Catch

Retour vers le passé #4

La mémoire n’est-elle pas un voyage dans le temps?
Jacques Lacarrière

Plus que quelques heures à patienter avant la grosse teuf estivale de la WWE. Profitons-en pour revenir sur l’édition 2005 de Summerslam qui avait la particularité de proposer un main event dont le slogan aurait pu – pour le coup – vraiment être « once in a lifetime ». En effet ce soir là, un duel de légendes était annoncé. Et en l’occurrence, le terme « légende » – souvent galvaudé – était assurément employé ici à bon escient. Vraiment. Rendez-vous compte: Shawn Michaels et Hulk Hogan allaient croiser le fer pour la seule et unique fois de toute leur carrière. Par la suite, plus rien du tout entre les deux bonshommes, pas de revanche, encore moins de belle, rien à se mettre sous la dent ensuite alors qu’un second épisode n’aurait évidemment surpris personne – un vrai once in a lifetime moment j’vous dis.

 

John, j’crois que c’est à nous qu’il fait allusion non?

 

Toujours est-il que ce genre de confrontation se doit d’être préparé très en amont – on n’annonce évidemment pas une si prestigieuse affiche une semaine seulement avant le ppv. Aussi, soucieuse de bien construire la rivalité, la WWE laissa environ un mois et demi au deux hommes pour faire valoir leurs arguments et leurs points de vue. Étant donné que Michaels était l’instigateur du combat, c’est logiquement sur ses épaules que les plus gros segments furent posés. Et le hasard du calendrier faisant parfois étonnamment bien les choses, il était prévu que la WWE fasse justement une halte à Montréal pour un épisode de RAW, quelques semaines avant la rencontre. Quelle merveilleuse opportunité pour le Showstopper d’aller se faire (quelque peu) huer en territoire hostile, lui que les Québécois étaient prêts à lapider sans la moindre hésitation depuis un certain soir de 1997. Sans même avoir besoin de prononcer le moindre mot, il était assuré qu’il se ferait conchier comme aucun autre catcheur que lui… mais si en plus il osait se présenter sur le ring arrogant et super provocant, il pourrait alors récolter ce qui peut être considéré comme l’un des accueils les plus houleux qu’un catcheur ait jamais reçu.

 

Genre il a réussi à faire plus fort que moi le 2 avril 2017?

 

On se souvient surtout du HBK face adulé des foules mais force est constater que ses basculements du côté obscur auront également accouché de segments mémorables. Et en voici un des plus marquants (que je n’ai malheureusement pas réussi à trouver complet mais même amputé de sa conclusion, le passage reste absolument dé-li-cieux):

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut