Catch

Trophée CDC 2017: Great Balls of Fire

I'm real nervous, but it sure is fun

Come on baby, drive me crazy

Jerry Lee Lewis, Great Balls of Fire

 

Pour toutes celles et ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir buller à l'ombre d'un cocotier à l'autre bout du monde, la WWE ne vous oublie pas et vous propose ce dimanche de passer trois heures devant votre écran à zieuter un tout nouveau pay-per-view. Sa particularité? A priori aucune. L'époque où la WWE prenait la peine de développer un concept propre à chaque soirée dominicale semble bien lointaine. Pour autant, ce nouveau show a toutes les cartes en main pour nous faire passer un agréable moment – les affiches y étant particulièrement attrayantes, avec en tête de gondole un sacré main event qui ne peut que mettre l'eau à la bouche. Comme d'hab', on vous spoile tout le déroulé de la soirée parce qu'on est en lien direct avec le QG de Stamford et qu'on sait déjà tout. Absolument tout. Vous n'aurez alors plus qu'à vous rendre sur le module de votes pour marquer un max de points.

 

 

« Great balls of fire », ce serait pas une subtile façon de signifier que j'ai une énorme paire de couilles?

 

 

Pronos sur Great Balls of Fire et tout ce qu'il s'y passera (ou pas)

 

 

Neville vs Akira Tozawa (Cruiserweight championship)

 

Ce ne fut pas simple mais force est de constater que le verdict est sans appel: Neville est venu à bout d'un certain Austin Aries (que beaucoup voyaient déjà tout en haut de la division poids légers) et dans ces conditions, on voit mal comment le Japonais pourrait venir sérieusement inquiéter le règne de l'Anglais.

Neville conservera donc son bien sans trop forcer et enivré par ses innombrables récentes victoires, il ira défier Samoa Joe dans les vestiaires prétextant que lui aussi mérite une chance pour le titre universel. Joe – pas dans un bon jour – le pliera en quatre et l'encastrera au fond d'un casier.

 

 

Il est japonais et s'appelle Akira Tozawa… et forcément, il se sent obligé de rendre hommage à Akira Toriyama.

 

 

Cesaro & Sheamus vs Hardy Boyz (Tag team championship)

 

Le combat (initialement prévu pour durer 30 minutes) sera finalement interrompu au bout de quelques instants: la faute à Matt qui (ayant manifestement mal compris la stipulation du jour) sortira de sous le ring des feux d'artifice, des mygales, des bâtons de dynamite, une tondeuse à gazon et quelques autres ustensiles de son cru qui ne manqueront pas de gravement blesser tous les spectateurs assis aux premiers rangs.

Les champions conserveront donc par DQ.

 

 

J'avais pourtant été bien clair en disant à Vince que si je revenais à la WWE, c'était pour faire un nouveau Final Deletion.

 

 

The Miz vs Dean Ambrose (Intercontinental championship)

 

Usé par cette rivalité qui ne cesse de l'entrainer encore et encore vers les profondeurs abyssales du grotesque et du ridicule si chers à Vince McMahon, Ambrose adoptera sur le ring une nouvelle attitude que l'on n'avait plus vu chez lui depuis son époque CZW. Le Miz finira dans une mare de sang. Le visage tuméfié, écrabouillé et méconnaissable. Le corps lacéré, tailladé et brisé.

Là aussi, le champion conservera par DQ.

 

 

Parce que les costumes de nounours c'est marrant cinq minutes mais arrive un moment où trop, c'est trop!

 

 

Enzo Amore vs Big Cass

 

Sur le papier, on voit vraiment mal comment Enzo pourrait s'en sortir face au gabarit et à la rage de son ex. Pourtant il devra son salut à l'intervention de son nouvel allié: Rusev! Le Bulgare que l'on n'avait plus vu en ppv depuis plusieurs mois décidera de s'allier à celui qu'il détestait encore il n'y a pas si longtemps (la faute à une sordide histoire de bite floutée) et relancera sa carrière de plus belle face au géant Cass.

Victoire du nabot donc, contre toute attente.

 

 

Et à part ça, ça se passe comment avec Lana? Z'êtes toujours ensemble? Parce que sinon, j'essaierai bien de la choper moi.

 

 

Seth Rollins vs Bray Wyatt

 

Les deux ex-leader de leur clan respectif verseront une petite larme nostalgique en se remémorant le formidable clash qu'avait représenté à l'époque la confrontation entre le Shield et la Wyatt Family… et décideront finalement d'aller boire des bières ensemble plutôt que de se fritter sur le ring, histoire de refaire le monde.

Pas de rencontre à proprement parlé entre ces deux là donc, ce sera alors un no contest.

 

 

Le mangeur des mondes qui refait le monde, elle est bien bonne celle-là.

 

 

Alexa Bliss vs Sasha Banks (Women's championship)

 

Vince décidera d'annuler la rencontre au dernier moment, réalisant qu'une affiche féminine proposant des tours de poitrine aussi faibles ne peut décemment pas avoir lieu sur un de ses rings.

Encore un no contest à prévoir de ce côté là.

 

 

Elle manque vraiment de silicone la Divas revolution.

 

 

Roman Reigns vs Braun Strowman (Ambulance match)

 

Braun aura beau rouler avec l'ambulance encore et encore sur le corps de Roman, ce dernier se relèvera à chaque fois comme si de rien n'était, narguant son adversaire avec son inimitable petit sourire narquois. Excédé et à bout, Strowman finira par s'enfermer tout seul à l'intérieur du véhicule, entérinant ainsi sa défaite.

 

 

J'ai déjà fait look strong Stowman à Payback, je vais pas remettre ça encore une fois.

 

 

Brock Lesnar vs Samoa Joe (Universal championship)

 

Lesnar, effrayé par le torrent de rage qui anime Joe depuis plusieurs semaines, préférera envoyer Heyman combattre à sa place. Forcément, Polo se fera démantibuler en une poignée de secondes, faisant ainsi du Samoan le nouveau champion en titre (qui lui, sera présent toutes les semaines à Raw).

 

 

Et faudra pas venir me les casser… mes great balls of fire.

 

 

Pour les plus étourdis d'entre vous, on vous remet l'accès au module ici.

8 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut