Hall of Fame

CDC Awards 2017 : Meilleur rookie

Le commencement est la moitié de tout.

Pythagore

La période des fêtes est passée, mais les Cahiers du Catch n’en ont pas fini avec la distribution des cadeaux. La distribution des CDC Awards 2017 continue avec celui du meilleur rookie. Découvrons donc tous ensemble ce que les membres de la Rédac pensent des petits nouveaux qui ont démarré à Raw ou à Smackdown en 2017.

– Viens chérie. C'est l'heure de recevoir notre prix.

– C'est l'award du meilleur rookie mon chou. Pour la ceinture de plomb il faut attendre encore un peu.

CDC Awards 2017 : Meilleur rookie

 

Comme toujours, rappelons rapidement les règles.

 

La Rédac considère comme rookies celles et ceux qui ont fait leur début en 2017 dans l’un des deux shows majeurs de la WWE : RAW ou Smackdown Live. Les autres fédérations (ROH, TNA, NJPW) et NXT ne comptent pas. D’où la présence cette année de plusieurs « rookies » déjà très connus des fans de catch.

 

Chaque membre de la Rédac donne son top 5, cinq points allant au premier, quatre au deuxième, trois au troisième, deux au quatrième et un seul point au dernier. Dix personnes ont voté cette année, le score maximal possible est donc de cinquante points.

 

L’un des rookies de l’année 2017 a-t-il réalisé le perfect comme AJ Styles et Kevin Owens en 2016 et 2015 ? Réponse ci-dessous, après le récapitulatif des précédents palmarès.

Incapables de déterminer lequel d'entre eux était le plus fort pour cause de double perfect à l'award du meilleur rookie, Kevin Owens et AJ Styles ont décidé de se départager grâce à une bataille de pouces enflammée.

 

 

Palmarès du CDC Award du meilleur rookie depuis la première édition, en 2009

 

2016

1. AJ Styles, 40 points sur 40 possibles

2. Sami Zayn, 25

3. Alexa Bliss, 24

4. Big Cass, 11

5. Bayley, 9

2015

1. Kevin Owens, 45 points sur 45 possibles

2. Neville, 24 

3. Charlotte, 22 

4. Kalysto, 19

5. Sasha Banks, 11

2014

1. Rusev, 55 points sur 60 possibles

2. Paige, 53 

3. Ex aequo Adam Rose et Emma, 29 

5. The Bunny, 14

2013

1. Big E Langston, 47 points sur 70 possibles

2. Fandango, 35

3. Ex aequo Bray Wyatt, Luke Harper, 34

5. Summer Rae, 33

2012

1. Antonio Cesaro, 63 points sur 75 possibles

2. Damien Sandow, 62

3. Dean Ambrose, 40

4. Seth Rollins, 27

5. Roman Reigns, 16

2011

1. Hunico, 28 points sur 30 possibles

2. Brodus Clay, 17

3. Sin Cara, 11

4. Epico, 10

5. Jinder Mahal et Kharma, 8

2010

1. Daniel Bryan, 17 points sur 25 possibles

2. Wade Barrett, 15

3. Alberto Del Rio, 11

4. Kaval, 8

5. Naomi, 6

2009

1. Drew McIntyre et Sheamus, 27 points sur 35 possibles

3. Alicia Fox, 15

4. David Hart Smith, 12

5. Tyson Kidd, 10

 

 

Lauréat de l'award du meilleur rookie en 2009. Membre du roster de NXT en 2017. Le cas Drew McIntyre vous en dit long sur le flair des membres de la Rédac quand il s'agit de noter les rookies.

 

 

 

Palmarès 2017

 

 

Non classés : Ruby Riott, Liv Morgan, Sarah Logan, Mandy Rose, Sonya Deville, les Revival, Akira Tozawa, Hideo Itami, Mike Kanellis.

Ils sont dix. Dix rookies qui n’auront pas réussi à obtenir ne serait-ce qu’un tout petit point dans ce classement, mais à qui nous allons quand même accorder quelques mots.

 

Il y a ceux qui sont arrivés trop tard : les cinq divas qui ont fait leur apparition en novembre, ainsi qu’Hideo Itami qui a débarqué mi-décembre. Difficile de trouver le temps de convaincre les membres de la Rédac quand on arrive seulement quelques semaines avant le nouvel an.

 

 

En même temps si j'avais intégré RAW six mois plus tôt, j'aurais été capable de me blesser et de rater tout un semestre. Ca aurait pas changé grand chose en fait.

 

 

Ensuite, il y a ceux qui ont été absents presque toute l’année. Il s’agit des Revival, arrivés après WrestleMania et qui ont démarré par rien de moins qu’une victoire contre les New Day. Malheureusement pour eux, différentes blessures les ont éloignés des rings de fin avril à début juillet, puis de fin juillet à mi-décembre.

 

Parlons ensuite de Mike Kanellis, arrivé directement à Smackdown au mois de juin sans passer par la case NXT. On pensait qu’un tel honneur était désormais réservé aux catcheurs du calibre d’AJ Styles. Visiblement, quelqu’un à la WWE a décidé que cela pouvait aussi être accordé à un catcheur sans grand talent dans le ring ou au micro, pourvu d’un gimmick pourri et dont le seul fait d’armes est d’avoir épousé une ex-diva.

 

 

Oui, mais il a épousé la plus HOT.

 

 

Enfin, il y a Akira Tozawa. Plutôt doué dans le ring, lui aussi n’obtient aucun point alors qu’il avait deux sérieux avantages sur ses concurrents. Premièrement, il a débuté à Raw en février et a donc eu plus de temps que n’importe quel autre rookie pour montrer ce qu’il sait faire. Deuxièmement, il est le seul rookie à avoir décroché un titre cette année puisqu’il a mis fin au premier règne du king Neville. Est-ce à cause de son association avec Titus O’Neil ? Ou alors est-ce tout simplement parce que la division Cruiserweight n’intéresse pas grand monde ? Quoi qu’il en soit, Akira Tozawa fini lui aussi l’année avec un zéro pointé.

Parce que vous pensiez sincèrement que les gens allaient se souvenir de moi avec mon formidable règne de six jours? SIX JOURS!

8. Tye Dillinger : 4 points sur 50 possibles

 

Auteur d’une brève apparition au Royal Rumble, puis membre régulier de Smakdown après WrestleMania, Tye Dillinger finit huitième de ce classement avec quatre points. Ce n’est pas beaucoup, mais toujours mieux que les dix autres rookies cités plus haut.

 

Le gros problème de Tye Dillinger, c’est que les bookers ne semblent pas avoir de plan pour lui. En dehors d’une mini-rivalité contre Baron Corbin au sujet du titre US, quelle occasion a-t-il eu pour briller en 2017 ? D’ailleurs, cette feud contre Corbin n’a visiblement existé que pour permettre au loup solitaire de remporter le titre dans un triple threat match, sans avoir à faire le tombé sur AJ Styles qui était alors le détenteur du championnat US.

 

 

Que voulez-vous: on a du talent ou on n'en a pas. C'est comme ça.

 

 

Huitième place seulement donc pour Tye Dillinger, qu'on retrouve d'ailleurs dans le classement des catcheurs les plus sous-utilisés en 2017.

Eloigné d'un catcheur phénoménal pour laisser sa place sur le ring à un big man médiocre : un parfait résumé de l'année 2017 de Tye Dillinger.

7. Singh Brothers : 7 points sur 50 possibles

 

Surprise ! On retrouve à la septième place de ce classement les deux sous-fifres de Jinder Mahal, pourtant présentés comme ses managers et non comme des catcheurs.

 

Les frères Singh, inclus dans ce classement eu égard aux matchs qu’ils ont disputés contre AJ Styles, ont su convaincre trois rédacteurs de leur accorder des points. A commencer par Jyskal qui, grâce à eux, a « kiffé le règne de Mahal ». Reconnaissons qu’il s’agit là d’un sacré exploit !

– Nous comprenons votre joie, oh grand Maharajah. Vous venez de défendre votre titre avec succès.

– Non. Là je suis content parce que je viens d'apprendre qu'il y a un mec qui est en train de kiffer mon règne.

6. Austin Aries : 9 points sur 50 possibles

 

Austin Aries n’a catché que quatre mois à la WWE et échoué à de multiples reprises dans sa quête du titre Cruiserweight. Pourtant, il fait mieux qu’Akira Tozawa qui a connu un règne de champion (certes très court) dans la même catégorie. Pourquoi ?

 

Pour Seifer, la réponse est simple : «sa rivalité avec Neville fut la seule fois où je me suis intéressé aux poids légers ». Tout est dit.

 

 

Seulement 9 points pour 4 mois de travail ? Vous êtes comme ceux de la WWE, pas capables d'apprécier mon travail à sa juste valeur. Bande d'ingrats !

 

 

5. Shinsuke Nakamura : 15 points sur 50 possibles

 

Shinsuke Nakamura finit cinquième de ce classement et ça déçoit forcément un peu.

 

Superstar de la NJPW, auteur d’un très bon passage à NXT où il aura décroché deux fois le titre de champion, Nakamura suscitait beaucoup d’attentes et ses fans espéraient sans doute le voir enchaîner les feuds de grande qualité. Malheureusement ce fut loin d’être le cas.

 

En dehors d’un bon match contre John Cena (au cours duquel il a quand même failli briser la nuque du Marine) et quelques bonnes interactions avec Randy Orton, le Japonais n’a pas réussi à nous éblouir jusqu'ici. On peut rejeter en partie la faute sur Jinder Mahal, pour lequel Nakamura a dû jobber durant quelques semaines. Toutefois, cela ne justifie pas entièrement la faiblesse de ses prestations.

 

Jyskal (pourtant le seul homme au monde à avoir « kiffé le règne de Mahal ») se montre très sévère vis-à-vis du king of strong style, jugeant que « ce n’est qu’une entrée pour le moment ».

 

Ne reste donc plus qu’à espérer que le Japonais s’affirme et nous montre enfin toute l’étendue de son talent en 2018.

– Hey, Shinsuke ! T'es dispo en 2018 pour qu'on se refasse quelques matchs toi et m…

– Ha mais non, putain ! Lâche moi toi ! Je préfère encore feuder contre Mojo Rawley.

4. Elias : 19 points sur 50 possibles

 

Who wants to walk with Elias? Eh bien six membres de la Rédac au moins puisqu’Elias est apparu dans leurs top 5 des meilleurs rookies de l’année. En particulier Rapha-Hell, qui l’a carrément mis à la première place de son classement et le justifie très bien :

 

« Elias a débarqué à Raw alors qu’il ne semblait pas vraiment prêt, son passé n’est pas riche de trophées internationaux mais le Drifter a complètement réussi à créer son segment et son personnage. Il est attendu autant que détesté, c’est le meilleur heel du show rouge, son catch violent et bourrin s’est petit-à-petit amélioré, et le voir avec un titre intercontinental ne serait pas démérité. Oui je l’assume, je veux marcher avec Elias ! »

Le titre intercontinental ? Mais vous avez pas encore compris que moi je cherche à obtenir un Grammy award?

3. Bobby Roode : 22 points sur 50 possibles

 

Bobby Roode n’a pas été nommé plus souvent qu’Elias (six fois), mais il l’a généralement été à un classement plus élevé. D’où ses trois points d’avance sur le Drifter qui lui permettent d’être sur le podium.

 

Bobby Roode a plusieurs points communs avec Shinsuke Namakamura : un glorieux passé en dehors de la WWE qui lui a permis d’arriver avec un statut de star à NXT, un passage réussi dans le show jaune avec plusieurs gros matchs et un titre de champion, une musique d’entrée qui claque bien dans les oreilles… et des débuts à Smackdown pas vraiment brillants.

 

Arrivé seulement fin août dans le show bleu et avec un positionnement face surprenant vu qu’il était excellent en heel du côté de NXT, l’ex-star de la TNA n’a pas (encore) réussi à marquer les esprits. Il faut dire qu’il a été principalement occupé par une feud contre Dolph Ziggler qui n’a jamais atteint des sommets d’intensité, même si elle lui aura au moins permis de livrer de bons matchs.

 

Le personnage est quand même plaisant à écouter et à regarder catcher. On sent bien qu’il a du charisme et il ne manque pas grand-chose pour qu’il s’impose à la WWE. Allez messieurs les bookers ! Faites un petit effort et Bobby Roode saura se montrer…

GLORIOUS !

2. Asuka : 27 points sur 50 possibles

 

Asuka ne sera arrivée que très tardivement dans le roster de Raw puisqu’elle a fait ses débuts à TLC le 22 octobre. Et pourtant, la voici à la deuxième place du classement, son nom apparaissant dans le top cinq de chacun des dix votants ! En neuf éditions du CDC Award du meilleur rookie, c’est seulement la deuxième fois qu’une catcheuse atteint une telle position (la première étant Paige en 2014). Qu’est-ce que cela aurait donné si elle était arrivée en début d’année ?!!

 

Avec même pas deux mois et demi passés dans le grand bain, Asuka n’a pas encore eu le droit à une véritable feud. Les bookers ont préféré prendre le temps de développer son personnage de catcheuse invincible pour ceux qui n’auraient pas suivi les exploits de la Japonaise du côté de NXT. En dehors d’un match de prestige aux Survivor Series où elle élimine trois adversaires de l'équipe d'en face et termine seule survivante du combat, Asuka n’aura eu que quelques victoires rapides contre les divas qui lui ont été jetées en pâture.

 

Les choses sérieuses commenceront donc en 2018 pour Asuka. Va-t-elle remporter le premier Royal Rumble féminin ? Le titre de championne ? Combien de temps encore va-t-elle rester invaincue à la WWE ? Nul doute qu’Asuka sera l’une des catcheuses à suivre en 2018.

Vainqueur : Asuka. Et pendant que j'y suis, je vous annonce aussi sa victoire pour ses 385 prochains combats à venir. Comme ça, c'est fait.

1. Samoa Joe : 47 points sur 50 possibles

 

Nommé dans le top cinq des dix membres de la Rédac, dont huit fois à la première place, Samoa Joe aura littéralement écrasé la compétition cette année. Pourtant, à l’image de son score, tout ne fut pas parfait pour ce rookie de 38 ans qui a déjà fait le bonheur de la ROH, de la TNA et bien sûr de NXT avant de débarquer à Raw.

 

Après une première apparition le 30 janvier où il détruit Seth Rollins pour le compte de Triple H, Samoa Joe connaît en effet trois mois pour le moins particuliers. Seth Rollins blessé, Joe enchaîne quelques matchs sans véritable feud, disparaît des radars un mois avant WrestleMania, ne participe pas au plus gros pay-per-view de l’année, puis refait surface pour perdre contre Seth Rollins à Fastlane.

 

Autre mauvaise période : Samoa Joe sera également obligé de se tenir à l’écart des rings en septembre et en octobre à cause d’une blessure au genou.

 

Oui mais voilà, en dehors de ces moments compliqués, Joe aura quand même su nous montrer ce qu’il sait faire. En particulier lors de sa feud contre Brock Lesnar qui lui aura donné l’occasion de faire preuve de beaucoup d’intensité, tant au micro que dans le ring.

 

Les membres de la Rédac sont en tout cas enthousiastes face à Samoa Joe dont ils saluent le charisme. Il « donne le sentiment d’avoir le IT FACTOR, il dégage vraiment quelque chose de fort » d’après Jyskal. Selon Seifer, c’est un « badass » qui « a excellement porté tout seul » sa rivalité contre Lesnar. Enfin pour Rapha-Hell, il suffit à Joe « d’arriver avec son air sur sa musique pour que l’ambiance s’installe » et de conclure « voilà clairement un homme sur lequel la WWE doit capitaliser ». Il fallait que ce soit dit.

 

Félicitations donc à Samoa Joe qui est notre grand vainqueur du CDC Award du meilleur rookie 2017. Et souhaitons lui que Vince McMahon et sa creative team lui réservent de bonnes feuds pour 2018.

 

 

Content.

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut