Catch

Avant Mania : The Bar Vs Braun Strowman & ???

Un tien vaut mieux que deux tu l’auras.
Dicton populaire.

 

Celle-là, on peut dire qu’on ne la voyait pas venir. Avec une division rouge par équipes assez ravagée, avec une absence totale de challengers crédibles, on s’attendait à une confrontation à quatre ou cinq duos comme ce fut le cas l’an dernier lors du retour des Hardy. Il n’en est rien. Braun Strowman a renvoyé à lui tout seul lors d’une bataille royale les Titus Worldwide, Revival et autres Slater et Rhyno vers une autre battle royal, celle d’André le géant. Tout l’intérêt de cette rencontre à venir entre le géant et Sheamus et Cesaro repose sur une seule question : mais qui sera le partenaire de Brrrraaauuun ?

 


Il est où, il est où mon partenaire, il est caché par ici, il se cachera par là…

 

AVANT MANIA : RAW TAGTEAM CHAMPIONSHIP, THE BAR VS BRAUN STROWMAN & ???

 

Éventons tout de suite le suspense sur l’issue du match : il est quasiment certain que le partenaire de Braun se verra couronné nouveau champion par équipes. D’abord, la jurisprudence WWE va dans ce sens : quand il y a ce genre de situation, un partenaire mystère, c’est quasiment toujours la victoire pour ceux qui ont l’avantage de l’effet de surprise. De plus, le timing pour séparer Sheamus et Cesaro paraît assez bon. Les deux européens ont régalé depuis un an leur division et ont livré des prestations exceptionnelles de solidité, d’originalité et de talent, mais ils ont un peu fait le tour de la question. Et leur niveau individuel les pousse vers d’autres sommets. En tant que grand fan du Suisse, j’espère toujours pour lui un push assorti pourquoi pas d’une mallette à la faveur de l’été. La Cesaro Section y croit encore là où la Zigglernation a abandonné.
Enfin, pour conclure cet argumentaire en trois points, Strowman a complètement explosé au monde du catch en 2017, phagocytant toute l’attention du public et distribuant des performances impressionnantes contre des monstres de la discipline (Reigns, Lesnar, Big Show pour en citer quelques-uns). C’est à coup sûr l’une des forces principales de l’entreprise pour les prochaines années. Mais histoire de ne pas lasser trop vite et de ne pas cramer son personnage, lui faire passer quelques mois dans la division par équipes paraît une idée tout à fait judicieuse. Le grand barbu s’apprête donc à toucher son premier titre à la WWE lors du WrestleMania de ce dimanche. Mais avec qui ? Et puisqu’aux Cahiers du Catch, on est jeunes et branchés, voici un top 10 des potentiels partenaires à Braun Strowman pour le match de dimanche !

 

  • Brains Strowman.

Ce lundi lors du dernier Raw avant WrestleMania, Braun a révélé au grand public son futur allié sur le ring. Il s’agit tout simplement de son frère jumeau, un grand gaillard du nom de Brains, visiblement l’intellectuel de la famille car il porte des lunettes. A notre avis, Braun a plutôt voulu faire une fleur à son frère en lui offrant l’occasion de monter sur le ring, mais Brains n’a pas le niveau pour tenir sur le long terme. C’était un gag fort amusant, mais WrestleMania c’est du sérieux.

 


Et il ne peut y avoir de la place que pour un seul duo de jumeaux ici.
– Je dirais même plus, pour deux duos de jumeaux il n’y a pas la place.

 

  • John Cena.

C’est la rumeur qui court un peu partout, l’idée que l’on peut lire sur tous les papiers. John Cena, orphelin de son match contre l’Undertaker, assis au premier rang à côté des autres gros américains, est sollicité par Braun. Oui mais non. Déjà, le match contre le Dead Man aura lieu. Pis c’est pas The Rock et Ronda Rousey ici. Cena a lui-même dit que cette place ne l’intéressait pas. De plus, qui voit tenir une équipe avec ces deux superstars dont une qui a un programme à temps partiel ? Ils seraient invincibles mais pas souvent là. Bof.

 

  • Elias.

C’est l’autre grande rumeur qu’on a pu lire partout. En vrai, ça aurait eu de la gueule et une certaine logique. Elias et Braun se sont tirés dans les pattes ces dernières semaines en impliquant des contrebasses et des pianos. Les deux sont talentueux, drôles et on sent que 2018 sera une bonne année pour eux. Et c’est pas la première fois que des ennemis finissent par s’allier, c’est un grand classique de storytelling du catch et pas que (Sangoku fait ça sans arrêt). Une très bonne option qui, comme Sheamus et Cesaro, enverrait du rêve à la fois au micro et entre les cordes. Mais a priori, le guitariste est relégué à la bataille royale d’André. A priori seulement.

 


Pis moi je marche seul. Je suis une bande de jeunes à moi tout seul.

 

  • Le Big Show.

On reste sur l’idée classique de la transmission de pouvoir, le géant historique et son successeur. Les deux se sont violemment affrontés sur le ring cet été et on a plus revu le gros spectacle depuis. Pourquoi pas, même si l’idée manque un peu d’originalité.

  • Dean Ambrose.

Allez savoir pourquoi, c’est un nom qui revient un peu partout. Mais le Lunatique s’est blessé cet hiver des mains de Samoa Joe et il en a officiellement pour neuf mois, donc ça colle pas. Sauf que la WWE aime en rajouter sur les durées de convalescence pour surprendre. Difficile d’imaginer si cette équipe peut fonctionner ou sonner faux, mais l’hypothèse semble peu probable. Et puis Dean, il va plutôt revenir en heel puant comme à la première heure pour piquer le titre universel à son grand couillon de copain samoan.

 

 


Dean… Moi j’ai fait équipe avec Jordan, toi avec Strowman. Mon psy me dit qu’au fond, on cherche Roman.

 

  • Big Cass ou Jason Jordan.

Haha, vous les aviez oublié ces blessés, hein ? Non, pas de panique. Ils vont tout les deux revenir au Raw du lendemain, ensemble, pour former la tagteam des « Vince boys qui ont échoué à se faire aimer » et ils deviendront justement la prochaine équipe heel tendance de cet été.

  • Bray Wyatt mais un peu chelou.

Retour aux sources. Braun a débarqué à Raw au sein de la famille Wyatt dont il ne reste que des cendres. Et si le géant était allé chercher les restes de son mentor pour le ramener au combat ? Et si un Bray complètement détruit mentalement et physiquement par sa défaite chez Matt Hardy était désormais pris en charge par son fils spirituel ? Il y aurait une cohérence, et les lacunes de Bray sur le ring gagneraient à être camouflées en duo.

 

 


Visiblement, il y a encore quelques morceaux qui sont restés au fond.

 

  • Rey Mysterio.

Depuis son retour affûté au Royal Rumble, tout le monde se demande si le petit mexicain finira par réintégrer un peu plus durablement l’entreprise de Stamford. WrestleMania paraît un bel écrin pour ça, et même si c’est là encore du facile, l’alliance entre un David et un Goliath pourrait tout à fait fonctionner.

  • Alexa Bliss.

Bah oui, c’est évident. Elle est celle qui a su le mieux catcher en équipe avec le grand ours brun. Lors du tournoi mixte, Team Little Big a ravi le public et les deux ont montré un certain plaisir à interagir. Alors, Bliss première femme de l’Histoire à devenir Raw TagTeam and Women champion ? Of course !

 


Braun, prends-moi.

 

 

On est comme ça aux Cahiers du catch, on tient nos promesses. On vous avait promis dix noms de partenaires potentiels, on en restera là. Alors, peut-être que le futur allié de Braun Strowman se trouve ci-dessus. Peut-être que pas du tout. D’autres noms en exercice peuvent être envisagés (Kane notamment) et cette arrivée surprise peut laisser place à tous les fantasmes (mais non, CM Punk ne va pas faire équipe avec Strowman).

En tous les cas, Sheamus et Cesaro auront des raisons de se sentir mal considérés. L’an dernier déjà, ils se font avoir dans leur quête des titres par le retour inattendu des Hardyboyz, et là ils sont obligés d’attendre pour savoir à quelle sauce ils seront mangés. Impossible pour eux d’élaborer une stratégie. Mais après avoir pris les ceintures argentées des mains du New Day, des Hardys, des deux tiers du Shield puis de Rollins et Jordan, les Européens ont écrit une très belle page de la discipline et sont pour le moment les plus fiers détenteurs de ces titres encore tout brillants. Tomber sur la plus grande scène du monde est tout le mal qu’on peut leur souhaiter. En espérant les voir rapidement l’un comme l’autre au sommet d’une division en solo.

 


Braun, pick me.
– Pick me, Braun.
– Non, pick plutôt me, Braun.
– Haa, mais vous m’emmerdez, laissez-moi finir ma sieste !

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut