Catch

Ceinture de Plomb 2015: résultats

Shame! Shame! Shame!

Une nana un peu lourde, à la fin de la dernière saison de Game of Thrones

 

Le palmarès de la Ceinture de Plomb avait déjà fière allure. Depuis la création de l’infâme trophée en 2009, nos lecteurs l’ont successivement attribué à un nain débile (Hornswoggle), un gros loser (Matt Hardy), un botcheur obsessionnel (Sin Cara), un colosse de foire (le Great Khali), un bourrin stéroïdé (Ryback) et une greluche (Cameron), soit autant de catégories finalement très diverses qui illustrent la variété du Mal à la WWE. Et comme vous allez le constater, la CDP a encore fait dans l’original en 2015!

 

 

Remets-la à sa place tocard, t’étais même pas dans la liste.

 

 

Ceinture de Plomb 2015, les résultats

 

 

Vous avez été 125 à voter, merci à tous! Rappelons que les anciens vainqueurs n’étaient pas éligibles et que la liste qui vous avait été soumise est ici. Rappelons aussi les top 5 des années précédentes, histoire de vous donner un bon coup de frisson pour commencer.

 

 

La CDP, on s’y attache : les anciens vainqueurs n’arrivent jamais à accepter l’idée qu’ils doivent la transmettre à leur successeur et tentent de convaincre les gens qu’ils la portent encore en se couvrant grossièrement la taille.

 

 

2014

1. Cameron, 9,39 points sur 15 possibles

2. Kane, 9,17

3. Big Show, 8,98

4. Aksana, 8,96

5. Adam Rose, 8,27

 

2013

1. Ryback, 10,43 points de moyenne sur 15 possibles

2. Curtis Axel, 9,61

3. The Miz, 9,10

4. Eva Marie

5. Wade Barrett

 

2012

1. The Great Khali9,68 points sur 15 possibles

2. Aksana, 9,10

3. Tensai, 9,09

4. Ted DiBiase

5. Evan Bourne

 

2011

1. Sin Cara, 9,78 points sur 15 possibles

2. The Great Khali, 8,23

3. Jinder Mahal, 8,09

4. Jacob Novak

5. Johnny Curtis

 

2010

1. Matt Hardy, 9,24 points sur 15 possibles

2. The Great Khali, 8,07

3. Shad Gaspard, 7,60

4. David Otunga

5. Titus O’Neil

 

2009 :

1. Hornswoggle (scores non dispos)

2. The Great Khali

3. Eric Escobar

4. Les Bella Twins

5. Matt Hardy

 

 

On a fait deuze et troize l’année dernière et Cameron ne peut plus nous concurrencer! Elle est pour nous cette fois, bordel! Sinon on gagne le Rumble dimanche.

 

 

Comme d’hab, on va vous donner pour chacun des quinze classés un score sur 15 : plus le score est bas, et plus la CDP est lointaine. Les 10,43 points de moyenne reçus par Ryback en 2013 constituent-ils un horizon indépassable? On va vite le savoir.

 

 

Un R qui veut dire Record.

 

 

 

Classement 2015

 

15. Rusev 3,30 points sur 15 possibles

 

14. Dolph Ziggler, 4,47

 

Chaque année, la dernière place de la CDP est très convoitée. De fait, on y retrouve rarement de vrais tocards, regardez plutôt cet anti-palmarès : Gail Kim et Triple H (2009); le Big Show (2010); John Morrison (2011); l’Undertaker (2012); Damien Sandow (2013); Bray Wyatt (2014). Que du beau monde, et Rusev ne fait pas tache dans le décor. Vous n’avez pas tenu rigueur au Russo-Bulgare pour cette longue année de déchéance qui l’a vu se muer de machine invincible en lover délaissé plongé dans une feud quadrangulaire abominable. L’autre grand protagoniste de cette rivalité qui fut sans conteste la pire de l’année, Dolph Ziggler, l’accompagne dans les tréfonds du classement. Décidément, nos lecteurs sont très compatissants envers les bons catcheurs précipités dans des storylines merdiques.

 

 

La preuve par l’image que leur feud a fait passer Rusev et Ziggler au second plan.

 

 

 

13. Bray Wyatt, 4,60

 

Dernier en 2014, Bray aurait peut-être récidivé si nous n’avions pas inclus Rusev et Ziggler dans la liste. Comme quoi il peut bien perdre toutes ses feuds et multiplier ad nauseam les promos cryptiques qui n’aboutissent à rien, il continue d’exercer sur notre lectorat une étrange fascination…

 

 

Le plomb… Le plomb dont sont faites les balles, AHAHAH! Les balles qui percent les corps, les corps qui tombent au sol, le sol qui absorbe le sang, le sang qui alimente le cerveau, le cerveau qui tremble de peur, la peur qui… heu… de quoi je parlais déjà?

 

 

 

12. Alberto Del Rio, 4,82

 

C’est peu dire que vous n’avez pas été sensibles à nos arguments : pour la plupart d’entre vous, le retour de Del Rio n’est pas si foireux que ça, et son gimmick nawakesque d’allié de Colter puis d’homme de rang au sein de la League of Nations ne suffit pas à en faire un candidat sérieux au plus grand des déshonneurs. Comme pour ses prédécesseurs, son statut d’upper midcarder semble le protéger de votre ire.

 

 

Ou alors c’est juste que vous êtes sincèrement heureux de le revoir.

 

 

 

11. Damien Sandow, 5,41

 

À l’instar d’un Rusev ou d’un Ziggler, Sandow a dû sa nomination au traitement inique que lui ont réservé les bookers. L’un des performers les plus appréciés de toute la WWE au début de l’année dans son rôle de doublure du Miz a pratiquement disparu des écrans au second semestre, mais il garde une place au chaud dans vos cœurs.

 

 

Haha, t’as cru pouvoir t’incruster dans le top 10 de la CDP loser? Dégage! Ces sommets te sont inacessibles. Tu ne seras jamais une star de plomb comme moi.

 

 

 

10. Wade Barrett, 6,01

 

9. Stardust, 6,44

 

Les deux éphémères alliés de Summerslam se retrouvent dans le ventre mou du classement, une place conforme à leur statut à la WWE. Ce sont des gueules bien connues, qu’on peut utiliser dans divers rôles oscillant entre Comedy Heel et salopard inquiétant, et malgré l’inanité de leurs storylines, on continue d’avoir un faible pour ces malheureux qui tentent de tirer le meilleur des rôles discutables qu’on leur confie.

 

 

Heureusement qu’on leur a filé assez d’acides pour qu’ils se rendent compte de rien.

 

 

 

8. Jack Swagger, 7,26

 

7. Curtis Axel, 7,44

 

Loin des yeux, loin du cœur, certes, mais aussi loin de la vésicule biliaire, apparemment. Ces deux-là ont passé le plus clair de leur année à Superstars ou à Main Event, dans une indifférence que leur classement moyen reflète bien : on met aux septième et huitième places ceux qu’on juge pas assez irritants pour les classer plus haut et pas assez aimables pour les ranger tout au fond avec nos chouchous.

 

 

A Superstars, les catcheurs sont si nuls que les arbitres doivent leur montrer comment porter les attaques les plus communes.

 

 

 

6. Kane, 7,93

 

Pauvre Kane. Que peut-il faire de plus pour obtenir la dernière ceinture qui manque à son palmarès? Cette année, il a pourtant joué sur tous les tableaux. Il a largement contribué à plomber le Rumble, il a participé aux interminables et ennuyeux règlements de comptes intra-Authority, il a kidnappé pas mal de main events de ppv au printemps, où le sort du titre suprême dépendait de ses états d’âme, il a même joué les schizos pour remettre une énième fois son masque et gratter au passage rien moins qu’un Title Shot en ppv, il a livré en compagnie de son frère une feud inepte aux Wyatt… Et il ne termine que sixième. Lui qui avait obtenu une très prometteuse deuxième place l’année dernière pourrait se décourager après ce résultat bien éloigné de ses espérances.

 

 

Kane. Ruining everything fun in wrestling depuis… fouyaya, au moins ça, oui.

 

 

 

5. The Miz, 7,98

 

Il a été plutôt discret en 2015, le Miz… mais pas assez pour passer sous votre radar. Sans doute avez-vous été nombreux à voir en lui le grand responsable de la disparition des écrans du bien aimé Sandow, mais vous avez aussi remarqué son gimmick foireux de semi-star hollywoodienne offrant ses conseils inutiles à Naomi ou encore à Neville, et son insupportable Miz TV ne vaut à vos yeux que dans la mesure où il termine généralement son émission KO. La pire tête à claques de la fédération, voire de la planète entière, glane donc une place dans le top 5, ce qui lui suffira sans doute pour se proclamer A-Lister.

 

 

Je n’ai pas de chaussettes! Je répète, je n’ai pas de chaussettes! Et hop, top 5 assuré. Z’avez vu le travail?

 

 

 

4. Brie Bella, 8,80

 

Septième en 2014, année où elle avait amplement mise en avant, notamment via une feud cauchemardesque livrée à sa sœur, celle qui s’appelle à la ville Brianna Danielson enregistre en 2015 une progression surprenante. Surprenante car elle a pris moins de temps d’antenne, s’effaçant au premier semestre derrière la course au record de sa jumelle et au second devant les nouvelles venues en provenance de NXT. Mais c’est probablement une question d’accumulation. On ne la voit pas énormément, mais chaque hurlement BRIE MODE, chaque recours aux prises favorites de son époux alors même qu’en tant que heel elle devrait chercher à se faire huer, chaque Twin Magic ridicule nous la rend encore plus insupportable. Si elle continue à sauter les marches trois par trois, elle va finir avec la Ceinture autour de la taille dans un an…

 

 

C’est pas mes vrais nichons! C’est pas mes vrais cheveux! C’est pas mon vrai moveset! C’est pas ma vraie moi! Je n’existe pas, tu entends!

 

 

 

3. The Big Show, 8,93

 

Cf. Kane. Comme son camarade de shopping dans les boutiques qui taillent large, le géant a pesé de tout son poids sur l’année 2015, n’a pas livré un seul match correct et… et n’a pas turné une seule fois, ce qui constitue une telle infraction à son gimmck qu’on a été nombreux à nous en ulcérer, au point de le reconduire sur le podium, comme il y a un an!

 

 

– Heu, Show, je veux pas dire, mais t’as pas turné depuis un an, tout le monde s’inquiète, qu’est-ce qui t’arrive?

– Ne pas turner, pour moi, c’est le turn ultime, pauvre idiot. Tu ne peux pas comprendre, c’est complètement méta.

 

 

 

2. Adam Rose, 9,26

 

Prenons le pari : Adam Rose va nous faire une Xavier Woods. En 2014, Woods, très peu vu à l’écran, avait obtenu une belle sixième place à la CDP. Nous l’accusions à l’époque de plomber les talentueux Kingston et Big E. avec son projet absurde de New Day. L’année suivante, Woods a terminé deuxième à notre Award de la meilleure progression, entouré sur le podium de ses deux sbires. C’est tout le mal qu’on souhaite à Adam Rose, qui après une année 2015 affreuse — abandon de son Exotic Express, amourette avec la terrifiante Rosa Mendes, statut de jobber to the jobbers, lancement d’un gimmick casse-gueule de ruineur de fête — s’est acoquiné avec d’autres losers à haut potentiel comique (Dallas, Axel et Slater) pour lancer un groupe d’undercard rigolo et prometteur.

 

Ou alors il sera viré comme une merde d’ici deux mois.

 

 

M’en fous. Mon business de plugs anaux marche super bien, je suis milliardaire. Allez, me dites pas que vous saviez pas ce que ça veut dire, Rosebud.

 

 

 

1. The Ascension, 10,08

 

La voilà, notre nouveauté de l’année! Après les différentes catégories de nullité récompensées jusqu’ici (voir intro), on a encore trouvé une incarnation spécifique de tout ce que la WWE sait rater : l’équipe composée de deux mecs identiques qui fait que de la merde! C’est la première fois, évidemment, qu’un duo est récompensé, et il est d’ailleurs rares que des duos soient sélectionnés, essentiellement parce que dans l’absolu, l’idée est d’en dissocier les membres dans ce classement. Mais si les deux affreux ne sont pas aussi identiques que les Uso ou les Matadores, ils n’en sont pas moins parfaitement interchangeables. Ils ne catchent jamais en solo et si leur arsenal de prises est différencié, on serait bien en peine de s’en rendre compte puisqu’ils passent généralement moins de deux minutes sur le ring, vu qu’ils se font quasi systématiquement squasher par tout ce que la WWE compte d’équipes constituées ou aléatoires.

 

La victoire de The Ascension, c’est aussi évidemment celle des bookers du roster principal, qui ont souvent montré leur tendance prononcée à enterrer les stars en provenance de NXT (relire cet article à cet égard). Car Viktor et Konnor avaient plutôt cartonné dans le show jaune, dont ils étaient sans conteste l’équipe phare… et à Raw, après quelques victoires initiales contre des local jobbers, ont été jetés en pâture à tous les adversaires, sérieux ou pas, qui leur ont été opposés. D’où cette impression d’inéluctabilité, voire de tristesse, que l’on ressent en les voyant arriver. Le gimmick, évidemment, n’a pas aidé : dupliquer un style qui a fait le succès de deux grandes équipes du passé, mais sans les succès kayfabe pour le justifier, ça peut passer pour des duos voués à faire rire comme les regrettés Meta Powers, moins pour de supposées terreurs des rings.

 

Si l’on en juge par le destin de leurs prédécesseurs au palmarès, les deux bariolés n’ont guère de raisons de croire à un avenir lumineux : à l’exception de Ryback, et encore, tous nos lauréats ont rapidement été virés (Matt Hardy, Sin Cara, Khali) ou se sont retrouvés à la cave (Hornsowggle, Cameron) après leur titre. Mais l’Ascension présente l’avantage d’être une équipe; or dans le paysage actuel de la division tag team, ce n’est a priori qu’une question de temps avant qu’on leur offre une chance réelle de se montrer. Après tout, l’année 2015 a vu les Prime Time Players porter les ceintures de cuivre un moment, donc tout reste possible…

 

 

– Aïeuh!

Je t’avais dit de rester à genoux. Si tu te lèves, forcément tu te prends le plafond de verre en pleine poire.

– Il est drôlement bas le plafond de verre, non? Plus bas qu’à NXT en tout cas.

– Ouais. Ou alors c’est le ring qui est plus haut.

 

 

Voilà, vous connaissez désormais le classement définitif 2015, que voici sous une forme plus immédiatement visible :

 

 

1. The Ascension, 10,08 sur 15 possibles

2. Adam Rose, 9,26

3. The Big Show, 8,93

4. Brie Bella, 8,80

5. The Miz, 7,98

6. Kane, 7,93

7. Curtis Axel, 7,44

8. Jack Swagger, 7,26

9. Stardust, 6,44

10. Wade Barrett, 6,01

11. Damien Sandow, 5,41

12. Alberto Del Rio, 4,82

13. Bray Wyatt, 4,60

14. Dolph Ziggler, 4,47

15. Rusev 3,30

 

 

– Même à deux vous avez pas été foutus de battre mon record !

Tu vois Viktor, faut faire gaffe :  à force de se cogner au plafond de verre, on peut finir non seulement plombé, mais aussi complètement con.

 

 

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut