Pay-per-view et pronostics

Avant Mania : John Cena vs The Undertaker

Rien de ce qui est fini n’est jamais complétement achevé tant que tout ce qui est commencé n’est pas totalement terminé.
Pierre Dac

Voilà une situation bien particulière qu’il me revient d’analyser. En effet, au moment où sont écrites ces lignes, et probablement jusqu’à ce dimanche soir, l’affrontement tant attendu entre John Cena et l’Undertaker n’est pas officiellement validé. Personne ne sait encore avec certitude s’il aura lieu ou non (même si on a une très grosse petite idée sur le sujet, on n’est à l’abri de rien avec ces malandrins). Est-ce une raison pour ne pas en parler ? Bien sûr que non !

 


Je passe juste récupérer des affaires à la consigne.

 

AVANT MANIA : JOHN CENA VS THE UNDERTAKER

 

John Cena contre l’Undertaker. Deux légendes, deux athlètes qui méritent ce terme si galvaudé à la WWE de « superstars ». Inutile de les présenter, vous les connaissez, vous ne connaissez qu’eux, vous avez probablement comme moi commencé à visionner du catch grâce à l’un des deux. Malgré leurs décennies de carrière, les deux figures de la fédération ne se sont plus affrontées sur un ring depuis des lustres. Et jamais à WrestleMania, sur la plus grande scène du monde, dans ce jardin qui a bâti la légende du Dead Man. Pour autant, est-ce une bonne idée de les monter l’un contre l’autre en cette année 2018 ? Cet article est là pour vous prouver que OUI.

 

Yes! Yes! Yes! Yes!Yes ! Yes ! Yes !
(Et merde, on est partis pour en bouffer, pendant les mois prochains…)

 

Alors il est vrai qu’à première vue, ce match sorti de quasi nulle part n’est pas très emballant. Entre un John Cena à la gimmick du « je me booke dans des matchs à 5, 6 ou 30 et je m’étonne de perdre » qui nous fait croire qu’il doit ramer pour avoir son ticket à WrestleMania et un Undertaker qui est… bah, pas là, la mayonnaise a un peu de mal à prendre. Surtout que le Phenom est censé avoir pris sa retraite lors de son combat perdu l’an dernier face à Roman Reigns. Du coup, avec un Cena qui aurait mille autre choses à faire (affronter un ptit jeune par exemple, des Strowman ou des Elias) et l’Undertaker qui mérite son repos, on peut se demander quelle drôle de mouche a piqué les scénaristes. Oui, bien sûr, on aurait aimé voir cet affrontement mais bon, en 2012 peut-être, quand la streak était encore à briser, quand les deux tournaient en régime permanent. On aurait pu ainsi s’éviter de voir deux fois Undertaker-Triple H et deux fois Cena-The Rock. Mais bon, on ne refait pas l’Histoire.

 


Comment ça ? Deux fois Cena-The Rock ? On a pas encore fait la belle ? Bon, Once in a lifetime III pour l’an prochain, ça te dit ?

 

En quoi ce match est une bonne idée, puisque vous convaincre est le but de cet article ?
A bien y regarder, le personnage de John Cena est tout à fait cohérent. Feignasse, mais cohérent. Alors qu’il a passé sa vie à clamer qu’il était là et serait là tout le temps, le Marine joue sur son statut de star du business pour se faire une pré-retraite sous l’angle du kiff. Il vient que quand ça vaut le coup. Un petit match tagteam avec sa meuf ? Ok. Un Royal Rumble, un Elimination Chamber, des matchs pour les titres mondiaux ? Ok. Mais comme il l’a dit dans le dernier Raw, prendre la place d’un permanent, d’un trimeur, d’un petit ouvrier, très peu pour lui. Il ne veut que des grosses affiches qui alimenteront encore plus sa légende. Et son kiff, ça serait bien d’affronter l’Undertaker à WrestleMania. Compréhensible. Moi aussi, j’aimerais bien.

 


– Tiens Nikki, tire sur mon doigt.
– Oh, Joohn !

 

Si John fait le taff et semble encore tout à fait capable de sortir une belle prestation pour le grand soir, l’interrogation, le mystère, est bien du côté de l’Undertaker. A vrai dire, cela fait des années que la Faucheuse fait de la peine lors de ses prestations annuelles. Déjà, la fin de sa streak, remplie d’émotion et d’intensité, camouflait difficilement une performance très poussive. Les prestations suivantes contre Bray Wyatt, Shane O Mac et Big Dog Roman furent du même acabit. L’an dernier, après un piteux combat, l’Undertaker a enlevé ses gants et son chapeau, il a embrassé sa femme et il est parti en pleurant. Alors donc, pourquoi le faire revenir ?

Hé bah justement, pour effacer tout ça.

 


Maintenant, c’est moi que je règne.

 

Cela fait au moins cinq ans que les matchs de l’Undertaker à WrestleMania sont mauvais. Honnêtement, entre nous, un sixième d’affilée n’écornerait pas dramatiquement l’image de notre idole. C’est ce à quoi on s’attend. En revanche, si le Dead Man est vraiment en meilleure forme, si comme il le clame il a retrouvé des sensations perdues depuis des années, si cette performance contre un gars plutôt talentueux pour les grandes rencontres donnait un joli spectacle, tout changerait ! Tout serait pardonné ! L’Undertaker aurait enfin son dernier grand match de gala pour clore dignement sa carrière. Il aurait ainsi une fin de carrière digne de ce nom. Car sa prestation de l’an dernier fut lamentable. Outre le match où le Dead Man a montré ses limites, la fin fut catastrophique. L’Undertaker, le Phenom, l’Homme mort, la légende des légendes, le personnage le plus mythique et adoré de l’Histoire de la WWE, qui part en pleurant et en enlevant sa tenue… Qui a eu cette idée scandaleuse ? J’espère qu’il a été viré illico. The Undertaker, c’est un monument. On le fait partir en le laissant sur son piédestal à tout jamais, pas en le faisant devenir un quinqua tout rouillé que sa femme console.

 


Je pars serein. J’ai permis à ma famille d’être à l’abri du besoin, je peux désormais me retirer dans ma maison de campagne pour aller pêcher avec mes petits-enfants.

 

Et puis, cette fin de l’an dernier a pris de court le public dans le stade et les millions de téléspectateurs. Ce lent et triste désapage, c’était un adieu ? Un au revoir ? Non, vraiment, c’est pas ça qu’il nous faut comme dernière image de l’Undertaker. Songez aux fins de carrière de Ric Flair et de Shawn Michaels. Là, la WWE a joué la bonne recette. Un dernier match qui était largement pressenti et vécu comme tel par le public, une émotion énorme tout au long de la rencontre, un adversaire prestigieux qui ajoute à la légende, un superbe tomber de rideau pour le néo-retraité. Mark Calaway mérite aussi bien. On a beaucoup plus à gagner à faire ce match qu’à ne pas le faire et à rester sur la fin de WrestleMania 33. D’ailleurs, remarquez que personne n’a foutu le Dead Man dehors, comme le fait justement remarquer Cena. HBK et Flair avaient mis en jeu leur carrière. Le Phenom non. Il boude juste parce qu’il a perdu contre Roman, mais rien ne légitime qu’il s’arrête après celle-ci plutôt qu’après une autre.

 


Oué c’est ça Undertaker ! T’es qu’une flipette, une petite bite, un trouillard, une pelle à merde… DO SOMETHING !

 

Voilà le raisonnement qui est le mien à l’approche de ce grand soir. Même si la rivalité fut étrange, même si le parti pris de ne pas faire apparaître Calaway est très bizarre, même si John a un peu pédalé dans la semoule et surjoué comme un comédien français, faire ce match vaut mieux que ne pas le faire. Que cette affiche de rêve se concrétise enfin ne peut qu’être une bonne chose. Et si l’Undertaker est en forme comme le laisse penser son activité sur les réseaux sociaux, le combat sera peut-être bon ! D’ailleurs, rien ne dit non plus que ce sera son dernier. Avec un seul match à préparer par an, il peut encore tenir un tout petit peu. Il serait vraiment bon d’envisager pour l’an prochain ou plus tard une vraie feud de fin de carrière, avec vraiment la stipu mise sur la table. Allez, on rêve un peu : Daniel Bryan contre l’Undertaker à WrestleMania 35, pour rejoindre mon article récent sur les dream matchs du petit barbu ? Ou qui d’autre devrait, d’après vous, mettre un terme à la carrière du Dead Man ?

 


MOOOIIII !

 

Maintenant que vous êtes convaincus de la pertinence de John Cena Vs The Undertaker à WrestleMania 34, reste la délicate question du pronostic. Si Cena bat l’Undertaker, eh bien il sera le troisième à y arriver et le deuxième d’affilée. Pas grand mérite donc pour John. En revanche, si le Phenom l’emporte, ça la fout mal pour le Marine qui n’est pas capable de faire aussi bien que Roman Reigns. Et il paraîtrait complètement illogique de faire partir le Dead Man sur une victoire, donc rendez-vous serait pris à WrestleMania 35. Au final, Cena a bien plus à perdre sur cette rencontre que l’Undertaker qui ne peut que faire mieux que l’an dernier à tous les niveaux.

Quel est votre pronostic ? Et n’oubliez pas que si jamais l’Undertaker ne se pointe pas ce dimanche et que Cena passe la soirée en place Gold, je n’ai jamais écrit ce papier.

 


Undertaker, j’suis content que tu sois venu. On va manger… des chips !

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut