Catch

We Were NXT

WE ! ARE ! NXT !

Triple H à chaque début de show spécial

 

Ils ont fait le bonheur de NXT et se sont royalement ramassés une fois franchie la porte du roster principal. Pourquoi n’ont-ils pas trouvé le bon créneau ?

 

 

Peut-être parce que certains créneaux sont plus durs à prendre que d’autres.

 

 

De la top-card jaune à… on sait pas trop quoi

 

 

Ces derniers temps, on a pu constater que les amateurs de catch de la WWE avaient tendance à se tourner vers le show jaune pour voir des matchs de qualité qui ne souffrent pas de storylines alambiquées ou totalement WTFesques. De plus, le format plus court en weekly (45 minutes par show) permet d’obtenir une dose de catch régulière sans avoir l'impression d’y passer trop de temps. Et puis, puisqu'il s'agit du « territoire de développement », on est sûr d'y voir les stars de demain !

 

 

Et franchement, c’est sur le Network, c’est pas cher. Devinez combien ça coûte, allez-y, dites un chiffre. Dix dollars par mois ? Non ! Encore moins cher !!!

 

 

J'avais regardé les premières saisons du show à l'époque où il mêlait catch et télé-réalité avec des challenges et tutti-quanti. Après un break causé par l’interminable saison, Rédemption (en 2011), je m'y suis remis à la fin de l'année 2013. Et là, j'ai pris une claque énorme : le show correspondait exactement à ce que je recherchais dans le catch, à savoir qu’on y voyait des combats bien menés, pas trop de bla-bla, un format court, etc. J’ai également découvert un certain nombre de personnalités qui me vendaient du rêve toutes les semaines. Et puis j’ai vu passer certaines d’entre elles dans le main roster, en me disant qu’une telle promotion était dans l’ordre des choses et leur serait probablement bénéfique.

 

Il y a eu des réussites, plus ou moins grandes : The Shield, Cesaro, Big E, Paige, Rusev, Owens, Charlotte, Neville (ce dernier dans une moindre mesure). Et il y a eu des échecs dont certains me font un peu mal au cœur parce que j'aimais ces personnes/personnages à NXT. Cet article est là pour leur rendre hommage et essayer de comprendre, à travers mes yeux et mes ressentis, ce qui n'a pas fonctionné pour eux.

 

 

Oh là, j’ai fait un rêve trop bizarre où j’avais embauché des voyageurs temporels venus de 1985 !

 

 

Avant toute chose, vu que c'est mon premier article pour le site et que donc vous ne connaissez pas vraiment mon mode de fonctionnement, je vais donner quelques précisions : je me considère comme un spectateur lambda, je suis un public facile si l'histoire arrive à m'embarquer avec elle, mes yeux seront donc ceux du public de base (autant que possible en tout cas) ; je vais donc m'intéresser à ce que j'aimais chez les « sujets » traités lorsque je les ai découverts ainsi qu'à ce qui a, selon moi,  cloché dans le processus de leur intégration ou dans leur utilisation. Toutefois, je ne vais pas traiter les cas de tous les catcheurs et catcheuses montés de NXT au Main Roster : je vais laisser volontairement de côté ceux qui ne sont pas là depuis très longtemps, à savoir Breeze, Becky Lynch et Sasha Banks (parce que je pense que le temps qu'ils ont passé dans le roster n'est pas assez significatif) ; de même, je ne vais pas parler de Damien Sandow parce que je pense que le souci, dans son casn n'est pas venu des choix de booking mais d'événements extérieurs ; enfin, je vais aussi ignorer Summer Rae car elle n'est pas considérée comme une catcheuse à part entière par la fédération (elle a quoi à son palmarès, deux matchs maxi depuis qu'elle est là ?) et d'autre part parce que je ne la connais pas assez dans sa période NXT pour juger (même s'il parait que y avait du bon dans l'affaire).

 

 

C'est sûr que vu comme ça, y a du bon.

 

 

On va donc s'intéresser, dans un ordre croissant de gravité de l'échec (et donc de l'importance que j'accorde à cet échec par rapport à l'affection que j'avais pour les personnes), aux cas de Emma, Bo Dallas, The Ascension et Adam Rose.

 

 

Ouais ! On est au cœur d'un article ! C'est génial, c'est génial ! c'est… ah merde, c'est pour parler de notre échec.

 

 

 

Emma

 

Je découvre l'Australienne lors d'un combat en janvier 2014 contre Natalya avec, en jeu, la place de challenger au titre de Paige. Ce combat me laisse une bonne impression, tant de la part de la Canadienne que d'Emma. Je retiens son entrée avec une musique entêtante (je défie les gens de l'écouter sans se la mettre dans la tête pour des heures), sa danse des bras, son bon moveset et son finisher original (pour moi qui n'aime pas les prises de soumission, celle-là me plaît bien).

 

 

Faut quand même être très souple pour bien le réaliser. Et même pour l'encaissr, en fait.

 

 

Arrive ensuite le premier PPV NXT, Arrival, le 27 février 2014. Et là, au cours d'un match féminin qui m'a décollé la rétine, je tombe amoureux d’Emma et Paige, qui se livrent un combat d'une qualité incroyable, avec entre autres une Powerbomb de la challenger qui fait hurler au public qu'elle est réalise ce mouvement mieux que Batista (cliquez ici pour voir ça). Par la suite, l'évolution suit son cours avec une montée progressive dans le Main Roster. Emma commence par apparaître dans le public avec une pancarte Emma-lution, escorte Santino Marella et fait ses débuts dans le ring contre Summer Rae avant de découvrir d'autres adversaires, notamment lors de la Battle Royale de Wrestlemania. Le chemin est tracé et la souriante blonde semble bien partie pour se faire une place dans la durée mais… (cliquez ici).

 

A partir de là, elle retourne à NXT (après quelques mois sans faire parler d'elle), turne heel et s'allie avec Dana Brooke : à les entendre, ce sont elles les vraies divas de NXT et le ring leur appartient. L'idée fonctionne, on les voit s'en prendre aux nouvelles faces du roster, son niveau in-ring reste bon et l'alchimie est toujours là. On peut donc presque saluer le choix des bookers de l'avoir « renvoyée » à NXT se refaire une virginité — même si pour le moment, elle sert surtout à mettre Asuka over (dans un match de bonne qualité quand même lors de Takeover : London).

 

Toutefois, si cette affaire de vol n'avait pas eu lieu, je ne pense pas qu’Emma aurait pu prétendre à mieux qu’à jouer les faire-valoir pour les différentes championnes des divas qu'elle aurait pu croiser. Le péché originel, pour ce qui la concerne, tient à l’homme qui l’a fait découvrir au grand public de Raw : Santino Marella. J'ai le plus grand respect pour lui et ce qu'il a accompli dans sa carrière mais l'expérience a montré qu’un gimmick relevant du Comedy Wrestling est difficile de faire oublier par la suite. Du coup, on peut considérer que la belle Australienne ne s'en tire pas si mal en revenant « à la maison » jaune. Reste à voir si elle pourra en retrouver les sommets.

 

 

Ma que Comedy Wrestling ? Il me manque qu'oune seule ceintoure pour être Triple Crown Champion. C’est quoi le palmaresso d’un Bray Wyatt, déjà ?

 

 

Bo Dallas

 

Ce cas-là est un peu différent : je connaissais déjà l'individu de nom. En effet, du temps de la FCW, j'avais déjà pu un peu le voir en action et l'impression globale était correcte. Lorsque je reprends mes visionnages, il est champion NXT depuis le 12 juin 2013 et le public ne semble pas l'apprécier plus que cela (normal, il est heel). Pourtant, son personnage me plaît, transformant toute la négativité qu'il reçoit en « positivité », jouant avec les mots qu'il entend, etc. Son Ladder Match contre Neville à Arrival est également un moment agréable à mes yeux, même s'il y perd son titre. Il rejoint la Big League en avril de la même année avec son personnage de « gourou du positif » qui au début se construit une petite série d'invincibilité intéressante (17 victoires quand même lorsqu'il est battu par R-Truth), en étant face au début avant de turner assez rapidement. Mais une blessure au pied le met sur la touche pendant plusieurs mois.

 

 

Rhaaa ! A cinq victoires seulement de dépasser la Streak de l’Undertaker ! J’y bolievais bien pourtant !

 

 

Sa blessure marque la fin de l'intérêt que la majorité du public pouvait avoir pour lui. À son retour, il n’apparaît plus que pour essayer de réconforter des perdants, qui finissent par lui mettre leur finisher dans la tronche, ou pour faire le nombre dans le match du pré-show de Survivor Series, malgré une annonce de sa part comme quoi il serait plus agressif dans ses matchs (il a notamment changé de finisher).

 

Pourquoi le public n'a-t-il pas plus suivi cet homme dans sa quête de la croyance en soi ? Lorsque je l'ai vu à NXT, le public ne l'aimait pas/plus et j'ai cherché pourquoi, trouvant quelques éléments de réponse : d'abord ses qualités in-ring faisaient pâle figure comparées à celles d'autres main eventers de NXT (à tel point que Dallas a été obligé de changer de finisher à plusieurs reprises à force de les rater), son look n'inspirait pas les gens (ce slip blanc est juste horrible), il est moins charismatique que son frère Bray Wyatt (pour le moment du moins). Du coup, quand il débarque dans le Main Roster, c'est presque dans l'indifférence générale, comme si c'était juste un nouveau lambda de plus (seuls quelques-uns se disaient que l'opposition entre lui et Bray, sur le thème des gourous sombres et lumineux, aurait pu être intéressante). Le public se désintéressant de lui, les bookers en font de même.

 

 

Et le jour où ils se souviennent de lui, ça donne ça.

 

 

 

The Ascension

 

Là on commence à toucher du doigt l'importance, de mon point de vue, des différences de booking entre NXT et Raw. En 2014, à NXT, c'était THE Tag-Team. Ultra dominants, ayant une bonne alchimie ensemble, un finisher à deux (ce qui est quand même assez rare de nos jours) bien que pas super visuel, une entrée qui déchire tant visuellement qu'acoustiquement, un soutien indéfectible du public, pratiquement une année entière de règne. Pour moi c'était la team du futur et j'attendais avec impatience d'entendre le public d'un PPV du Big Four hurler « YAH ! YAH ! YAH ! » pour le compte de trois de la victoire ou lors des séries de coups portés par Konnor. Bref, j'étais purement et simplement fan.

 

 

– Dis Viktor, maintenant qu'on a dominé NXT, on fait quoi ?

– La même chose que toutes les Teams, Konnor : tenter de conquérir le Main Roster !

 

 

En 2015, The Ascension n'est plus rien pour moi si ce n'est le souvenir nostalgique de cette période à NXT où rien ne leur résistait. Des matchs inintéressants au possible, des feuds qui ne me font pas rêver, un look ringard à la limite du kitsch et j'en passe. Et visiblement je ne suis pas le seul à penser pareil quand je vois les réactions du public les concernant. La faute à qui? À quoi? Aux vignettes d'annonce d'arrivée dans le roster principal. Dans ces vignettes, les deux compères se comparaient à des équipes légendaires de la fédération en disant qu'ils sont/seront meilleurs qu'elles. Du coup, le public les prend en grippe dès leur début et chacune de leurs interactions avec des vétérans se finit mal (tabassés par Hall, Nash, Hogan, Simmons, JBL et les NAO dans la soirée du 19 janvier à Raw, ça la fout mal quand même).

 

A partir de là, ils enchaînent les attaques en purs heels mais rien n'y fait, ils ne provoquent que peu de réactions en leur faveur. Même leur association avec Stardust ne les sauve pas d'une année pourrie. Pourquoi cet échec ? A mon avis ce sont les variations de la gimmick entre les deux rosters qui font la différence entre le succès d'avant et ce marasme actuel : le fait de se dire supérieurs aux Tag Teams d'avant, surtout celles qui sont super populaires encore aujourd'hui, n'a pas aidé à s'attirer la sympathie du public et le peu de réactions suscitées est retombé comme un soufflé, les gens ne réagissant pratiquement plus.

 

 

– Dis Viktor, maintenant qu'on est la risée de tout le monde, on fait quoi ?

– La même chose chose que tout le monde Konnor : on subit.

 

 

 

Adam Rose

 

Adam Rose, je l'ai découvert en même temps que tout le monde lors des vignettes qui annonçaient  l'arrivée de l'Exotic Express à NXT avec son leader, un gourou de la fête. Ses débuts sont corrects, le public de NXT semble vouloir suivre la fête mais très vite des chants « We want Kruger » commencent à s'élever dans la foule. Je m'enquiers donc du pourquoi car le nom me dit quelque chose, de même que le visage du catcheur. Je découvre alors que Adam Rose était Léo Kruger que j'avais déjà pu voir surtout dans un 2 out of 3 falls contre Sami Zayn.  Je me souviens que lors de ce match (que je vous incite à regarder, c'est ici), outre la super performance de Zayn, j'avais apprécié Kruger dans son rôle un peu brutal et vicieux (j'avais aussi kiffé ma race à son entrée que je trouvais classe) malgré sa défaite 2-0 au final. C'était la dernière apparition du chasseur/mercenaire sud-africain.

 

 

Chasseur blanc, cœur noir.

 

 

C'est en revoyant des images de Kruger en action que je me dis que les chants étaient mérités : bien que le moveset de Rose était correct (mis à part le « Choo-Choo » que je trouve ridicule), il ne dégageait pas la même impression de puissance, les Rosebuds avaient tendance à trop attirer l’œil en dehors du ring… Mais j'ai donné sa chance au personnage et les officiels de la WWE aussi. Et c'est là qu'a eu lieu la catastrophe : dès le départ, Michael Cole ainsi que JBL l’ont raillé, le rendant ringard dès ses premiers pas dans le ring.

 

Le public a initialement voulu adhérer au teufeur en chef, mais a très vite changé son fusil d'épaule, prenant par exemple fait et cause pour l'un des Rosebuds (le Lapin) quand Rose a turné heel. Malgré ce désaveu, j'avais l'impression que les bookers, contents de leur idée de départ, s'acharnaient à la conserver, gardant ainsi un personnage centré sur la fête (un peu comme le CM Punk de la Straight Edge Society avait conservé le côté Straight Edge de ses débuts comme base mais a changé de comportement suivant son alignement) avec le Party Pooper. Les dernières vignettes d'Adam laissent penser que les bookers ont enfin décidé de changer leurs plans mais j'ai l'impression que le mal est déjà trop profond. En voulant repackager leur catcheur, les bookers ont tué un gimmick qui certes était basique mais efficace et ont créé un gimmick tellement casse-gueule que la fin apparaissait déjà écrite au début, me donnant une immense sensation de gâchis, renforcée par l'idée que Raymond Leppan, l'homme qui incarne ces deux gimmicks, se donne à fond dans ce qu'il fait.

 

 

Je devrais peut-être tout plaquer pour aller former une Tag-Team 100% africaine avec PJ Black ou Angelico. On serait les Springboks du ring, j'suis sûr que ça serait génial.

 

 

 

Perspectives d'avenir

 

Le constat d'échec est implacable dans ces quatre cas. Si certains éléments sont de la faute des catcheurs/ses eux-mêmes (niveau in-ring moyen ou affaire judiciaire), d'autres sont dus aux bookers ou à des commentateurs qui n'ont pas orienté l'opinion générale dans un sens favorable aux stars montantes. Comme dit plus haut, Emma est celle qui s'en tire le mieux car elle aurait pu être renvoyée de la fédération pour cette histoire à la con de vol à l’étalage. Elle n'a été, finalement, que renvoyée du main roster pour servir de jobbeuse aux nouvelles stars de NXT. Toutefois, le public de Londres a montré un signe d'espoir pour elle : lors de son entrée, ils ont été plusieurs à faire la « danse des bras » qui l'avait rendue populaire (d'ailleurs, une frange du public de Full Sail lui montre aussi son soutien de cette manière en weekly). La route vers le sommet de la division féminine de NXT est encore longue pour elle mais pas définitivement barrée.

 

The Ascension, quant à eux, pourraient essayer de retrouver une place dans la division par équipes de NXT mais là aussi ça sera compliqué vu le nombre de duos déjà en place (Dawson/Wilder, Blake/Murphy, Enzo/Big Cass, Gable/Jordan, The Vaudevillains) et le rôle qui leur a été confié lors de leurs derniers passages (à savoir mettre over leurs adversaires). Mais, à l'instar d'Emma, le public réagit encore positivement quand ils arrivent et les accueille à grands coups de "YAH!!" qui rappellent les plus grandes heures de l'équipe.

 

Pour Dallas ou Rose, en revanche, je crains que ça ne soit trop tard. Les maintenir dans le  main roster ne les aidera sûrement pas mais, d'un autre côté, le main event individuel de NXT est bouché par des gros noms, arrivés à la pelle au cours de l'année dernière (Balor, Itami, Crews, Joe voire Storm si tout se passe normalement pour lui et qu'il ne s'en va pas avant d'y arriver comme Crowe), sans compter ceux qui étaient déjà là en même temps qu’eux (Zayn pour ne citer que lui) ou les jeunes loups qui poussaient déjà (Corbin même si je prie pour que ça n'arrive jamais). Si Dallas pourrait éventuellement s'en sortir avec sa gimmick de gourou positif en montant une team autour de cela (un peu comme le New Day en fait), Rose est malheureusement condamné d'après moi, sauf si la dernière idée des bookers le concernant fonctionne (mais je crains le pire). Secrètement, je rêve que quelqu'un décide de revenir à la gimmick de Léo Kruger mais cette gimmick semble morte et enterrée.

 

 

Et pour d'autres ça pourrait sentir le sapin bientôt aussi…

 

14 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut