Catch

La chute de la maison des vérités

Quand le déshonneur est public, il faut que la vengeance le soit aussi.

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro

 

Vous en avez assez des catcheurs à mi-temps qui parasitent les plus grands événements de l'été à coups de coudes et d'hémoglobine ? Peut-être est-il temps pour vous de vous pencher sur ce qui se fait ailleurs ?  Pour ce faire quoi de mieux que de streamer légalement le dernier PPV de la fédération reine du circuit indépendant : la Ring Of Honor ? Une fédération qui préfère la mort à l'humiliation et qui nous a présenté le 19 août dernier à Las Vegas son show annuel, Death Before Dishonor. Au programme : trois défenses de titre, un Fatal 4 way pour déterminer le challenger numéro uno au championnat télévisé et la présence des correspondants japonais.

 

 

Quatre garçons dans le vent !

 

 

Nalyse de ROH Death Before Dishonor 2016

 

Pour commencer, la carte, garçon !

 

ROH WORLD CHAMPIONSHIP

ADAM COLE vs JAY LETHAL (c)

 

ROH WORLD TELEVISION CHAMPIONSHIP

MARK BRISCOE vs BOBBY FISH (c)

 

TRIPLE THREAT – ROH WORLD TAG TEAM CHAMPIONSHIP

TETSUYA NAITO & EVIL vs MICHAEL ELGIN & HIROSHI TANAHASHI vs THE ADDICTION (CHRISTOPHER DANIELS & FRANKIE KAZARIAN) (c)

 

NON TITLE

IWGP Heavyweight Champion “RAINMAKER” KAZUCHIKA OKADA vs DALTON CASTLE W/ THE BOYS

 

“PRO WRESTLING’s LAST REAL MAN” SILAS YOUNG vs KAYSUYORI SHIBATA

 

CHAOS vs BULLET CLUB

CHAOS (ROCKY ROMERO/BERETTA/TORU YANO) vs BULLET CLUB (YUJIRO/TAMA TONGA/TANGA LOA)

 

GRUDGE MATCH

JAY BRISCOE vs HANGMAN PAGE

 

ROH WORLD TV TITLE #1 CONTENDER'S 4 CORNER SURVIVAL

LIO RUSH vs JAY WHITE vs DONOVAN DIJAK vs KAMAITACHI

 

PLUS…

THE CABINET (qui à éteint la lumière?)

 

 

Honneur aux invités, nous allons nous attarder pour commencer sur les matchs mettant en scène les stars de la NJPW. Si l'affrontement brouillon entre le Bullet Club et la team CHAOS est clairement dispensable, nous vous conseillerons quand même de jeter un coup d’œil au duel opposant le toujours très déterminé Shibata au vétéran et dernier défenseur de la cause masculine Silas Young. Victoire logique de l'increvable champion NEVER de la NJPW dans un match où Shibata a été longtemps malmené par un Silas Young très à l'aise de ce registre très stiff.

 

 

Essai à transformer…

 

 

Le duel opposant Hokada (rien moins que l'IWGP Champion) à Dalton Castle a quant à lui été le show stealer de la soirée. Avec Kyle O'Reilly, Castle est l'homme à suivre à la ROH. Charismatique en diable, doté d'un gimmick à la Liberace, il possède à l'heure actuelle peut-être la meilleure entrée du circuit international et un moveset proche de celui de Cesaro.

 

Face à lui Hokada est juste la plus grosse star du Japon et sûrement l’athlète le plus bling bling de la NJPW. Conflit d’égos  en perspective.

 

Si le champion japonais domine rapidement Castle, il est vite déconcentré par les « boys » , les deux larbins qui accompagnent l'homme-paon. En effet, les deux jeunes éphèbes sont visiblement deux grands fans du champion japonais, ce à quoi n'est pas insensible Hokada. Victime d'un excès de confiance, il va inviter les boys à participer à leur manière aux festivités. Mais Dalton Castle profitera de la distraction pour prendre le contrôle du match.

 

L'affrontement est très enlevé et Hokada laisse Castle dérouler son meilleur catch. Après une suite de contres et de rebondissements dantesques, Hokada finit par placer sa RainMaker Clothesline pour le gain du match. Reste que Dalton Castle a encore une fois été très impressionnant.

 

 

Le catch, ce déluge de virilité.

 

 

Le championnat par équipes est plutôt bien troussé mais n'a rien d'exceptionnel. Les roublards de The Addiction conservent leurs titres grâce à l'intervention du jeune Kamaitachi, pas vraiment aigri par sa défaite lors de l'opener. Un opener sous le signe des higflyers et du spectaculaire avec une grosse démonstration du jeune Lio Rush, dernier gagnant de la recherche annuelle de talents de la ROH.

 

C'est le gagnant de l'année précédente, Donovan Dijack, qui remporte le match. Dijack est un big guy au move set souvent orienté high flying impressionnant mais à l’exécution visuellement trop hésitante pour être réellement agréable à regarder.

 

 

Dans Okapi cette semaine, découvre le Kakatoès Cramoisi du Boukistan !

 

 

On n’attendait pas forcément grand chose du championnat TV ce soir, même si la rivalité entre Bobby Fish et Marc Briscoe a été bien construite. Fish joue la carte de la psychologie en assénant à longueur d'interviews que malgré sa longue carrière Marc reste le moins bon des Briscoe Brothers.

 

Le match en lui-même souffre dans sa première moitié d'un mauvais timing. On remarque souvent que Marc Briscoe se place pour prendre les coups portés par Fish. Mais au final, les deux belligérants ont trop de talent pour sortir une purge. Devant une foule complice ils réussissent une fin de match très disputée et spectaculaire où Marc Briscoe tente le tout pour le tout sur la troisième corde dans le coin du ring. Mais handicapé par une douleur au dos il se fait déborder par Fish qui va le faire chuter et enchaîner un violent placage dans le coin du ring avec un exploder suplex et un broken arrow pour une victoire à l'arrachée.

 

 

Man Up, Boy !

 

 

Avant d'aller plus loin, il n’est pas inutile de faire le point sur l'intrigue principale autour de laquelle tournent toutes les histoires de la ROH. A savoir l'invasion de la ROH par le Bullet Club.

 

La fédération américaine recevait souvent ces derniers mois la visite des garnements de la NJPW par le biais du trio The Elite composé des Young Bucks et de Kenny Omega. En mai dernier, le clan le plus rémunérateur du Japon a fini par définitivement investir les lieux et imposer sa présence dominatrice lors d'une mémorable « superkick party ». Interrompant le championnat du monde opposant Jay Lethal à Colt Cabana, le Bullet Club a officialisé l'intronisation d'Adam Cole dans ses rangs, avant de laminer les deux main eventers ainsi que tout le staff présent à coup de superkicks.

 

Plus tard, on apprendra que le Bullet Club a également enrôlé le jeune Adam Page ; tout juste sorti victorieux de sa rivalité avec son ancien mentor BJ Withmer. Pour ne pas avoir deux Adam dans le même club, Page a pris désormais le sobriquet de « Hangman » et se balade avec une corde pour pendre ses adversaires le long du ring.

 

Hangman Page se retrouve ce soir face à Jay Briscoe, une moitié des IWGP Tag Team Champions, qui a échoué le mois dernier à reconquérir le ROH World Championship face à Jay Lethal. Rappelons que Jay Briscoe avait perdu le tire suprême de la ROH il y a plus d'un an au profit du même Jay Lethal, invaincu depuis.

 

Le duel de ce soir est un « Grudge Match », soit un match sans disqualification. Bien pratique donc d'avoir une corde pour étrangler ses adversaires dans ce type de stipulation. Sauf quand votre adversaire prend l'avantage pour s'en servir contre vous. Ce que ne manquera pas de faire Jay Briscoe dès qu'il en aura l'occasion. Match très violent donc, on se prend des coups de chaise, on traverse des tables, on se fait étrangler contre les barrières de sécurité. Mais comme on est civilisé on évite les blade jobs trop sanglants afin de ne pas choquer la ménagère de moins de 50 ans.

 

Page manque de se tuer sur un shooting star press à l'extérieur du ring mais remporte la victoire après avoir longuement étranglé Jay Briscoe pour mieux le finir avec son espèce de piledriver inversé. Un match hardcore joliment exécuté qui ravira les fans du genre.

 

 

A table !

 

 

Comme expliqué plus haut, Jay Lethal domine la compétition depuis plus d'un an. Il est souvent présenté comme The Greatest ROH Champion. Il a quand même épinglé à son tableau de chasse Jay Briscoe, AJ Styles, Michael Elgin, Matt Sydal pour n'en citer que quelques-uns. Récemment, il a humilié le jeune Lio Rush, s'est débarrassé du revenant surmotivé Colt Cabana et s'est imposé face à un Kyle O'Reilly diminué par une blessure à l'épaule.

 

O' Reilly blessé ? Intrigant, n'est-ce pas ? Eh bien non ! Pas quand on sait que le jeune prodige occupait le spot désiré par Adam Cole. Ce dernier s'est donc occupé de ruiner tous les espoirs de l'aspirant numéro en lui ruinant l'épaule.

 

Représentant américain du Bullet Club, Adam Cole s'est vu interdire tout droit à un match de championnat en réprimande de ses actions. Et qu'est-ce qui se passe dans le monde du catch quand on a été puni pour une bêtise ? Et bien on refait la même mais en plus impressionnant cette fois.

 

Ainsi, aidé par toute sa bande, Adam Cole va s'attaquer directement au champion, et après un bon beat down des familles, il va passer le crane de Lethal à la tondeuse. Traumatisé et fou furieux, Jay Lethal va insister pour affronter Cole. Et ainsi le match de championnat de ce soir est bouclé.

 

 

The Jarrett Era has begun !

 

 

Généralement accompagnés respectivement de la House Of Truth et du Bullet Club, Lethal et Cole se présentent seuls pour un affrontement qui se révélera intense.  Les deux athlètes se rendent coup pour coup. Et vont tout tenter, chacun de son côté, pour anéantir leur adversaire.

 

Lethal enchaînera même cinq topé suicida : si les quatre premiers touchent leur cible, le cinquième sera violemment contré et le champion finira dans la barricade de sécurité.

 

Belle partition des deux côtés. Contré par un superkick alors qu'il essaye de placer sa Lethal injection, le champion survivra à un enchaînement destroyer/last cole (une souplesse qui se termine par la nuque écrasée sur le genoux). Increvable, Lethal esquive un superkick et place enfin sa Lethal injection (un spring board stuner) mais Cole se relève au compte de deux.

 

Poussé dans ses derniers retranchements, miné par un énorme hématome dans le dos, Lethal perd son sang-froid suite à une dernière provocation de Cole à base de doubles doigts d'honneur. A ce moment du match, l'erreur ne pardonne pas : le champion est contré sur une tentative de clothesline et Cole tente un petit paquet avant d’enchaîner last cole, running knee et à nouveau last cole.

 

Lethal est K.O. Et ne relèvera plus : compte de trois pour une victoire qui met fin au règne sans partage du disciple de l'House Of Truth.

 

Adam Cole nouveau champion : une nouvelle ère s'ouvre à la Ring Of Honor. L'ère du Bullet Club ! Sauf si Kyle O'Reilly a son mot à dire ! Le compétiteur né revanchard vient ruiner la fête et sèche le nouveau champion d'une violente corde à linge. C'est sur cet ultime rebondissement que se termine le show.

 

Même si la rivalité Cole/Lethal a été plutôt bien construite, les têtes pensantes de la ROH seraient quand même bien avisées d'éviter de se reposer autant sur les invités de la NJPW.

En effet, le Bullet Club à la sauce yankee n'a pas l'envergure de son pendant japonais et leur outrageuse domination sur le roster risque de devenir rapidement fatigante…

4 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut