Catch

Une vidéo qui dérange

Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre.

George Orwell

 

Stamford, 15 février 2016. Voilà un scandale dont la League of Nations se serait bien passée. Un scandale d’autant plus embarrassant qu’il survient à un moment où la stable heel est entrée dans la dernière ligne droite vers Wrestlemania, où elle compte bien jouer les premiers rôles. Le coupable, Rusev, a présenté ses excuses, mais le mal est fait. L’impact en termes de relations publiques sera terrible. L’Agence Thesz Press revient sur cet incident qui ébranle le monde du catch.

 

 

Capture d’écran de la vidéo incriminée. À cet instant, Lana vient de lire la question de « @Chihuahua619 », qui demande si Alberto del Rio a « vraiment de grosses c… ». Rusev s’apprête à commettre un dérapage qui sera loin d’être le seul de cet enregistrement déjà surnommé sur les réseaux sociaux le « Vodkagate ».

 

 

Agence Thesz Press, communiqué N°5: la vidéo scandale de Rusev

 

 

Les faits

 

Dans la nuit de samedi à dimanche, Rusev a tenu une session de questions-réponses sur son compte Tout, une plateforme de communication en ligne dont la raison d’être était jusqu’alors inconnue. Accompagné d’une Lana visiblement ivre qui passe toute la durée de l’enregistrement à boire de la vodka au goulot et lui lit d’une voix de plus en plus empâtée les questions de ses fans, le Bulgare s’y livre à des confidences inattendues sur ses camarades de la League of Nations. Qui en prennent tous pour leur grade.

 

« Barrett? Lui kloug », dit-il dédaigneusement à propos du lutteur britannique, il est vrai voué à un rôle secondaire depuis quelque temps.

 

« Del Rio? Doubitchou! », tranche-t-il, signifiant par là qu’il ne prend guère l’aristocrate mexicain au sérieux.

 

Mais c’est sur le leader informel du groupe, Sheamus, et l’emprise que ce dernier exercerait sur le COO de la compagnie et donneur d’ordre de la League, Triple H, que le Bulgare tient les propos les plus violents. « Sheamus? Moi pas savoir où lui né, probablement cul mouton. Moi venir de barre Lénine, quartier chaud Sofia, moi pas peur lui. Lui jamais essayer intimider moi, lui peur moi! », démarre-t-il, avant d’insinuer que c’est la proximité, connue de longue date, entre le colosse irlandais et Triple H qui explique le statut protégé du Celtic Warrior : « Triple H gayropéen. Lui suce Sheamus dans salle muscu! Gayropéen! », s’esclaffe-t-il, encouragé par une Lana qui à ce stade se trouve en état d’ébriété avancée et entame sa deuxième bouteille de vodka. La vidéo prend fin alors que les deux fiancés déclarent qu’ils fêteront la Saint-Valentin en jouant au « vodka-pong ».

 

 

Lana aurait consommé deux bouteilles entières de vodka Poutine durant l’enregistrement.

 

 

Les conséquences

 

Étant donné le caractère confidentiel de la plateforme Tout, Rusev et Lana pensaient sans doute que cette discussion à bâtons rompus ne dépasserait pas un cadre privé. Mais dès le lendemain matin, la vidéo se retrouvait partagée sur Youtube et malgré les tentatives de la faire supprimer en provenance des bureaux de Stamford, totalisait 18 millions de vues dimanche à midi. Le scandale a été immédiat, des milliers de fans outragés disséquant l’affaire sur tous les forums de l’Internet Wrestling Community, les experts les mieux introduits y allant évidemment de leur commentaire. Dave Meltzer, de l’Observer, a écrit dans un tweet qu’il avait joint Rusev et que ce dernier affirmait que toute l’affaire était « un work ». Une ligne de défense cependant abandonnée dans l’après-midi, après l’annonce que le Bulgare ne serait pas convoqué pour la répétition du Raw de lundi soir et la publication par la League of Nations d’un communiqué révélant qu’il était suspendu à titre conservatoire.

 

Le communiqué de la League of Nations :

 

A la suite d'un échange avec Vince McMahon, la stable a décidé d'ouvrir à l'égard de la Superstar une procédure disciplinaire assortie d'une mise à pied conservatoire. Rusev ne figurera donc pas dans le groupe qui affrontera les Social Outcasts, ce lundi, à Raw.

 

La League of Nations tient à manifester son soutien le plus total à son protecteur, Triple H, et aux Superstars qui ont pu, à juste titre, se sentir offensées par des propos contraires à toutes les valeurs de la stable.

 

« J'ai pris la décision de mettre à pied Rusev. La League of Nations est une institution très forte à laquelle personne ne peut toucher, a souligné Vince McMahon ce dimanche en fin d'après-midi. Je ne laisserai personne mettre en difficulté la stable et nous détourner de nos objectifs, à commencer par notre intervention à FastLane dans le Title Match, très attendue par notre public. Toutes les énergies de la stable, celles des Superstars comme celles du COO et de son staff, sont désormais concentrées sur cette échéance capitale et prioritaire pour nous et pour tous nos fans. »

 

C’est un Rusev pénitent qui est apparu dans une nouvelle vidéo, bien plus brève celle-là, diffusée par wwe.com. Il y présente ses excuses à ses collègues et à ses supérieurs, refusant de justifier son erreur par son âge (30 ans). Il est prêt à en tirer toutes les conséquences. « Je soldat. Je sais assumer erreur. Je pense moi bientôt passé par les armes », affirme-t-il, tout en indiquant que « vie Rusev pas important. Run-in dans Title Match à Fastlane, ça important! » Ce mea culpa suffira-t-il à le faire rentrer dans les bonnes grâces de ceux qu’il a si vertement mis en cause? On sait déjà que Sheamus a demandé à se faire traduire l’enregistrement dans une langue qui lui est accessible. En découvrant la tonalité du discours de Rusev traduit en gaélique (« Fella… Fella fella fella, fella fella! »), l’Irlandais s’est montré impassible, mais on sait l’homme colérique…

 

 

L’époque où Rusev côtoyait le « kloug », le « gayropéen » et le « doubitchou » est-elle définitivement révolue?

 

 

L’avenir de Rusev s’écrit-il encore à la League of Nations? Impossible selon plusieurs grands anciens, qui se montrent très véhéments à son égard. Pilier du Spirit Squad de la grande époque, Kenny Dykstra estime que « ses coéquipiers ne pourront plus jamais le tagguer spontanément ». Ric Flair, figure de proue des légendaires Four Horsemen, a commenté l’affaire d’un « Woo! » glacial pour l’accusé. William Regal a pour sa part jugé que seule une adhésion volontaire au Kiss my Ass club pourrait sauver l’impétrant. Seul Razor Ramon, membre éminent du New World Order, a tenté de prendre la défense du Bulgare : « C’est… heu… Quand on boit trop heu… On peut parfois faire des… heu… dire des trucs… enfin voilà quoi », a-t-il articulé au micro de l’ATP avant de sombrer dans un coma éthylique.

 

Celui qui s’était imposé comme l’une des révélations de ces dernières années pourrait-il bientôt se voir souhaiter best of luck dans ses future endeavours? La League accepterait-elle de le laisser partir, au risque de le voir rejoindre une stable concurrente? Sans perdre de temps, le New Day a déjà fait savoir qu’il serait ravi de l’accueillir dans ses rangs afin de lui « faire ressentir la puissance de la positivité ». Alors, s’oriente-t-on vers le spectacle, inimaginable jusqu’à hier, d’un Rusev arborant une corne sur le front? Les prochains jours nous le diront.

 

 

Dans leur prochaine vidéo, Lana et Rusev se contenteront d’un facepalm de 45 minutes.

 

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut