Pay-per-view et pronostics

Avant Mania: US Title Match

L’Amérique est une fille
Faite de néons et d’or
Certains reviennent en guenilles
C’est l’envers du décor
Johnny Hallyday, Hello US USA

Wrestlemania est dans quelques jours et dans son lot de matchs, il y en a un que personne n’attend et qui sera, à coup sûr, le show stealer de la soirée. Et ce match, c’est pour le titre US! Non, je ne déconne pas. Vous ne l’avez jamais envisagé pas vrai? Et l’histoire montre que vous avez raison.

 

MVP, petit ange parti trop tôt dans l’indifférence générale

 

Avant mania: Match pour la ceinture US

Premièrement, autant vous dire que j’étais chafouin après le Smackdown du 27 mars. Mossieur Rusev a décidé de se booker lui-même dans ce match, rendant ainsi caduc un précédent papier où j’évoquais sa possible venue afin de combler la foule avinée de la Nouvelle-Orleans.

 

A une centaine de personnes près, c’est comme La Rochelle.

 

Donc, Rusev est là, youpi. Et on parlera un jour de ses incohérences typiques du catch où certains catcheurs doivent cravacher pour avoir un match en PPV, à base de qualif ou de victoires sur un autre catcheur, alors que d’autres, comme ici le gros barbu, se pointe et sans en référer à aucun General Manager s’incruste dans une affiche pour un titre à Wrestlemania.

 

Non mais Jinder, oublie pas que Vladimir Poutine est, comme qui dirait, mon ancien coloc et qu’il a quelques contacts haut placés…

 

Mais revenons quand même sur le match en lui-même avant de parler de ceux qui joueront à qui claque le plus fort sur la poitrine de l’autre.

 

Précédents matchs pour la ceinture US à Wrestlemania

 

Si une ceinture est mal considérée lors du Grandest stage of them all, c’est bien celle avec le star & stripes bleu, blanc, rouge sur le devant. Globalement, depuis son arrivée sous la bannière WWE en 2004, on a eu droit à 7 matchs sur les 14 dernières éditions dont 2 en pré-show (Ryback – Kalisto en 2016 et Daniel Bryan – Sheamus en 2011).

Les 7 éditions sans US Match ont presque toutes eu lieu entre 2008 et 2014, avec toujours ce pré-show de 2011 entre l’Irlandais et le come-back guy de 2018. Qui fut un Lumberjack Match sans vainqueur final… SU-PER. Même pas moyen de trouver le temps de l’affrontement sur les sites de bases de données catchesques. Allez, soyons fous : disons donc 8 éditions sans match pour la ceinture US dont 7 d’affilée.

Alors quand l’IWC (notamment sur le forum des Cahiers du Catch) gueule que les catcheurs méritants doivent avoir leur Mania Moment, on peut vraiment penser a ceux qui portaient cette ceinture lors de l’événement de l’année. Regardez donc un peu ce graphique:

 

 

Qu’est-ce qu’on y voit? Eh bien, que les quatre plus longs règnes n’ont tout simplement pas été défendus, en rouge sur le graphique, et que ça, c’est bien moche ! Si Dean Ambrose a eu droit à un match avec le SHIELD à WM 30 contre une bande de vieillards  (Kane et the New Age Outlaws), et MVP a participé à un MITB à WM 24, le Miz s’était lui retrouvé, à WM 26, en pré-show à défendre son deuxième titre du moment, le titre tag team avec Big Show.

Enfin, Cesaro, chouchou parmi les chouchous, était lui, vraiment aux abonnés absents à WM 29.

 

Exclu CdDC-Voxcatch: Cesaro jouait, en réalité, un match de foot contre des robots motorisés.

 

C’est avec le Rusev – John Cena de WM 31 où le Bulgare se présente sur le ring chevauchant un tank de l’armée russe que le titre US fait son retour et offre un match digne de ce nom. Bon le Kalisto-Ryback de 2016, je pense que tout le monde s’en fout, alors sautons vite à 2017.

Et l’an dernier, c’était donc la rivalité des meilleurs copains: Kevin Owens contre Chris Jericho, pour ce qui fut, à ce jour, le match le plus long pour cette ceinture avec 16 minutes presque et demi au compteur.

 

Mais bon, toujours en début de show, deuxième match de la carte officielle hors pré-show.

 

Nos folles attentes!

Voici donc que se présente le Triple Threat Fatal Four Way pour 2018 avec une belle brochette d’ex-champions du monde WWE/TNA et Rusev.

On peut espérer un match plus long que celui que je viens d’évoquer avec des entrées spéciales pour Bobby Roode en qualité de “glorious” champion et de Jinder Mahal sur un tapis volant ou à dos d’éléphant d’Asie avec une troupe bollywoodienne dansant sur “Jai Ho” pour aller à fond les ballons dans le kitsch WWE.

 

Il ne faut pas confondre, une entrée épique

et une entrée des pitres.

 

L’ajout de Rusev apportera l’intérêt du public présent au Superdome qui beuglera pour une raison valable “Rusev Day” et ne pourrira donc pas le reste du PPV… enfin, je l’espère, j’en doute, j’ai peur.

Et sportivement parlant, alors? Eh bien les petits potes, c’est quand même pas totalement dégueu ce qu’on a? Au programme: du RKO, de l’Accolade, des coups de pied, du DDT et des interventions de Tarsem Singh, Kumail Nanjiani ou Kunal Nayyar de The Big Bang Theory.

Des affrontements entre Roode et Orton, entre Rusev et Mahal, des associations heel-face pour éliminer l’Indien du ring, etc etc… du suspense à gogo!

 

A Gogo? Mais ce n’est plus à la Nouvelle Orléans? On est relégués dans un obscur gymnase de Louisiane rempli de mauvais joueurs de trombone?

 

Et le suspense, c’est ce qui manque essentiellement dans un show aussi convenu que Wrestlemania. L’autre match qui peut se targuer d’avoir un degré supplémentaire à ce niveau là, c’est le triple threat pour le match intercontinental.

Donc, oui, le match pour la ceinture USA sera le match de la soirée tout simplement parce qu’on n’en attend rien et que l’on ne pourra donc pas être submergé, à son visionnage, d’un sentiment de déception qu’on noiera dans une grosse tasse d’alcool fort.

 

Et que ce match soit à l’image de ce peignoir, avec des rayures… non GLORIOUS.

 

Après, si la WWE décide de mettre le combat en pré-show, je n’y peux rien.

 

On ira faire un tour chez le barbier le plus tendance de la ville.

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut