Pay-per-view et pronostics

Trophée CDC 2018 : Royal Rumble

Quand y en a plus, y en a encore.

Enzo Amore, un soir d’octobre 2017, évoquant ses followers Instagram. Ou l’exceptionnelle raideur de son bonifide stud, on ne sait plus.

Allez hop, on y va, en route pour l’aventure. Petit regard rapide sur les matchs du premier PPV de l’année, le toujours très populaire Royal Rumble. Profitez-en pour voter ici, hein.

Waouh ! Cette année, le Rumble sera mixte !!!

Pronostics sur le Royal Rumble 2018

Le Royal Rumble, c’est avant tout un match opposant trente hommes en sueur qui se mélangent dans un ring pour obtenir le droit de revendiquer un match à Wrestlemania. Donc c’est pas de la crotte en barre. Historiquement, le match est propice à des retours inattendus, au passage de quelques retraités venus échanger trente secondes d’exposition contre un chèque bien gras, à un spot de Kofi Kingston, et depuis peu à Roman Reigns se faisant huer. Mais avant d’en arriver là, il faut meubler un peu avec une poignée d’autres confrontations. Et quelles confrontations ! Outre le main-event classique, la WWE nous offre pas moins de quatre matchs pour un titre, et le premier Rumble féminin de l’histoire comme cerise sur le gâteau. Il ne faut pas bouder son plaisir, l’affiche est belle.

2018 : la WWE est tellement en manque de catcheurs noirs qu’elle en vient à coller Apollo Crews sur l’affiche du ppv.

Commençons par le match par équipes de Smackdown, qui verra s’affronter les Usos et leurs prétendants, Gable et Benjamin, dans un 2 Out of 3 Falls Match. Sans doute le moment le moins exaltant de la soirée, qui servira d’opener ou de moment calme au milieu d’un PPV encore beaucoup trop long. La seule certitude à notre portée est que le match se terminera sur le score de 2 à 1. Au bénéfice de quelle team ? Bonne question, la confrontation est très ouverte, et pourrait se prolonger encore plusieurs semaines.

– Ah là là, concourir pour un titre de champions par équipes à la WWE, ça me rappelle le bon vieux temps quand j’étais associé à Charlie Haas…

– Haha, cet idiot a oublié que j’étais un as du déguisement et ne se rend pas compte que… je suis Charlie Haas !

Le match pour les ceintures en duo du show rouge verra quant à lui se friter une solide équipe helvèto-irlandaise et un duo improbable Rollins-Jordan, construit de bric et de broc suite à la blessure d’Ambrose, mais qui contre toute attente fonctionne fort bien. Jordan est délicieusement insupportable de candeur arrogante, Rollins joue très bien le mentor forcé un peu dépassé, et face à eux la paire Sheamus-Cesaro offrira une résistance de qualité. Là encore, l’issue reste ouverte, et dépend de données dont nous ne disposons pas, comme la durée de la convalescence d’Ambrose, la nécessité ou non de transférer Rollins sur une histoire individuelle sur la route de Mania, la place de Revival dans la carte à partir de la semaine prochaine, et les éventuelles montées de NXT. Dans le doute, lancez une pièce en l’air, elle vous donnera un pronostic largement valable.

– Dis donc Jason, tu m’as jamais raconté, t’as ressenti quoi quand t’as appris que ton père, c’était Kurt Angle ?

– Tain, j’ai été super content ! T’imagines, jusque-là j’avais trop la honte, je croyais que mon père, c’était Michael Jordan.

Penchons-nous sur le Royal Rumble féminin. Un moment historique. Qui, j’en ai peur, va faire pshiiiit avec autant d’enthousiasme qu’une bouteille de soda entamée depuis une semaine (c’est à dire pas beaucoup, pour les deux du fond qui galèrent avec mes métaphores chamarrées). Pourquoi, me demanderez-vous fébrilement ? Parce que trente lutteuses actives, même en réunissant Raw et Smackdown, il n’y en a pas assez. Et de loin. La WWE a bien fait monter en urgence cinq filles du show jaune pour accompagner le retour de Paige et faire le nombre, mais ça ne suffit pas du tout. Tous les fonds de tiroir sont raclés, Lana et Dana Brooke incluses, qui viendront se faire dégager vite fait bien fait. À l’exception notable des deux championnes en titre, qui, fait notable, n’ont donc pas de match programmé pour un PPV du Big4 ! Évidemment, puisque l’intégralité du roster est mobilisé, on ne pourrait leur faire affronter que le balayeur de la salle ou James Ellsworth (ce qui revient peu ou prou à la même chose). L’éventualité d’un match entre championnes est à exclure, pas de place sur la carte, et toute la hype doit être réservée pour le Rumble des copines. Il y aura donc forcément un nombre conséquent d’anciennes lutteuses historiques qui viendront faire coucou, et des surprises. Ne soyez donc pas étonnés de voir débarquer Santina Marella, on n’est pas dans le domaine de l’impossible, mais du carrément probable.

J’ai été ravie quand Vince m’a appelée pour me dire que je serais dans le Rumble… mais à ma grande déception, il m’a appris que je ne le gagnerais pas : c’est réglé, la victoire ira à Jane Ellsworth.

Mais alors, qui va la gagner, cette bataille royale ? Pas Nia Jax, dans la grande tradition des golgoths participants au Rumble. Pas Asuka, ultissime favorite, qui souffre du syndrome du « j’ai terminé le brawl pré-PPV seule dans le ring en levant les bras au son de mon thème musical, donc je ne peux pas gagner ». Pas Steph McMahon, dont le personnage n’est pas impliqué dans les feuds actuelles comme l’est celui de son frère à Smackdown (et sachant que de toute manière elle est annoncée à la table des commentateurs). Pas Paige, qui serait a priori en fin de carrière pour cause de blessure. Mon petit doigt me dit que Charlotte étant d’ores et déjà dans les starting blocks pour Wrestlemania (elle a annoncé que son entrée spéciale 2018 était en préparation depuis de nombreux mois), elle gardera fermement son titre, il faudra donc chercher du côté des heels du show bleu (ce qui n’est pas très réjouissant). Ou d’une tierce personne qui débarquerait à la WWE dimanche soir sous une pop d’enfer, du genre combattante professionnelle over 9000, si vous voyez ce que je veux dire. Clin d’œil clin d’œil.

Clin d’oeil.

Je n’ai pas envie de parler des deux matchs pour les titres majeurs. Non, je boude. Tout simplement parce que leur résultat est intimement imbriqué avec celui du main-event, et donc de leur position dans la carte. Or, autant cette glorieuse incertitude me réjouit d’un point de vue de spectateur, autant d’un point de vue de pronostiqueur on est dans l’aléatoire complet. Et aller à Toire complet, à part pour assurer un bénéfice confortable du fait d’avoir rempli le car, personne n’aime. Pardon, je divague. Et dix vagues, ça fait beaucoup. Presque autant que lorsque je diverge.

Diva, dix vagues, deux bittes.

Enfin bref, le Triple Threat Match Lesnar-Strowman-Kane vaut ce qu’il vaut : un match pour le titre qui se déroule avant l’Elimination Chamber, donc sans aucune garantie pour le vainqueur de porter la ceinture jusqu’à Mania car tout peut encore complètement changer d’ici là.

– Messieurs, en tant que General Manager de Raw, j’aimerais que nous discutions du déroulement de votre combat, qui doit être absolument mémorable. Je suis à l’écoute de vos propositions.

– Je vais en prendre un pour taper sur l’autre.

– Je vais en prendre un pour taper sur l’autre.

– Je vais en prendre un pour taper sur l’autre.

– Eh bien c’est parfait, merci pour cette réunion très constructive.

Quant au Handicap Match Styles-Zayn-Owens, il est tellement lié aux bisbilles entre Daniel Bryan et McMahon qu’il aura d’une manière ou d’une autre des répercussions jusqu’au main-event. Mais nous y reviendrons plus tard.

– Eh ben tu sais quoi ? Tu défendras ton titre dans un Handicap Match !

– Un Handicap Match ? Ca veut dire que tu seras dedans ?

Plus tard, c’est maintenant. Qui pour gagner le Rumble des mecs en slip en ce mois de janvier pluvieux ?

Revue des troupes annoncées :
– Cena ? Non, Jonathan le Samoan nous a grossièrement suggéré qu’ils allaient faire du tricot ensemble à la Nouvelle-Orléans. Avec leurs tripes.
– Heath Slater ? Seulement s’il est sorti des toilettes de l’avion.
– Orton ? Son RKO out of nowhere sur Nakamura annonce la couleur : autre chose à faire pour Mania.
– Nakamura : voir ci-dessus.
– Bray Wyatt ? Occupé à rigoler avec Matt Hardy.
– Rusev ? Plus dans ce créneau. Monsieur est désormais un amuseur de mid-card.
– Corbin ? Soyons sérieux.
– Le Miz ? Ce serait étonnant. Puisqu’il est là, on peut espérer que ce soit pour tenir Reigns éloigné de la victoire. Ou pour trouver son adversaire de Mania. Ou les deux.
– Bálor ? Bálor est libre. Bálor est beau. Bálor est apprécié. Bálor ferait un joli vainqueur. Bálor est une grosse côte. Vous avez vu ? Je sais orthographier correctement Bálor. Prenez-en de la graine, bande de moules analphabètes.

La preuve.

Jetons un voile pudique sur le reste des seconds couteaux. Repose en paix, ô toi, l’ambition de Tye Dillinger. Tu étais pleine de promesses, mais tu termines à TEN pieds sous terre.

Revue des troupes non-annoncées (à l’heure où ma plume engourdie gratte le papier virtuel) :

– Ziggler ? Faites-vous une raison, il est parti.
– Roman Reigns ? Tout le monde le pensait en dehors du business, en tant que champion Intercontinental. Mais par un coup du sort, le voilà libre de tout engagement. Oh bah c’est ballot madame Michu, qu’est-ce qu’on va faire de lui, de le coup ? Sont-ils capables de nous le refaire, le coup de 2017 ? Allez, chiche !
– Strowman ? S’il se fait sortir plus tôt dans la soirée, par exemple par Kane (qui doit se demander ce qu’il fout encore là au moins autant que nous), il peut tout à fait se pointer au main-event avec la ferme intention de tout casser.
– AJ Styles ? Même topo, mais en brisant moins de membres que le gazier précédent. S’il s’est fait flouer par Bryan, il peut devenir chafouin. Shane l’introduit de force dans le Rumble, et roule ma poule.
– Kevin Owens et/ou Sami Zayn ? Dans le même esprit si Bryan n’est pas content il peut inclure de force un des deux, voire les deux, dans le Rumble, et roule ma poule.
– Daniel Bryan ? Mécontent d’une ingérence de Shane au cours du Handicap Match, il rentre carrément lui-même en n°30. Non, je déconne, redescendez sur Terre, et rangez vos instruments turgescents, déjà tuméfiés et cramoisis d’une pâmoison empressée.
– Triple H ? Parce que euh… FUCK LA LOGIQUE !
– Jinder Mahal ? Mon Dieu, c’est pourtant limpide quand on y pense. Lui non plus n’a pas de programme pour Mania ! L’évidence était posée devant nos yeux comme la lettre de Poe sur la cheminée, et nous, naïfs, aveugles, n’avions pas anticipé. Rigolez, pauvres fous, il sera temps dès lundi prochain d’expier votre incroyance insultante dans une orgiaque séance d’auto-flagellation.

Et puis il est temps de faire définitivement taire ces rumeurs de malédiction à la noix.

Si avec tous ces bons conseils vous ne réalisez pas un perfect, je ne peux plus rien pour vous.

Et comme les votes sont ouverts jusqu’à une heure du matin dans la nuit de dimanche à lundi, vous aurez bien le temps d’écouter leurs conseils à eux, là, si vraiment vous refusez de suivre mes précieuses recommandations. Paraît que cette année ils vont inviter le CDCiste Feud me more à leur table.

Pour voter, c’est ici que ça se passe. A noter que vous recevrez deux points, oui deux, si vous trouvez le bon vainqueur dans le Rumble masculin, et idem pour le Rumble féminin, si si si ! Donc bon, hein !

17 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut