Catch

La délicate fin de parenthèse

Pas de bol mon pote, y a pas de quoi décrocher la lune;

Je voudrais bien mais j'peux point, je n'ai pas les moyens.

Les Caméléons, Je ne paie pas

Seth s’étant blessé pour une durée importante, la WWE a donc mis entre parenthèses les feuds secondaires pour un tournoi entre 16 catcheurs permettant de couronner quelqu’un de nouveau. Forcément, un tel procédé influence énormément un ppv important, si bien qu' la WWE oublia de construire l’essence principale des Survivor Series: un traditionnel 5 vs 5 elimination match. Exceptionnellement, nous parlerons aussi, dans cette nalyse, les shows de la semaine car…

 

 

Ryback a gagné un match!

Nalyse de Survivor Series, de Raw du 23 novembre et de Smackdown du 26 novembre

 

L’Undertaker apporte le gâteau et Kane allume les bougies

 

On était consterné la semaine dernière quant au build de cet affrontement entre deux familles. Les Wyatt avaient kidnappé coup sur coup, l’Undertaker et Kane pour, visiblement, laisser la porte de leur cellule ouverte avant  les shows londoniens. Les Brothers of Destruction avaient trouvé un vol sur lastminute.com pour rejoindre la perfide Albion et provoquer cette affiche au Survivor Series. PPV célébrant les 25 ans de carrière de l’homme en noir.

 

 

Non mais oui, c'est facile de nous le montrer hyper puissant, il passe devant des enfants obèses là. ça va quoi, il est pas si grand en vrai… Hein? Si? Oh…

 

 

Sans le tournoi WWE, ce match aurait été le Main Event de la soirée, mais heureusement pour nous, ce ne fut pas le cas. La Wyatt Family avait « un avantage » sur les frangins en n’annonçant pas les deux membres qui prendront part au combat.

 

L’avis général partait sur une association entre le chef et le super soldat de la meute, mais bizarrement, Strowman resta en ringside en lieu et place de Luke Harper.

 

 

– Les enfants, j'hésite entre vous pour savoir qui m'accompagnera sur le ring, alors je vais prendre le plus titré de vous deux.

– Mais Bray, je n'ai qu'un pauvre titre intercontinental de 27 jours.

– C'est bien plus que Braun qui n'a que celui du nombre de lapins avalés vivants.

 

 

Et vu que c’était jour de fête, les Brothers ont inévitablement démonté les bouseux en double tombstonant Bray et Luke au bout de dix minutes peu passionnantes. Et pour être mauvaise langue, je pense que les entrées et la sortie des frères de la nuit ont duré plus de temps que le match en lui-même.

 

 

– Déjà fini?

– Oh bah, j'ai pas que ça à faire Kane… 10 minutes pour entrer, 10 pour sortir, je te compte pas le temps de se fringuer et de se maquiller, Michelle va tirer la gueule, on a commencé à regarder Jessica Jones sur Netflix.

 

 

Enfin, les Wyatt doivent avoir une putain d’aura pour être d’aussi gros losers. Ils n’ont gagné que deux feuds depuis leur arrivée, contre Kane et Jericho, les deux à Summerslam. Et ces idiots, au lieu de vendre leur défaite, arrivent frais comme des gardons à Raw pour un match tag-team contre les Dudley (et une revanche à Smackdown).

 

Courageux les Wyatts. Après le Taker pour son quart de siècle a la WWE, ils se dirigent vers les Dudley Boys à TLC dans ce qui sera sûrement le Tables Match de la soirée. De tels masochistes, je n’en avais pas vu depuis une certaine soirée parisienne.

 

 

 

 

Tag team Division

 

… alors qu’ils auraient pu provoquer les Lucha Dragons ou les Usos à Raw avant qu’ils s’invitent dans l’Open Challenge lancé par le New Day pour son premier anniversaire d’existence.

 

La veille, le New Day et les Usos menaient deux équipes pour le traditionnel Survivor Series match. Les fous chantants étaient accompagnés de Wade Barrett et Sheamus, tandis que  les Usos étaient associés aux Luchas et à Ryback.

 

 

LA BASTON !

 

 

Moment fun, comme trop souvent maintenant avec le New Day dès leur entrée, avec les sérieux King of the Ring et MITB winner au départ, vite pris dans le tempo lancé par Kingston-Woods-Big E. Et vannes après vannes, Sheamus prend des mains le micro de Big E pour se lancer dans une excitante annonce mais assez dérangeante laissant le New Day stoïque et Barrett demandant gentiment à l’Irlandais d’arrêter en mimant avec son sceptre « boucle là »

 

Le Survivor Series match est une des raisons pour laquelle la plupart des cdcistes jugent le PPV de qualité médiocre et proche d’un weekly. Mais c’est très souvent le cas. Il est rare de voir des matchs avec cette stipulation avoir de l’influence sur l’histoire à venir. L’an dernier, on avait la fin de l’AUTORITÉ en ligne de mire, mais nous étions aussi sans champion et sans match désignant un challenger.

 

 

– GAGNÉ!

– Oui, mais seulement le prestige, Ryback.

– A PAS GAGNÉ CEINTURE?

– No, my hermano!

– DU MANGER ALORS?

– Oui, voilà Ryry, t'as gagné un repas gratos au Buffalo Grill d'Atlanta.

– BIEN. CONTENT.

 

 

Il y a deux ans, c’était le Shield et les Real Americans contre les Usos, Goldust, Cody Rhodes et Rey Mysterio (avec une grosse partition de Roman Reigns) et il y a trois ans, un match entre une Team Ziggler et une team Mick Foley qui ne m’a laissé aucun souvenir et un autre entre des faces lambda (Mysterio, Sin Cara, Justin Gabriel, Brodus Clay et Tyson Kidd) et des heels quelconques (Tensai, les Prime Time Players et les anciens Matadores)

 

Alors peut-être qu’il y avait eu un build, j’en sais rien, je ne vais pas fouiller dans les archives, certains le font mieux que moi, mais il paraît assez évident que ce genre de match ne concerne pas le top de la fédération.

 

 

LE TOP, le haut du panier, pas le top-model, sombre andouille! 

 

 

Ici, c’était sympa sans plus. Le New Day s’éliminant comme un seul homme pour emmener Xavier Woods « blessé » en coulisses, laissant donc Sheamus seul contre Ryback, Kalisto et Uso 1 (Barrett, Uso 2 et Sin Cara ayant été éjectés)

 

Rien de particulier en somme sauf que du coup, à Raw, les Dragons et les Usos ont répondu à un vrai-faux Open Challenge des tenants du titre. Challenge qui n’était là que pour permettre à Kingston d’arborer une magnifique corne sur le sommet de sa tête et à Big E de vomir sur la Country Music et ses nombreuses chansons parlant de tracteurs,  de la perte d’un chien et d’une nouvelle copine.

 

 

♫ i had a good horse, then it died

So, i cut his penis and i put it on my head ♪

– Mais qui chante des trucs comme çà, Kofi?

– Ah mais c'était pas une chanson.

 

 

J’adore quand on se moque des genres musicaux sans que ce soit trop insultant et cette séquence se rapproche assez d’un sketch du dernier Saturday Night Live avec Matthew McConaughey chantant le blues à sa façon (« I loved a woman  – tada dadam –  one day, she left me – tada dadam – But later we reconnected, now she’s my wife and my best friend »)

 

A Smackdown, et c’était Thanksgiving, les Luchas affrontaient Big E. et Kofi Kingston, sans Xavier Woods mais avec le Gobbledy Gooker (donc on est censé penser que Xav’ est dans le costume). Durant le match, Jey Uso sorti du dindon à la surprise générale et son frère ramenèrent sur le ring un Woods cul nu et ficelé comme un rôti.

 

Ça a dû bien faire rire Gros nez et Vince McMahon ce segment, imaginant surement la famille Halpert  de Des Moines – Iowa, hilare et toute tachetée de sauce cranberry ou de tourte au potiron.

 

 

DIVAS Title

 

Lors de la preview du match pendant le PPV, la WWE a gommé les allusions au frère de Charlotte qu'avait faites Paige, en ne la faisant réagir qu’au népotisme dont à pu bénéficier la championne. Le match est très bon, mais le public WWE n’adhère toujours pas et même si Paige harangue plusieurs fois Atlanta, la ville en profite pour faire une pause.

 

 

Mais? Où ils vont ces cons?

 

 

Revenez putain, je la fais couiner!

 

 

Ah c'est ça qui vous plait hein? Salopards!

 

 

Je veux bien qu’on parle d’une Diva Revolution sur le ring, mais ce serait plus une Evolution qu’on mériterait d’avoir. Le public s’en tape toujours avec ou sans les Bella, il a eu des années et des années de conditionnement, à se dire que c’est cinq minutes de pause… Là, c’était presque qu’un quart d’heure de match, la révolution elle est là. On donne du temps, il faut que la WWE continue et pas qu’on tue dans l’œuf cette idée parce que ce n’est pas notre catcheuse favorite qu’est championne.

 

Le match est assez dynamique mais un poil scolaire. Charlotte gagnant sur un fatal four lock mais — Paige insistera à Raw là-dessus — en ayant une partie du corps sous les cordes.

 

 

Tu vois Paige, si t'avais un papa catcheur, tu aurais su rester concentrée sur ton match. Du coup, t'as perdu à cause de ton envie de réveiller la foule. Papa, lui, il faisait des whooo et ça suffisait. Fais des whooo, la prochaine fois.

 

 

D’ailleurs, Paige obtient une deuxième chance à Raw et passe à une intensité supérieure. C’est plus brutal, presque masculin et la conclusion par double count-out plus une prise de soumission de Paige sur Charlotte sur la table d’annonce permet peut-être à Paige de prétendre à une nouvelle chance au titre.

 

D’ailleurs, je n’ai aucun souvenir d’une séquence, chez les divas, mettant en avant les tables des commentateurs. Aurai-je enfin droit à un match diva avec stipulation à la WWE? Depuis le temps que j’en réclame un.

 

 

Et pas une table à repasser, hein, les make up matchs c'est dépassé.

 

 

Sale semaine par contre pour Becky Lynch. Une défaite contre Sasha Banks à Raw suite à des interventions de Naomi et Tamina côté Sasha et une autre contre Paige à Smackdown. Les deux sur d’énervants roll-up.

 

 

US Title

 

Autant le dire directement, à Survivor Series, les meilleurs matchs étaient ceux avec Owens et Del Rio. Et malheureusement aucun des deux n’a atteint la finale qu’on évoquera plus tard.

 

A Raw donc, on a repris là où on s’était arrêté. Del Rio et Zeb Colter sont venus dire que l’échec de la veille n’en était pas vraiment un. Que ça n’empêche pas la montée en puissance de la MexAmerica, mais par contre qu’ils sont très déçus du feed back de l’Internet Wrestling Community. Del Rio se permettant un « Shut Up Americans » applaudi timidement par le sosie de Sam le pirate.

 

 

Lorsque le sage tend le micro, les abrutis gueulent "you suck".

 

 

Mais je parlais de reprise, et il fallait donc quelqu’un pour intervenir dans ce segment, et bien sûr c’est Jack Swagger qu’est apparu comme à Smackdown d’il y a trois semaines – un mois, traitant Colter de traitre à la nation.

 

Swagger se donne alors un nouveau rôle, celui de défenseur de l’Amérique, que l’ennemi soit de l’étranger ou dans la ville voisine, une sorte d’Avengers local, l’Iron Patriot d’Oklahoma City.

 

 

En garde, vil sacripant! Je suis THE AMERICAN EAGLE ! Et je…

 

 

... vais te renvoyer au delà du Rio Grande en te.. Deux secondes, j'attends qu'ils finissent de rire là haut.

 

 

… bottant le cul. Voilà, c'est tout.

 

 

Toujours  étrange cet angle vu d’Europe, car l’idée d’union entre les USA et le Mexique ne semble pas trop débile surtout qu’il ne concerne que les riches Mexicains comme Del Rio, mais en quoi est-ce une trahison ?

 

L’affrontement qu’on espérait (oui, certains aiment Alberto Del Rio, Jack Swagger et ce match à venir) voir qu’au PPV eut lieu à Smackdown. Mais le match tourna court lorsqu’Alberto utilisa une chaise contre son adversaire. Action permettant de deviner désormais la stipulation de leur re-match à TLC. On ne peut pas gagner à tous les coups.

 

 

Une pensée pour ceux qui pensent que les chaises ne sont que musicales.

 

 

IC Title

 

Même situation. Avant la parenthèse du tournoi, Ambrose et Owens se cherchaient querelle, le hasard a fait que les deux se sont affrontés en demi-finale que remporta l’ex membre du Shield. A Smackdown, un triple threat match eut lieu pour déterminer qui serait l’adversaire à TLC de Kevin Owens.

 

 

Si je suis déçu d'avoir été écarté? Oh bah écoutez mon cher Latrell, oui assez, j'avais des superbes chansons avec "Owens" comme Owens the saints par exemple. Ca aurait fait une belle feud.

 

 

Dean faisait partie de la bande, de même que Dolph Ziggler et Tyler Breeze, toujours en rivalité malgré la victoire aux Series du Selfie human et son pantalon qui n’aurait pas dépareillé dans une émission de téléshopping.

 

 

 – Pierre, quel est l'objet du jour?

– Un magnifique panta-brosse.

– Comment?

– Tyler va vous en faire une démonstration.

 

 

Regardez, Valérie, il bouge et époussette tout sur son passage.

 

 

Et même vos luminaires si vous demandez l'aide à un ami.

– C'est formidable, Pierre.

 

 

– Ah ça, on se fout pas de la gueule de nos clients… téléspectateurs.

– Et seulement pour le prix un abonnement annuel au Network WWE.

– On a rajeuni de dix piges avec ce panta-bross! 

 

 

A Raw, les quatre hommes se sont mis dessus en tag team, j’ai rien vu, j’ai accéléré et le résultat était cousu d’avance. Je n’ai jamais aimé les matchs « revanche » qui ne débouchent sur rien et qui ne font même pas plaisir au spectateur. OK, donc les gentils ont gagné. Passons au Smackdown du coup.

 

Vu les termes utilisés sur 411mania (ouuuuuuuh), il faut voir le match (et le show si Xavier Woods à poil vous fait lever un sourcil et tendre un peu l’élastique de votre caleçon). Owens était au poste de commentateur et le match semble avoir été de haute intensité.

 

 

– Gagné! A moi le rematch contre copain Roman.

– Ah bah non, Dean, t'as perdu un tournoi, t'as pas de rematch, t'es descendu en division Intercontinental.

 

 

Ambrose est sorti vainqueur de cet affrontement, et vu que les chaises et les tables semblent déjà attribuées, il leur restera les échelles. Comme l’année dernière pour la même ceinture. Espérons donc le même showstealer.

 

 

WWE TITLE

 

Le Main Event de Survivor Series opposa donc les deux amis, frères de sang, du SHIELD. Un match attendu où tout le monde espérait le turn de l’un ou l’autre. On y a cru à un moment, quand les deux catcheurs, assis sur le ring, ont commencé a se foutre des poings dans la gueule. Malheureusement pour nous, le combat est vraiment trop court. A peine 10 minutes et on termine sur un spear qui anéantit le rêve de Dean Ambrose.

 

Un rêve de toute une vie pour certains, un malheur pour d'autres.

 

 

Les cotillons explosent des quatre coins du ring, Roman Reigns touche son premier titre de champion du monde WWE. Triple H profite de l’occasion pour féliciter le nouveau visage de la fédération, il tend la main pour une poignée couillue. Mais Reigns, n’en a que foutre, et en se souvenant des pauvres manipulations d’il y a deux semaines, speare également le Cerebral Assassin.

 

 

Bravo Roman, serre moi la pince, je te promets qu'il ny a aucune entourloupe à venir, j'ai déjà fait le coup à Daniel Bryan.

 

 

NON.

 

 

Avant de se prendre un Brogue Kick out of Nowhere de Sheamus !

 

 

ENTOURLOUPE !!!

 

 

Mais oui! Ce dernier cashe sa mallette et, après un compte de deux et une tentative de contre attaque de Reigns, claque un deuxième brogue Kick, décisif cette fois. L’Irlandais est le nouveau champion WWE. L'histoire ne nous dit pas ce qui serait arrivé si Reigns avait serré la pogne de HHH. Un pedigree peut-être?

 

Reigns est abasourdi, le public en ring side majoritairement satisfait et les quelques cotillons continuent de descendre sur le ring et le catcheur… C’est douloureux pour lui et vraiment une pièce supplémentaire dans le dossier bien épais de l’année pourrie de Roman Reigns.

 

 

 – Je vois toute ma vie défiler…

– Non, seulement 2015.

 

 

Car oui, son année est quand même à chier. Bien loin des espérances données avec son push de l’automne dernier (les mauvaises langues et les quelconques connards évoqueraient même un push d’un an), regardez donc:

 

Janvier: Gagne le Rumble mais se fait rejeter par le public.

– Fevrier: Doit prouver qu’il est de taille pour main-eventer Mania en affrontant Daniel Bryan, dans une salle entièrement supportrice du bouc.

Mars: Main Event de Wrestlemania donc, mais voit venir le cash-in de Seth Rollins en plein match et subit le tombé victorieux du chacal.

Avril: Feud contre le Big Show qui donnera un très bon Last Man Standing.

A partir de juin: Perd le MITB suite à une intervention de Bray Wyatt, s’enlise dans une feud qui l’amènera jusqu’à Hell in a Cell.

– 26 octobre: gagne le droit d’affronter Seth Rollins pour le titre à Survivor Series après un fatal Four Way contre Owens, Del Rio et Ziggler. 

4 novembre: Le champion se pète les ligaments. Le titre est vacant, la WWE lance un tournoi

22 novembre: Reigns gagne enfin, mais se prend le cash-in de Sheamus. Son règne aura duré 5 minutes.

 

En résumé: des feuds pourries, un public qui s’amuse a le huer, des défaites humiliantes. Keep cool and be drunk, Roman.

 

A Raw donc, L’AUTORITÉ ouvre la soirée et invite le nouveau champion a venir sur le ring. Après quelques aimables félicitations d’usage, Roman Reigns décide de sortir de la loge et de venir sur le ring réclamer son rematch.

 

 

Tu sais que 2015 n'est pas terminée Roman? Tu peux encore prendre un tombé de Tororigolo.

 

 

Sauf, que nigaud qu’il est, il a spearé gratuitement le chef des lieux. Alors son rematch aura lieu quand gros nez aura décidé… et pendant que Reigns toise Sheamus, du diable vauvert revient Rusev ! Et le Bulgare étale Reigns.

 

Triple H, arrivé sur la rampe avec sa petite bande, annonce donc que le rematch aura lieu à TLC dans un TLC match et que ce soir, Roman affrontera Rusev. Bien, c’est le premier affrontement entre les deux à Raw ! Hey, on a de l’inédit en main event!

 

 

Et si vous voulez des nouvelles de Jamie Noble et de Jey Mercury, sachez que Rusev les a mangés.

 

 

Le match est bien foutu, assez long, et alors que Sheamus à coté de Jerry Lawler se fait virer, il faudra l’intervention un peu plus tard de Wade – King Bad News – Barrett et de son Bull Hammer pour provoquer la fin du match et la disqualification de Rusev.

 

Certes, on pourrait retenir que le show se termine avec Reigns dominant Sheamus et Rusev après des coups de chaise, mais l’important n’est pas là. En effet, l’AUTORITÉ s’est upgradée avec Barrett et Rusev en soldats défendant Sheamus. 

 

Mais quel est le vrai programme derrière tout ça? Sheamus ne devrait pas rester champion d’ici Mania, ça fait un règne trop long et seul Daniel Bryan en vainqueur du Rumble pourrait donner de l’intérêt, aujourd’hui, à des plans pareils.

 

 

Et si Bryan n'est pas rétabli, suffit que Slater arrête de se couper les cheveux et la barbe. Ca fera la blague.

 

 

Reigns en champion après avoir repris son titre à TLC se verrait contraint à offrir un rematch à Sheamus au Rumble. Ce qui nous l’enlève des possibles vainqueurs et laisse le champ ouvert à des Kevin Owens, Dean Ambrose ou Bray Wyatt derrière les inévitables Brock Lesnar, John Cena et Daniel Bryan.  La meilleure solution, dans cette liste, serait Dean Ambrose. Mais, est-ce que c’est assez vendeur? Non.

 

Il est peut-être préférable pour Roman Reigns de se coltiner Triple H. Ce dernier cherche un match et à en croire les dirt sheets (ne les lisez pas les enfants), il n’a aucun plan pour le moment… ou alors?

MUSCU?

 

 

MUSCU !

28 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut