage doux, amical et familier a effectué un retour (presque) surprise. Et c'est une putain de bonne nouvelle! Miam.

 

 

On parle de moi, c'est ça hein, on parle de moi?

 

 

Nalyse de la semaine du 15 juin

 

 

En guise d'introduction de Raw, nous avons eu droit à la rediffusion de l'hommage rendu à Dusty Rhodes au début de Money in the Bank: pas très pertinent à mon avis de la part de la WWE dans la mesure où l'émotion véritablement sincère et palpable de la veille retombe inévitablement complètement à plat à Raw vingt-quatre heures plus tard. On peut y être sensible soit, mais forcément pas avec la même intensité que dimanche soir.

 

Puis, comme prévu, quelques clips commémoratifs ont été diffusés pour rendre hommage à celui qui incarnait à merveille le fameux rêve américain.

 

Les choses sérieuses débutent avec l'arrivée de Seth Rollins qui n'a évidemment pas le triomphe modeste. En même temps, difficile de ne pas lui reconnaître un véritable talent quand on voit la magnifique prestation qu'il a livrée la veille face à Ambrose. Rollins a beau être puant au possible, on doit également porter à son crédit un incontestable mérite tant il a enduré mille souffrances pour conserver son bien.

 

Le bougre est sacrément à l'aise au micro et prend plaisir à faire enrager le public. La connexion fonctionne à merveille et Seth continue de progresser dans tous les domaines, cet homme est vraiment sidérant… et j'imagine que son ascension est loin d'être terminée.

 

Au vu de la conclusion de Money in the Bank, j'aurais cru la rivalité avec son ancien compère bouclée mais Ambrose est revenu à la charge pour s'en prendre au Chacal – Dean ne lâche rien. A ce stade de l'émission, on peut encore croire que la porte pour accéder au titre suprême n'est pas encore totalement fermée pour le Lunatic Fringe, surtout qu'il glane dans la foulée une victoire face à Sheamus, tout perturbé par le passage de la Vipère venue prolonger les hostilités contre le nouveau Mr MITB. Ce dernier n'aura naturellement pas perdu de temps pour prendre sa petite revanche en venant démolir à son tour Orton alors qu'il faisait face à Kane (il faut dire qu'en légalisant les agissements de Sheamus en transformant son combat en No Holds Barred, le Démon rouge a bien facilité la tâche du Celtic Warrior).

 

Kane récidivera à Smackdown en s'incrustant dans le duel qui se profilait entre le grand rouquin blanc et le chien fou. Et forcément à deux contre un, c'est tout de suite beaucoup plus facile de se débarrasser de son opposant.

 

Alors histoire de rééquilibrer un peu la balance, Dean refera face à ces deux même adversaires un peu plus tard dans la soirée mais cette fois, épaulé par les poings de son pote Roman Reigns. Hélas, il aura suffi d'une bête intervention de Bray Wyatt sur l'écran géant pour faire à nouveau perdre ce pauvre Ambrose – son pote Roman étant bien plus préoccupé par le méchant gourou que par le match dans lequel il était impliqué.

 

 

– Sérieux Kane, je peux intervenir et en plus, c'est légal?

– Fais-toi plaisir mec, défonce-le, c'est moi le taulier ici, je fais ce que je veux avec le règlement. Pas vrai M'sieur l'arbitre?

 

 

Dans la lowcard, le combat des "rois" a encore eu lieu entre Barrett et Truth et c'est encore le pitre qui a empoché la victoire pour la seconde fois d'affilée. Pauvre Wade. Je ne suis pas fan de R-Truth mais je reconnais que le personnage un peu abruti et complètement à côté de la plaque qu'il campe depuis quelques semaines a plutôt tendance à me faire marrer.

 

En remontant d'un énorme cran dans la hiérarchie, Kevin Owens est venu expliquer pourquoi il avait décidé de fracasser en deux la carcasse de Cena après leur serrage de pognes suite à leur monstrueux duel qui restera dans les annales pour un bon moment. Et force est de constater qu'à chaque fois que le père Owens s'empare du micro, il marque des points et semble rallier à sa cause un nombre de fans sans cesse grandissant.

 

Kevin est typiquement le genre de sale type que l'on a inexorablement envie d'encourager tant ses propos sont teintés d'un fond de vérité avérée et surtout, comment rester insensible à de telles prouesses réalisées à l'intérieur du ring devant nos yeux ébahis?

 

D'ailleurs, Ziggler, venu relever le défi lancé par le champion NXT, aura lui aussi fait les frais de la puissance dévastatrice du barbu bedonnant.

 

Cena était ce lundi confiné à l'infirmerie mais la rivalité entre les deux gus est bien évidemment loin d'être finie et le troisième acte que nous attendons tous trouvera sa raison d'être dans les semaines à venir. Si la guerre continue comme elle a commencé depuis maintenant plusieurs semaines, les réjouissances seront à ne surtout pas rater.

 

Du côté du jeudi soir, c'est le très méritant Cesaro qui aura encaissé le réglementaire Pop Up Powerbomb de Owens pour finir par s'incliner. Etait-il vraiment nécessaire de livrer en pâture le formidable Suisse à l'affamé KO? Histoire de rigoler un peu, j'ai par exemple dans l'idée qu'on aurait tout aussi bien pu balancer un Ryder, un Fandango ou un Rose pour calmer le Québécois en attendant le retour de Cena.

 

 

S'il vous faut une bonne raison pour rester scotché à la WWE, la voici: Cena vs Owens 3.

 

 

Le trio improbable Ryback/Show/Miz continue de se tirer dans les pattes. Cette fois, à Raw, Mizou a réussi à battre le Big Show par décompte extérieur – le géant étant trop occupé à philosopher avec Ryback venu commenter le match. Le Triple Threat Match se précise de plus en plus et vu la fourberie dont le Miz est capable, il n'est pas exclu qu'il réussisse à s'emparer d'une manière ou d'une autre de la ceinture blanche. Pourquoi pas, ça pourrait être cocasse.

 

Roman Reigns, naturellement très remonté contre Bray est venu lundi demander des comptes à celui qui lui a coûté la mallette dorée et le gros Wyatt s'est une fois de plus lancé dans un discours qu'il semble être le seul à comprendre.

 

 

C'est pourtant simple: j'aime faire chier les gens. C'est tout.

 

 

Et accessoirement j'aime bien aussi jouer avec les petites filles le soir dans ma cabane au fond des bois quand personne ne peut les entendre crier…

 

 

Paige, de son côté, a beau tenter de mener le vestiaire des Divas à la rébellion, ses tentatives restent vaines et elle se retrouve même embarquée dans un combat déséquilibré contre les deux jumelles maléfiques qui finiront, une fois encore, par avoir raison de son acharnement à vouloir faire évoluer les choses au sein de la division féminine.

 

Une énième rencontre a encore été programmée du côté du show bleu entre la ténébreuse Anglaise et une des Bellas – en l'occurrence Brie. Et devinez qui l'emporte? Comme d'hab', le camp des jumelles s'en sort en triomphant, et sur ce coup, c'est Alicia Fox qui vient apporter son aide.

 

 

Le saviez-vous? Dans la gamme "Bella", le modèle "Nikki" est équipé d'une généreuse paire de seins artificiels et incroyablement rebondis. Ils vous garantiront un confort inégalé.

 

 

Tiens, elle aussi propose les même options.

 

 

Les ex-champions par équipes déchus auront bien sûr le droit de tenter de reconquérir les ceintures perdues mais en attendant, les trois membres du New Day se sont frottés à Raw à l'inédite alliance composée des nouveaux champions PTP et du virevoltant Neville. C'est d'ailleurs ce dernier qui aura permis aux gentils de l'emporter, permettant ainsi à Titus et Darren de surfer de plus belle sur leur lancée victorieuse.

 

Victoire de prestige toujours bonne à prendre mais il faut bien admettre que depuis son arrivée chez les grands, l'Anglais aux oreilles décollées peine encore à trouver véritablement sa place, toujours casé jusqu'à présent un peu le cul entre deux chaises. C'est comme si la WWE avait bien conscience de l'évident potentiel du garçon mais n'avait pas tout à fait réfléchi à comment l'utiliser de manière optimale au sein du roster principal.

 

Neville pourra toujours se réjouir d'avoir en plus battu Xavier Woods en un contre un à Smackdown. Rien de mirobolant mais c'est toujours une victoire de prise.

 

Revenons au morceau le plus savoureux de ce lundi soir: le show s'est conclu par l'annonce du futur adversaire que Rollins devra affronter à Battleground pour défendre la ceinture aux W et… comme les plus perspicaces d'entre nous pouvaient s'y attendre, c'est bel et bien la Bête en personne qui aura la possibilité de reprendre possession du titre de champion dont il avait été dépossédé en plein main event de WrestleMania en mars dernier. The Authority est plus que jamais versatile à l'égard de son poulain puisque c'est bien elle qui a pris la décision de mettre fin à la suspension de Lesnar et ce, dans le but avoué de tester les capacité de résistance de Rollins face à une pression telle qu'il n'en a encore jamais affronté. C'est clair que pour mettre la pression, rien de tel que de se retrouver seul face à Lesnar!

 

Dans ces conditions, le simple fait de savoir que les deux monstres Brock et Kevin (c'est marrant, nommés ainsi, ils auraient presque l'air gentil!) composeront chacun de leur côté les deux affiches principales de Battleground a de quoi mettre l'eau à la bouche de n'importe quel fan et ce, quel que soit son niveau d'exigence. Crévindiou, voilà qui promet!

 

 

– Et merde.

– Quoi?

– J'crois que j'ai fait dans mon froc.

 

 

Ah oui et machin là, est venu animer la soirée en organisant un karaoké géant…

 

 

…mais heureusement notre sauveur est intervenu pour nous en débarrasser. Merci.

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut