Catch

Une première réussie

Un avenir cela se façonne, un avenir cela se veut.

Raymond Barre

 

On attendait à la fois peu et énormément de ce premier PPV labélisé « Smackdown Live ». Certains étaient carrément frisquets au vu de la carte proposée tandis que d’autres devaient trépigner devant toutes les portes que pouvait ouvrir cette émission spéciale avec ses deux nouvelles ceintures et le match pour le titre mondial. Eh bien la WWE a réussi le tour de force de cocher les cases sur tous les tableaux avec du bon catch et de belles histoires pour les semaines à venir. Plongeons ensemble dans les événements de ce WWE Backlash cuvée 2016 qu'on est en droit de qualifier d'historique.

 

 

Et non, vous ne rêvez pas!

 

 

Nalyse de Backlash 2016 (Smackdown Live pay-per-view)

 

 

Backlash, ou "répercussions" pour tenter de trouver le mot de notre belle langue qui s’en rapproche le plus, nous revient après un hiatus de plus de sept ans ! A l’époque, les frères Hardy s’affrontaient dans un « I Quit Match », Punk perdait déjà, contre Kane, et Cena affrontait Edge dans un Last Man Standing d’anthologie.

 

Backlash était un événement phare, se déroulant toujours juste après WrestleMania, qui chaque année venait solder les grandes rivalités du Saint des Saints tout en lançant les affaires de la nouvelle saison à venir. Et c’est finalement un clin d’œil à l’histoire plutôt adapté que d’avoir nommé le premier PPV de l’histoire de Smackdown Live ainsi, puisque l’objectif du PPV inaugural de l’équipe bleue était de lancer définitivement dans le grand bain une bonne partie de son vestiaire avec les nouvelles ceintures pour le titre féminin et le titre par équipes ; mais aussi d’asseoir pour la première fois, en toute indépendance de son grand frère rouge, sa carte et ses rivalités au grand public dans un événement majeur.

 

Et puisque nous parlons des nouveaux titres, commençons immédiatement avec l’ouverture de Backlash qui a fait la part belle à l’un d’entre eux, le titre féminin qui s’est disputé dans un 6-pack Challenge à éliminations. La stipulation à éliminations avait d’ailleurs été accueillie par beaucoup comme une bénédiction pour éviter de tomber dans les sempiternels formats brouillons où le premier tombé fait foi et où il faut donc nécessairement passer par un enchainement de prises de finition avant la conclusion.

 

 

Ils ont même filé à Naomi une tenue pour régler le contraste de vos téléviseurs, ils pensent à tout à Smackdown Live. 

 

 

Et les filles ont parfaitement su tirer profit aussi bien du temps alloué (près d’un quart d’heure !) que de la stipulation pour nous proposer un match prenant qui en aura, je pense, surpris plus d’un, moi le premier d’ailleurs. Si vous nous suivez régulièrement sur Catch’up (le podcast des CdC, OH LA PUB !), vous saurez que je ne tiens pas particulièrement la division féminine de Smackdown Live dans mon cœur. La faute notamment à un manque de profondeur et de qualité chez les six lutteuses (sept si vous comptez la resplendissante Eva Marie), surtout sur les profils heels où les personnages apparaissent plus comme caricaturaux et difficiles à prendre au sérieux que capables de tenir la chandelle à la championne de RAW Charlotte ou au monstre physique Nia Jax pour ne citer qu’elles.

 

Toujours est-il qu’elles m’ont fait mentir, elles et les bookers, en proposant un match équilibré, rythmé et super plaisant à suivre où chacune des six participantes a bien pu faire l’étalage de ses qualités et du pourquoi de sa présence dans l’émission, si ce n’est pour un léger botch un peu longuet entre Natalya et Naomi en milieu de match.

 

Au-delà du couronnement de la championne, l’enjeu majeur était aussi de nous montrer pourquoi nous devrions avoir envie de regarder les segments féminins à Smackdown Live semaine après semaine. En ce sens, Alexa Bliss, avec un look délicieux à la Harley Quinn, a pour moi été une des grandes gagnantes de la soirée avec une présence dans le ring parmi les plus intéressantes et un jeu avec le public et ses émotions au top. Naomi a encore fait un carton avec son entrée et son intensité pendant tout le match, elle continue de nous surprendre avec son côté athlétique un cran au-dessus de la mêlée. Natalya personnellement ne me fait plus grand-chose, mais il faut avouer que cela reste une valeur sûre dans le ring et elle l’a encore prouvé ce dimanche. Tandis que Carmella et Nikki ont bien su profiter de ce match pour prolonger leur rivalité.

 

Restait Becky Lynch, celle qui n’avait rien à nous prouver dans le ring ou en dehors tant elle semble faire l’unanimité, mais à qui il manquait depuis maintenant des mois une vraie victoire, un triomphe. Et c’est à présent chose faite avec une victoire retentissante pour celle qui devient la toute première championne féminine de Smackdown sous une ovation qui a fait chaud au cœur. Elle empoche la mise sur sa soumission, le dis-arm-her, portée sur Carmella. Son interview dans le ring m’a vraiment fait quelque chose, il y a un truc dans son sourire et son regard qui vous donne envie de la supporter et d’être derrière elle instantanément. Après des années de galère et des mois à la WWE à se faire trahir dans tous les sens et à mordre la poussière, la voici donc enfin tout en haut de la montagne. Bravo Becky Balboa !

 

 

Oh putain non je voulais la rouge pour aller avec mes cheveux !

 

 

On enchaine avec l’autre nouvelle ceinture, ou devrais-je dire les nouvelles ceintures, celles pour le titre par équipes. Elles étaient à l’honneur ce soir avec non pas un mais deux matchs, puisqu’une des demi-finales a dû être rejouée du fait de la blessure des American Alphas, sauvagement agressés par les Usos.  

 

Nous avions donc pour une place en finale les Usos contre les Hype Bros, repêchés après avoir pourtant perdu contre Slater et Rhyno quelques jours avant. Les entrées auront été l’occasion de voir que si les Usos n’ont pas encore changé de titantron, ce qui ne saurait tarder, ils ont bien changé d’attitude et de look. Finis les shorts fluorescents, le haka et les masques de peinture, les voilà la mine menaçante avec des fringues noires et blanches à invectiver la foule. On aurait apprécié un petit encart vidéo d’avant match nous expliquant ce changement (compréhensible au demeurant vu le heel turn), mais soit.

 

Au cours d’une dizaine de minutes rythmées par l’énergie débordante de Mojo Rawley et les phases de domination des frangins Jimmy et Jey sur Zack Ryder, ce sont bien les Samoans qui l’emportent comme prévu pour se qualifier pour la finale. On remarquera l’utilisation pour la victoire de la même combinaison qui avait mis hors course les Alphas, à savoir ce superkick vicieux à l’arrière du genou de Ryder, avant de lui infliger un Single Boston Leg Crab modifié pour la victoire par soumission.

 

Si le match a été correct sans plus, on soulignera le changement de style dans le ring des Usos: beaucoup plus méthodique, agressif, lent et surtout moins aérien. Un changement subtil et bien amené qui coupe court à tous vivats potentiels d’un public pourtant habitué à les acclamer depuis des années.

 

Bon OK le langage corporel a dû déjà bien aider aussi…

 

 

Passons directement à la finale de ce tournoi et au dénouement de l’histoire qui s’apparentait à un conte de fées pour Heath Slater depuis plusieurs semaines. Après des années d’associations douteuses, de rôle de jobber faiblard dans plusieurs factions ou de leader d’équipes comiques, le voici au centre de toutes les attentions depuis le début de son angle de « Free Agent » le plus chaud de la WWE. Et cette histoire avait l’occasion d’arriver à son terme à Backlash s’il réussissait à remporter le tournoi avec son pote improbable Rhyno, puisque Shane McMahon et Daniel Bryan lui avaient promis un contrat en cas de victoire finale.

 

Malgré des problèmes d’estomac évoqués en coulisses lors d’une interview de milieu de show amusante, à la suite d’un mix de stress en vue de la finale et de sauce au crabe préparée par sa ravissante épouse, Slater est bien là, flanqué de Rhyno, pour affronter les Usos qui enchainent donc leur deuxième match de la soirée.

 

Inutile de vous préciser que Rhyno et surtout Slater étaient over comme jamais auprès du public, qui mordit comme un seul homme dans chaque prise portée par les deux compères et inversement hua copieusement tous les coups encaissés. Slater a une fois de plus subi, avec des éclairs offensifs par moments, mais les retournements de situation étaient toujours initiés par Rhyno. Les Uso ont continué à catcher de manière très efficace en équipe heel. Et au final, c’est le genre de match auquel on ne donnera jamais cinq étoiles et qui pourtant m’a absolument embarqué. Dix minutes sans spot majeur mais avec une super histoire, un public à fond et quatre catcheurs pile poil chacun dans leur rôle.

 

Sans surprise, même si je croyais beaucoup personnellement à la théorie du rêve brisé pour donner un maximum de heat aux Usos, Heath Slater va donc au bout de son épopée et décroche la timbale avec son comparse dans une explosion de joie générale. L’image est belle. Comme pour Becky Lynch, l’interview post-match dans le ring ne peut que vous arracher un sourire sincère et ça fait du bien.

 

 

On notera avec effroi que lorsque Heath Slater s'énerve, ses cheveux se consumment sur sa tête.

 

 

On rembobine un peu la pellicule et on revient à une autre ceinture qui a été mise en jeu après la demi-finale Usos/Hype Bros, celle pour le titre Intercontinental entre le Miz et Ziggler. Si ce dernier est entré dans l’arène de façon somme toute classique, le Miz lui est allé faire coucou à Daniel Bryan en coulisses juste avant que sa musique ne retentisse. Pourquoi ? Car notre A-lister souhaitait renégocier son contrat avec Smackdown Live et affirmer son importance, que dis-je, le fait qu’il soit absolument indispensable au show bleu. Daniel Bryan refuse de répondre et d’accorder de l’importance au Miz qui rétorque alors que la négociation n’en sera que plus dure une fois qu’il aura conservé son titre dans quelques instants et qu’en attendant il va aller faire ce que Daniel Bryan, lui, ne peut plus, catcher…

 

Promo vicieuse du Miz qui tape une fois de plus là où ça fait mal et qui semble donc embraser à nouveau le feu de cette rivalité qu’on pensait dormante au lendemain de la grande promo à Talking Smack entre les deux hommes et qui avait fait couler beaucoup, beaucoup d’encre sur la toile. Dormante car finalement nous n’avions eu que des « excuses » de Bryan et un Miz qui s’était fait alpaguer par Ziggler, qui semblait justement reprendre le rôle de Bryan. Ce segment nous montre qu’il n’en est rien et que cette affaire est loin d’être terminée. Cette mini promo d’à peine deux minutes avant le début du match aura été si efficace qu’on pourrait presque lui reprocher de virer le projecteur du titre Intercontinental et de Ziggler quelques secondes avant le match.

 

 

Bon en même temps c'est toutes les semaines que le projecteur n'est pas braqué à 100% sur le titre Intercontinental du Miz.

 

 

Mais il n’en a rien été. Non, il n’en a rien été car le match a tout bonnement été excellent et est pour moi une véritable petite pépite qui je l’espère sera appréciée à sa juste valeur. L’alchimie entre les deux natifs de l’Ohio n’était plus à prouver. Ziggler et le Miz nous l’ont montré par le passé lors de leurs nombreux affrontements, ils se connaissent par cœur et savent proposer des matchs efficaces et différents quelles que soit les stipulations (on se souvient de leurs nombreux affrontements à thème par le passé). Il ne leur manquait finalement que ce match référence, ce match où on leur donne le go, le feu vert pour lâcher les chevaux et nous embarquer. Et ce match, nous l’avons eu dimanche avec presque vingt minutes de délire et un Miz que vous ne verrez probablement plus comme avant à présent.

 

Si le Miz était l’archétype du sport-entertainer heel, peureux, roublard et au style minimaliste, il a prouvé à Backlash que c’était aussi un catcheur capable de réaliser des matchs beaucoup plus complexes. Et ce n’est pas par hasard qu’il a choisi cette occasion. Alors que la rivalité avec Daniel Bryan bat son plein en toile de fond, le Miz a soigneusement imité quelques-unes des prises de l’arsenal du barbu comme la soumission Surfboard ou bien les dropkicks en courant dans les coins du ring. Au-delà de ça il nous a également sorti une superbe sit-out powerbomb en prenant élan sur les cordes et de manière générale une agression et rapidité d’exécution assez remarquable par moment.

 

De son côté Ziggler a fait du Ziggler et l’a bien fait. Un selling et des bumps superbes qui ont rendu ce match haletant à tous points de vue tant il sait se relever à 2,99 ou bien réaliser des retours surprises et nous faire croire à un come-back victorieux. On retiendra également le début de match tout bonnement hilarant qui voit les deux hommes répliquer quasi à l'identique le fameux premier match UFC de CM Punk d'il y a deux jours. Le Miz joue le rôle du Straightedge, qui se jette dès la cloche entendue sur Ziggler qui, lui, prend le rôle de Mickey Gall,  met immédiatement son adversaire à terre et le piège dans un "Rear Naked Choke" (comprendre un étranglement par derrière, prise qui avait soumis CM Punk en à peine deux minutes). Clin d'oeil savoureux à ce match polémique.

 

 

– Punk, une réaction sur "l'hommage" de Ziggler et du Miz ?

– Euh pour tout dire je n'ai rien vu ni entendu, j'ai quelques soucis depuis ma branlée de samedi en fait.

 

 

Le finish est néanmoins teinté de controverse puisqu’après un gros travail du Miz sur le genou gauche de Dolph, menant à une prise en quatre que j’ai personnellement cru fatale, le blond se dégage en attrapant les cordes mais est aspergé d’un spray dans les yeux par la belle Maryse. La suite vous la devinez, Skull Crushing Finale et compte de trois pour un Miz triomphant qui se carapate immédiatement pour aller célébrer avec sa femme.

 

Ziggler est encore une fois le dindon de la farce et une longue descente aux enfers vers un heel turn semble de plus en plus probable. Néanmoins la fin du match semble promettre a minima une revanche, ce qui est loin de me déplaire vu le niveau affiché ce dimanche. Du côté du Miz, les négociations s’annoncent savoureuses à Smackdown Live dès ce mardi et nous avons hâte de voir ce que la suite de la rivalité avec Bryan nous réserve.

 

Aha Daniel regarde, moi aussi je sais faire le Yes Lock ! 

 

 

Un bonhomme qui avait une grosse carte à jouer, c’est Bray Wyatt avec son match contre nul autre que la Vipère Randy Orton. Sauf que le bon Bray a eu la bonne idée de venir démolir la cheville de Mister RKO en coulisses plus tôt dans l’émission. Dès lors, au moment de l’entrée du premier dans l’arène pour le match, le doute plane quant à la participation du second. Doute rapidement dissipé avec un petit mot tendu à l’annonceur qui déclare qu’Orton ne sera pas médicalement apte à participer au match et qu’il est donc forfait (on notera le résultat officiel qui est une victoire de Wyatt pour le concours de pronostics hein !!!). Toute cette mascarade sert en réalité à contourner un sujet plus épineux qui est, pour ceux qui ont suivi les infos de la veille, qu’Orton est en réalité réellement blessé, et ce depuis son match contre Lesnar à Summerslam. Il semble en effet souffrir d’une commotion, pas étonnant quand on accepte de se prendre des coups de coude dans la tronche au point de se faire ouvrir le crâne…

 

Toujours est-il qu’on pourra quand même sérieusement questionner le bon sens des décideurs de la WWE de promouvoir un match avec Orton à Backlash sans savoir avec certitude si celui-ci sera déclaré apte. Mais le mal est fait et ces mêmes décideurs ont donc décidé de donner le crédit de la blessure à Bray Wyatt. Pourquoi pas. Sauf que ce n’est pas tout ! Notre annonceur déclame que Bray Wyatt aura tout de même un match ce soir et que ce sera No Holds Barred (comprendre sans disqualification) et que ce sera contre… cet homme !

 

 

Bon on va le faire au vote du public, qui veut voir Kane contre Wyatt les gars ? J'en suis à 8 pour le moment. Alors qui d'autre ?

 

 

Ouais, pas folichon hein ? Les dents de pas mal de foyers ont dû grincer certes, mais il faudrait néanmoins être de mauvaise foi pour ne pas admettre que le bon Kane en a encore sous la semelle. J’en veux pour preuve ce match qui s’est avéré au final être de fort belle facture compte tenu des attentes avec une très bonne exploitation de la stipulation et un public investi de bout en bout. Les deux hommes ont réussi à sortir un match au-dessus de la moyenne à mon sens en une douzaine de minutes environ avec des spots impressionnants comme la Senton de Wyatt sur Kane sur la table des commentateurs et les nombreux bumps à l’extérieur du ring sur les barricades et avec les chaises.

 

Le résultat en revanche est plus discutable et constituera sans doute la première, et dernière, erreur de booking de la soirée puisqu’alors que Bray porte un Ura-Nage à Kane sur la chaise dans le ring, Orton arrive en boitant et porte un RKO de vicelard à son rival avant de laisser Kane finir le boulot avec un Chokeslam des familles et le tombé pour la victoire.

 

A mon avis, nous aurions pu éviter la distraction et laisser Wyatt l’emporter pour l’installer dans l’esprit du public comme un gagnant. Le pauvre perd tous ses matchs de PPV depuis des années, il a besoin de l’emporter. Et voir Kane faire le tombé sur Wyatt en 2016 alors que ce dernier semble promis à terme à devenir une des stars heels du show bleu, c’est tout sauf productif. Les dommages ici sont très loin d’être irréversibles, inutile de dramatiser, Wyatt n’est battu qu’à cause du RKO d’Orton certes, mais on aurait pu garder ça pour un segment à Smackdown Live et laisser une image de Bray triomphant à Backlash.

 

 

M'en fous ! Du moment que les gens viennent avec leur smartphone chargé au show je serai over !

 

 

Il nous reste à couvrir le Main Event de la soirée, celui qui oppose pour le titre suprême de la fédération (jusqu’à preuve du contraire) le champion Dean Ambrose contre le challenger AJ Styles. Un match très attendu à bien des égards. D’un côté Dean Ambrose, le champion feignant, qui traine sa carcasse de matchs ternes en promos molles semaine après semaine depuis maintenant trop longtemps. Va-t-il être capable de raviver la flamme et faire qu’on s’emballe à nouveau derrière le Lunatic Fringe, Dean Fuckin’ Ambrose, le champion qui nous a fait kiffer par le passé ? De l’autre AJ Styles qui est sur une trajectoire totalement inverse, à savoir droit vers les étoiles, fermement en selle sur la putain de roquette qu’on lui a calée depuis son arrivée à la WWE. Va-t-il convertir l’essai et définitivement asseoir son statut à la WWE et sa légende de manière générale après avoir zigouillé John Cena ?

 

La réponse, on l’a eue au bout d’un match somptueux de vingt-cinq minutes de catch enlevées et c’est un grand et beau oui. A l’exception de quelques défauts minimes, et on sera en droit d’appuyer notamment sur le selling douteux d’Ambrose sur sa jambe blessée par Styles qui ne l’a pourtant pas empêché de courir à de nombreuses reprises, AJ Styles a tiré de Dean son meilleur match depuis un bail et les deux hommes ont proposé un Main Event de grande qualité avec du suspense, du beau catch, de très beaux moments dans le ring et hors du ring et surtout la bonne histoire au bon moment.

 

On avait besoin de voir un autre Dean Ambrose, urgemment, et c’est ce qu’on a eu avec enfin un Dean qui a adapté ses actes à ses paroles en proposant des moves innovants et plus brutaux dans le ring comme quand il se défait du Calf Crusher en écrasant la tête de Styles sur le tapis à plusieurs reprises avec sa jambe valide, une superplex super impressionante visuellement ou quand Ambrose catapulte Styles tête première sur le poteau du ring depuis le tablier. Un style beaucoup plus bagarreur qui sied à l’histoire entre les deux où AJ est un pur catcheur qui a battu Cena et Ziggler dans des matchs de catch, tandis qu’Ambrose avait promis de l’emmener sur un terrain inconnu, son terrain, celui de la baston et de la guerre de tous les instants.

 

 

Se sachant perdant sur le terrain de la technique, Dean tente de provoquer AJ à un match de je te tiens tu me tiens.

 

 

Et ça n’a pas loupé puisque le public a foncé tête baissé et les dix dernières minutes ont été d’un rythme de fou avec énormément de « nearfalls » dans lesquelles on mordait avec joie devant cette fougue retrouvée du champion. Mais au final, ce qui devait arriver arriva. Alors que Styles venait d’encaisser le fameux lariat d’Ambrose avec appui dans les cordes, il repousse ce dernier sur l’arbitre, qui est temporairement étourdi, et en profite pour placer un coup bas dans les valseuses du champion, élément récurrent de leur jeune rivalité. Un Styles Clash plus tard, Mister TNA est déclaré champion suprême de la WWE.

 

Ouais.

 

 

Pincez moi les tétons comme ça les gars s'il vous plait, j'arrive pas à y croire.

 

 

Moment incroyable qui vient clore un Backlash électrique et mémorable. AJ Styles conclut donc sa folle ascension avec ce titre qui lui semblait promis depuis sa victoire tonitruante contre Cena à Summerslam. Dean Ambrose quant à lui aura tout loisir de demander une revanche au vu de la nature de la victoire, mais je suis d’ores et déjà satisfait de voir qu’en se sortant les doigts il reste capable de proposer des prestations de très haut niveau, dignes d’un champion de la fédération et d’un main event de pay-per-view.

 

A côté de cela, nous avons deux nouveaux champions adulés et adorés de la foule qui nous ont assurément décroché des sourires sincères et ont suscité une vraie joie qui réchauffe le cœur en la personne de Becky Lynch et Heath Slater (et Rhyno bien sur). Et puis cette gemme de Ziggler/Miz qui fait saliver à l’idée d’imaginer les potentiels débouchés avec Bryan dans le futur tout en rabattant le caquet des détracteurs de l’ancienne star de télé réalité qui prouve au monde qu’il est plus qu’à sa place à la WWE en tant que champion intercontinental.

 

Ce premier PPV de l’ère Smackdown Live est une réussite à tous les échelons me concernant et me pousse à envisager l’avenir du show bleu avec optimisme et surtout envie. On ne pourra pas occulter la question de la pérennité du système, tant les combinaisons possibles sont mathématiquement limitées du fait de la faiblesse numérique du roster par rapport à RAW ; impression renforcée quand on voit que pour remplacer au pied levé Orton contre Bray nous devons faire appel à Kane… Mais on pourra aussi rétorquer que le vivier NxT n’a pas fini de produire et faire monter des éléments de très grande qualité et qu’une gestion intelligente des forces entre les trois émissions sera indéniablement la clé du succès pour Smackdown Live.

 

Pour le mot de la fin, mon sentiment est que ce Backlash 2016 restera dans les livres d’histoire du catch comme celui du couronnement de l’une des plus grandes stars de ces dernières années dans la fédération qui a pourtant historiquement tant de mal à décorer ses anciens ennemis. Cette victoire est hautement symbolique et n’est surtout pas à minimiser. Et quand on se dit que les deux titres majeurs solos sont détenus par Kevin Owens (initialement Finn Balor) et AJ Styles, on se dit que ouais la nouvelle ère est bel et bien arrivée, si on en doutait encore, n’en déplaise aux éternels insatisfaits.

 

 

AJ Styles a manifestement pris très à coeur les vannes sur sa coiffure et a décide de tenter autre chose.

31 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut