Catch

Booba – Kaaris : une première ratée

Sache que les hommes sont ce qu’est leur époque.
Shakespeare, Le Roi Lear

Il y a quelques semaines, le catch est redevenu « Mainstream » avec le beaucoup contre beaucoup « Orly Street Fight » qui a opposé la stable Booba à la stable Kaaris. Je ne reviendrai pas sur le build-up de cette rivalité ; je vous renvoie pour cela à ce post de Khogan sur le forum qui en dessine les principales lignes. Je me contenterai d’indiquer que de mon point de vue on peut bien évidemment adresser quelques critiques ou ne pas accrocher au style « rap game parisien » mais on ne peut pas nier qu’on a rarement connu une feud aussi hype. Mais pour nous amateurs de catch, même de ce soap opera violent qu’est la WWE, il faut quand même analyser le combat en lui-même. Je ne vais pas dissimuler plus longtemps mon avis : c’était vraiment pas bon.

 

Oui ben techniquement on aurait préféré voir des Superkicks et des Suicide Dives.

 

Une approche catchesque du combat Booba / Kaaris

 

Déjà, si vous avez raté la diffusion sur toutes les antennes, vous pouvez vous rattraper en visionnant le combat ici. Et en tout état de cause, ne manquez pas la seule chose qui justifie l’existence de Booba: ce Tumblr merveilleux dont sont tirées toutes les illustrations du présent article.

 

On parle quand même du nouveau Léo Ferré, au moins.

 

Commençons par le positif, parce qu’il y en a malgré tout.

Tout d’abord, l’absence d’annonce du combat. Si on a pu reprocher à la WCW de ne pas avoir booké Hogan contre Goldberg en PPV à l’époque, on ne peut pas à mon sens faire le parallèle ici. Il n’y a pas de programme télé dédié, et il est évident (enfin j’espère) que nous sommes en présence d’une feud sur du long terme et que nous aurons droit à d’autres matchs (et pour l’instant on est pas encore lassé comme Cena contre Orton). Il ne s’agit que du premier match, et à l’ère des réseaux sociaux et du buzz, cela fonctionne très bien. Ils vendront des PPVs plus tard.

 

Booba, champion du monde du cliffhanger.

 

Saluons aussi le selling. Bien sûr, si vous ne jurez que par Shawn Michaels et Dolph Ziggler qui vendent le moindre coup par un triple salto, vous devez être déçu, mais on ne peut pas nier le réalisme du selling ici, digne d’un Bret Hart. Les coups portent quand ils doivent porter, on croit vraiment que les participants ont mal, ils trébuchent après avoir été touchés à la jambe. Du beau travail. Je loue également la qualité du blading. On n’a pas vu les lames planquées en action, et on a évité les grotesques « crimson mask » dopés à l’aspirine de Ric Flair.

 

Le strong style, y a que ça de vrai.

 

Et enfin le cardio. C’est pas Shawn Michaels contre Bret Hart dans un Iron Man match, mais malgré la fatigue, les participants donnent tout ce qu’ils ont jusqu’au bout sans se cacher, et tiennent plutôt bien le coup.

 

Des promos qui nous renvoient à l’inoubliable feud Shad Gaspard / JTG.

 

Passons maintenant au négatif.

Déjà, et ça saute aux yeux, la réalisation. Certes, je loue la spontanéité de l’annonce du premier match, faite à l’improviste, et donc les images en caméra téléphone pour coller à l’ambiance. Mais ça ne dispense pas d’une réalisation correcte. Or ici, on est largement en dessous des standards WWE, et même NJPW ou ROH. Je veux bien croire que c’est plus dur quand l’action n’est pas limitée à un ring et à ses alentours, mais là on comprend rien, y a pas de suivi, les plans sont nuls et s’enchainent mal et on voit mal l’action. Catastrophique.

Ensuite, l’organisation in ring du combat lui-même est calamiteuse. On voit clairement qu’on a affaire à des débutants et qu’il n’y aucun ring general. Qu’on commence par une petite baston générale pour chauffer le public, pourquoi pas, mais ensuite on segmente l’action, on met des oppositions en valeur et on organise les repos et les temps morts ! Vous imaginez une Battle Royale ou un Survivor Series Match organisé comme ça ? Même le trophée André le Géant est mieux de ce point de vue, c’est dire ! C’est devant ces matchs qu’on comprend l’importance d’un Dolph Ziggler, un Chris Jericho ou un Cody Rhodes dans un Royal Rumble.

 

Ce n’est pas une surprise: dès qu’il y a un peu de monde, Booba est complètement perdu s’il n’a pas un type un peu moins débile que lui pour lui dire quoi faire.

 

Et que dire de l’absence de mise en valeur des leaders ? Booba et Kaaris devraient être protégés en permanence. Chacune de leurs interventions devrait avoir un sens et un impact, ils ne devraient même pas prendre un coup perdu (je reconnais cependant que la prise à trois contre le pilier avec le fameux coup de bouteille de parfum était pas mal). Cela va avec, mais il n’y a aucun storytelling dans ce match. Ou beaucoup trop, je ne sais pas en fait. Soit ils ont tout fait au pif, soit ils voulaient caser trop de choses, mais au final, ce combat ne raconte rien de clair, que ce soit en lui-même ou en termes de storyline.

 

L’improvisation c’est bien, mais parfois ça tourne au grand n’importe quoi.

 

On continue avec l’utilisation de la stipulations Falls Count Anywhere. Bon, l’utilisation de la bouteille de parfum a marqué, mais à côté de ça, au vu de la richesse de l’environnement, c’est frustrant. On se cogne un peu contre les sièges et les rayons, mais pas grand-chose de plus. Alors qu’on aurait pu avoir de magnifiques spots au travers d’un rayonnage d’alcools, une charge avec un chariot ou plus classiquement un coup d’extincteur ou un balancé de rayonnage ! Quelle déception.

 

Ben alors! Y en avait plein le duty free, corniaud !

 

Enfin, finissons avec la technique. C’est abominable. Bon d’accord, il s’agit d’un brawl et on n’attend donc pas du chain wrestling ou du high fly, mais quand même, un effort ! Je veux bien noter l’usage de kicks, surement une inspiration de Daniel Bryan ou Aleister Black, mais c’est pas non plus très bien porté ou marquant, et en plus, ça ne claque pas ! Mais sinon, pas une suplex, pas un spear et pas une powerbomb. Juste des poings (et encore même pas un chop à la Ric Flair !), des pieds, et quelques poussées. Ce match est triste à mourir, d’autant que comme il dure longtemps, on perd tout l’intérêt lié à l’intensité initiale.

Au final, je ne sais pas si les brawls ou les matchs interminables de l’Attitude Era n’étaient pas meilleurs que ce combat, c’est dire à quel point ce match est médiocre.

Pour conclure, je ne dirai qu’une chose : APC, Ouest Catch, ICWA ou l’administration pénitentiaire, bookez-nous la revanche, mais avec un booker et un road agent expérimenté, qu’on ait enfin un combat à la hauteur de cette feud !

 

Merci de votre attention.

Cliquez pour commenter

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut