Catch

La foire aux opportunités

Career opportunities, the ones that never knock
Every job they offer you is to keep you out the dock
Career opportunities, the ones that never knock
 
Vous ne rêvez pas, nous sommes en 2017 et les astres catchesques ont décidé de foutre le bordel dans une organisation bien huilée. Tandis que Shinsuke Nakamura fait ses débuts, Jinder Mahal, Tyler Breeze et Fandango obtiennent des title shots. Et, à côté de ça, on conserve Sami Zayn dans son rôle de David contre les Goliaths de la WWE et on se paye une affiche de rêve entre Kevin Owens et AJ Styles pour une ceinture secondaire. A quoi joues-tu, WWE?
 
 
WWE 2K18, le seul espoir pour Ember Moon, Xavier Woods, Zack Ryder et Machin de lutter pour la ceinture suprême.
 
 
Nalyse de Backlash 2017
 

 
Il y a une chose qu’on aimerait plus que tout lorsque l'on suit la WWE, c'est que nos amis favoris soient aux places qu’ils méritent. Et il y a une chose que la WWE adore faire, c’est nous troller en jouant le coup de l’opportunité. Car oui, la hiérarchie n’existe pas vraiment et des jobbers éternels peuvent avoir un title shot. Un léger repackaging ou de la gonflette et on se retrouve challenger.
 
 – Opportunité de titre
 
Autant le dévoiler tout de suite, cette image là:

est réelle.

 

 

Et ce n’est pas un extrait de la nouvelle saison de Twin Peaks, David Lynch n’aurait jamais eu cette idée aussi folle.

 

Je n’ai rien contre ça, le booking récent de Mahal a été monté de façon à ce qu’il soit crédible en challenger au titre WWE malgré les casseroles du passé comme les 3MB et cette sordide feud contre son beau-frère The Great Khali.
 
Maintenant, c'est limousine et contre plongée.
 
 
Mais le talent du bonhomme est plus que quelconque et le match contre Randy Orton était à sens unique. Le champion dominant totalement son adversaire. C’était une grosse branlée jusqu’à l’intervention des deux nabots indiens qui accompagnent le Maharadjah Mahal. La vipère ne se préoccupe plus de son adversaire et envoie les deux gugusses dans les airs.
 
Puis, après avoir sorti Mahal d’un tombé suite d’un RKO, Randy Orton les attrape et pose son double DDT depuis les cordes. Ni une, ni deux, dans une de ses seules actions positives du match, Jinder chope Orton et lui applique sa cobra clutch slam et réussi son tombé devant les yeux ébahis du public.
 
 
Quoi?
 
 
Oh non!
 
 
Mais ça ne vas pas la tête?
 
 
oh oh oh, comment je vais troller sur les cahiersducatch.com
 
 
Ce public justement, que je critique souvent, n’a pas été désagréable. Ils ont accepté cette affiche et ont même lancé quelques “Let’s go Jinder/Jinder Suck” . Ce comportement correct pendant tout le ppv ne me permet juste pas un joli jeu de mots en cas de chant contestataires: Les Chicago Bullies (lol hein)
 
Attendons de voir la suite dès ce mardi. On aura peut être un rematch et le règne de Mahal sera déjà terminé.
 
 
J'ai autre chose à foutre, perso. Comme monter des étagères.
 
 
Les autres ex-jobbers à avoir un title shot étaient donc la Fashion Police de Breezango contre les frangins Usos. On était clairement dans du comedy wrestling où Breeze restait étrangement déguisé en concierge ou en vieille dame. Le tout armé d’une serpillère.
 
 
Voilà. Pas besoin d'une légende.
 
 
Personnellement, j’aime assez les segments parodiques de séries policières avec reprise de l’intro de Law & Order. Mais ici, c’était un peu too much. Enfin, on savait que c'était Tyler Breeze, pourquoi le garder "undercover" comme ils le disent dans leurs segments?
 
 
On sent nettement la baisse du budget pour la saison 7 d'Homeland.
 
 
Ça a bien occupé la division tag team en attendant l’arrivée prochaine du New Day ou une future association Sami Zayn/Tye Dillinger.
 
 – Opportunité de heel turn
 
Un seul match pouvait donner lieu à un changement d’alignement. Le match féminin où le comité d’accueil (Natalya, Tamina, Carmella & Gollum) affrontait Charlotte et ses alliées Naomi et Becky Lynch.
 
A la vue de la nouvelle coupe de cheveux de la steampunk, mélange du punk de la pub Sega des années 80/90 et d’un second rôle de Jem et les hologrammes. 
 
 
Clairement un look de heel, merde.
 
 
J’ai vécu ce match d’une façon totalement biaisée. J’attendais son coup de sang contre Charlotte, sa fuite du ring laissant Naomi encaisser un tombé ou encore une attaque post match, mais rien n’est venu comme je l’attendais… 
 
Plus aucun souvenir du match, juste de cette fin où Becky Lynch était prise dans le Sharpshooter de Natalya (2017, putain… ça marche encore ce truc) au point de devoir céder et d’abandonner. Même l’après match m’a laissé sur ma faim avec les trois faces regardant depuis le ring, s’éloigner les heels victorieuses.
 
 
Nul sur un ring, mais manager victorieux. James est le Christophe Galtier de la WWE
.
 
Alors, ce heel turn peut venir dès ce mardi soir, on est pas à l’abri d’une surprise mais faut arrêter de me faire croire des choses en changeant de coupe de cheveux! Mais, je suis un peu con aussi.
 
 
Oui
 
 
 – Opportunité de montrer son talent
 
Si le perfect Ten se contente pour l’instant d’être en pré-show (et de vaincre le vaudevillains rescapé), Sami Zayn reste dans le même registre.
 
Après Owens ou Strowman, le nouveau golgoth est l’homme aux yeux morts: Baron Corbin. Le match est un classique de ce style d’opposition: Zayn est jusqu’au-boutiste, sans peur et sans reproche. Il est dominé, souvent dans des prises de l’ours, envoyé dans les cordes pour se prendre une clothesline et des tombés dont il se relève à chaque fois. Le tout avec quelques fulgurantes répliques histoire de réveiller un public intéressé mais peu passionné .
 
 
T'es d'accord Baron? Tu domines pendant 6-7 minutes, je survis a chaque fois, la foule m'acclame mais tu remportes le match. ok? Comme ça, on pourra gueuler sur mon statut et ton côté look strong.
– Rien compris.
 
 
Logiquement, on se dirigeait vers une défaite classique de Sami Zayn, mais contre toute attente et après une bonne suite de coups de pied dans sa gueule, Zayn esquive un dernier coup et envoie Corbin en dehors du ring, pour mieux le cueillir de deux Helluva kick. Sami Zayn remporte ainsi son premier match en ppv depuis… le tag team match avec Neville contre les Dudley boys en pré-show de Summerslam (si on ne compte pas le match aux règles mal définies de Roadblock contre Strowman en Décembre)
 
Cette victoire est-elle un bon signe pour Zayn qui a enfin saisi sa chance de vaincre un catcheur hors norme ? aura-t-il l’opportunité d’aller vers les titres ou doit-il encore se taper un monstre de foire?
 
 
 – Allez on enchaîne direct pour Sami Zayn, victorieux du grand Baron Corbin, nous lui donnons l'occasion d'affronter quelqu'un de plus puissant!
– Nakamura, donnez moi Nakamura
– ERIIIIIC ROWAAAAN!!!
– Oh non… 
 
 
Parmi ceux qui avait tout à montrer lors de ce ppv, passons extrêmement vite sur le match bien surnommé par Kovax, lors de l’enregistrement de Feud of The Year, une bagarre d’ivrognes pour une bouteille de villageoise: Eric Rowan vs Luke Harper. C’était sans intérêt et dans le silence le plus complet.
 
D’ailleurs, c’est Harper qui a remporté le match. Il paraît que c’est le face dans cette rivalité.
 
Comme le disait William de Britaine, "le silence est la clé de la prudence et le sanctuaire de la sagesse". Ce qui veut dire que si tu hues, je viens arracher ta colonne vertébrale de ton dos. Ce sera plus gore qu'Alien:Convenant.
 
 
Typiquement le moment où on pouvait craindre des huées, des chants CM Punk ou autres du public (il a été respectueux, putain!)
 
La forte attente était pour Shinsuke Nakamura. Inconnu total si on ne regarde ni NXT ni la New Japan Pro Wrestling mais fort d’une belle réputation.
Étrangement, la WWE et les bookers ont décidé de tenter un drôle de coup de poker en le lançant directement en opener après un build datant du Smackdown post Wrestlemania. La bonne idée est de lui avoir donné Dolph Ziggler pour ses premières gammes devant 20 000 américains à fond.
 
– OUAIIIIIIIIS
– シカゴ、私はあなたを愛して
Qu'est ce qu'il dit le chinetoque? On comprend rien… BOOUUUH.
– 私はあなたの友人です
– T'as intérêt de faire de jolies cabrioles!!
 
 
Seulement, le match est assez lent et les deux catcheurs restent au sol dans des prises de force. A croire que Ziggler ne tient pas vraiment à faire briller The King of Strong Style. Nakamura arrivera tout de même à reprendre le dessus au bout d’un gros quart d’heure en enchaînant Xploder et Kinshasa, ses deux signatures moves.
 
 
Il a tout pour devenir la future star de la WWE. 
 
 
Je n’ai jamais été fan de lancer un catcheur sur le ring directement en ppv, surtout après une si longue attente, incohérente dans une période où les ppv s’enchaînent à une vitesse folle. Soit, on garde cette idée pour des gros ppv, les survivor series me semblent être un moment idéal, soit on ne le fait pas du tout.
 
Maintenant, en ayant gardé énormément sous la semelle, Nakamura est non hiérarchisable sur la carte de Smackdown et cette entrée paraît comme un coup d’épée dans l’eau. Une sacrée occasion manquée avec la tristesse supplémentaire de ne pas avoir eu une de ses entrées épiques.
 
 
ça va marcher, croyez moi! J'ai cru en Drew Mc Intyre.
 
 
Heureusement, l’opportunité de briller a été validée par l’affrontement autour de la ceinture US entre Kevin Owens et AJ Styles sous les “this is awesome’ des chicagoans dès le theme song du phenomenal One.
 
Et ils ont parfaitement répondu aux attentes, malgré une petite gamelle de la troisième corde de Styles vers la fin du combat.
 
 
Whooops!!
 
 
Le match a réussi à éviter quelques facilité comme Owens sortant d’une soumission en touchant la première corde du majeur et on a eu droit à tout leur catalogue de mouvement: du pele kick au cannonball en passant par un ankle lock et des superkicks sans oublier une suplex sur le bord du ring.
 
La fin du match sera plus sujette à discussion. Kevin Owens envoyant son adversaire dans la zone du time keeper, AJ s’en relève et après avoir un peu déblayé la table des commentateurs allemands, pousse Owens dessus et s’apprête a exécuter son style clash… sauf qu’Owens esquive et Styles se prend les pieds dans une ouverture masquant les câbles et se retrouve coincé dans la table.
 
 
Quand t'es trop ivre et que tu danses le sirtaki sur la table du salon.
 
 
L’arbitre ayant déjà commencé a compter dix, ne peut que continuer quand Owens remonte sur le ring, faisant du québécois le vainqueur du match. 
 
Alors oui, on aime avoir des finish simples sur des tombés ou des soumissions, mais ici, ça n’aurait servi qu'à tuer dans l’oeuf une feud qui peut durer toute la période entre Wrestlemania et Summerslam. De plus, on évite une disqualification directe qui aurait orienté cette feud dans une direction vue et revue.
 
 
Kev', je te propose ce programme:
MITB: Dans le match pour la mallette
Battelground: Falls count everywhere
Summerslam: Iron man Match
ça te convient?
 
 
Non. Là, on a une victoire sur un point de règlement trop peu utilisé et trop souvent sauvé in extremis. Owens et Styles ne se sont pas départagés à la régulière ni par tricherie de l’un ou de l’autre ce qui nous donne de l’espoir pour les matchs à venir s’ils sont de ce niveau (**** selon Csonka de 411, quand même)
 
Globalement, c’était un pay-per-view pas banal, assez surprenant surtout dans son finish et, contrairement à ce qu’on peut lire ailleurs, très intéressant pour la suite à venir… 
 
 
– Enfin, petite statistique rigolote: Mahal et Randy Orton étaient les seuls catcheurs masculins en slip de tout le show principal du Pay-per-view.
–  Euuuh merci beaucoup, Byron.
– deux slips: un vert et  un noir.
– ok Byron…
– deux slips de tailles différentes. Un L et un XL. 
 
 
 Jinder Mahal champion… Fichtre bigre, hein?
 

 

Règne de Mahal: 21 mai 2017 – en cours.

15 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut