Catch

Une semaine dure à avaler

Je suis les griffes de la nuit, je m'en vais quand tu roupilles.

Poète français du troisième millénaire

Au lendemain de Night Of Champions, l’ambiance est bizarre à Stamford. Des monstres sont lâchés, des champions font n’importe quoi, l’Autorité est incompétente, les filles pètent les plombs, ça rime à rien. Alors, j’ai profité de l’occasion pour faire une nalyse thématique. En l'honneur de la sortie récente de son dernier double album aux couleurs des shows de la WWE, j’ai convié le spécialiste de la rime vacillante à légender toutes les vignettes de cette semaine. Un homme qui a le sens du lyrisme et du tragique. Saurez-vous deviner de qui il s’agit ?

Elles répondaient au nom de Bella…

 

 

Nalyse de Raw du 21 septembre et de Smackdown du 24 septembre

 

La guerre des familles

 

Pilule rouge : Commençons cette nalyse par la rivalité qui a ouvert la semaine. Le public de Laredo, Texas est à peine assis que les lumières s’éteignent. Seule la lueur pâle d’une lanterne et des milliers de lucioles éclairent la salle. La famille Wyatt est sur le ring, et Bray explique qu’il avait prévenu Reigns que la déroute allait le frapper.

Les gens me disent « l’espoir fait vivre », comment faire vivre, je suis un zombie.

 

 

Ni une, ni deux, le Samoan intervient. Il rappelle que lorsque tout a commencé, il ne s’agissait que de Bray Wyatt contre Roman Reigns, et que si le barbu a rameuté sa troupe c’est parce qu’il craignait de l’affronter en un contre un. Alors, le Powerhouse propose de régler ça ce soir entre hommes. Lui et le gourou, seuls, sans intervention ni même arbitre : pas besoin d’en faire un match, simplement une bonne bagarre.

 

Après un bref instant de réflexion, Bray accepte et renvoie ses acolytes en retrait. Le pugilat commence, et c’est assez original. Mais bien vite, l’ancien Husky Harris est étouffé par son adversaire et Luke Harper intervient. La situation dégénère en passage à tabac. Puisque les règles de non-intervention ont été brisées, Ambrose vole au secours de son ami. Deux contre trois, ça reste insuffisant. La foule appelle Y2J, visiblement elle n’a pas trop compris ce qui s’est passé hier. Surprise, comme la veille, un grand chauve déjoue la sécurité et entre sur le… Ha non pardon ce coup-ci c’est Randy Orton. La Vipère met en fuite la famille crado. Voilà Ambrose et Reigns qui gagnent un allié un peu plus dangereux que Jericho.

Heee-hehe- mi amor, c’est une mise à mort.

 

Pilule bleue : Pour avoir enfin un match équitable, Roman Reigns croise le fer contre Luke Harper alors qu’Ambrose et les Wyatt sont bannis des alentours du ring. Tiens, Orton n’est pas concerné par la stipu, ça doit vouloir dire que… Ha non, Woman Weigns looks fucking strong et il gagne au bout d’un match animé mais relativement court. J'imagine que cette guerre ira jusqu'aux Survivor Series.

 

Rivalités d’équipes et histoires de cœur

 

Pilule rouge : Après avoir manifesté pour la sauvegarde des tables et avoir demandé l’érection (du verbe ériger, n’ayez pas peur) d’un mur autour de Dudleyville, les membres du New Day ont accueilli Rusev comme un des leurs pour affronter les frangins 3D et Ziggler. Pendant le match, Summer Rae a joué du trombone de Xavier Woods tandis que le Bulgare tabassait le Show Off en lui hurlant « Lana is mine ! » Ce à quoi la belle a répondu un peu plus tard en twittant en conséquence « Lolilol, je suis à personne moi xDeey swagg». Le médaillé soviétique remporte la victoire d’un coup de pied au visage de son adversaire, rattrapant un peu sa défaite de la veille.

 

Peu de temps avant, Neville et les Lucha Dragons prenaient leur revanche en battant les Cosmiques Poubelles.

Sapés comme jamais.

 

Pilule bleue : Jeudi soir, le New Day au complet réussit à battre le trio de voltigeurs mexicano-anglais dans un match spectaculaire après avoir annoncé qu’ils affronteraient les Dudley Boys lors du House show spécial au Madison Square Garden. Pendant ce temps, Rusev perdait dans un autre combat par équipes que nous évoquons juste en dessous.

 

 

 

A travers les continents

 

Pilule rouge : Ryback, Intercontinental champion déchu, affronte Bo Dallas pendant que le nouveau couronné Kevin Owens l’humilie aux commentaires. Lorsque le chauve gagne, son rival l’attaque lâchement et sans raison valable.

Les soirées d’lundi soir, quelquefois ça m’déçoit.

 

 

Pilule bleue : Match qui croise les histoires donc, puisque Ryback fait équipe avec son ex-copain de Pôle Emploi Ziggler, tandis qu’Owens soutient Rusev. Provoqué par le Big Guy alors qu’il est à l’extérieur du ring, le Québecois quitte le combat, laissant son partenaire seul et donc battu. Si on a là les prémices d’une rivalité Owens-Rusev pour le titre IC, je signe des deux mains.

 

L’ombre de Lesnar

 

Pilule rouge : Samedi 3 octobre, lors d’un House show spécialement diffusé sur le WWE Network, Brock Lesnar va commencer son Hell Tour en affrontant le Big Show. Il doit sûrement falloir à la Bête un gros os à ronger pour le rendre encore plus impressionnant (aucun homme sur Terre n’imagine sérieusement la victoire du gros spectacle), mais quel mauvais choix à mon sens. A Tokyo, le Minotaure du Minnesota avait squashé le New Day dans un match sans intérêt mais jouissif. Pourquoi ne pas avoir donné en pâture au monstre un autre jeune, et pas un préretraité acromégale ? La pire nouvelle dans tout ça, c’est que Paulo le géant doit avoir l’air fort avant cet affrontement. On lui envoie donc Cesaro pour jobber.

 

Insensé, insensible…

 

 

Cesaro quoi. C’est déjà un scandale que le meilleur catcheur de la fédération soit resté à la maison le soir de Night Of Champions, mais c’est encore plus crétin de gâcher son talent en l’utilisant comme rampe de lancement. Il porte tout le match contre le géant, mais même si on lui fait simuler une blessure au dos pour justifier sa défaite, ça passe mal. Cesaro a un talent pur, capable de sortir des matchs cinq étoiles contre tout le monde, il l’a déjà prouvé et la foule le soutient. J’espère vraiment qu’on ne perd rien pour attendre et que le Suisse va bientôt exploser…

 

Je compte vraiment beaucoup sur 2016. Le Money In the Bank lui tend les bras, car je n’ose pas rêver du Rumble. Mais si l’ancien Antonio finit sa carrière sans le titre mondial, c’est une honte.

 

Pilule bleue : Histoire de patienter, le divin chauve affronte Bo Dallas  et le bat après un match forcément bon. Il en profite pour rejoindre la Cesaro Section dans le public, espérons que les bookers ouvriront enfin les yeux.

Histoires de filles

Pilule rouge : Enfin le règne de Nikki Bella est fini, et c’est Charlotte, la talentueuse, la grande, fille du légendaire Ric Flair, qui a récupéré le titre ! La soirée de fête est ouverte par le papa aux seize titres, visiblement très ému. Charlotte est avec ses copines, elle est aussi au bord des larmes quand elle clame son admiration pour le Nature Boy et sa fierté d’être là. Elle remercie Becky Lynch qui met de la joie dans sa vie, et Paige qui a ouvert une voie pour les femmes…

 

Hop hop hop deux secondes. La jeune Anglaise dérobe le micro de la championne car elle aimerait dire deux-trois mots. Et à vrai dire, tout le monde attend ce moment.

 

 

J’me tire, me demande pas pourquoi j’suis parti sans motif…

 

 

Ben elle en a marre, Paige. Marre que tout le monde se congratule sur cette pseudo révolution des Divas. Elle le voit bien, elle, que rien n’a changé dans cette division. La championne est une fille à papa parachutée, les autres ne servent à rien, Summer et Lana sont trop occupées à dandiner du derche, et Natalya a disparu, on se demande même si elle bosse encore là. Tout le monde sait à quoi les Bella doivent leur exposition, et lorsqu’elles récupéreront leur titre, toute cette histoire s’écroulera et redeviendra comme avant. Réalisme et colère.

 

Miss Hell in Boots s’en va furieuse. C’est normal, elle a bien raison. Qu’est-ce que c’est que cette révolution où les matchs ne sont pas meilleurs, ni plus longs, ni plus exposés qu’avant ? Ce n’est pas en basculant trois nouvelles femmes dans la division qu’on la sauve. Paige veut des main event féminins, des show stealers de vingt minutes comme on les voit à NXT.

 

 

– Paige ?

– Oui,Rapha-Hëll ?

– J’suis l’ombre de ton iench.

Voilà une vraie belle intervention au micro qui fait plaisir, et je dis pas ça parce que c’est elle. Flirtant entre le scenario et la réalité, la benjamine exprime la frustration de certains suiveurs. Peut-être bien qu’une nouvelle révolution commence ce soir. Suite à cela, les Bella viennent fanfaronner. L’autoproclamée reine Nikki se demande si Charlotte saura supporter ainsi d’être au premier plan et de subir les jalousies, avant d’envoyer sa sœur perdre contre elle.

 

Plus tard dans la soirée, Paige croise en coulisses la route de… Natalya, tiens dis-donc, qui justement bosse toujours ici et a un match ce soir ! Elle le perd d’ailleurs contre Naomi suite à l’intervention des autres BAD girls.

 

 

Même quand tout l'monde est contre toi, elle reste ta meilleure amie.

 

Pilule bleue : Pas de match féminin jeudi, seulement une intervention micro de Charlotte et Becky venues remercier tous ceux qui soutiennent la révolution. Paige débarque pour à nouveau casser l’ambiance avec sa version des faits, interrompue par Natalya qui, en bonne vétéran, cherche à calmer les esprits. Elle pense que Paige devrait être flattée de voir que la division est meilleure que jamais grâce à elle, mais ça n’apaise pas la Britannique qui gifle la Canadienne avant de partir.

 

C’est assez intelligent de mettre Nattie face à Paige le temps que Charlotte éloigne définitivement les jumelles. Peut-être qu’enfin les histoires de filles vont vraiment être à la hauteur du talent des protagonistes.

 

 

A travers les USA

 

Pilule rouge : John Cena est tout fraichement redevenu champion des Etats-Unis dimanche et il accorde déjà sa revanche à Seth Rollins lundi. Durant le match, le chacal cherche à fuir, ce qui est complètement con dans un affrontement où l’on n’a rien à perdre.

 

C’est ma direction !

 

Anyway, les deux hommes livrent une partition correcte comme toujours au bout de laquelle le champion conserve son bien sur son Attitude Adjustment. Ce qui pose question quand même. Un catcheur qui réussit à couvrir deux soirs d’affilée le champion du monde ne mérite-t-il pas une chance d'aller quérir le titre mondial ? Pourquoi Cena ne demande-t-il pas un « Winner takes all » rematch dans la cage infernale ?

 

Pilule bleue : Rien de nouveau, tacru Cena il avait venir à Smackdown ? T’es ouf dans ta tête.

 

Cela laisse le temps de cogiter un peu. Le Marine possède un statut d’intouchable à la WWE : personne, pas même le champion du monde, n’est capable de le battre à la loyale. Quand ça arrive, c’est une fois par an et c’est le choc (voir Bryan, Lesnar, Owens). Certes, cela rend d’autant plus prestigieuse une victoire contre la tête d’affiche de la fédération, mais cela tue aussi beaucoup de suspense et entraine beaucoup de fins litigieuses. Très difficile à battre en PPV, John est tout simplement imprenable en weekly. Comment va-t-il perdre ce nouveau titre américain ? Je propose une idée originale : suite à la perte des ceintures par équipes, le New Day le prend pour cible et ils arrivent à lui ravir la ceinture. Ils utilisent pour la première fois la Freebird rules et peuvent chacun défendre successivement leur bien.

Les enfers du pouvoir

Pilule rouge : Si vous avez oublié que Seth Rollins a brillamment conservé son championnat du monde à Night of Champions contre Sting, c’est normal, c’est presque anecdotique. Seule compte sa fin, lorsque le Chacal fut brutalement agressé par un Kane masqué sur le retour. Face à un tel adversaire imprévisible, Seth a bien besoin de l’aide et du réconfort de l’Autorité. Mais lorsqu’il entre dans leur bureau ce lundi, stupeur, choc, émotion ! Un Kane tout cravaté et souriant lui cause de la pluie et du beau temps. Le frère de l’Undertaker est très heureux de reprendre ses fonctions et ne semble nullement tenir rancœur à Rollins qui l’avait en gros traité de sous-merde inutile après sa blessure des mains de Lesnar.

 

Le champion aux cheveux mouillés finit par retrouver le couple princier qui promet de faire la lumière sur la situation. Il semble bien que Kane soit sincère et ne se souvienne réellement pas être intervenu la veille.

 

Seth, t’es parano. Manipulé par un autre.

 

 

Pourtant, lorsque finit le show sur la défaite de Rollins contre Cena, le Directeur des opérations apparait sur le Titantron pour menacer l’Architraitre. Celui-ci n’a pas le temps d’agir qu’il est attrapé par le Big Red Machine, jailli de sous le ring, et qui l’emporte avec lui au fond des enfers.

 

J’ai fait confiance, aveugle était ma confiance…

 

Pilule bleue : Ha ben non en fait. Kane est bien là ce jeudi à son poste en costard cravate et fait la progra du soir comme si de rien. Rollins aussi est en pleine forme, quoi qu’un peu énervé, il accuse Kane de simuler la schizophrénie pour parvenir à ses fins. Le Big Red Corportate ne comprend pas ce qu’on lui reproche, accepte en souriant les conseils du champion qui l’incite à consulter avant de le booker dans un match contre son ancien copain Ambrose. Le main event s’achève lorsqu’une explosion rouge distrait Rollins et permet au Lunatic de battre son ennemi juré. C’en est trop pour Seth qui décide de ne plus faire de politesses et attaque frontalement Kane : vu la série de légendes que le bicolore a battues pour conserver son bien, il ne fera qu’une bouchée du monstre si celui-ci s’entête.

 

 

Hasta luego, le monde ne me suffit pas…

 

 

Depuis des années que Kane passe de bureaucrate chevronné à démon furieux sans ciller et vice-versa, voir les deux personnalités se chambouler en même temps aurait pu être intéressant à suivre. Mais j’ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi soudainement l’Autorité si puissante se chie complètement dessus en conservant le monstre en place. A moins que tout cela ne fasse partie d’un plan… Dans lequel il est pour le moment difficile de comprendre où est le bien et où est le mal, tant le pauvre Rollins semble victime et esseulé.

 

Suite à cette semaine post-PPV, le futur se prépare en douceur puisqu’à part le gala de Lesnar, aucun match n’est officialisé pour Hell in a Cell. La présence entretemps d’un show spécial Network décale un peu la progression des histoires, mais nous sommes bien partis pour voir beaucoup de rivalités se poursuivre.

 

 

Vince… Est-ce que m'aimes ? J'sais pas si je t'aime.

13 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut